Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Provencao : Le mystère
 Publié le 20/08/18  -  9 commentaires  -  712 caractères  -  168 lectures    Autres textes du même auteur

Quand le mystère de la poésie et de la nature se rejoignent.


Le mystère



L'été s'infiltre sournoisement sous l'olivier,

Quelques mésanges colorées sur le sol affriolant

S'invitent à picorer les graines, joyeusement

Entre les brindilles entrelacées où s'offre le banquet.

Un soir serein effleure le voile étoilé,


L'oliveraie soupire crénelée de mystère,

Le ciel perdu en Camargue s'abreuve de souvenirs d'hier

Quand le mistral rehaussait le galoubet.

Sur la douceur opaline des roses lointaines,


L'horizon caresse un doucereux trait de vérité,

Cette incandescente orangée quand le soir épousé

Illumine le mas, les roseaux en une âme incertaine...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vanessa   
4/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,
Votre texte ne reflète pas le mystere pour moi.
Il s'agit là d'une description relativement jolie mais somme toute assez commune d'un bel environnement.
Je ne l'ai ressenti que dans ces deux vers:
"Quand le mistral rehaussait le galoubet.
Sur la douceur opaline des roses lointaine. "
Deux vers que vous séparez par un point alors que pour moi, il devrait être liés.
Merci.

   Raoul   
4/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Description paysagère plus que poésie à proprement parlé, je m'ennuie à la lecture.
Tous les poncifs décrit depuis le XIXième y passent, mais nous n'y somment plus : le vocabulaire est usé jusqu'à la corde par les "poéteurs" prédécesseurs…
Par exemple, "Opaline" est une couleur qu'on lit dans 2/3 des tentatives poétiques, "qui a une teinte laiteuse et des reflets irisés" me dit mon dictionnaire millésimé 2001, est ce que laiteux n'aurais pas été mieux, moins affadi, moins suranné…
Pour moi, tout le champs lexical est à revoir, trop poussif, à vouloir apporter des nuances par ce biais, on n'obtient qu'une préciosité manquant singulièrement de fond.
Pardon, mais je reste insensible et ou hermétique au "Mystère".

   Eclaircie   
5/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Mystère -en Camargue, donc.

Vous présentez votre poème dans la catégorie libre, mais il n'est pas "libre" :
Organisation en paragraphes de 4 ou 3 vers, rimes, rythme quasi régulier.
Dans le détail :
L'été ce ne sont pas les "mésanges "qui sautent le plus au yeux, dans la nature, je verrai plutôt leur présence comme un signe de l'hiver (c'est très perso, comme remarque), les hirondelles seraient plus représentatives, ou alors un oiseau de la région qui se remarque surtout l'été.
Ensuite votre poème évoque un sonnet, alors il manque un tercet.

Il est cependant attachant ce poème :
J'aime
"Un soir serein effleure le voile étoilé,"
"le mistral rehaussait le galoubet."
"L'horizon caresse un doucereux trait de vérité,"

À reprendre, pour moi, ce texte le mérite.
Bonne continuation,
Éclaircie

   papipoete   
8/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
libre
la nature, oui toujours la nature avant qu'elle ne soit défunte, inspire toujours le poète, et les paysages de Provence trouvent sous votre plume, un hommage fort charmant !
NB je viens de lire " en aveugle ", des textes merveilleux, si bien tournés ; mais je m'arrête sur le vôtre car s'il semble prosaïque, en réalité son vocabulaire tout simple, n'est pas dénué de poésie !
L'ultime strophe est brillante !
papipoète

   Willis   
20/8/2018
Je lis un blocage dans l'expression. Malgré cela, j'ai senti l'émotion qui fut la vôtre. Vous avez rajouté des détails issus de l'imagination, tant vous vouliez exprimer l'état de béatitude provoqué par cet instant magique.
Il est parfois impossible d'exprimer son ressenti. Peut-être qu'il est des moments trop précieux, trop personnels, pour être partagés.

   Donaldo75   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Provencao,

En lisant ce poème, j'ai pensé à un tableau de l'école impressionniste. Je ne sais pas si c'est voulu, mais en tout cas l'impression persiste à la relecture et elle est plutôt agréable.

Bravo !

Donaldo

   Anonyme   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le poème en soi est très beau très detaillé; mais on se perd dans la lecture lorsqu'on retrouve des déscriptions à la place d'un mystère.

une modification du titre et tout sera parfait pour une poésie qui fait voyager en étant assis!

jerusalem
merçi

   PIZZICATO   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Elle a séduit et inspiré tant de poètes, cette Camargue.

L'écriture est simple ; " oliveraie " " mistral " " galoubet " " mas " sont au rendez-vous.

Toutefois, rien ne m'a paru mystérieux dans cette description.

   Lulu   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Provencao,

Pour vous avoir déjà lue (j'entends par là, d'autres textes), je devine un peu l'émotion qui fut la vôtre en ayant écrit ce poème. On perçoit, en effet, une belle sensibilité au décor décrit, même si cela ne transparaît pas beaucoup. Peut-être le poème est-il trop succinct pour générer vraiment de l'émotion chez le lecteur ?

Cela dit, les images sont très belles. Il y a les couleurs, la simplicité de ce qui est perçu et l'on sent que le mystère est dans le regard que vous portez sur le paysage.

Pour moi, votre poème est appréciable. Il suppose qu'on s'y arrête un temps, qu'on observe avec la narratrice cet olivier et ces "mésanges colorées sur le sol"... Cela me semble sans prétention, juste simple dans l'expression.

Bien cordialement.


Oniris Copyright © 2007-2019