Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ristretto : Cinéma muet
 Publié le 07/12/08  -  2 commentaires  -  1105 caractères  -  95 lectures    Autres textes du même auteur

Quand le langage se passe de mots.


Cinéma muet



Nous parlions de la pluie, nous parlions du beau temps.
Quelle importance ?

Nous étions spectateurs.

Nous parlions pour que dure le temps.

Nous étions spectateurs.

Eux n'avaient que faire des mots,
Bien trop étriqués, les mots !

Eux prenaient les chemins de traverse,
Eux à l'école buissonnière,
Ils jouaient,
Ils riaient, frissonnaient.

Eux redessinaient l'espace,
Effaçaient les limites,
Surfaient sur les parfums.

Au travers des cils - moucharabiehs
Déposaient leur message.


Au-devant de la scène,
Eux, menaient toute la danse,
Duettistes improvisant une chanson de gestes.


Nous parlions,
Nous parlions du soleil et du vent.
Nous parlions pour garder contenance.

Eux se moquaient de toutes les convenances.

Et mes mots trébuchèrent
Et vous n'écoutiez guère.


Nos corps savamment
Jouaient une pantomime
Celle des futurs amants.



01/12/2008


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
8/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ristretto,

Je crois que "eux" désigne des acteurs de film muet, peut être le spectacle dont il est question, le flou est assez artistique et je trouve l'image assez jolie et drôle et pertinente... mais quand même, les pantomimes, en vrai c'est moins romantique.

Croire que l'on plait à une femme par delà la vitrine d'un café alors qu'en fait, elle admire son reflet et se recoiffe, par exemple, c'est bien du pantomime aussi :)

   marimay   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour ristretto,
J'aime le secret qui entoure le "eux" et que vous dévoilez à la fin de votre poème. Les deux amants parlent de tout et de rien mais leurs corps, eux, en disent bien plus.
C'est finement écrit et j'apprécie.


Oniris Copyright © 2007-2019