Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Sodapop : Réminiscence parallaxe
 Publié le 24/09/16  -  17 commentaires  -  869 caractères  -  285 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un poème surréaliste, inspiré par le travail de poètes comme André Breton ou Isidore Ducasse. Il est une vision imaginaire du passé, des images, des flashs de mon enfance. Quand les rêves rejoignent la réalité…


Réminiscence parallaxe



Dans la nuit brûlante, étincelante de mille feux,
À l’ombre des réverbères dansent les volutes bleues
Un vieux bistrot désaffecté sert de salle de jeux
Aux sauvageons

Sur le zinc d’un comptoir s’adonne une gitane blonde
À l’intérieur, des clichés d’instants fanés
Des voix qui scintillent et des bruits, des verres qui trinquent
Un as de pique étrange, posé là

Langueur fantomatique des enfants pâles
Aux allures d’ectoplasmes, ils jouent et sourient à l’extérieur
Comme pour nous dire qu’ils existent encore, dans un monde parallèle

Espace-temps suranné
Qui nous revient en pleine tête
Comme un océan d’images et de sons

Les rejetons, même morts, demeurent rejetons
Quelques joueurs de cartes belotent là
Déchirant la nuit de leurs cris capiteux et assourdissants


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
1/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Il y a une certaine atmosphère mais ça ne me prend pas plus que ça, peut-être un peu court, mais j'aime bien cette idée d'époques qui se chevauchent. Il y a une idée de sensations entre les adjectifs de début et fin, du "brûlante, étincelante" au "capiteux et assourdissants" de la nuit.

   dom1   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
" Dans la nuit brûlante, étincelante de mille feux, ". Dommage que vous commenciez par ce vers trop " chargé " en superlatifs. Le reste est plus posé et mieux réparti dans le calme de la beauté de votre écrit.

domi

   MissNeko   
12/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des images intéressantes desservies par une belle plume ; une ambiance étrange est posée.
Fantomatique nuit ....
J ai beaucoup aimé vous lire.

   Anonyme   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
On est quand même loin de Breton!
Cependant, vous avez su créer une atmosphère entre souvenirs et réalité. Il s'en dégage une lumière intéressante et qui nimbe le poème, malgré une écriture manquant un peu de hardiesse.

   Anonyme   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Vous savez quoi ?
C'est beaucoup trop court. Ma note aurait été plus élevée, dommage. Car il y a du potentiel là-dedans.
vous dites Ducasse ? C'est des pages entières qu'il a écrit, à un rythme soutenu, où on a à peine le temps de respirer que c'est déjà reparti.
Breton j'aime moins, donc je ne m'attarderais pas sur lui.
Bref... C'est le cas de le dire.
Pour la dernière strophe, je n'aime pas le premier vers. Sinon le reste est enlevé, on ne s'ennuie pas, votre écriture est agréable à lire, les mots fouettent bien l'espace, les mots claquent, je me répète, mais ça aurait été plus long... Tiens bah bêtement je pense à la pub des barres chocolatées fingher, quand le petit garçon il dit ;
-vous pourriez pas les faire un peu plus longs, m'sieur...

   Pouet   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bjr,

J'ai un avis assez mitigé concernant ce poème. Sa présentation nous dit qu'il s'agit d'un texte surréaliste dans la lignée de Breton ou Lautréamont. Pour ma part je suis resté un peu sur ma faim, c'est un peu sage, un peu convenu. (le premier vers est à mon sens très convenu et il n'est pas unique.)

Je trouve ici un poème plus descriptif que surréaliste, je ne suis pas vraiment interpellé par les métaphores.

Il s'en dégage bien une certaine ambiance de bistrot enfumé mais il m'a manqué un peu de folie, de surprise, pour que j'y adhère pleinement.

Ce n'est bien évidemment que mon goût, nullement un jugement de valeur.

Au plaisir.

   Annick   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup cette atmosphère mystérieuse, "cette langueur fantomatique", atmosphère sans doute idéalisée car déformée à travers le prisme du temps.
Une image un peu simple comme "mille feux".
Un verbe qui ne convient pas : "s'adonner". On s'adonne à quelque chose.
C'est une poésie en vers libre, donc on peut penser qu'il n'y a pas la contrainte des rimes et de la versification en général, mais ce n'est pas plus simple finalement car il faut trouver le rythme ailleurs, les images doivent avoir une grande puissance évocatrice , en tout cas, pour me toucher. Ce qui est le cas dans ce poème. Bravo.

   Anonyme   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
La première strophe passée, dont je trouve les images un peu convenues, une atmosphère insolite s'installe. J'aurais quand même apprécié quelques vers de plus dans ce sens.
Une lecture agréable.
" Langueur fantomatique des enfants pâles
Aux allures d’ectoplasmes " j'aime cette image

   Brume   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sodapop,

sur la forme attention à la ponctuation comme par exemple la première strophe:

"Dans la nuit brûlante, étincelante de mille feux," - ponctuation bien placée, mais ensuite je lis la suite en apnée:

"À l’ombre des réverbères dansent les volutes bleues
Un vieux bistrot désaffecté sert de salle de jeux
Aux sauvageons"

Attention à la profusion d'adjectifs car je trouve que cela affaibli l'effet, exemple:

"Langueur fantomatique des enfants pâles
Aux allures d’ectoplasmes" - je supprimerais "pâles", en utilisant les termes "fantomatique" et "ectoplasmes" le lecteur a déjà cette vision de blancheur, pâleur.

