Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
myndie : Le rayon vert
 Publié le 10/09/16  -  16 commentaires  -  1743 caractères  -  289 lectures    Autres textes du même auteur

La légende dit que voir le rayon vert donne le pouvoir de lire dans son cœur et dans celui des autres.


Le rayon vert



Je ne sais plus aimer.

Mille étés ont meurtri la muraille ventrue
Et taraudé son flanc de nerveuses lézardes.
Mille orages ont couché les blés blonds
Qui disaient mieux que tous mes poèmes
La placide torpeur des heures méridiennes.
Mille flux ont houlé de l’aurore au couchant
Au ras des rochers roux
Ensablés sous le cri des mouettes inquiètes.
J’entends la voix du vent
Tuant le temps, tuant mon cœur.

Je ne sais plus aimer.
Dans la brume cendrée, une forme éthérée
Va
Sans que rien ne se trouble.
C'est l'arcane sans nom ; elle fauche alentour
Les espoirs abusés par tant de trahisons.
J’entends le chant du vent qui bourdonne en amont,
Benoîte mélopée, doucereuse complainte,
Introït, oriscus, oraison,
Comme une psalmodie embuant la raison.

Je veux faire le voyage.
Un espoir, abusé par tant de trahisons,
Se hisse encore jusqu'à la déraison
Me laisse croire à l'envolée superbe,
Entrelacs de nos rires filant à l'aveugle.
À l'instant infini où le soleil s’embrase,
Darde le rayon vert
Puis décline et se perd,
J’entends la voix du vent qui voudrait sangloter.
Je ne sais plus aimer.

Mais la mer se retire et le rêve s'étire.
Les ombres retentissent sur les chemins de traverse ;
La pluie plaque ses larmes sur les flaques de silence.
C’est toujours ici-bas la même litanie,
Comme un trottis de rats.
Je ne sais plus aimer.
J'entends la voix du vent
Tuant le temps, tuant mon cœur ;
Et le froid qui m'enivre et le vin qui me glace
Me ramènent sans fin à l’opulente nuit.
Je n'ai pas vu le rayon vert...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dom1   
28/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'ensemble est intéressant à lire et bien pensé.
L'idée de ne plus savoir aimer est géniale sur le principe.
Pourriez-vous lui donner un peu plus de consistance.

( oriscus ? )
( trottis de rats ? )

dom

   Anonyme   
3/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,

Que de plaisir à découvrir ce poème !
Une poésie libre, vraiment libre, où chaque détail est soigné, rien n'est laissé au hasard.
Les assonances sont heureuses, le "Je" n'est pas prépondérant, mais dosé avec bonheur.
Le rythme est des plus agréables, on lit de beaux alexandrins, des hexasyllabes, des octo, tous pour nous faire ressentir en lecture la nature présente, le désarroi et l'espoir mêlés.
Le vocabulaire est délicat, varié.

J'ai apprécié tout particulièrement :
"Au ras des rochers roux" pour ses sonorités,
"J’entends la voix du vent qui voudrait sangloter." idem

Et les évocations rythmées des éléments qui comme les vagues, vont et reviennent toujours.


Juste un vers qui me semble un peu moins musical :
"Mille flux ont houlé".

Globalement, un grand plaisir à lire, à dire. Une réussite !

   Robot   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un vrai libre qui ne s'est pas fourvoyé dans les rimes et les mètres et qui inspire des émotions.
On ressent le vide éprouvé par le(la) narrateur(trice) Le rayon vert de l'espoir n'est pas apparu pour qu'une volonté de recommencement s'impose.

   Pimpette   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Je veux faire le voyage.
Un espoir, abusé par tant de trahisons,
Se hisse encore jusqu'à la déraison
Me laisse croire à l'envolée superbe,
Entrelacs de nos rires filant à l'aveugle.
À l'instant infini où le soleil s’embrase,"

je choisis ce passage qui me ressemble davantage et, pour cette raison sans doute, parait plus vrai...Plus proche de la vie...D'accord?

"le rayon vert" est un film de Rhomer qui raconte une jeune femme paumée à tous les points de vue...qui se plaint de la vie...de tout et de tout le monde bien entendu...
Or,
à la dernière image!
en face du rayon vert
elle vient de rencontrer un homme sympathique et chaleureux
il est à coté d'elle
et nous comprenons que TOUS ses ennuis sont effacés

Sacré Rhomer!
Tout compris!

