Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Publikator : Le souk du barbecul élec... trique
 Publié le 14/07/11  -  25 commentaires  -  2327 caractères  -  722 lectures    Autres textes du même auteur

The chanson of l'été d'Oniris...


Le souk du barbecul élec... trique



Allongée dans mon hamac,
Mon cerveau me joue des tours ;
Prise à ses désirs orgiaques,
J’ai oublié le boulghour,
Car j'aurais dû l’acheter
Pour faire un bon taboulé,
Mais c’est l’été, il fait chaud,
Je ne pense qu’à…


Compte jusqu'à trois pour une chipolata,
Compte jusqu'à six pour une grosse saucisse,
Et pour les merguez,
Et pour les merguez,
Il faut compter jusqu'à treize.



Allongé dans mon hamac,
Mon cerveau me barbecue,
Il dessine des nanas
Toutes belles toutes nues ;
Elles me font des gros smacks,
Me servent des I love you
Et je n'en peux plus, je craque
Je sens que je vais…


Compte jusqu’à trois pour une Margarita,
Compte jusqu’à six pour un petit Angel’s kiss,
Et pour la Mauresque,
Et pour la Mauresque,
Il faut compter jusqu’à treize.



Allongé dans mon hamac,
J’ai des hallucinations,
Je vois tout un bric-à-brac
D’abricots et de melons.
Mon corps est caniculé,
Plus bouillonnant que des braises,
Au revoir le taboulé,
J'ai trop envie de…


Compte jusqu’à trois pour la piña colada,
Compte jusqu’à six pour un cocktail de délices,
Et pour la synthèse,
Et pour la synthèse, il faut...

Compte jusqu’à toi,
Compte jusqu’à moi,
Compte jusqu’à nous,
Compte jusqu’au bout…

Compte jusqu’à toi,
Compte jusqu’à moi,
Compte jusqu’à nous,
Compte jusqu’au bout…

Compte jusqu'à trois pour une chipolata,
Compte jusqu’à six pour un cocktail de délices,
Et pour la synthèse,
Et pour la synthèse, il faut... compter jusqu'à treize !




Les équipes de la centrale tiennent à remercier chaudement Nico et Mel pour avoir permis cette mise en musique !

Paroles : Publika©tor studieux (Charivari, Pat, marimay, bulle)
Adaptation, chants, guitares et percussions diverses : Tit patapons
Mélodie : bulle, Nico Choupchoup
Chœurs refrains : Mel Choupchoup, Nico Choupchoup, bulle



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
12/9/2011
Une chanson extrêmement sérieuse et grave sur un sujet philosophique fondamental : l'attente, la recherche du bonheur, la condition humaine.

Le refrain est particulièrement éloquent : l'humain n'est jamais satisfait de son sort. Alors qu'il suffit de compter jusqu'à trois pour obtenir une chipolata, le plaisir simple et naturel ne saurait le combler. Dans sa quête absurde de bonheurs illusoires, l'être humain continue de compter. A six, il obtient une grosse saucisse, mais il l'abandonne aussitôt pour chercher "l'ailleurs", l'au-delà, l'exotisme, symbolisé ici par la merguez, et plus loin par la mauresque (je souligne aussi la portée symbolique du chiffre treize, 12 -c'est à dire l'univers- + 1)

Une chanson donc qui n'est pas sans rappeler l'oeuvre de Becket ou celle des existentialistes. L'homme, à force de chercher le bonheur, d'échapper à sa condition, perd la raison :" J’ai des hallucinations, Je vois tout un bric-à-brac, D’abricots et de melons."

Cependant, au bout de la folie, au delà du bien et du mal, du paradis (l'angels kiss) et de l'enfer (Plus bouillonnant que des braises), se trouve la "synthèse". Le texte finit par une note d'espoir... La jouissance matérielle et les plaisirs "orgiaques" sont enfin oubliés ("au revoir le taboulé), au profit d'un bonheur simple et sincère, d'un épicurisme raisonnable où prévaut l'amitié entre les hommes :

"Compte jusqu’à toi,
Compte jusqu’à moi,
Compte jusqu’à nous,
Compte jusqu’au bout…"

Conclusion : c'est tellement beau qu'on dirait du Sartre...

   Pat   
12/9/2011
Ils font quoi au comité éditorial ? J'espère qu'ils vont pas laisser passer ce concentré de hors charte ! Franchement, donner une recette de taboulé sans même indiquer qu'il faut de la menthe fraîche qui aurait d'ailleurs pu servir pour des mojitos - dont il n'est même pas fait allusion parmi les rafraîchissements proposés ! Où va-t-on ? Non, vraiment, y a du relâchement chez les auteurs ! Ils pourraient quand même vérifier leurs sources. Je ne vais pas mettre une trop mauvaise note pour pas qu'on me descende mon prochain texte... Mais j'en pense pas moins !

