Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de FredericBruls

« 1 2 (3) 4 5 6 ... 12 »
Bien ↑ TITEFEE : Ballade de la pluie
N'y aurait-il pas un "ils" de trop dans le vers 9 ? Ce qui donnerait alors : Transformés d’un coup, les derniers oisifs, En coureurs à pieds sous les giboulées, Maudissent alors les contemplatifs... Ce la supprimerait son caractère boiteux et la syntaxe serait ainsi respectée (ou tout du moins la tournure serait moins absconse). Si tu pe... (2/1/2009)
Bien ↑ Doumia : Désir
Très musical en effet. J'ai néanmoins une préférence pour les tercets. Le dernier vers est décidemment très beau. Quant aux références aux grands anciens, elles me plaisent. Rien n'existe sans héritage, écrivait Nietzsche. (25/1/2009)
Bien ↑ maminova : Le Liseron
Un poème de facture classique, tant pour la forme que le fond. Le style est très bon et la prosodie parfaitement respectée, ce qui est rare, même en classique. La construction est également impeccable, avec son opposition entre les deux quatrains sous forme de dialogue. Quant à la morale... elle n'a pas d'importance, puisque la poésie est bonn... (23/1/2009)
Bien ↑ kullab : Morosité
C'est en l'occurrence un sonnet shakespearien, avec sa structure très particulière du distique à la fin du sizain. Ceci pour répondre à Sallymara. J'ai bien aimé le ton particulièrement lugubre du poème. Il rend bien l'ambiance aliénante de ce moyen de transport qui fait de nous des taupes...C'est tellement bien conçu qu'on est content de retou... (31/1/2009)
Bien ↑ Menvussa : Sans queue ni tête !
J'ai toujours rêvé de faire l'amour avec une jolie bonne soeur, mais ta religieuse m'a coupé la chique... (18/2/2009)
Bien ↑ Menvussa : Travail
Très bien tapé, comme on dit, et surtout bien vu psychologiquement. L'hypocrisie autour du travail est ahurissante. On ne cesse de le valoriser, mais combien sont vraiment épanouis dans ce qu'ils font ? Vaste question. (18/2/2009)
Bien ↑ thea : Une aubade inconnue
Théa, en vous lisant, j'ai pensé un peu à Marceline Desbordes-Valmore. Le ton très classique, l'amour passionnel exprimé en des quatrains carrés de mélodie. Personnellement, j'ai bien aimé et je trouve les autres commentateurs un peu sévères. (26/5/2009)
Bien ↑ Pluriels1 : Les Présents
Toujours cette sensualité verbale chez Pluriels qui se développe tout au long du poème. J'adore ce vers : Tout le présent des mots sur le présent des corps. Mais aussi : où, tout entier, mon corps se nourrit de ta faim. Très beau, comme souvent avec toi. (30/5/2009)
Bien ↑ TITEFEE : Les naufragés 9/10/11/12
Toujours ce côté "légende des siècles " dans ces chapitres poétiques aux parfums immémoriaux. Comme Notrac, je ne décortique pas les vers, je les goûte simplement. (30/5/2009)
Bien ↑ Lariviere : Terre utérine
La nature est une femme, écrivait Nietzsche. Un poème qui est à mes yeux bien plus abordable que les proses enfiévrées des fragments du crépuscule. J'y trouve aussi plus de cohérence et de force. Un poème à la gloire du mystère féminin de la vie dans l'univers. Le ventre fécond de la poésie. Très beau. (10/3/2009)
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 12 »

Oniris Copyright © 2007-2018