Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ristretto : Désautomner
 Publié le 02/11/10  -  12 commentaires  -  561 caractères  -  258 lectures    Autres textes du même auteur

Libre saison...


Désautomner



Je me fous de l'automne et des brumes fantômes.

Je ris à la face des vents gris et coulis.

Je jette l'anathème sur tous les chrysanthèmes.

Des feuilles mortes, je me moque – de toutes les pelles aussi.

Car moi, je désautomne !

Je déboussole sur le reflet de vos yeux gris,
Je tourbillonne dans le parfum de vos matins,
Je papillonne au creux de vos mains,
Je lampionne à la musique de vos envies,
Je tobogganne sans retenue.

Je désautomne,

Je dessaisonne...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bulle   
25/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui ! Désautomner, déssaisonner, toboganner, lampionner.

Autant de néologismes à la fois fantaisistes et remplis de sens qui me plaisent beaucoup. Ils donnent un mouvement très ample aux lignes.

Cette originalité est un plus à l'écoute. Elle délivre la volonté, l'enthousiasme, la vie surtout, et pourquoi pas le bonheur de vivre (d'être en vie).

Bon, je tique un peu ici : "Des feuilles mortes, je me moque".
Je n'aime pas l'inversion, mais c'est tout perso, bien sûr.

Un moment apprécié pour moi.

   Anonyme   
27/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

j'aime bien la pseudo rebellion désinvolte et humoristique de ce petit texte. C'est très sympathique.

J'aurais plutôt terminé sur un définitif "Oui, moi, je désautomne !" pour faire écho au premier, mais vraiment j'aime bien, c'est chantant, frais, très agréable à dire. Le "tobogganne" casse un peu la régularité sonore, mais le tout reste très agréable.

Ah oui, j'aurais changé le titre aussi. "Moi, je désautomne", je trouve que ça sonne mieux que le bien triste et fade "désautomner" et en plus, ça rappelle le "moi, j'm'en balance" de Barbara. Un air de famille qui donne envie de sourire.

Bonne continuation
Jphil

   Raoul   
28/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Tu déraisonnes aussi?..
Énergétique ce petit texte inventeur de mots, ce sortilège sautillant et anti morosité.
J'aime beaucoup le coup des pelles ;-)
Le vers qui me gène (mais bon…) c'est celui "à la musique de vos envies," que je trouve un peu trop dans le registre -Regarde moi!!!- alors que tout le reste est altruiste.
J'aime bien, ça m'a donné la pêche et j'ai même vu que le ciel était d'un bleu bleu!
Une magie blanche sympa et légère.

   Anonyme   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ris ! Court mais bien, avec une multitude de mots à proposer à l'Académie... L'évolution de la langue en quelque sorte ! Pourquoi pas ? Juste un p'tit truc que j'aurais sans doute écrit différemment, au lieu de :
Des feuilles mortes, je me moque – de toutes les pelles aussi.
je verrais mieux :
Des feuilles mortes, je me moque _ et des pelles aussi.
Plus doux à la lecture... Bien sûr, c'est toi qui vois !
Un texte sympa pour conclure... Alex

   irisdenuit   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Allo Ris,

J'aime l'originalité, les sonorités et les images de ce poème.
J'en aime la brièveté, aucun mot superflu.

ça c'est un poème pour moi. Un renouveau sur un thème récurrent. J'aime particulièrement "je ris à la face des vents gris et coulis, je déboussole sur le reflet de vos yeux gris et je lampionne à la musique de vos envies".

Oser réinventer ....

Bref, j'affectionne, ronronne et fredonne votre poésie Mzelle.

Merci pour cet instant joli.


Amicalemen, Iris

   machin   
2/11/2010
J’assaisonnerais ton poème, si je peux me permettre, d’une ou deux réécritures supplémentaires.
« je déboussole…
Je tourbillonne…
Je lampionne…
Je toboganne » sont de jolies trouvailles bien rafraichissantes mais inabouties car elles sont en désaccord total avec « brumes fantômes » « à la face des vents gris » « anathème/chrysanthème » et « feuille morte » qui sont d’une banalité et lourdeur hivernale.

s

oublié par moi, quelque part.

   jamesbebeart   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Je relis ce texte et ne suis pas totalement convaincu. J'ai trouvé l'écriture un peu forcée et une certaine familiarité plutôt dérangeante (je me fous, bien laid). Certains néologismes ne me semblent pas toujours trés heureux (désautomne, lampionne, toboganne) et pas vraiment poètiques. La musique est pourtant là, ce qui n'est pas rien.

   Anonyme   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime beaucoup les premiers vers qui laissaient entrevoir une belle désinvolture, un pied de nez à ... bref on se comprendra, j'espère.
Une légère anti-Toussaint aussi soit dit en passant qui me plait bien.

Il y a finalement dans la deuxième partie un petit coté "printanier" dans la manière d'énoncer, un coté "vivant" voire presque bourgeonnant qui accentue l'idée principale de "désautomner".

Mais cela dit malgré tous ces jolis néologismes, je trouve cette seconde partie un peu fade et bizarrement "fatiguée" par rapport au premiers vers qui semblaient plus enthousiastes. C'est sans doute dû à la répétition du "je" qui est trop lancinant.
Mais ce n'est que mon impression personnelle.

   misumena   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien
La fiancée du pirate dans sa forêt qui se dénude... Bien sûr, à moi aussi, immédiatement, cela m'a rappelé "Moi, j'm'en balance...".

J'aime beaucoup le néologisme "désautomner".
J'aime beaucoup l'idée de désaisonner. De prendre un avion pour Saint Barth ? Et puis, à une lettre près, on déraisonne.
J'aime moins tobogganer, ça ne sonne pas (ça dé-résonne !)

Il manque pour moi un peu de punch dans le rythme, pour que la musique me convienne, mais c'est très personnel, ce rythme de lecture sur une poésie libre.

   Ascendante   
4/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup la succession finale de néologismes verbaux, et cette espèce de révolte légère et frondeuse contre le gris de l'automne et tout ce qu'il implique (les chrysanthèmes, les pelles - les cimetières peut-être?)

Une balade que j'imagine sourire aux lèvres et mains dans les poches à marcher contre le vent dans les feuilles qui tourbillonnent...

Joli poème je trouve, merci Ristretto.

Ascendante

   nicotine   
11/11/2010
Commentaire modéré

   Coline-Dé   
18/12/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout a été dit, mais pas par moi ! ^^ Donc, je joins ma voix au concert avec grand plaisir : j'aime que la poésie bouscule la langue, décoiffe l'académisme, pied de neze et tout !
Pis c'est guilleret, et t'as raison !

   PierreLune   
30/12/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ristretto, "gentillette" poésie, nullement dramatique j'ai relevé ce vers plaisant : je jette l'anathème sur tous les chrysanthèmes. Mais peut-être un peu trop de onne et omne.
"Je me fous" est trivial j'aurais préféré je me moque.
Sinon poésie facile à lire et à comprendre. J'en ai ressenti comme une négation de la vieillesse.


Oniris Copyright © 2007-2018