   Brume   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Myndie,

Alors sur la forme rien à dire: fluidité, mélodie, vigueur. Et ce vers:
"Je ne sais plus aimer"
répété à chaque strophe, ne fait pas qu'exprimer une tristesse, je le ressens fortement et grâce peut-être à leur placement, le leitmotiv fusionne avec le contexte qui le porte très bien.
Et puis les images sont puissantes, superbes, limpides.

Quand au fond j'entends aussi la voix du vent, sa mélopée.
Il y a tant à dire sur ton poème tellement il foisonne de sensations: visuelles, tactiles et auditives, et ça j'adore car la lectrice que je suis est entrée dans le ventre du poème.
L'émotion se ressent, la mélancolie est ici vivifiante et non pesante, étrange paradoxe, car les éléments intérieurs expriment leur amertume plutôt que de rester dans la torpeur.

   plumette   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
belle découverte pour moi que cette forme libre qui laisse libre cours à des sensations et des images qui m'emportent dans les mouvements du coeur de cette narratrice ( ou narrateur) qui ne sait plus aimer.

j'ai beaucoup aimé la voix du vent qui revient dans chaque strophe, l'évocation du rayon vert qui m'a rappelé le film d'Eric Rohmer, rayon vert que j'ai que j'ai eu le privilège de voir une fois et qui m'avait procuré une forte émotion.

j'ai du aller vérifier dans le dictionnaire le sens des mots arcane ( j'avais en tête l'expression "les arcanes du pouvoir" et pensais que l'utilisation de ce mot était exclusivement au pluriel) introït et je n'ai pas trouvé oriscus... je suis souvent un peu perplexe devant ces mots rares qui me font buter sur le sens mais pour une fois, ils n'ont pas entravé mon plaisir de lecture;

bravo

Plumette

   Rain   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai l'impression que ce texte, qui s'y prêterait à merveille, était prévu en rimes.
Cette prose poétique stylée, me donne à penser à la nostalgie d'anciennes amours et à la solitude finale. D'ailleurs après lecture, le titre devient à mes yeux "je ne SUIS" plus aimé.
Le rayon vert se fait alors plus foncé, puisque le héros a le cœur froid et l'esprit confus(vapeurs d'alcools), ce qui le ramène à ce rêve d'une "opulente nuit".

   PIZZICATO   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le temps a passé, " Mille étés,... Mille orages... Mille flux ", accompagné de " tant de trahisons " ; si bien que le coeur s'est femé à l'amour. L'espoir est devenu vain et le " rayon vert " n'est pas apparu...

Un fort joli poème aux images délicates et précises, sans grandes envolées lyriques.

" la même litanie,
Comme un trottis de rats " celle-ci ne m'a pas séduit.

   MissNeko   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Beaucoup d émotions, de tristesse, de mélancolie.
Merci pour ce partage.

   Pussicat   
10/9/2016
Liberté d'écriture qui m'a emportée d'entrée...

"je ne sais plus aimer", vers refrain judicieusement placé...

liberté d'écriture qui passe d'une métrique à l'autre, sans peine, enfin, je me comprends...

La peine est bien présnte et se déploie sans joie dans une suite de vers affranchis de ce verbe-bourreau : "rimer" !

Une fluidité musicale qui permet à l'auteur de faire comme "contre-sens" au thème choisi ; en cela, c'est fort bien réussi : chapeau myndie !

Quelques petits bémols ressentis perso :

"Mille flux ont houlé..." / pour l'oreille : "on-ou".

"Introït, oriscus, oraison,..." / mis à part "oraison", un poil gênant pour qui n'est pas musicologue... j'ai dû m'arrêter pour chercher les déf'.

"Comme une psalmodie" / je lis et relis, mais cela ne coule pas.

Je retiens des pépites ; parmi tant, que choisir ?... :

"Au ras des rochers roux" / superbe !
"Et le froid qui m'enivre et le vin qui me glace" / génial !

"Je ne sais plus aimer"... je n'en sais rien, mais tu sais bien écrire ;)

J'aime !
Pussicat

   Pouet   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bsr,

Magnifique.

Pas très constructif mais bon j'assume.

Seul le dernier vers me semble (peut-être) superflu. Ou bien à dire différemment, selon mon goût bien sûr... Bref, un détail pour pinailler.

