Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Amnésie
 Publié le 30/12/16  -  26 commentaires  -  849 caractères  -  386 lectures    Autres textes du même auteur

Il m'arrive d'avoir des "absences" pendant lesquelles mon cerveau s'évapore.

(Façon gérardine.)


Amnésie



Je ne suis plus le maître à bord de mon esprit,
Une éruption soudaine a fondu mes neurones.
J'ouvre tous les tiroirs de ce que l'on m'apprit,
Mais ils sont pleins de vide aux connexions atones ;
Pour les réactiver quel en sera le prix ?

Autour de moi j'entends des figurants aphones.
Une fillette coiffe au peigne son poupon,
M'adresse des baisers que mes yeux arraisonnent.
« Comment t'appelles-tu ? – Ninon, papi fripon ! »

Ça vrombit dans ma tête où l'anarchie essaime.
Suis-je un homme fidèle ou coureur de jupons ?
De toi ma mignonnette ai-je droit à « je t'aime » ?

Je ne sais même plus si de moi l'on s'éprit ?
Sais-je parler d'amour, ciseler un poème ?

Je ne suis plus le maître à bord de mon esprit.



Septembre 2016


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marite   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoète ! Le fond et la forme me séduisent beaucoup dans ce poème. Cette approche légèrement humoristique dédramatise le problème des "fuites" dans la mémoire.
La régularité du rythme, les questions qui se bousculent dans la tête et les strophes qui vont s'amenuisant jusqu'au final : "Je ne suis plus le maître à bord de mon esprit." traduisent une acceptation de la situation, sans panique et l'on se sent fondre de tendresse envers ce "papi fripon".

   Pouet   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

J'ai trouvé ce texte d'une belle simplicité et d'une sincérité émouvante. J'ai été touché par vos mots.

La deuxième strophe est ma préférée.

Je n'ai pas envie de disséquer plus que cela le poème, le ressenti suffisant pour moi.

Bravo à vous.

   Arielle   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une sincérité touchante, une forme parfaitement adaptée à son propos.
J'aime particulièrement :
"Ça vrombit dans ma tête où l'anarchie essaime"
Je te rassure, papi-fripon tu es bien toujours notre papipoète !

   Alexandre   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut papi ! Tout d'abord tu peux rassurer le narrateur, il n'est pas le seul à connaître ces trous de mémoire.
Tant qu'il écrira des textes de cette qualité il n'a pas de soucis à se faire, tous ses neurones ne sont pas cramés, loin de là !
J'aime le fond pour sa simplicité et sa fraîcheur comme j'aime la forme 5,4,3,2,1 genre compte à rebours qui pourrait annoncer le lancement de ta prochaine fusée poétique à la veille de cette année nouvelle que je te souhaite belle et heureuse...
Merci et à l'an prochain

   Bidis   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Eh bien, chez moi, ce poème risque de faire imploser le trouillomètre… C’est dire s’il est bien tourné ! Je me rassure en me disant que le talent a quand même besoin de quelques neurones en très bon état pour pouvoir s’exprimer si finement et que l'auteur est encore tout à fait loin de la décrépitude.

   Leverbal   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mention spéciale quand même pour le dernier vers qui répète le premier, comme si le poète avait déjà oublié le début. J'adore ce genre de trouvaille méta-textuelle. Merci papipoete!

   Robot   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Difficiles parfois ces absences, ces instants prolongés à rechercher un nom ou un mot qui ne vient pas, à se dire qu'ai-je fait ce matin ? que suis-je venu chercher dans cette armoire ?
Ces "oublis" fréquents de plus en plus avec l'âge, conscience enfouie dans la mémoire intermédiaire qui tourne comme le moteur de recherche de l'ordinateur bloqué par un bug.

Je trouve ce texte très expressif et d'une fluidité agréable.
J'apprécie particulièrement l'opposition dans ce vers qui me paraît parfaitement souligner l'amnésie:
"Autour de moi [j'entends] des figurants [aphones]."

L'anarchie essaime, je suppose au sens de se dissémine comme un virus.