   Pattie   
12/9/2011
Quelqu'un a de la moutarde ?

[Non, juste de la mayonnaise... peut-être un vieux fond de nutella, aussi...]

   Bellaeva   
12/9/2011
Oh ! je ne commente pas souvent en ce moment, et encore moins en poésie ! Mais là, je suis tombée sur le c...!
Je n'ai pas pu m'empêcher ! c'est trop irrésistible !!
Quelle délicatesse ! cela fleure bon l'été !!!

"Compte jusqu'à trois pour une chipolata,
Compte jusqu'à six pour une grosse saucisse.
Et pour les merguez
Et pour les merguez,
Il faut compter jusqu'à treize."

Ah ! cette strophe ! Quel régal !

   Lunastrelle   
12/9/2011
J'en suis toute émoustillée! J'ai faim, huuuuuum!
Ça va être le tube de l'été, je vais danser dessus toute la nuit!
Des paroles exceptionnelles pour une musique vraiment entraînante!

   bulle   
12/9/2011
Le texte, le texte, ouais, le texte, le fond, touça touça !

Une portée à la fois épicurienne et épidermique.

Je ne sais pas si je dois oser parler des symboliques de certains mots employés au risque de choquer les âmes sensibles. Mais perçu sous l'angle réel, le principe féminin vaut son pesant d'or ! [Tu veux parler de l'aspect sémantique comme antinomie de la merguez ? Sinon, je ne suis pas...]

Quant à la musique, c'est vraiment THE chanson of l'été ! L'été qui sera plus que Show !

Y a pas à dire, ça va danser dans les chaumières !

   monlokiana   
12/9/2011
J'étais dans la page d'accueil quand j'ai vu des exceptionnels pleuvoir. ( il faut dire que c'est chose rare sur oniris)
Pour une fois, on m'a cloué le bec. J'ai rien à dire
Le texte, la présentation du texte, le fond, la chanson, Impect
Bravo vraiment...
Ps: pas moyen de la télécharger cette chanson? :-(
Je suis aussi désolée mais c'est juste que j'ai changé d'avis...C'est juste de la bonne musique avec des paroles très bien aussi, mais c'est pas exceptionnel. Ma vision de l'exceptionnel est différente... Dire que cette chanson est exceptionnelle serait une insulte aux autres chansons qui m'ont fait rire, pleurer, danser...(:-) (On ne peut pas changer d'avis ici?) [Ça dépend. Mais on a le droit de faire de l'humour... sans doute compliqué à comprendre pour de jeunes nouveaux]

C'est quoi ces changements de notes intempestifs ? Vous êtes priée de remettre votre exceptionnel. Signé : la ligue des minouphiles hamacqués
Bis repetita ! Nanmého !

   Pascal31   
12/9/2011
Très sympa, la chanson !
Ce qui fait plaisir à voir, aussi, ce sont les grands manitous d'Oniris qui se lâchent -avec beaucoup d'humour- dans les commentaires (Charivari, Pat, Bulle, on s'auto-congratule ? Pattie, on ne s'auto-modère pas ?) :))
Pour ce qui est du texte, c'est du grand n'importe quoi bien pensé, grivois à souhait, et qui, mis en musique, fait une chanson rythmée, entraînante et amusante.
Une belle réussite de groupe, assurément le tube 'onirien' de l'été !

EDIT : Après avoir reçu plusieurs menaces de mort de la LCH (la Ligue des Chatons en Hamac) et trouvé sur mon paillasson un colis contenant 13 kilos de merguez, je change mon "Très bien" en "Exceptionnel +"... De mon plein gré, bien sûr ! [Pattie ! Tu peux défaire le nœud coulant... et enlever ta combinaison de latex !]

   Nescience   
12/9/2011
J'ai voulu mettre un "Très faible -" parce que la chanson m'est restée dans la tête et parce que ça parle de viande ! (Quoi ? On me souffle que ça ne parle pas vraiment de ça ?!)

Mais bon, y a des chatons dans un hamac... [Tu vois, bulle... on a bien fait de remplacer les cochons !]

   bulle   
14/7/2011
Pour le pourquoi du comment il faut... Compter jusqu'ici

   misumena   
12/9/2011
Mais oui, bien sûr, c'est évident ! Exceptionnel +, ça s'impose.
:)

PS : Vos deux voix vont aussi bien ensemble que les tit chats dans le hamac.

   jaimme   
12/9/2011
Putain de sa race, ça déchire grave de la mort qui tue!
Et les deux vieux là, ils ont une voix, mais une voix!!!!
A quand le Stade de France?