Mais quelle ambiance, quelle force! Même les "blés blonds" ne me dérangent pas c'est dire! ;)

"Au ras des rochers roux" m'a fait penser à "Au ras des rocs qui se consument" de mon texte favori de Ferré "La mémoire et la mer".

L'ensemble est très très bien écrit et rythmé, ponctué par ce "je ne sais plus aimer".

Un poème qui m'a touché.

Bravo à vous.

   Proseuse   
11/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ha! cet hypothétique rayon vert que l' on rêve tous de voir un jour, comme on rêve aussi de savoir ... aimer ! Tout, ne serait donc alors .... qu' illusions ?
un très beau poème que j' ai eu bien du plaisir à lire ! Merci !

   Curwwod   
12/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est superbe! une poésie mélancolique et sombre qui pourtant sait rester sobre et, à travers les images et métaphores bien pensées et bien construites, le rythme lancinant que vous maintenez malgré les ruptures de mètre, rendre sensible cette douleur qu'est la stérilité affective. Qu'elle soit née d'un amour déçu qui a dévasté l'âme et le coeur la rend encore plus prégnante puisqu'elle touche à ce qui fait l'essence de la vie. Vous reprenez-la d'une certaine manière les considérations de Diderot sur le bonheur d'être sensible et de pleurer.

   Anonyme   
12/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MYNDIE,

Votre poème est superbe, et cependant, je suis frustré de ne savoir comment l'exprimer. Je l'ai lu, relu, attendu pour vous dire tout le bien que j'en pense, et je me rends compte que je ne peut être que banal dans mes propos.
J'ai bien sûr pensé à Jules Verne, au méridien de Greenwich, celui de l'observatoire de Paris à Rennes le Château, qui touche la géographie secrète, Les bergers d'Arcadie de Poussin et le tombeau des Pontils, en bref tout le mystère de cette région du sud, avec au fil du trait, plante son dard aussi dans la pyramide du Louvres, etc, etc...
Et puis je lis, et je me dis non, ce que je raconte, c'est n'importe quoi, ça n'a rien à voir avec le poème.
Vous voyez MYNDIE, je suis dans cet état d'esprit où j'aime être transporté. Donc même si ça n'a rien à voir, et je le pense, j'ai adoré votre poème. Après, les images qui ont véhiculées en moi n'ont aucune importance, mais le ressenti que j'ai éprouvé, lui, en a.
Merci pour ce voyage, où j'ai furtivement entraperçu une lumière verte.

   myndie   
15/9/2016

   jfmoods   
20/10/2016
Le titre du poème fait immédiatement penser au film éponyme d'Éric Rohmer, sorti il y a trente ans, en 1986. L'entête semble bien confirmer cette filiation souterraine.

L'anaphore ("Je ne sais plus aimer" x 4) bat le pouls du texte, en fixe le rythme. Le constat qui parcourt les huit premiers vers est sans appel. Le temps a profondément usé la locutrice (hyperboles : "Mille étés", "Mille orages", "Mille flux", verbes imprimant une violence effective : "ont meurtri... / ... taraudé", "ont couché", "ont houlé"), son rapport à la vie, au monde et à sa chaleur (comparatif de supériorité : "... les blés blonds / Qui disaient mieux que tous mes poèmes / La placide torpeur des heures méridiennes."). Le vent (personnifié aux vers 10, 18, 30 et 38) fait ici office de voix intérieure obsédante ressassant les échecs amoureux successifs. La gradation hyperbolique ("Tuant le temps, tuant mon coeur" x 2) manifeste l'impuissance totale à vivre. Le jeu antithétique des allégories ("... l'arcane sans nom ; elle fauche alentour / Les espoirs abusés par tant de trahisons.", "Un espoir... / Se hisse encore jusqu'à la déraison") signale qu'un combat intime et sans merci est à l'oeuvre. Le champ lexical de la prière monotone se déploie ("mélopée", "complainte", "oraison", "psalmodie", "litanie"), signalant l'utopie d'une ouverture espérée (groupes nominaux à visée laudative : "l'envolée superbe", "l'instant infini", "l'opulente nuit", paradoxe : "Et le froid qui m'enivre et le vin qui me glace"). Cependant, la perspective reste résolument bâchée (verbe pronominal : "le rêve s'étire", image passablement inquiétante : "les ombres retentissent", jeu obsédant et douloureux d'allitérations et d'assonances : "La pluie plaque ses larmes sur les flaques de silence", constat final au passé composé : "Je n'ai pas vu le rayon vert...").

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2018