Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
stellamaris : La lune rougit
 Publié le 26/11/12  -  13 commentaires  -  982 caractères  -  265 lectures    Autres textes du même auteur

Ghazal (forme poétique d'origine arabe, dédiée aux chants d'amour).


La lune rougit







Lune, de ta splendeur,
Je fais mon bonheur… J’aime !

Quand s’arrondit ta face,
La nuit s’efface… J’aime !

Que te chantent mes vers ;
À tort, à travers, j’aime !

Bientôt, toute mon âme
Est une flamme… J’aime !

Que vois-je ? En ton logis,
Le ciel, tu rougis ? J’aime !

Tu n’es pas insensible ?
C’est donc possible ? J’aime !

Et j’ose, simple humain,
Demander ta main ! J’aime !


_______________________________________________________
(Nota : J’ai posté ce poème en néo-classique car la transposition de la prosodie arabe à la prosodie française conduit à des rimes internes, inconnues de la tradition prosodique française classique ; mis à part cela j’ai, sauf erreur, respecté toutes les règles prosodiques classiques.)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
7/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est joliment troussé à mon avis, mais je regrette un peu le rythme d'hexasyllabes que je trouve trop bref, trop saccadé pour un chant d'amour ; il me semble que l'octosyllabe eût mieux convenu.

   Miguel   
16/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Etrange disposition ; on aurait aimé que "j'aime" soit à la ligne, afin que la rime soit visuellement mieux mise en valeur. Le texte est un peu simpliste, les rimes faciles, mais il y a un certain charme naïf ; c'est gentillet.

   CharlesVerbaud   
17/11/2012
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Le français est malmené dès la première strophe :
inversion je fais mon bonheur de ta splendeur

à la seconde
quand ta face s'arrondit

à la troisième
que mes vers te chantent

L'expression est simpliste, limite niaise. Il n'y a que deux strophes qui me paraissent intéressantes :

Bientôt, toute mon âme
Est une flamme... J’aime !

Et j’ose, simple humain,
Demander ta main ! J’aime !

   brabant   
26/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Stellamaris,


J'ai tout de suite pressenti de la belle, très belle poésie (la belle Salamandre déjà nous avait fait connaître cette forme poétique, d'où l'envoûtement immédiat, le départ pour Cythère...). Je me suis embarqué pour le rêve, un rêve au long cours... en regrettant soudain une forme trop brève. Du ghazal c'est à foison que je veux en dévorer.

Ah non ! Pas sur le nez, la main !... l'est pourtant pas rousse la lune de Stellamaris, m'a doublement prié de ne pas mettre le nez dans ses affaires ! OK je m'éclipse...

:)))))

   Anonyme   
26/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour stellamaris. Je ne connaissais pas cette forme poétique très particulière. Curieux, j'ai vu qu'Aragon en avait écrit (au moins un) en alexandrins...
Pour ce qui est de celui-ci, il semble que la forme soit respectée et cette déclaration d'amour à la lune est originale.
J'ai lu quelque part que le ghazal était parfois comparé à un collier de perles. Il va me falloir un peu de temps pour assimiler cette nouvelle forme mais je trouve ce poème plutôt plaisant.
Quoi qu'il en soit il fallait oser sortir des sentiers battus !
Merci pour cette découverte.

   Labrisse   
26/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Chere Stellamaris

Je vais vous faire une confidence, je tiens une toute petite, petite chanson, cette berceuse de "Au clair de la lune" comme le plus parfaitement abouti et beau des poèmes de notre langue... Je rêverais si je savais écrire d'arriver aux chevilles de cette belle berceuse.

Eh bien votre poésie à un peu ces qualités... Déjà la simplicité, ici pas de recours aux dictionnaires, pas besoin de chercher dans les feuilles en tas en haut de la bibliothèque, etc. ce genre de qualité est à mes yeux très important, non, OBLIGATOIRE... parce que celà donne au lecteur les clef pour aborder un message, votre message... eh bien second point positif, justement: le message (bref le discours quoi ) Pareil j'aime que ce thème délicat et courtois de l'amour stylisé ait courru de votre stylo, vous êtes franc du collier, vous aimez, vous le dites. très bien... mais pour "doper" un peu je n'aurrai pas boudé un petit "Dianne" ou "Sélène" ou quelque référence salivante (et pas savante) à la curiosité ou même un petit peu l'épate... mais tout cela est très personnel... Bref cette veine du ghazel avec une parenté à nos berceuses les plus intimes m'a bien plu... Très beau morceau d'amour et de tendresse.

