Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Oslow : Nocturnale
 Publié le 31/12/17  -  6 commentaires  -  1055 caractères  -  129 lectures    Autres textes du même auteur

Dans une veine fantastique, le bref récit de la nuit la plus longue… (L'ensemble en quatre fragments, vécus ou rêvés.)


Nocturnale



I. – 22 h 39

Des nuits mille fois vécues me tournent autour.
– Mon corps est un tombeau et mon sang est un fleuve
au-dessus duquel plane un bel oiseau moqueur.
Le sable est encor haut ; lointaine est l'autre rive.

II. – 03 h 46

Je m'éternise un peu dans un profond sopor…
Enfin, il est parti ! – Ce devait être un Diable
qui recouvrait mon lit entre faïence et or.
Qu'il s'en aille à jamais ! Le Hideux ! L'Abominable…

III. – (laissé sans indication dans le manuscrit)

La suite est inconnue. Je n'en saurais pas plus.
J'ai bu à mon réveil une tisane froide.
Dépossédé, je crois. – Ai bu un autre jus.
Son goût sucré. – Je ne. – Ma langue en feu. – Et raide !

IV. – (indication illisible, écriture paniquée)

– M'a retrouvé, le vil ! (La nuit est sans oubli.)
Pas d'échappée possible. (Hélas, je le découvre.)
Étoiles sans soleil. (Jeux de l'esprit. Un cri :)
Il revient ! (Sous mes pas la bouche d'ombre s'ouvre.)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
18/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Brrrr ! On frémit. Il y quelque chose de Maupassant dans ce journal d'une nuit, un peu de Charles Nodier dans ce fantastique gothique et démoniaque. Cependant le "h" de "hideux" est aspiré en on ne peut dire "l'hideux". De même, "saurai" est à l'évidence un futur, sans "s".
Enfin si l'indication temporelle en IV est illisible du fait de la panique, pourquoi le quatrain est-il si élaboré ? Mais je fais le cartésien, ce qui n'est pas de mise ici.

   Brume   
20/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Je me suis plongée dans votre récit avec un grand intérêt.
Oui on peut dire que votre poème est dans la veine du fantastique.
Poème assez original, une tonalité nuancée, une belle écriture facile d'accès, et la forme présente bien cette peur, je suis prise par l'ambiance horrifique.

Je ne vais pas commenter les techniques de la poésie classique je n'y connais rien.

La présentation est d'un bel esthétisme, c'est agréable à (regarder ) lire, et donne du relief à l'histoire.

   Oslow   
31/12/2017
Ci-dessous, le forum dédié pour me permettre de répondre à vos commentaires et de discuter plus avant s'il y a lieu.
Merci à toutes et tous.

http://www.oniris.be/forum/nocturnale-par-oslow-t25068s0.html#forumpost336428

   hersen   
1/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Oslow,

J'ai vraiment aimé ta poésie, la construction est excellente; En effet, j'ai lu chaque strophe en sachant que la prochaine me réservait une surprise, le temps s'égrène, il est important au point de le préciser à la minute, puis le flou s'installe, on s'enfonce dans un sommeil...que l'on découvre agité à la dernière strophe !

Très bon traitement d'un thème que tout le monde connait !

Merci de cette lecture,

hersen

   Raoul   
4/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour, j'aime assez le tout, la liberté prise dans la rédaction des alexandrins, leurs hachés, leurs incises, les apartés… La liberté aussi dans la prise de parole. J'aime aussi l'idée des datations, juste dommage pour les II et III qui pousse un peu loin du projet de départ par des détails anecdotiques un brin trop affectés et poseurs. Ils en deviennent du coup "boursouflés".
Bon petit texte.

   Alcirion   
5/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Oslow,

avec votre texte, on est à la limite de la mini-nouvelle, mais pourquoi pas... Ayant relu le Horla récemment, j'ai été amusé par le clin d’œil, vous reprenez la façon de commenter de Maupassant, la présence effroyable qui hante le personnage par de petites indications brèves et précises.

J'ai bien aimé l'idée des parties vierges ou illisibles, qui contribuent à faire monter l'angoisse et les commentaires entre parenthèses de la dernière strophe.

Une lecture agréable (me reste cette idée de mini-nouvelle...)


Oniris Copyright © 2007-2018