Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Hôte d'eau douce
 Publié le 25/09/18  -  20 commentaires  -  700 caractères  -  211 lectures    Autres textes du même auteur

À travers cette forme fixe poétique, un zégel, sans faire de bruit, approchez-vous tout doucement...


Hôte d'eau douce



Mon domaine, c’est toute la rivière !
Là, cette souche abrite ma tanière
Que soustrait aux regards la roselière ;
Je suis le vif et farouche poisson.

M’apercevoir en ces eaux est bon signe ;
Plus de pollution, adieu la guigne !
Mais gare au rusé pêcheur à la ligne
Franchissant le rempart de ce buisson !

En surface se débat une mouche,
Je ne vais pas faire la fine bouche !
Un insecte vraiment n’a rien de louche ?
Miam je le gobe ! Malheur un frisson !

Je gouale en silence ma complainte
Alors que ferré, la douleur m’éreinte !
Je zigzague, tente une ultime feinte
Et me libère enfin de l’hameçon !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Je ne vais pas commenter les règles de la poésie classique, je laisse cela aux connaisseurs.

Chaque ponctuations sont pour moi utilisées à bon escient. Elles mettent bien en valeur le trait de caractère de ce fameux poisson heureux et insouciant, et offrent de belles nuances à la tonalité mais qui peuvent être un brin excessives à cause des points d'exclamations à certains endroits. Mais pourquoi pas, le poisson est très heureux.

Sur le fond, malgré une jolie écriture, je n'ai pas été transcendée. C'est sympathique ni plus, ni moins.

   izabouille   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ignorais ce qu'était un zégel, merci à vous de me l'avoir fait découvrir.
Quant au fond, l'histoire du poisson qui évite l'hameçon ne m'a pas émue plus que ça. Il y a aussi, je trouve, un peu trop de points d'exclamation. Cela dit, c'est un travail intéressant que d'écrire sous cette forme et le vôtre est réussi.
Merci

   myndie   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour, l’incipit annonce un zégel, le chant des troubadours par excellence. Disons que le texte est plutôt inspiré du zégel : il lui manque le vers introductif qui rime obligatoirement avec le 3ème vers de chaque strophe.
Mais qu’importe. Voilà un très joli poème dont la finesse d’écriture ferait oublier le nécessaire travail qu’il y a derrière.

A l’instar du pantoum, tout ici sert à merveille l’extrême musicalité du texte : sa construction aux rimes répétitives (quatrains monorimes sur 3 vers et le 4ème vers rimant à l’identique à chaque strophe), sa structure métrique (décasyllabes), le ton vif (ponctuation : interrogations, exclamations) et le contenu (thème de la nature abordé avec malice).

En plus, j’adore les happy ends quand il s’agit des animaux:-).
Alors que dire d’autre que : j’aime beaucoup !
C’est un beau travail poétique, une réussite. Une belle lecture.

   Hananke   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

J'ai toujours dit que c'est la forme fixe qui vous convient le mieux.

Cet Hôte d'eau douce en est encore une preuve. Un joli petit poème
en quatre quatrains.
Oh, il y a bien quelques bricoles par-ci, par-là comme cet adieu la guigne, le rusé pêcheur, les 2 se de surface et se débat mais l'ensemble
est plutôt plaisant à lire.

Oui, un bon zégel halieutique qui me remémore mes lointains
et nombreux passages au bord de l'eau à traquer le poisson.

Fallet disait : heureusement que les poissons sont muets, si on
les entendait hurler au bout de l'hameçon, il y aurait beaucoup
moins de monde au bord de l'eau.

   leni   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une poésie toute simple Une historiette si l'on veut Le mauvais sort est déjoué ET on se libère du hameçon AU SUIVANT
Une distraction MERCI et AMITI2S LENI

   PIZZICATO   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poisson qui fait sa vie dans son " domaine ", " toute la rivière " ; il y a toujours un " rusé pêcheur " pour venir lui arracher la gueule...

Mais là le poisson fut plus malin : " Je zigzague, tente une ultime feinte
Et me libère enfin de l’hameçon ! " et f..k le pêcheur !!

J'ai bien aimé ce zégel, forme assez contraignante.

   Cristale   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une jolie promenade sur la rivière Poésie de Papipoète.

J'ai suivi les vers jusqu'au bout de vos lignes et vous avez bien hameçonné mon attention :)
Mais, à l'instar de cet hôte des eaux douces, ferré mais assez malin pour se décrocher, je ne lâche pas le fil de vos mots :)

Concernant le Jezel ou Zajal Zadjal, (à ne pas confondre avec le Gazel ou Ghazal) la forme initiale est :
Un distique introductif BB:
BB-AAAB,CCCB,DDDB,EEEB 
B est toujours une rime masculine, les autres féminines. 

Mais Aragon l'a également apprivoisé à sa convenance en détournant la forme initiale. Alors...tout est permis quand on met tout son coeur à l'ouvrage.

Concernant les décasyllabes, pour un texte en classique, ceux-ci doivent respecter la règle de la césure (respect également de l'élision des "e" muets à cette césure s'il y en a) : soit à la cinquième syllabe :5/5, soit à la quatrième : 4/6. Cette dernière donne un meilleur effet rythmique par rapport à l'autre plus monotone. Sur un texte guilleret comme le vôtre, j'aurais fait la césure à la quatrième syllabe.