J'aime beaucoup les deux vers avant le vers final dans le style courtois un peu ronsardien.

   luciole   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je vous rassure : vous êtes bien papipoète et, non seulement vous revisitez nos textes à votre façon très poétique, mais vous écrivez aussi les vôtres et celui-ci est une vraie réussite : il est touchant.
Merci à vous et bonnes fêtes.

   Michel64   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme cela est bien dit.
J'ai beaucoup apprécié votre poème qui décrit sans pathos ce problème inhérent à l'âge qui avance. Mais l'on voit de suite que l'altération ne déborde aucunement des épisodes d'absence. La preuve.
Les mots plus forts que les maux.
Au plaisir de vous relire, longtemps encore.
Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

   Vincendix   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete,
Une fiction ou un retour vers le futur, votre esprit est encore au top, preuve la qualité de ce texte.
Le cerveau est un organe qu’il faut entretenir et rien de meilleur que de lire et d’écrire, de le faire « travailler ».
Bonne fin d’année et meilleurs vœux pour 2017

   leni   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Papipoète
Ce sont des propos simples émouvants réalistes Pas de grande éloquence Du vécu

Je ne suis plus le maître à bord de mon esprit,
Une éruption soudaine a fondu mes neurones.
J'ouvre tous les tiroirs de ce que l'on m'apprit,
Mais ils sont pleins de vide aux connexions atones ;
Pour les réactiver quel en sera le prix ?
tOUT est clairement dit et cela parait simple à écrire POURTANt!!!

Comment t'appelles-tu ? – Ninon, papi fripon ! »
cà sonne de vérité


Suis-je un homme fidèle ou coureur de jupons ?

Très joli moment de lecture qui m'a touché Meri

Salut amical Leni

   Hananke   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Je l'ai souvent dit : vous êtes meilleur dans les formes fixes
et cette dernière n'échappe pas à la règle.

Un très beau premier vers donne le la pour le reste du poème.

Et même si la rime a tendance encore à dicter sa loi (pon)
vers la fin du texte, on est conquis par le thème douloureux
et son traitement.

Meilleurs voeux et beaucoup d'écrits pour 2017.

   archibald   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'esprit est un produit de la matière ; quand le corps vieillit et s'étiole, la pensée n'y résiste pas. C'est insidieux et inéluctable (c'est pourquoi l'"éruption soudaine" est une métaphore qui, à mon sens, ne convient pas). La disposition quintil, quatrain, tercet, distique et vers unique rend compte d'un rétrécissement en accord avec le fond du poème. 5, 4, 3, 2, 1... 0. Malheureusement, ce n'est pas le signal d'un départ, c'est le signal du Départ (oui, je sais, je n'ai pas mon pareil pour remonter le moral).
N'oublie pas que demain, c'est réveillon, Papi.
Au plaisir de te retrouver toujours vaillant en 2017.

   Donaldo75   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoete,

Encore un régal ce poème, avec ses figurants aphone, son esprit tel un vaisseau en carafe, un essaim anarchique, que d'images différentes et pas contradictoires pour exprimer une raison qui part en sucette.

Bravo !

Donaldo

   Anonyme   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoete,

En voilà une belle gérardine (5... 4... 3... 2... 1). Mais non content de la forme, le fond et la façon de l'écrire son un vrai régal. L'on sent bien cette perte de mémoire évoqué dans le poème, et les amnésies que vous décrivez (que je ne connais pas encore) sont habilement décrites.

