Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
TristanKiliak : En Passant
 Publié le 07/06/10  -  9 commentaires  -  1735 caractères  -  148 lectures    Autres textes du même auteur

Balade dans Amsterdam.


En Passant




Sortant d’un bouge
Du quartier rouge
D’Amsterdam
Je gîte
Quelques poitrines
Dans les vitrines
D’Amsterdam
S’agitent
Rues commerçantes
Il pleut il vente
Amsterdam
Déborde
Meutes d’hommes bleus
Au regard bœuf
Mettent Amsterdam
En ordre

Je passe mon chemin
Je poursuis mon voyage
Je ne possède rien
Aucun bagage

En passant
Tout ce qui nous menotte
En passant
Ce qui nous bourguignote
En passant
Sur le pont de la vie
Je passe donc je suis

La nuit est claire
Tout est ouvert
Amsterdam
Scintille
Fantômes zigzaguent
Le regard vague
Et Amsterdam
Vacille
Les tramways
Ont le hoquet
Amsterdam
Ondule
Et bien assises
Les églises
D’Amsterdam
Basculent

Je ne jette aucune ancre
Au ciel ou sur la terre
Je cherche le mur de Planck
Et la lumière

En passant
Les Dieux et les Augustes
En passant
Les morales procustes
En passant
Sur le pont de la vie
Je passe donc je suis

Sur l’eau qui danse
Miroirs en transe
Amsterdam
Vortexe
J’entends klaxons
Cloches qui sonnent
Amsterdam
Réflexe

Hier est dérisoire
Demain est illusoire
Et le présent prison
Est provisoire

En passant
L’espace qui nous vertèbre
En passant
Le temps qui nous algèbre
En passant
Sur le pont de la vie
En passant
Le sûr et l’intangible
En passant
Les étoiles fusibles
En passant
Sur le pont de la vie
Je passe donc je suis


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Maëlle   
18/5/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'apprécie le côté rengaine (les reprises d'amsterdam ou en passant), mais je trouve dommage que l'auteur n'ai pas jugé utile de ponctuer: ça simplifierait la lecture, qui n'est pas toujours aisée.

   Anonyme   
22/5/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une belle déambulation toute en flashes et impressions dans les rues d'Amsterdam.
Le narrateur ne semble pas trop savoir où il va mais nous y emmène avec lui tout du long de la lecture.

Amsterdam et tous les éléments qui la composent semblent vagues et pris de remous en tous lieux, en chaque instant :
"s'agitent", "déborde", "zigzaguent", "vacille", "ondule", "basculent"...
Ce regard est sans doute dû aux vapeurs du "bouge".
L'ensemble est bien rendu.

J'aime beaucoup le leitmotiv : "je passe donc je suis"
comme une sorte de philosophie de l'instant. être là, ici et maintenant et ailleurs tout à l'heure.

Il y a tout de même quelques passages convenus dont (surtout) l'avant dernière strophe qui selon moi était fortement dispensable. Affaire de goût.

Mais dans l'ensemble j'ai pleinement apprécié suivre le narrateur dans son errance.

   ristretto   
23/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une balade qui me plait ! nous promenant entre instants et infini

Je ne jette aucune ancre
Au ciel ou sur la terre
Je cherche le mur de Planck
Et la lumière

on ne fait que passer,

Béart chantait :
" A amsterdam, il y a Dieu, il y a les dames
j'ai vu les Dames, j'ai pas vu Dieu.."

merci

   Raoul   
27/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Dag!
Balade plaisante mais inégale à mon avis…
Première petite chose, alors que le “en passant”, lui, ne me gène pas parce qu’il est l’ossature du texte, je trouve qu’il y a un peu beaucoup d’”Amsterdam” dans cette chanson sur… Amsterdam.
Les vues et les ref. sont variées, souvent originales (on n’échappe pas, pourtant, au lieu commun du quartier rouge), et dans l’ensemble je trouve qu’on ressent assez bien différents aspects de cette ville, l’approche un peu stone est bien transmise par la juxtapositions des polaroïds aux cadrages accidentés.
j’aime assez le rythme général avec son tissage de reprises, le jeu des sonorités bien que quelques rimes ne soient pas forcément bienvenues (gîte/s’agite, bleus/bœufs, ordre/désordre, danse/transe, dérisoire/illusoire) mais ça passe quand même.
La première strophe est celle qui me paraît la plus faible alors que j’aime assez la construction en déroulé assez relâché, les rimes et les répétitions font que… La strophe suivante, avec –et malgré- ses trois “je” un peu lourds, est un appel pour la suite.
Tout le reste fonctionne plutôt bien je trouve… (et particulièrement le paragraphe du “bourguignote”, celui du “mur de Plank”, celui des “morales procustes” et la dernière strophe pour le moins… partie)
Petite baisse de régime sur la strophe aux “klaxons” à nouveau, pas assez “rave” pour moi.
;-)
… M’a rappelé quelques souvenirs, allez, je retourne à la Ronde de nuit.