(Euh, juste une question...: les deux chatons sont hétéros?) [Tu as raison, c'est une question fondamentale... mais il paraîtrait que... enfin, ça ne nous regaaaaarde pas !]

   Anonyme   
15/7/2011
L'intention est meugnone tout plein. Vous avez du bien vous amuser à bosser dessus. Y a du boulot...

Après les chansons paillardes sont pas trop mon truc.
Je pense que Patrick Sebastien doit avoir ce genre de chansonnette dans son répertoire... qui n'est pas du tout le mien.

Je fais comme d'hab, je note à contre-sens : je note pas! Je peux juste pas mettre une bonne note à une chanson qui parle de merguez sans évoquer le couscous et le nutella, c'est contre ma religion gastronomique...
Par contre, je mets un up pour le Mojito, bon, j'avoue, on peut négocier la note contre un litron, j'ai une soirée demain...

PS c'est moi ou ça parle ouvertement de cul cette chansonnette en apparences toute meugnone,? Pervers!!! [C'est toi, Estelle... tes oreilles te jouent des tours. Ça ne parle que de minous dans un hamac, comme le montre la photo mise là justement pour éviter des interprétations sauvages...]

Ouais on me lafépa à moi, t'as déjà vu un chat dans un hammac qui boit une margherita, à d'autttt'!!!

   Anonyme   
14/7/2011
Je suis allée sur le site. ce qui est intéressant c'est de découvrir l'univers musicale des Tit-patapons. Le reste est question d'univers personnel. Mais le projet, le leur, est là.

Je ne trouve pas ce souk très paillard, un peu quand même, ça mise beaucoup sur un humour de groupe et sur la bonne humeur.

   widjet   
12/9/2011
Ah que j'aime lorsque nos créateurs lâchent les brides !
Sympathique tout plein et coquinou (les "hmmm" féminins en fond sonore m'ont fait hum-hum) j'aurai bien participé moi à l'écriture de cette chanson (ah je vous ai pas dis que j'écrivais aussi des chansons à la con dans ma verte jeunesse). [Chiche pour la prochaine ? On te prend au mot...]

Bon, bah, je suis la troupe ! [Le cercle des DDC (déjantés de la centrale) demande l'autorisation d'encadrer ton évaluation. Pour le chèque, on verra plus tard...].

W

   pieralun   
12/9/2011
C'est marrant votre truc.
Ça a du vous prendre quand même un paquet de temps et c'est bien enregistré.
J'ai vu, entendu bien moins bon sur radios et télévisions.
Alors, pour des amateurs, c'est exceptionnel

   Mistinguette   
12/9/2011
Dites donc Monsieur Publikator, ça vous ennuierait de finir vos phrases ?
Je sais bien qu’il faut laisser un peu travailler l’imagination du lecteur, mais là, tout de même, c’est n’importe quoi !
Je ne pense qu’à ???
J’ai trop envie de ???
… il faut ???

Sans compter que cette chanson est une offense aux végétariens. A moins que ce ne soit des saucisses d’aubergines et des chipolatas de courgettes, mais, dans ce cas, il faudrait que ce soit précisé car, pour le coup, moi je reste sur ma faim.
Un bon point pour la Margarita, par contre je n’ai pas bien compris pourquoi il fallait compter jusqu’à trois. Le temps de trinquer sans doute ?

Un dernier détail, au sujet du titre, le mot électrique s’écrit en une seule fois. Je me demande quelle mouche vous a piqué pour le séparer par trois petits points. De plus, barbecul prend un T à la fin et non un L.
Mais que font les correcteurs ???

En résumé, en ce qui me concerne, ce texte est vraiment trop obscur.
Un conseil Monsieur Publikator, vous devriez vous inspirer de la sublime chanson « Le petit bonhomme en mousse » pour revoir votre copie, car, en l’état, on n’est pas près de faire tourner les serviettes.
Bonne continuation tout de même et à une prochaine fois peut-être…

PS : Le + de ma note est pour les chatons.



[Mademoiselle Mistinguette, ce texte n'est en rien une offense puisqu'il s'adresse principalement et ouvertement aux "végète à rien" ! CQFD]

[À la lumière de cet éclaircissement de ma collègue, peut-être consentirez-vous à réviser votre jugement... Là, ça fait tache ! de rosé, mais quand même !]

   Anonyme   
12/9/2011
J'ai bien ri, j'ai bien mangé, j'ai bien bu merci petit barbecul.

J'ai un moment cherché le sens fondemental de la croupure "élec...trique" inopinée du titre puis cela s'est fait subitement pour enfin tout naturellement et dignement s'ériger dans ma conscience.