Encore merci

Bien à vous

Labrisse.

   Artexflow   
26/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bon ben voilà, ça me plaît donc je sais pas bien quoi dire.
C'est simple mais les images, je les trouve subtiles. Je peux comprendre qu'on trouve le texte niais, d'ailleurs je dirais qu'en fait c'est son défaut !

A la lecture, c'est soit on le ressent, soit pas, pour ma part ce fut le cas, donc je ne peux pas bien faire grand chose de mieux que de vous remercier, tout simplement !

Et puis, tiens, je l'ai relu trois fois et c'est de mieux en mieux !

Petit bémol pour votre photo par contre, que je trouve pas top. Mais je ne jugerai que le texte pour cette fois-ci !

   Anonyme   
27/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis demandé, vu le rôle de la lune dans l'Islam, si ce ghazal était vraiment un poème d'amour. Sans aucune mauvaise intention, bien entendu (vous savez que la critique c‘est souvent faire dire à des textes ce qu’ils n’ont jamais cherché à dire).
On trouve sur Wiki une remarque sur un poème (d’Hafiz de Chiraz) où la critique se demande : l'être aimé est-il une femme ou bien Dieu ?
N'est-on pas, ici, dans la même ambiguïté ?

   Mona79   
28/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est l'amour de la lune, sans doute, qui est évoquée ici, puisque vous lui demandez sa main. Je ne connais guère cette forme de poème, mais c'est léger, primesautier, agréable à lire.
"Que vois-je ? En ton logis,
Le ciel, tu rougis ? J’aime !"
Je ne vois que ces 2 vers un peu obscurs dans leur construction (avec la lumière de la lune, c'est un comble !)
Mais c'est un poème sympathique.

   Ioledane   
7/12/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je ne connaissais pas cette forme poétique, dont j'apprécie l'originalité.

La disposition des rimes et du rythme donne un rendu intéressant ; en revanche j'aurais aimé plus d'originalité dans le contenu lui-même, imagé de manière un peu trop simple à mon goût.

J'apprécie au global une agréable fluidité et logique dans la progression du poème, élégamment conclu par un dernier distique qui m'a paru relever joliment les autres.

   Titato   
8/12/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il m'a bien plu de suivre ce poème, et je lui ressens cette portée évasée, à se fondre, en un chant de coeur avec le vivant...il y a juste là :

"Tu n’es pas insensible ?
C’est donc possible ? J’aime !"...ça dénote avec le reste du poème, c'est bien plat, plat dans ce que ces vers portent, ou veulent porter plutôt, et de par le reste du poème, ça manque de richesses.

Mais l'ensemble m'a plu, je ne dirais pas le contraire.

Cordialement.

   Anonyme   
30/12/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aime... bien le ghazal.
Il me rappelle les troubadours et les blasons qui ont tant fait pour la beauté du Con.
Dommage qu'il manque ici la dimension érotique qui est l'essence même de ce type de poésie ( perse, rappelons-le, d'un temps de liberté...)
Vous chantez la Femme sans la chanter, c'est bête un peu, non ?
Avez-vous craint de ne pas être édité sur le site si votre gazel respectait les règles du genre et sa charmante impertinence, son innocente obscénité ?
Les chants du divan méritent plus d'audace.
Au demeurant, la forme est respectée, ce qui est louable. La vertu l'est aussi, ce qui l'est moins.
En Perse, je ne sais pas ( je crois que le pays a disparu...) mais on chante aujourd'hui le ghazal en Inde dans des lieux assez... reposants...

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je dirai que ce texte est comme une peinture naïve, c'est tout en simplicité et élégance, qui fait naître des émotions.

Cette forme ne m'était pas connue, c'est donc toujours intéressante de faire de nouvelle découverte, d'apprendre aussi.

Belle image qui met bien en valeur l'écrit.


Oniris Copyright © 2007-2020