Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Vincente : Don
 Publié le 24/05/19  -  13 commentaires  -  674 caractères  -  279 lectures    Autres textes du même auteur

À toutes fins utiles…


Don



Mort
Bascule d'un instant
Si bref !

Aléa de la vie
Au-delà du fluide
Où trépasse éphémère le corps

Le linceul en blanc-seing
Drapant l'ombre qui s'éteint
Parle clair aux cris de l'aurore

Enfants !
Soyez sans crainte pour votre défunt
Il dort dans la nuit sage

Puisez en lui tout ce que vous pouvez
Abreuvez-vous de lui
Mangez-en ce qu'il vous faut !

Moi… je déclare
Donner mon corps… à la science… de mes enfants

Je signe là au bas de ma vie
Dans le blanc des yeux de ma feuille alentie
Par le noir de mes lettres luttant contre l'oubli


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
29/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Après une première lecture, l’incipit parait bien astucieusement choisi (ce qui est assez rare).

Que restera-t-il de nous ? S’il doit rester quelque chose…
Le poète choisit de transmettre à ses enfants tout ce qu’il peut, tout ce qu’il a, tout ce qu’il est.

C’est très élégamment fait.
« Drapant l’ombre qui s’éteint » : joli.

Je ne suis pas certain de comprendre le « blanc seing ». On aurait presque pu écrire : le linceul en blanc, ceint.

« Par le noir de mes lettres luttant contre l’oubli ». Les écrits restent. Et les grands écrivains, les grands poètes sont presque immortels.
Belle conclusion, avec une lueur d’espoir. Pour peu qu’il reste des humains ayant le goût de lire.

Mokhtar en EL

   Gabrielle   
6/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
"Par le noir de mes lettres luttant contre l'oubli"

Pour que restent les écrits à titre posthume...

Une volonté d'écrire le passé,le présent et l'avenir...

Un fort joli texte qui nous plonge dans l'univers du poète;

Qu'en restera t-il ?

Une question que chacun se pose...

Merci à l'auteur(e).

   Robot   
26/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne peux pas m'empêcher de songer immédiatement au superbe poème d'Alfred de Musset : "LE PÉLICAN"

"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
...
Ses petits affamés courent sur le rivage
...
En vain il a des mers fouillé la profondeur ;
L'océan était vide et la plage déserte ;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
Partageant à ses fils ses entrailles de père,"

Le poème proposé reprend à sa manière l'oeuvre métaphorique du don de soi.

"je déclare
Donner mon corps… à la science… de mes enfants"

C'est à dire - je vous donne tout ce que j'ai été ! -.
Après celà en tant que lecteur captivé je ne vois rien à ajouter à ce cri d'amour.

   papipoete   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Vincente
Mort, n'ayez point peur de moi ! si j'avais dû le faire, c'est de mon vivant que j'aurais froncé les sourcils, et crié des méchancetés ! je ne le fis pas, sinon quelques moues de boudeur, quelques cris après un coup de marteau sur les doigts !
Maintenant, je dors et n'entendrai plus jamais ni le coq, ni sonner le glas ! Bientôt, la science se servira de moi, et vous servira peut-être en retour, guérissant d'un mal incurable... non, n'ayez pas peur ! je dors...
NB comme disait l'autre, " juste avant sa mort, il était encore vivant puis...tout d'un coup défunt ! "
L'auteur nous dit avec délicatesse, la vision que nous voudrions avoir du " grand départ", sans agonie, sans dégradation physique et mentale, afin entre autre de ne pas faire peur, mais juste quelques pleurs... et alors qu'on n'est plus, se donner pour qu'avance la science !
Comme la 3e strophe est belle !

   Davide   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincente,

Encore une belle réussite !
La concision, à la manière d'une épitaphe, donne au poème une étonnante simplicité au cœur de laquelle se déploie une certaine gravité. On va droit à l'essentiel, pas de détours...

De magnifiques trouvailles, notamment dans cette 3e strophe, où le "blanc-seing" très à propos se substitue à la couleur blanche du linceul.
Cette strophe brille d'ailleurs par ses images et double-sens : "l'ombre qui s'éteint" très joli, et ce "parle clair", où "clair", en plus de caractériser l'aurore, peut faire référence à la décision "évidente" du défunt, à son choix.
D'ailleurs, je me demande si le "sage" de la "nuit" ne fait pas également écho au désir du narrateur.
La "science" et la "sagesse" ne se rencontrent-ils pas quelque part ?

Deuxième émerveillement, la dernière strophe, avec un retour en force de la "poésie" dans de subtiles images : le narrateur signe "au bas de [sa] vie", "dans le blanc des yeux", avec le "noir de [ses] lettres".

Il y a une sincérité et une force très touchantes qui parcourent ce texte - quelque chose de vibrant - accrues par les apostrophes des 4e et 5e strophes : "Enfants !..." et "Puisez..." comme un climax, et cette redescente progressive : "Moi... je déclare...", où les points de suspension confèrent une certaine douceur, une respiration bienvenue... Ouf !
Je trouve l'écriture "dramatique" exemplaire.

Mon regret, pas grand-chose, juste cette strophe 5, qui, prise au premier degré, fait penser à du cannibalisme, principalement ce : "Mangez-en ce qu'il vous faut !"
Pour cette raison, l'image n'est, à mon sens, pas des plus réussies.

Qu'importe, tout le reste est très beau !

