Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
RuedeC : Études
 Publié le 29/10/18  -  7 commentaires  -  510 caractères  -  107 lectures    Autres textes du même auteur

L'agréable rituel d'une pause.


Études



Sur des poteries
Rouges ou noires
J'ai vu
Des rois
Disparus
Dont on ne sait pas bien
Qui ils furent

Les motifs reviennent
Antienne
D'un temps
Où l'on ne chantait
Ni les psaumes
Ni les heures

Pas dans l'escalier
L'horloge a sonné
En bas
Doucement

Bientôt
Les Romains
Et les Grecs
Disparaîtront
Dans le bruit de l'eau
Et celui
Du vent.


10 août 2018.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
15/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Cette poésie donne l'impression que les mots ont été jetés au hasard. C'est assez décousu, je n'ai pas accroché plus que ça. Désolée

   Provencao   
16/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Pas dans l'escalier
L'horloge a sonné
En bas
Doucement"

j'ai beaucoup aimé cette invocation de rois, de romains et de grecs, de les faire apparaitre dans des poteries....comme si cette poterie elle-même œuvrait à faire venir en elle ces personnages.

Belle contemplation à mon sens

Au plaisir de vous lire
Cordialement.

   Miguel   
16/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Aux dieux ne plaise que les Grecs et les Romains disparaissent; nous veillons. La première strophe est très évocatrice ; les autres, un peu plus sibyllines mais leur charme est dans leur forme. Il y a là une légèreté et une grâce propres à l'expression de la nostalgie et de la rêverie.

   papipoete   
29/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour RuedeC
Le temps d'une pause, je contemple sur une poterie aux motifs romains, grecs, qui bientôt s'effaceront de l'horloge .
NB l'auteur parle-t-il des chiffres du cadran d'horloge ? je ne sais ...
" pas dans l'escalier " l'horloge a sonné ...
Je ne ressent guère d'émotion, à la lecture de ce texte, qui me laisse penseur !

   PIZZICATO   
29/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Si j'ai apprécié la première strophe, je suis plus réservé pour les suivantes.

La relation entre des "motifs " et " une antienne " ne m'a pas convaincu.

Concernant les deux dernières, je n'ai pas décelé le sens voulu par l'auteur.

En conclusion, un texte qui ne m'a pas intéressé plus qe ça...

A vous lire une toute prochaine fois.

   wancyrs   
29/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Salut RuedeC,

J'ai un peu du mal avec ces textes dont le contenu est si spatial et inattendu qu'il me laisse juste pantois. Mon ressenti est : Pif une image surgit de nulle part, et lorsque je veux la contempler, m'imprégner de sa substance, paf elle m'est enlevée. C'est peut-être l'effet que vous avez voulu pour votre texte, alors bravo ! vous avez réussi, mais il me laisse juste sans voix ; désolé, une autre fois !

Bonne continuation à vous !

Wan

   Donaldo75   
2/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour RuedeC,

Quand j'ai lu ce poème, je me suis dit que dans la série minimaliste on était dans les clous. Du coup, j'ai laissé parler mon imaginaire et mes souvenirs, quand les professeurs d'histoire nous racontaient les épopées d'antan, celles de roi ou de princes dont on ne se rappellerait plus les détails quelques années plus tard.

J'ai aimé cette lecture et ce moment de songe.

Merci,

Don


Oniris Copyright © 2007-2018