Je salue les musicos, la rythmique et les paroliers qui tous se sont creusé la chipolatas pour nous faire don de cette création estivale bien remuante


OLA POUR LES MERGUEZ !

- Comment ça y'en a plus ??? [Et une bonne grosse saucisse, ça ferait pas l'affaire ? 'fin bon, les coups et les douleurs...]




EDIT
[Et une bonne grosse saucisse, ça ferait pas l'affaire ? 'fin bon, les coups et les douleurs...]
Ha mais... tu compenses comme tu peux ^^

   placebo   
7/10/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avais envie de réécouter la chanson avant de commenter et puis même pas besoin, les voix et les airs me reviennent tous seuls en regardant les paroles.

Rien que pour ça, je mettrai au moins très bien.

De plus, le texte est un peu égrillard mais reste léger, allant dans le sens (que j'aime beaucoup) du "t'as l'esprit mal tourné". C'est une des choses que j'apprécie chez gainsbourg par ex.

Et puis la musique, simplement…
Merci pour la mauresque - EPO (un autre truc que je ne risque pas d'oublier facilement en ces jours cyclistes ^^) et pour l'ensemble des recettes.

C'est vraiment la preuve que les collaborations dans le domaine artistique (et il me vient une pensée pour des concours passés) peuvent déboucher sur de très belles choses.
Alors, pour finir, je pense que ça va être un bel été.

Finir sur une pensée comme ça à partir de la vue des paroles d'une chanson, moi je trouve ça exceptionnel.

   Raoul   
12/9/2011
Whaou ! Merci du partage ! je vote !
Une p'tite ritournelle d'été qui renouvelle la brochette des rimes amour/toujours par tours/boulghour, moi je dis chapeau de paille bas les artistes !
Le seul B mou, c'est que cet air diabolique reste dans le crâne pour la journée comme une chanson de Joe Dassin !
Et ça c'est vicieux !

;-)

   Lunar-K   
12/9/2011
Il est quand même grand temps que je commente ce chef d'oeuvre ! M'enfin, trois jours... c'est le temps que dure un bon barbecue chez moi alors non, je ne suis pas en retard !

Franchement, je crois que vous allez faire des ravages (au sens propre !) parmi les oniriens... J'en ai déjà vu plusieurs chantonner malgré eux ce refrain et leur nombre ne cesse d'augmenter ! Les pauvres, ils sont devenus complètement fous. Heureusement, j'ai eu la bonne idée de me munir de boules quiès pour en minimiser l'impact, mais tout le monde n'a pas été aussi prudent...

Et dire qu'on pensait que l’épidémie de l'été serait l'eceh... Bah non. Ce sera le souk du barbecul...

[Vous avez entièrement raison ! Notre bacté-rit est beaucoup plus puissante !]

Merci les musicos !

PS : Je vous mets exceptionnel quand même parce que ça m'amuse beaucoup de voir les oniriens devenir complètement marteau !

   Anonyme   
19/7/2011
Sympathique ce p'tit air de baloche (pas d'équivoque hein, en argot Français çà veut dire le bal !).

Personnellement j'aurai aimé des voix un peu plus typées, malgré cette intention de sainte nitoucherie. Là elles sont un peu trop fluides à ma large oreille.

"Humains trop humains" ces organiris, je le savais !

Vive Sttellla et l'humour Belge !

(oui Estellum çà parle de minous, de minets et pas que dans un hamac ! mdr)

   Gerwal   
12/9/2011
Appréciation | Je trouve ce texte | Étonnant (ça n'existe même pas... pourquoi ?...)

Mais pourquoi "compter jusqu'à treize", alors que "compter jusqu'à seize" ne demandait qu'un tout petit effort supplémentaire ?

Je n'ai pas trouvé d'autres de texte de ce M. Publikator et àtravers... j'attends donc la chanson of the winter de ce monsieur pour être plus précis dans mes appréciations.
(je mets quand même "bien", pour gonfler les statistiques de mon espace Évaluateur, je sais pas si ça sert à grand chose, mais ça coute rien.)

   Jano   
11/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici donc la chanson existentialiste à l'origine du concours n° 12. Je comprends qu'un tel départ ne pouvait demander qu'une suite. L'arrangement est parfait, les voix bien posées et le texte cocasse.

Onirien de bonne tenue, j'éviterais de m'attarder sur les allusions condamnables qui se cachent derrière les treize merguez.

Réellement, une composition au niveau des pros.

   Anonyme   
26/8/2012
Un vrai régal !
cocktail d'humour à saveur sucrée...
au menu royal :
Une petite espièglerie à rester... bouche bée !


Oniris Copyright © 2007-2018