Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
hersen : La Bourse ou la vie
 Publié le 24/09/18  -  13 commentaires  -  651 caractères  -  215 lectures    Autres textes du même auteur

Robin des sous.


La Bourse ou la vie



hier grandiose
son allée de trésors
fiduciaires
tout autant que les vents
tournés
aujourd'hui
se change
en pavé gris

un relent mouillé
venu des mondes délétères
a boulotté tout rond
le gai soleil
au pied de la corbeille

quand l'or
se changea en plomb
les rois insensés
et avisés
crièrent
– j'achète ! –

alors il vendit
ce qui
chèrement acquis
ne valait pas plus
en monnaie

que ma poule rousse
qui
sans pont d'or
de son dividende
m'honore
me pond
par jour
un œuf encore


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'ai pas aimé ces vers très courts qui hachent la lecture. Le rythme est saccadé et me fait penser à des coups de marteau répétés. ça manque aussi d'un minimum de ponctuation nécessaire à la cadence qui est déjà rapide.
Pour le fond, j'ai bien aimé, surtout la dernière strophe, la morale de la poule rousse qui honore sans pont d'or.

   Donaldo75   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Voici un thème pas facile à décliner en poésie, surtout en forme libre. Ici, l'ensemble est réussi. Certes les termes du genre "fiduciaire" ou "dividende" ne sont pas simples à placer car ils sont très connotés apoétiques; personnellement, je ne les aurai pas utilisés et aurai continué dans les images un peu fabuleuses du conte. Mais ce n'est qu'un bête détail.

J'aime le côté fable, conte, mâtiné de chanson de cette poésie aux relents surréalistes.

Bravo !

Donaldo

   bipol   
24/9/2018
bonjour

n'ayant absolument

aucun attrait pour l'argent

tout ce qui si rapporte

m'ennuie profondément

   PIZZICATO   
24/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Ah l'argent ! Ce grand prédateur des hommes (pas tous heureusement)

Le sujet est original bien que un peu effleuré.

Mieux vaut une jolie poule pondeuse qu'une multitude d'actions en bourse qui peuvent mettre sur la paille d'un seul coup d'un seul.

un texte intéressant

   Pepito   
24/9/2018
Salut Hersen,

Je viens saluer, ici, l'effort de parler d'autre chose que "d'amour/toujours" en poésie. C'est sûr, les habitués des phrases en asticots ne vont pas s"y retrouver.

Le prochain coup, ajoute un amour perdu en plus des pepettes disparues, cela devrait assurer ton succès.

Au fait, je l'ai pas déjà lu ce pouème ?

Mouhahahahahahahahaha !

   papipoete   
24/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour hersen
Dans tout domaine où un enjeu, une réputation, une certitude est en balance, le vent tournera comme passera tant d'eau sous les ponts !
Hier fortuné, aujourd'hui plumé l'homme vendrait son âme au Diable, si elle valait quelque-chose !
NB un " pavé gris " de Mai 68 peut sur le marché, valoir de l'or ...

   JcJaZz   
24/9/2018
Des vers courts qui donnent du rythme et aux métriques très différentes un peu comme les variations rapides et aléatoires des cours des actions en bourse à la hausse ou à la baisse.

Les nombreuses métaphores, allitérations et assonances fonctionnent bien et donnent une lecture agréable.

La morale de ce poème me parle et me fait penser au célèbre proverbe amérindien attribué à Géronimo : "Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas".

Merci

   Fowltus   
24/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour hersen,

J'aime bien l'amplitude du poème, son grand écart, l'idée du départ et le contrepoint final.
J'aime beaucoup moins le découpage qui plutôt que de poser des silences perd le fil que tient le lecteur.
Je souhaite longue vie à votre poule face à ces loups ('les rois insensés').
Merci.

   Cristale   
24/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Hersen,

Te voilà assurée au moins d'un oeuf par jour à becqueter, quant au cours de la bourse, avant qu'il ne vide la tienne, évite de le remplir.
Mieux vaut engranger le grain pour ta cocotte rousse, elle, au moins ne souffrira pas de décote. Voilà pour l'histoire.

Concernant la trame, je suis sensible à la brièveté et le rythme des vers riches en musicalité, les assonances, les articulations sur les phonèmes clairs fonçant graduellement jusqu'à s'éclaircir à nouveau.
J'ai lu ainsi :
"un relent mouillé
venu des mondes délétères
a boulotté tout rond
le gai soleil

au pied de la corbeille
quand l'or se changea en plomb
les rois insensés
et avisés crièrent
– j'achète ! –"

Joli texte et subtil langage, j'adhère positivement.

Cristale
Une habituée des phrases en asticots qui s'y retrouve parfaitement.
Aïe aïe Pépito :)

   hersen   
26/9/2018

   Eki   
27/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Robin des sous n'est pas Robin d'émois...
La fable de l'histoire est qu'une poule veut mieux qu'un requin même quant elle ne pond pas des oeufs d'or...Elle ne fait aucune spéCULation...!!

J'aime bien la subtilité du poème.

Eki aime les cocos

   Raoul   
27/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bel exercice rédactionnel : Finance et Poésie, vous avez deux heures).
Ce texte est un vrai jeu, sautillant et spirituel, d'argent parabolique. Une belle fable.

"Les riches, c'est fait pour être très, très riche, et les pauvres, très, très pauvre voilà !" La folie des grandeurs & d'après Victor Hugo ! (si-si)

   Robot   
3/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une fabulette qui reprend le thème de la poule aux œufs d'or version 21ème siècle.

La poule pond encore dans la corbeille et son propriétaire ne voit pas que le fond est percé, que son omelette sera à ramasser un jour par d'autres.

Les vers courts portent avec force le propos.


Oniris Copyright © 2007-2018