Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 »


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/04/2020 12:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 841
Hors Ligne
Merci pour tous ces commentaires et suggestions, j'en prends note.

J'avais placé un indice dans la première partie, quand le chat Claquette se présente un matin alors que Léonie ne lui avait pas encore ouvert la porte, mais c'est sans doute trop peu évident. Il est vrai aussi que je n'avais pas forcément voulu mettre trop de mystère dans cette première partie car, bien souvent, l'extraordinaire se cache derrière l'ordinaire et l'on ne le voit pas. Pour moi, la lente maturation intérieure de Léonie s'est faite dans le quotidien sans qu'il ne se révèle dans des choses extérieures "bizarres".

Mais bon, je comprends aussi que pour le lecteur, ce n'est pas évident...

Encore une fois merci à toutes/tous

Contribution du : 08/07/2020 10:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 2245
Hors Ligne
Citation :

ANIMAL a écrit :
Cette nouvelle m'a inspiré (très librement) et j'ai eu envie de représenter le chat-esprit Claquette, en acrylique sur toile coton 50x50cm, visible dans le diaponiris.



C'est Sympa, Claquette a un regard presque humain !

Contribution du : 08/07/2020 11:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 13337
Hors Ligne
@ Tiramisu

Merci. C'est un chat très spécial, d'après la nouvelle, peut-être un ange dans le corps d'un petit félin ?


Contribution du : 08/07/2020 12:47
_________________
Auteur du roman de space-fantasy Les Elémentales "le maître-nécromant" paru aux Editions Nestiveqnen
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/04/2020 12:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 841
Hors Ligne
Oups ! J'avais loupé votre peinture Animal, désolée.

Je viens de m'y rendre à l'instant. Je la trouve magnifique ! Quel talent ! Et merci pour cet honneur fait à ma nouvelle. Claquette vous dit MERCI !!!

Contribution du : 08/07/2020 17:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 13337
Hors Ligne
Merci pour votre nouvelle qui m'a inspirée.


Contribution du : 08/07/2020 19:16
_________________
Auteur du roman de space-fantasy Les Elémentales "le maître-nécromant" paru aux Editions Nestiveqnen
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/04/2020 12:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 841
Hors Ligne
ANIMAL :

Contribution du : 10/07/2020 13:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/04/2020 12:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 841
Hors Ligne
Merci ZEBULON pour votre passage sur mon texte

Quand vous dites "c'était lisse, très lisse", je vois que vous vous êtes ennuyé(e) mais qu'entendez-vous par "très propre" ?

Pouvez-vous éclaircir ? Cela me permettra d'avoir une autre vision sur les points à travailler

Contribution du : 11/07/2020 09:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 822
Hors Ligne
Bonsoir Isa …
(Comme Isabelle ?)


Avant tout, j’aimerais vous dire mon émotion concernant vos doutes, tels que vous les avez exprimés dans le texte d’ouverture.

Que je vous explique :

Votre première nouvelle de mai dernier « Se séparer des lendemains » m’avait fait forte impression, de part l’intelligence avec laquelle votre stratégie rédactionnelle faite de touches en apparence dissociées qui lentement s’étaient imbriquées à la façon d’un puzzle pour au final révéler toute l’horreur d’un drame, m'avait capturé.
Lecture achevée, il m’avait fallu quelques secondes pour réaliser à quel point la cohérence du texte avait été de me conduire en tant que lecteur vers cette sidération, non pour m’accabler, mais pour me permettre d’en émerger et ainsi rejoindre l’héroïne, comme pour l’aider à s’extirper de son déni.

C’est votre habileté de rédactrice qui fait de « Se séparer des lendemains » une si pertinente expression de cette douloureuse expérience.
En toute honnêteté ; je n’aurais pas su traiter un tel thème tout en trouvant le moyen d’impliquer mon lecteur comme vous avez su le faire.
Du grand art.

De fait, lorsque mercredi j’ai lu vos doutes quant à vos dispositions d’autrice : j’en ai sursauté hors de mon ermitage !

… … … …

Pour « La vie de Léonie », vous avez opté pour une autre architecture, plus décousue, je vais jusqu’à dire brouillée, fort probablement pour illustrer une déliquescence temporelle – je veux dire – pour illustrer une conscience qui s'affranchit du « fil du temps ».

C’est un thème que j’affectionne, mais qui est très délicat à traiter car on chemine sur une ligne de crête :
D’un côté le versant qui surplombe les chimères du « merveilleux ».
De l’autre celui de la glissade objective vers un internement psychiatrique.