Un grand bravo,

Wall-E

   MissNeko   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une réussite tant sur le fond que sur la forme.
Le sujet n est vraiment pas évident à traiter sans tomber dans le pathos. Vous parvenez à ajouter presque une sorte de légèreté. Peut être est ce grâce à vos multiples interrogations qui laisse le lecteur dans une sorte de flou ?
Le vocabulaire est riche.
Bravo papipoete pour ce poeme touchant

   jamesbebeart   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Délicieux texte ou comment un retraité (bienvenue au club des oublieux) se pose la question fondamentale : suis-je encore en vie ? Constat doux amer en demi-teinte nimbé d'une existence qui a passé forcément trop vite. Mais rassurez-vous, vos neurones sont encore là, je les ai comptés !
JB

   Francis   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une plume trempée dans la tendresse et qui touche le lecteur par sa simplicité et sa poésie. Ce papi fripon qui s'inquiète à propos du vieillissement de ses neurones a toujours le regard qui séduit la petite Ninon. Je ferai lire cette belle poésie à Mathieu, Léa, Paul, Jade et Margot. Vous et moi avons encore une petite place (celle du cœur) auprès de ceux que nous aimons. Il nous faudra par contre entendre de plus en plus souvent : "Papi tu l'as déjà dit !"
Bonnes fêtes de fin d'année.

   Luz   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoete,
J'ai compté 17 beaucoup, alors j'en rajoute un, ça fera 18 ; bonne moyenne.
Texte simple et touchant, plein d'émotion.
Je suis également un peu atteint par la fonte des neurones (ce qui est différent de la fonte des neiges car cela n'annonce pas le printemps...). Heureusement la poésie est là, dont la vôtre, si subtile.
Merci.
Luz

   Cristale   
30/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'aime vraiment pas -
le toupet de dame Amnésie
qui vous fait des tracasseries

J'aime pas
tout ce vide dans vos tiroirs
si pleins de tendresse et d'espoir

J'aime un peu +
quand règne une douce anarchie
dans vos mots sans supercherie

J'aime bien
le papy fripon de Ninon
qui ne lui dira jamais non

J'aime beaucoup +
les questions de papipoème
sage homme à qui l'on dit "je t'aime"

J'aime passionnément
cette gérardine et vous dis
Papipoète un grand merci !


Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année avec tous mes voeux pour 2017, et des tiroirs pleins de poésies !

Cristale

   fugace   
1/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une fausse simplicité, un humour plein de tendresse. Quel talent!
L'image d'ouvrir tous les tiroirs des appris qui sont pleins de vide est purement superbe.
Moi qui ne sait plus parfois où j'ai placé quelque chose, je me contente de dire:"C'est sans doute parti attendre le bus, ça reviendra."
Merci pour cette si belle amnésie, constat serein que je trouve rassurant comme de regarder passer l'eau de la rivière.

   David   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoete,

Je le trouve très joli ce poème, avec son ton léger, comme un air de clin d'oeil. Le thème est touchant quand on pense à la maladie qui atteint la mémoire. Le discours est imagé : les vers de début et fin font une métaphore marine de l'esprit, le second vers le compare à un volcan, le troisième à un meuble, voire un ordinateur avec le quatrième, pour le dixième, c'est un moteur. C'est un peu chaotique mais ça colle aux propos avec cet air de patchwork.

   letho   
17/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoète

je ne suis pas une spécialiste du "classique", n'ayant ni rime ni raison, mais justement j'aime votre poème parce- qu'il est classique sans se hausser du col, sans compter ses pieds. Il glisse comme une onde douce qui ne se préoccupe pas du temps
Merci, j'y trouve beaucoup d'espoir

   lucilius   
1/2/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir Papipoète,
Ces absences impromptues n'empêchent pas une ciselure et un sertissage à la précision micrométrique. Voilà ce que j'appelle du bel ouvrage avec une toile de fond finement tissée. J'envie l'aisance et la fluidité de.... voyons où en suis-je ?... Laissez-moi réfléchir un peu !... J'ai un trou de mémoire... Oh et puis zut ! Ca me reviendra... Peut-être... ou peut-être pas...
Plus familièrement, je dirais qu'il maîtrise drôlement bien son sujet le bougre, quand il n'est plus maître à bord de son esprit.

   Anonyme   
16/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Sur un thème difficile à traiter, vous parvenez à mêler musique, émotion et sobriété.

A.

   BeL13ver   
13/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème séduisant et charmant. Je ne sais pas si c'est de l'auto-dérision, mais c'est très parlant !
J'aime beaucoup !


Oniris Copyright © 2007-2018