Merci Vincente pour ce partage,

Davide

   PIZZICATO   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De même que l'on peut léguer à la médecine son corps et ses organes, ici, celui qui est sur le point de trépasser espère que ses enfants sauront profiter de l'exemple de vie qu'il leur aura transmis " je déclare
Donner mon corps… à la science… de mes enfants ".

Et, comme un testament, ces derniers vers très beaux :
" Je signe là au bas de ma vie
Dans le blanc des yeux de ma feuille alentie
Par le noir de mes lettres luttant contre l'oubli ".

   senglar   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Vincente,


Donne-t-on davantage à ses enfants par sa mort que de son vivant ?

De notre vivant nos enfants nous dorlotent et ils n'osent pas trop prendre, on dirait qu'ils ont peur de nous casser, ils tiennent à nous donner, en tout, à nous rendre.

Et lorsque nous mourons, nous nous disons qu'ils peuvent enfin prendre, qu'il faut qu'ils osent, nous leur en faisons un devoir avec
"Le linceul en blanc-seing".

Libres, mes enfants, inspirez-vous de moi, prenez de ma vie ce qui vous convient ; si vous voulez que je sois un exemple, qu'il ne soit pas terrifiant, qu'il ne soit pas contraignant. Désormais ma voix vivra sous l'égide de la vôtre, ma survie passera par le tamis de votre esprit qui de moi aura conservé les gemmes lustrés que vous aurez triés à votre convenance, je serai grâce à vous l'illustré alors que vous serez les nouveaux illustrateurs, indépendants.

Telle est la seule immortalité qui me convient tandis que je suivrai votre chemin d'enfants devenus grands, adultes nouvellement créateurs, icône polie, secrète, discrète, cachée, oubliée dans la besace de nouveaux explorateurs.

Coupez les ponts ! Levez les amarres ! Ouvrez définitivement votre propre livre de bord ! Je serai le nom de votre bateau mais seulement par métaphore où vous aurez peint vos prénoms... et à mes heures invasives l'âme des mouettes tournoyant dans le nuages des mâts.


Merci pour cette belle leçon..." d'évasion". Vincente :)


Senglar
Croquevie

   leni   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Vincent
J'ai été touché par le ton de ce poème Touché au plus sensible

Le linceul en blanc-seing
Drapant l'ombre qui s'éteint
Parle clair aux cris de l'aurore


Il dort dans la nuit sage

Moi… je déclare
Donner mon corps… à la science… de mes enfants



Et cette superbe finale




Je signe là au bas de ma vie
Dans le blanc des yeux de ma feuille alentie
Par le noir de mes lettres luttant contre l'oubli

superbe dans le blanc des yeux de ma feuille

Tout en sensation MERCI AMITIES LENI

   Luz   
24/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Vincente,

Évidemment, ce poème est très beau, mais, intuitivement, je sens que vous auriez pu, avec cette pâte, avec ce qui n'est peut-être qu'une amorce ici, faire beaucoup mieux ; en plus long sans doute...
Mais ce n'est qu'une impression.
J'aime bien "Le linceul en blanc-seing".

Merci,

Luz

   Cat   
25/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un don comme une empreinte de son passage sur Terre.

Et dans ce « Don » profond mais mené serein tout du long, j'aime l'image « Le linceul en blanc-seing » comme un testament des souvenirs, à l'instar d'un chèque en blanc où chacun puisera la part qui lui convient de celui qui s'en va, pour en prolonger sa mémoire.

Oui, c'est bien de la sérénité qui se dégage de ce poème. La tristesse en filigrane le nimbe juste comme il en faut, sans en faire des tonnes. Parce que la vie est ainsi faite... « (…) éphémère, le corps »

Pourtant, tout le long s'entend cette volonté de protéger, de transmettre aux siens par-delà la mort même. Leur être utile dans le moindre grain de ce qui fut... et du même coup imprimer la trace de son passage, et la rendre indélébile si possible par ce legs, cette passation des sentiments, pour les nourrir encore et encore, et ainsi rendre palpable (supportable) cette illusion qu'est la vie.

La dernière strophe, par le contraste du « Dans le blanc des yeux de ma feuille alentie » au « … noir de mes lettres, luttant contre l'oubli » est sublime de cette volonté farouchement tendre autant qu'elle est explicite.

Merci pour le partage,
à te relire encore, Vincente


Cat

   Anonyme   
25/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincente,

Toute la modestie du séjour terrestre. Nulle mémoire n’est imposée. Un texte désabusé, au sens « détrompé, éclairé ». A vous mes enfants, je signe ma vie d’un blanc-seing, vous avez carte blanche pour en choisir les extraits. Enrichissez la vôtre de ce que vous voudrez en retenir.
Entre poésie (Parle clair aux cris de l’aurore), prose (Enfants ! Soyez sans crainte pour votre défunt) et accents militants (Moi… je déclare/Donner mon corps… à la science… de mes enfants), le texte lègue un art de vivre et de mourir.

FrenchKiss
donateur démuni

   STEPHANIE90   
25/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Vincente,

"Mort
Bascule d'un instant
Si bref !"
Bref et concis, de très belle image sur cette poésie, "où trépasse éphémère le corps, parle clair aux cris de l'aurore, il dort dans la nuit sage, mangez-en ce qu'il vous faut..."

Succinct mais, à toutes fins utile, vraiment.
Brillantes ces mémoires, merci pour ce partage,
StéphaNIe

   Vincente   
27/5/2019


Oniris Copyright © 2007-2019