Merci Papipoète.
Cristale

   sympa   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Si le pêcheur comptait sur ce pauvre poisson pour son repas, c'est râpé je crois
Il devra se contenter des pommes de terre bouillies.....
J'aime beaucoup votre poème surtout quand il finit bien.
Merci Papipoete

   Castelmore   
26/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Frétillant comme cette truite farouche qui fait plier bien des cannes, emmêler bien des lignes ... mais pas les vôtres !

Votre texte a du mordant, du nerf, et cette énergie qui jaillit des petites rivières sauvages.
Sa chute nous fait frétiller de joie !

Une bonne pêche que sa lecture !

   Vincendix   
26/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete,
Un petit poisson bien sympathique, quelle chance il a de vivre dans une eau claire, c’est un privilégié.
Une fin heureuse, il parvient à recracher l’ignoble hameçon et pourtant ça s’accroche !
Vincent

   Quidonc   
26/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoete,

Exercice périlleux que s'imposer des formes fixes. Néanmoins exercice dont vous vous acquittez avec brio. J'ai cru comprendre que le thème de la nature est un thème que vous affectionnez particulièrement et on ressent en effet votre amour à travers vos vers.
Le dernier quatrain est mon préféré
"Je gouale en silence ma complainte
Alors que ferré, la douleur m’éreinte !
Je zigzague, tente une ultime feinte
Et me libère enfin de l’hameçon !"

Merci pour ce partage
Quidonc

   hersen   
26/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
La pêche, racontée du point de vue du poisson;

Assez cruel quand on y pense, puisque le poisson s'en échappera la gueule déchirée par l'hameçon.
Et pourtant, la pêche a toujours eu ce petit côté pépére, gentil qui aime bien la nature.

Après, tant que c'est pour manger...

J'aime bien cette tranche (darne ?) de vie du poisson, tes vers nous le font sentir frétillant et je sens bien que tu n'as pas eu le coeur de le manger, celui-là !

Merci de cette lecture !

   emilia   
26/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Merci à vous pour la découverte de cette forme fixe qui ne doit pas être facile à composer et qui raconte l’affrontement d’un pêcheur rusé avec sa proie pleine de malice… ; cette petite comptine gentillette se termine bien pour le poisson qui se libère de l’hameçon, peut-être se souviendra-t-il de la leçon lors d’une prochaine rencontre… ; merci pour cette sympathique lecture…

   Miguel   
27/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'aime pas la fin car rien ne me plaît tant qu'un bon poisson bien frit et parfumé à l'aneth et au thym, avec un peu de citron et d'huile d'olive. Mais ce poisson à qui Dieu prête vie nous raconte joliment son aventure.

   Queribus   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Une petite merveille de fraîcheur de bon matin avec cette promenade au bord de l'eau et ce ce poisson qui nous raconte son histoire, pas très gaie au demeurant mais où tout finit bien tout de même; de plus, vous m'avez fait découvrir cette forme que je connaissais pas : le jézel (alors que je connaissais le gazel ou ghazal) mais on est là pour apprendre quelque chose tous les jours et puis je pense qu'écrire sous cette forme, mine de rien, ne doit pas être si simple qu'il pourrait y paraître.

En résumé: de la belle ouvrage, de l'originalité, de la bonne humeur et un bon moment passé à vous lire; venant de vous, ça n'a rien d'étonnant.

Cordialement.

   INGOA   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve que cette forme convient bien avec le fonds et lui donne un air vivifiant. Le texte est plaisant, facile à lire. Une historiette pour petits et grands qui mériterait d'être illustrée.

   Donaldo75   
29/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour papipoete,

Ah, la forme fixe et le zegel ! J'ai l'impression que ça revient à la mode sur Oniris parce que plusieurs auteurs l'ont tenté, avec succès, ces derniers mois.

Je ne pratique pas la pêche mais je n'aimerais quand même pas être un poisson, surtout après le troisième quatrain. Tu sembles t'être bien amusé à composer ce poème sur ce thème avec la contrainte de la forme.

C'est réussi !
Bravo !

Donaldo

   Robot   
30/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoète,

Une belle histoire que celle de ce poisson. La garantie que la rivière est saine, un poisson méfiant qui échappe au pêcheur.
C'est un mini conte en vers que tu nous a offert.
Et puis j'apprécie que tu parles de la douleur silencieuse. En effet, bien qu'il soit muet, comme tout animal le poisson est un être sensible. Sans être végan, j'estime inutile d'infliger des maltraitances inutiles. Je suis toujours offusqué par les trophées de pêche que mon journal publie pendant son concours annuel de "la plus belle prise".

   Ananas   
1/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Hello !

Vous me connaissez, moi et mon mal avec les formes classiques, ne m'en veuillez pas mais je trouve que l'exercice est toujours compliqué...

Cependant, je trouve que vous maîtrisez bien la troisième strophe, qui glisse assez agréablement en lecture à voix haute. Les rimes sont fluides, le sens également. Pour moi la mieux réussie !

Ensuite, l'ensemble est assez sympa, je trouve que l'émotion n'est pas encore assez présente, peut-être est-ce une question de choix de mots parfois. Mais globalement, c'est un poème réussi.

Merci pour le partage et toujours au plaisir de vous lire !
Ananas qui n'aime pas la pêche. Et est allergique à la pèche... à moins que ce ne soit l'inverse...

   wancyrs   
4/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Heureux poisson, et malheureux pêcheur. On a en poésie fait parler diverses choses, diverses bêtes, mais je n'avais pas encore entendu parler un poisson. C'est bon entrer dans la tête d'un poisson. Merci pour le partage !


Oniris Copyright © 2007-2018