Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
placebo : L'émascarade [concours]
 Publié le 14/12/11  -  9 commentaires  -  2872 caractères  -  214 lectures    Autres textes du même auteur


L'émascarade [concours]



Ce texte est une participation au concours n°12 : Chansons (informations sur ce concours).




Par Tonton Falcone

______




Par Éric le noir



Il polyglotte
Toute sa vie,
Il rebelote
Jusqu'à l'ennui

Les paysages
Il les a vus
Mais l'arrivage :
Jamais déçu !

As-tu jamais croisé
Au cours d'une balade
Sur la route escarpée
Le train des escapades ?


Les beaux glaciers
Il les voit fondre
Pause photo
Venez tous pondre

Un grand œuf blanc
Sombres nervures
Le grain crissant
De leurs blessures

As-tu jamais croisé
Au cours d'une balade
Sur la route escarpée
Le train des jérémiades ?


Les extatiques
Sont chaleureux
Un élastique
Dans les cheveux

Sous leurs habits
La camisole
Salmigondis
Il en rigole

As-tu jamais croisé
Au cours d'une balade
Sur la route escarpée
Le train des cavalcades ?


Toujours plus haut
Il y arrive
Les berlingots
Il les esquive

Sacrées couleurs
Sous les montagnes
Plus de douleurs
On les épargne

As-tu jamais croisé
Au cours d'une balade
Sur la route escarpée
Le train des mascarades ?




Licence Creative Commons
L'émascarade de placebo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 2.0 France.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pat   
14/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La version interprétée par Eric est la première que j'ai entendue pour ce concours, c'est aussi ma préférée du musicien (pour ce concours). Je ne me lasse pas de l'écouter. J'aime tout dans cette interprétation : l'accompagnement à la guitare, la mélodie et la voix... J'ai découvert l'habillage de Tonton Falcone plus récemment. Ma première impression, c'est la proximité. Il y a, bien sûr pas quelques différences que j'ai de suite perçues, ayant en tête l'interprétation d'Eric. J'aime beaucoup aussi, même si les défauts d'enregistrement me gênent un peu (ils étaient en charrette, ceci expliquant cela). Le plop sur escarpée et le manque de relief, en particulier... mais ça reste quand même de qualité, même si je préfère quand même celle d'Eric.

Le texte est relativement nébuleux, mais ça ne me gêne pas plus que ça (j'aime beaucoup les refrains). Le "polyglotte" fait tout de même un peu bizarre, même si c'est assez dans le style Placebo. Il faudrait peut-être aller vers plus de simplicité lexicale, je pense pour de prochaines chansons. Mais le rythme et les sonorités sont bien présents, ce qui a été sans doute déterminants dans le choix des zicos.

Bravo à tous pour cette chanson !

   funambule   
14/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Excellente construction pour ce qui concerne le texte destiné à être mis en musique. Je trouve aussi l'idée assez bonne même si un peu décalée en 2011. Après je déplore (même si j'entends le fond) le manque de clarté du texte et l'emploi de certains mots qui contredisent l'aspect "populaire" (que l'on peut toujours prendre de haut) de ce qu'est une chanson. Eric Le Noir s'en sort haut la main même si je sais qu'il répugne à toucher une virgule au texte de l'auteur... et que Tonton Falcone à eu la bonne idée d’escamoter le premier refrain... ensuite, ne pas suivre l'évolution (puisqu'il est évolutif ce refrain) n'était pas à mon sens une bonne idée... car le refrain n'est pas évolutif par hasard.

Je suis un inconditionnel (ou presque) d'Eric... j'ai découvert un autre artiste qui semble mériter le détour.

Ce n'est sans doute pas le lieu de dire mais en échange de leur contribution il eut été sympathique d'éditer un lien où écouter les artistes qui ont gracieusement contribué à la réussite de ce concours. --> Il suffit de cliquer sur le lien posé sous le lecteur. Pat

   Charivari   
14/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Surprenant, parce que les deux musiciens ont finalement retranscrit un univers assez proche (voix grave, acoustique, balade), alors que le texte pouvait être interprété de beaucoup de manières différentes. J'ai aimé les interprétations musicales (beaucoup celle d'Eric, mais celle de Tonton Falcone m'a assez plue aussi)... J'aime moins le texte, qui me semble beaucoup trop vague et qui, sans la musique, ne m'aurait pas parlé.