Un autre soucis est le faîte de vouloir trop en dire par exemple:

"Comme pour nous dire qu’ils existent encore, dans un monde parallèle" - la phrase "dans un monde parallèle" est en trop, le titre, votre incipit, et la globalité de votre poème font déjà deviner au lecteur que nous lisons un thème sur un monde irréel, fantomatique. Vous auriez dû vous arrêter à:
"Comme pour nous dire qu’ils existent encore." Et cela insère l'effet mystère.

Je suis dans votre univers, une belle impression visuelle et auditive. Ici les bruits et les fantômes ne sont pas inquiétants, au contraire, ils dégagent des ondes positives, une belle atmosphère, les rejetons et les voix sont gaies, sympathiques, bref "vivants".

   Noran   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé !

Lecture surprenante à l'univers de bistrot englué de fumée.
Par erreur, j'ai lu le mot "Largueur" à la place de "Langueur" et je trouve que cela n'aurait pas gâté le vers et lui aurait donné une substance plus surréaliste.

Pk ne pas avoir utilisé le terme " parallaxe" en lieu et place de parallèle?

Cordialement.
Noran

   Raoul   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Vous faites allusion en intro. à Breton, à Soupault, aux surréalistes sur leurs dadas et à leurs olibrius…
Je veux bien vous suivre, mais leur nécessité d'écrire était violente, en révolte contre une société entière, contre la mollesse à chapeau mou du melon, contre une époque où l'on se confondait en dévotion pour des anciens combattants en muselant le moindre chuchotement qui aurait pu faire se réveiller ces grands malades.
Il y avait de la violence, de l'électricité, du radicalisme dans leurs écrits (peintures encore plus), or je ne retrouve pas cela dans votre poème.
L'ensemble est assez esthétique bien que les fils de la composition soient assez gros.
Dans la collection, les images me paraissent manquer de nerf
Le vers qui me pose le plus de "problèmes" est le 11 parce qu'il n'est qu'explicatif et justification… Pour moi, il est inutile.
Pour le 15, je pense que s'il nous tirait en pleine tête…
Je trouve le tout un peu trop contemplatif, voir, content plaintif.
Dommage.

   Lulu   
24/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sodapop,

je ne vois pas trop en quoi ce texte serait surréaliste, mais j'ai aimé le lire et me plonger dans l'atmosphère décrite. Le texte est court, mais on a le temps de se représenter quelque chose. Au-delà des personnages qui s'esquissent, c'est surtout l'atmosphère globale qui s'impose à ma lecture.

Dans la troisième strophe, j'aurais peut-être évité d'ajouter "dans un monde parallèle" au dernier vers. Cette précision alourdit inutilement le vers. On se doute bien que les "enfants pâles" émergent dans quelque chose de parallèle ou d'irréel.

Personnellement, je reverrais le titre, lequel, a priori, ne m'a absolument pas parlé.

Tous mes encouragements.

   Marite   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sodapop,
Est-ce avec le souci de ranger votre poème dans la case "surréaliste" que vous en avez choisi le titre ? Pour ma part, je le trouve assez rébarbatif alors que l'ensemble des vers se prête à une lecture poétique et je n'y trouve rien d'extravagant ou d 'étrange. Simplement des réminiscences empreintes de réalisme et d'affectivité.
" Espace-temps suranné
Qui nous revient en pleine tête
Comme un océan d’images et de sons "
La strophe qui explique l'ensemble de votre écrit.
Cela dit ... je n'ai suivi aucune formation littéraire et mes connaissances dans le domaine sont limitées à ce qui me reste en mémoire depuis la sortie du lycée (1963). J'ai cependant apprécié votre écriture.

   Pussicat   
27/9/2016
Je ne vois pas très bien ce que Breton vient faire dans l'incipit... ni Ducasse par ailleurs... passons...

Le premier vers, à la limite du doublement "Dans la nuit brûlante,/ étincelante de mille feux,", chargé comme un gâteau à la crème chantilly, lance mal votre texte qui prend dans son style, son écriture et son rythme, une toute autre direction à partir du 2e vers plus sobre et plus élégant.

Dommage qu'elle soit si courte, cette réminiscence ; c'est le genre de thème qui se prête au long cours...

De fausses (bonnes) trouvailles qui tombent à plat comme "d’instants fanés"... précédé de "clichés", cela touche au sublime.

J'ai bien aimé l'ensemble mais je reste sur ma faim,
à bientôt de vous lire

   Proseuse   
3/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle atmosphère se dégage de vos vers , pour moi, votre poème ne me semble pas si surréaliste que cela , j' ai plus l' impression que vos mots sortent de souvenirs un peu lointains que vous restituez tels quels , sans chercher à les " analyser" avec la raison de votre présent ! mais, peut-être, je me trompe , c' est en tout les cas comme cela que je les ai lus !
merci à vous de ce partage

   Ora   
6/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé vous lire, les images affluaient au fil des mots. Je l'ai vu ce bar tripot aux senteurs âcres de tabac avec ses cartes et ses gitanes… merci :)

   Donaldo75   
18/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sodapop,

Voici un poème sophistiqué au vu du thème du bistrot.

J'aime bien ce décalage:
* Le titre déjà, que je trouve beau, même si le sens m'en échappe
* Les effets picturaux (mille feux, volutes bleues, instants fanés)
* L'impression d'être là, à travers des instantanés de scènes
* Le rapport à l'espace et au temps

C'est réussi, avec un vocabulaire riche, inattendu en ces lieux.

Bravo

Merci pour la lecture,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2022