   Chiffon   
8/6/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un poème qui raconte quelque chose, c'est déjà un bon point. Avec rythme avec un découpage astucieux et avec des jeux de mots, ou plutôt, une recherche dans l'assemblage des mots fructueuse, c'est encore mieux.
C'est à dire que les sonorités comme le sens s'entremêle de façon harmonieuse et souvent inédite (du moins pour ma culture poétique limitée).
Avec quelques réserve toutefois sur des passages qui m'ont moins emballé :
Meutes d’hommes bleus
Au regard bœuf
ou
En passant
Les Dieux et les Augustes
En passant
Les morales procustes
qui a mon sens nous éloigne de ce style plutôt humble qui me séduit.
Ce "je passe donc je suis" est un trouvaille, j'ai beaucoup aimé !
Chiffon

   brabant   
9/6/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour TristanKiliak,

Chanson, promenade, déambulation, balade (matière à ballade), à consonance philosophique, scientifico-philosophique, où il est question de la théorie des quantas, de l'espace-temps, du conformisme ("menotte... bourguignote... morales procustes"). Parabole sur l'immanence de la contingence (sic).
Dans une ville prétendument débauchée. Sexe viandé. Vitrines. Viande bouchère. Poitrines. Etale étal.
C'est qu'il y en a des angles et des niveaux de lecture dans ce texte, à s'arracher les tripes et le gosier, à s'arracher les neurones à coups de vertiges pataphysiques.

Amsterdam intemporelle en m'algébrant me dévertèbre. Je ne me demande plus: "Suis-je ?", "Qui suis-je ?" mais soudainement dubitatif quant à la matérialité diachronique de l'homme et en pointillé(s) de la mienne (resic, pas encore digéré mon année de philo !): "Où suis-je ?", "Y a t-il un Quand ?"
"Je ne jette aucune ancre
Au ciel ou sur la terre
Je cherche le mur de Planck
Et la lumière"

A disséquer de nuit en regardant sauter "les étoiles fusibles". Aujourd'hui n'est déjà plus et il n'y aura pas de demain.
"Hier est désisoire
Demain est illusoire
Et le présent prison
Est provisoire"

"Je passe donc je suis"


""bourguign((ote))"" et""vortex((e))"" m'ont paru audacieux.

Après tout ce que vous venez de dire... me ferez-vous, et à juste titre, remarquer !

   David   
19/6/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour TristanKilliak,

"Le mur de Plank" c'est le premier qui m'a arrêté, il y a tout un vocabulaire comme cela, un peu nébuleux pour le profane, mais non pas sans un côté onirique, ça peut-être joli de ne pas comprendre parfois. Je relève :

"Ce qui nous bourguignote"
"Les morales procustes"

Ça fait peu, le dosage est délicat, il y a aussi, en moins nébuleux
"Vortexe" qui semble utilisé comme un verbe conjugué, un peu comme dans ce passage suivant avec d'autres noms :

"En passant
L’espace qui nous vertèbre
En passant
Le temps qui nous algèbre"

Le tout donne un ton fantaisiste, pourtant pas sans nostalgie ou "blues" je dirais. Le nom de cette ville est toujours aussi efficace à mettre en vers.

   Lariviere   
24/6/2010
J'ai apprécié le rythme et notamment "les prises de risque" parfois présentes sur celui-ci. Les descriptions ou les ressentis sont parfois singuliers, étranges ou inattendus et agréable en ce sens. Tout cela correspond bien pour moi à l'idée de déambulation souvent saccadée, parfois arythmique créant cette atmosphère d'errance urbaine voulu par l'auteur. Je trouve néanmoins que les passages sont inégaux dans leur qualité, dans leurs langages et dans leurs styles. Cela provoque une surprise intéressante à la lecture mais ca laisse aussi un gout de perplexité sur la qualité d'ensemble du texte.

Je précise que j'ai toujours du mal avec la catégorie "chansons et slams". La légèreté, pour des raisons logiques, est souvent de mise alors qu'en poésie je cherche souvent la profondeur, voire les abysses... Donc, je dis (ca peut peut être servir), mais je ne note pas...

Bonne continuation !

   jaimme   
26/6/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime le rythme et la lecture ne m'a pas été difficile, sans doute facilitée, par la mise en page.
Amusant car je lis ce poème après celui de LéopoldPartisan sur Bruxelles, et j'y trouve de nombreuses correspondances, en particulier sur le fait de "passer". TristanKiliak a osé le faire. Léopold voudrait le faire...
Je regrette un peu que la première image soit celle, si utilisée, de ces vitrines macabres.
Mon passage préféré: celui où tout hoquète, vacille et bascule.
Titre bien choisi, soit dit en passant.
Merci.


Oniris Copyright © 2007-2020