Cependant, comme pour "fine d'amoniaque", ces paroles avaient un certain nombre d'avantages pour une éventuelle mise en musique : des mots évocateurs, une bonne découpe (le refrain notamment)...

Vraiment dur de mettre une appréciation ici, puisqu'il faut mettre une note à deux musiques différentes et un texte... On va faire un mix.

   misumena   
14/12/2011
Bonjour, Placebo, Tonton Falcone et Eric,

Comme d'habitude, j'ai écouté puis lu.

Sur le texte d'abord, j'avoue que je me perds encore en conjectures. Peut-être s'agit-il d'une critique ethno-écologique du tourisme de masse, mais je penche pour une allégorie du tourisme hippie tendance Katmandou virant au boboïsme. Je risque de me prendre une déconvenue sévère lors de l'explication que Placebo ne va pas manquer de nous donner sinon je pleure. A moins qu'il s'agisse de la métaphore de Bugarach en ces temps agités de menace apocalyptique sur le CAC 40. Ou du Mandarom. Le néologisme du titre laisserait entendre qu'on parle un peu d'une perte de virilité. Cher placebo, autant vous le dire : j'y pige rien.
Si le fond est trop profond pour moi, la forme me plaît assez : régulière, rythmée, avec de jolies sonorités et un bon refrain.

En ce qui concerne la mise en musique, ma première impression a été de m'étonner de la proximité des traitements. J'ai alors lu le texte, afin de comprendre ce qui pouvait induire ce style précisément. Une petite nostalgie dans le refrain, peut-être ? Mais plus je le lis, plus je me dis qu'on pouvait, comme le dit Charivari, l'interpréter de bien des façons. Ça swingue, même.
J'avoue avoir une fois de plus une grooooossse préférence pour la version d'Eric, bien plus aboutie à mon sens que celle de Tonton Falcone, même en faisant abstraction des problèmes d'enregistrement. La version "Falcone", avec ses sons électriques un peu planant, ne convient pas mal à mon interprétation du texte (tourisme spirituopiomane). Celle d'Eric irait plutôt, à mes oreilles, dans le sens de la nostalgie d'un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître, où tourisme ne rimait pas avec charter. J'aime beaucoup le soin apporté aux parties instrumentales. Eric a fait de la belle ouvrage pendant ce concours : c'est juste, précis, mélodieux, léché. Merci, Eric.

   vicon   
18/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bon, c’est un peu délicat ici de donner un avis sur deux chansons… Mais c’est aussi très intéressant !
J’aime beaucoup les deux versions, alors je vais faire une distinction qui ne veut rien dire (bien qu’elle soit sincère, hein) et qui contentera tout le monde !
Potentiellement, je crois que je préfère l’esthétique de Tonton Falcone, qui appartiendrait à un univers musical plus proche du mien, peut-être un peu plus jeune. Mais la version me semble moins aboutie : voix pas toujours très juste, et suuurtouuuuut, cruel manque de percussion (et de basse)! Au refrain, ça laisse vraiment un vide…
Pour le reste, je trouve que le squelette est bon, et peut amener à une belle impression d’espace et de mélancolie.
La version d’Eric, très réussie dans son genre ! Pour pleins de raisons, j’aime ! Les voici : une guitare, une rythmique, une voix, un changement de ton, une autre guitare, un autre changement de ton ^^.
Après, personnellement, je trouve les sons un peu trop ronds, j’aime bien les sonorités (beaucoup, voire beaucoup beaucoup) plus rêches, avec plus d’attaque. Mais même si je préfère les terres fêlées des guitares manouches, j’avoue me laisser volontiers prendre en otage par cette chanson aux panoramas verdoyants !

