Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Purana : L’homme qui attend
 Publié le 28/12/14  -  12 commentaires  -  1878 caractères  -  306 lectures    Autres textes du même auteur

Le passé n'est qu'un phœnix déguisé.


L’homme qui attend



L'antan occupe ton présent
Doucement
Jour après jour
Et s'entasse là

C'est comme un barrage
Construit dans le lit d'un fleuve
Vois comme le flot s'amasse
Regarde se former le lac

L'eau dépasse le niveau de tes digues
Les déborde
Alors survient le déluge

Sous l'eau, des graines agitées
Ensommeillées dans la terre fertile
Se réveillent et tremblent de joie

Elles attendent… attendent…
La décrue des eaux
Mariage avec le soleil
Naissance des pâturages d'or

C'est comme posséder
Sans le savoir
Une immense richesse
Un phœnix qui va renaître de la rivière


À la veille de repousser
Je germe en osant
Me frayer une fissure dans la roche
Devenir cet oiseau légendaire
Du temps infini, de la vie éternelle

Ton passé et ton futur
Se concentrent en moi
Atome omnipotent
J'ai hâte d'être aussi ton présent


J'éclate et deviens ton univers


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   fugace   
10/12/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comment ne pas être emporté par ce torrent de vie?
La parabole de l'eau porteuse de vie est si belle, tellement adaptée à cet espoir, cette patience de l'homme qui attend.
De très belles images: "Sous l'eau, des graines agitées ensommeillées dans la terre fertile se réveillent et tremblent de joie", "Je germe en osant me frayer une fissure dans la roche".
Mais surtout ce dernier vers: "J'éclate et je deviens ton univers".
Superbe!

   papipoete   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
le présent s'entasse comme une couche de galets, dans le lit de ce fleuve, mais ne s'endort pas, juste sommeille. Voici le cycle de la vie végétale, où la graine récoltée devant soi, peut tomber sous nos pieds, et recommencer après une longue attente, à donner naissance à ces pâturages d'or.
A part une pierre qui tombe à l'eau, ne fait que se patiner, la rivière est un couvoir dont renaîtra la vie, l'espoir?
Essayez, juste pour voir, ce que donnerait votre texte parsemé de ponctuation?

   Curwwod   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En lisant votre texte je pense à la crue du Nil, autrefois divinisée par Hapi, qui apportait la fertilité et la richesse à ce grand pays de sable et de pierre. Notre mémoire serait-elle métaphoriquement comparable au cours antérieur du fleuve de notre vie qui accumule les souvenirs puis les libère dans une émotion créatrice et fructueuse, qui façonne l'homme nouveau, ce phoenix constamment régénéré.
C'est un texte bien conduit, imagé et finalement en ce qui me concerne d'un optimisme revivifiant.

   kamel   
19/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour
Une attente,des attentes au pluriel et de toujours cette envie de se libérer d'un passé qui,comme l'ombre,le suit à travers le temps,un temps sans doute impardonnable qu'il faudrait "oser" le défier mais hélas, il creuse nos visages et nous force à le suivre tant bien que mal,une poésie où les mots trouvent leur liberté de mettre en évidence ce rapport à vivre dans le présent.

   Pimpette   
28/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Sous l'eau, des graines agitées
Ensommeillées dans la terre fertile
Se réveillent et tremblent de joie"

Tout le texte raconte l'arrivéedu printemps'....la germination des graines après l'hiver..chaque renaissance d' homme pour soi même...et pour l'autre;
Fameux vers ultime!
L'éternelle ronde de la vie;
sujet éternel et très intime en même temps...

   Lulu   
28/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce poème est vraiment superbe ; les images sont magnifiques.
Il me parle particulièrement, ayant un temps fait de mon passé un véritable lac !

J'aime beaucoup les images, celles des graines qui bouillonnent de vivre et de germer pour que naissent les "pâturages d'or". Puis le passage à la première personne du singulier : "Je germe en osant / Me frayer une fissure dans la roche / Devenir cet oiseau légendaire".

Je me souviendrai longtemps de ce poème, pour ses images et son si beau message.

   Michel64   
28/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le parallèle entre les eaux d'un fleuve et la vie est très bien mené dans ce beau poème plein de sens et d'images. Notre vie avance t'elle comme les crues du fleuve, par stagnation puis accélération et débordements soudains ? Sûrement. Il y a ces temps d'accumulation et ensuite ces temps d'expression.

Tout ceci est très bien exprimé ici.

   leni   
28/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Purana
Ce poème superbement construit nous prépare à son dernier vers
La vie est un devenir Et les saisons s'enchainent j'ai pensé à la chanson:"le jour où la pluie viendra"En résumé:

Sous l'eau, des graines agitées
Ensommeillées dans la terre fertile
Se réveillent et tremblent de joie

Elles attendent… attendent…
Bravo pour ces pensées optimistes et MERCI

   Francis   
29/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La crue du Nil qui fertilise sa vallée ou l'acheb qui apparaît quand quelques gouttes de pluie se posent sur le désert ? De belles images poétiques ;
" Regarde se former le lac, naissance des pâturages d'or, sous l'eau des graines agitées..."
La plume aborde avec beaucoup de poésie L'idée de la renaissance, du temps qui fuit.

   Robot   
29/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte que je ressens comme une ode au renouveau, à la renaissance. Un texte qui parle d'attente et d'espoir aussi.
De belles images et des métaphores bienvenues.
"Je germe en osant
Me frayer une fissure dans la roche"
"J'ai hâte d'être aussi ton présent"
Une poésie qui me touche à l'âme.

   Pussicat   
1/1/2015
Bonsoir Purana,
Je n'arrive pas à accrocher votre poésie... c'est un beau texte mais je ne trouve aucun souffle, aucune accroche, pas la moindre aspérité à laquelle me raccrocher... c'est bien écrit, je vous le dois, mais il manque pour moi la flamme, le feu de la renaissance, du renouveau.
A bientôt de vous lire,

   Purana   
4/1/2015

   Anonyme   
19/1/2015
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2019