Pour se déplacer sur la ligne de crête des « possibles », il me semble impératif de pouvoir passer une porte sans dissocier « temps » et « matière », car ils en sont les montants et linteau.

Or vu de chez moi, votre récit manque de porte.
Par contre, il ne manque pas de cohérence psychologique.

Pauvre Léonie prisonnière de sa névrotique nostalgie au point d’en louper la porte de sa libération !

Contribution du : 12/07/2020 04:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/04/2020 12:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 841
Hors Ligne
Bonjour Anthyme

Je vous remercie infiniment pour votre commentaire.

J'ai été très touchée par votre réaction sur ma première nouvelle "Se séparer des lendemains". Vraiment j'en suis toute émue... Je n'ai pas trop de mots alors je vous offre ces quelques

Pour Léonie, je vais retravailler ce texte, en essayant d'introduire quelques faits "mystérieux" autour du chat et je vais complètement supprimer la fin (à partir du moment où Léonie se réveille) pour la modifier de façon à ce que cela soit plus compréhensible.

Avec le recul et les commentaires reçus, je vois mieux pourquoi personne n'a compris cette issue. Je vais essayer de trouver cette fameuse "porte" même si je ne suis pas sûre d'y parvenir. J'écris beaucoup à l'instinct et ne suis pas au fait des règles littéraires que je n'ai jamais eu l'occasion d'apprendre. (Mais il est vrai aussi que j'aime beaucoup me laisser aller à mon instinct.)

Merci encore pour votre passage et vos conseils.

Et oui, Isa, c'est bien pour Isabelle

Contribution du : 12/07/2020 17:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de "la vie de Leonie"
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 822
Hors Ligne
Isabelle … Beau prénom.

Ne me remerciez pas pour ce que j’ai écrit : c’est sincère.

Permettez moi une citation de Riss, issue de son excellent livre « Une minute quarante neuf secondes. »
« Le premier conseil à suivre, si on veut une chance de réussir, c’est de ne suivre aucun conseil. »

Je trouve à cette sentence une implication : la fidélité à soi-même.

_____________________________________
« J'écris beaucoup à l'instinct et ne suis pas au fait des règles littéraires que je n'ai jamais eu l'occasion d'apprendre. (Mais il est vrai aussi que j'aime beaucoup me laisser aller à mon instinct.) »

Les règles littéraires ? Je ne connais pas … Bon …
Ma culture germanique tendant au respect de règles ; alors d’accord pour le respect des règles.
Ordnung muß sein !

Par contre, ce que vous appelez « instinct » et qui dans le monde des arts se nomme « intuition », « inspiration », « prescience », « révélation », je ne sais encore comment … ? …
Ce que vous appelez « mon instinct » est la part de vous à protéger, de tout et tout le monde – je veux dire des règles et des conseilleurs y compris moi-même.

Votre « instinct » : c’est le feu sacré de votre créativité.

_____________________________________
« Pour Léonie, je vais retravailler ce texte, en essayant d'introduire quelques faits "mystérieux" autour du chat …/… »

Lu de chez moi ça donne :
Je vais offrir à Léonie un tapis-luge pour descendre encore plus vite le versant du « merveilleux » …

_____________________________________
« …/… je vais complètement supprimer la fin (à partir du moment où Léonie se réveille) pour la modifier de façon à ce que cela soit plus compréhensible. »

… jusqu’à une porte d’arrivée surmontée de la banderole :
« Bienvenue au paradis des regrets réalisés ».

_____________________________________
« Je vais essayer de trouver cette fameuse "porte" même si je ne suis pas sûre d'y parvenir. »

Hmmmm …
J’hésite à vous en montrer une, de porte praticable.

« Elle détaille les allées et venues des promeneurs […/…], ce vieil homme qu’elle croise chaque jour et qui marche lentement, le dos voûté, agitant la tête sur ses pas ou peut-être ses pensées. Léonie et lui se saluent poliment. Ni l’un ni l’autre n’ont jamais cherché à engager la conversation.

Ici je lis :
Ni l’un ni l’autre n’ont jamais eu le courage de franchir la porte du monde de l’« autre ».

Pourquoi ne pas offrir à Léonie la merveilleuse grâce d’y rencontrer l’intemporel amour de Raphaël ?

Nota :
Raphael vient de l’hébreu et signifie « Dieu guérit ».

Contribution du : 18/07/2020 19:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 »





Oniris Copyright © 2007-2020