Pour les paroles, j’avoue ne pas y avoir fait très attention en écoutant les musiques. Je les prends ici comme un joli assemblage de son où quelques images ressortent d’entre les notes de musiques. (j’écoute là) Portent bien le chant je trouve. Le mot polyglote sonne naturel : bien joué ! Du coup il amène bien tout le texte. Pari réussi. Extatique… mouais. Un élastique dans les cheveux : belle image de sensualité banale, j’aime bien. Colle bien au chant. Refrain réussi à mon gout. Sacré couleur sous les montagnes. Je note. Pareille, image simple et sensuelle. Tout à fait adaptée à la chanson.
Aïe, chanson finit, et il est trop tard pour remettre ça.

Je termine en vous félicitant tous les trois (?), espère vous réécouter bientôt.
Amicalement,

PS : je me demandais pourquoi les versions étaient si proches… est-ce le refrain, « au cours d’une ballade » qui vous à fait faire ça ? Je vois une jolie ambiguïté « ballade / ballade », j’aurais bien aimé la voir un peu plus appuyée !

   placebo   
15/12/2011

   bulle   
16/12/2011
Pas évident de commenter avec les deux versions, sans privilégier l’une plus que l’autre, ou comparer ce qui semble comparable.
Et pourtant, c’est vrai que les deux confluent pas mal dans l’adaptation.

Je vais oser dire que j’ai été un peu blues de ne pas entendre le déjanté de Tonton Falcone entraîner ce train à une allure de plus en plus vive. Les vers courts s'y prêtaient (mais ça n’engage et ne concerne que moi).
Je sais qu'il y a eu pas mal de problèmes pour tenir dans les temps, et j'espère qu'il se pourra une 'finition' prochainement.
(Greg, si tu passes par le fil de discussion ouvert par placebo...^^)

Je trouve la voix bien posée (un peu à l’écart par moments), mais la ligne un peu trop monocorde, du coup. À côté, j'aime le rendu guitaresque.

Je crois, en fait, que si je percevais le texte graduel, en montée, c'est parce que l’adaptation d'Éric, que je trouve plus "étoffée", m'est restée collée aux oreilles. Elle m’a permis la ‘visualisation’ d’un tortillard.

Mais ça vient aussi du texte, quand même.
Au fur et à mesure que les mots avançaient, j’ai vu défiler le train de la vie, tout bêtement. Avec ses hauts, ses bas, ses lacets. Les passagers descendent, d'autres montent, et ainsi de suite, jusqu’à son terme « plus de douleurs, on les épargne ».
Le train de la vie mais du monde aussi (« il polyglotte »).
Je suis presque certaine que c’est beaucoup trop simple pour un lézard comme placebo.^^



Merci, en tout cas, à Éric et à Tonton Falcone de nous avoir offert ce joli moment, en double version.

   Anonyme   
9/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'adore le titre. J'aime aussi la légèreté du phrasé.

J'ai trouvé l'ensemble joli mais plutôt contemplatif.

Personnellement il m'a manqué un peu d'émotion, de teneur.

Un survol, beau et léger, mais un survol.

De belles images.

   Marie-Ange   
1/2/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est difficile de comparer les deux écoutes, toutes deux font vivre le texte avec émotion, peut-être que celle de Tonton Falcone est dans une tonalité plus douce, moins accentue dans le phrasé, mais il n'en demeure pas point que l'écoute est en plaisante.

Je préfère celle de Eric le Noir, car il a un grain de voix, inimitable, qui vous chavire, il s'approprie les mots, il les fait vibrer étonnamment, ça claque, ça vous remue, ça vit pleinement, ça vient vous chercher.

Quant au texte, il vous embarque, j'aime ces textes aux phrases courtes, ils sont bien plus expressifs, ils s'accrochent bien plus facilement à la mémoire, j'ai eu tendance à vouloir me mettre fredonner.

Très beau morceau, que vous nous avez offert en écoute, merci aux interprètes et au compositeur.


Oniris Copyright © 2007-2017