Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


L'ange déchu. 1ère partie : L'abbaye de Tussignac
Charivari : L'ange déchu. 1ère partie : L'abbaye de Tussignac  -  2. Le serpent et l'oiseau
 Publié le 02/10/16  -  7 commentaires  -  25244 caractères  -  39 lectures    Autres publications du même auteur

Pierre passa toute la nuit dans le scriptorium, gisant seul, immobile. Un sourire paisible traversait son visage mais en son for intérieur se livrait une guerre sans merci entre la vie et la mort. Dans ses rêves, un long serpent lui parcourait l’échine. Il glissait le long de son dos, sa langue bifide frétillait à son oreille, ses crocs se plantaient dans son cou. Il s’engouffra dans la bouche de l’enfant, pénétra dans son corps, s’enroula autour de son cœur, l’enserra et chercha à l’étouffer. Mais le cœur palpitait et refusait de céder, il parvint à repousser l’emprise du froid reptile en brûlant ses anneaux et le serpent s’échappa en sifflant.


Au matin, un rayon de soleil alluma le visage de l’enfant qui ouvrit enfin les yeux. La lumière vive l’éblouit et il referma aussitôt les paupières. Sous elles restèrent accrochés des papillons scintillants qui dansèrent puis s’évanouirent. Amusé, il cligna plusieurs fois des yeux et tenta d’attraper entre ses cils les petites lucioles. Il continua ce petit jeu un temps et, comme il s’habituait à la lumière du jour, il distingua de plus en plus nettement les escaliers, la porte, et au-delà, à travers l’entrebâillement, les colonnes noires du cloître qui fragmentaient le soleil. Perché sur le plus proche chapiteau lui apparut alors un oiseau aux couleurs chamarrées, au long bec recourbé, à l’allure moqueuse. Il déployait ses ailes jaunes et vertes, juché sur un autre animal tout bleu, au long nez en spirale qui s’empêtrait dans les feuillages de pierre. Une autre bête, pareille à un gros cochon, cognait son groin cornu contre le rebord du pilier. Les deux animaux avaient l’air fort en colère contre l’oiseau de malheur qui prenait toute la place sur le chapiteau.


Pierre pensa alors que sur les autres colonnes devaient nicher d’autres animaux, et il tenta de se lever. Mais il n’y parvint pas. Il ne sentait pas son corps, engourdi tout entier. Pris de panique, il voulut crier, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Afin de dominer sa peur, il se concentra sur chacune des parties de son corps, et chercha à deviner la position dans laquelle il se trouvait allongé, en vain. Il aperçut sa main au bout de son bras replié en retrait de son visage et lui ordonna de remuer, mais la main refusa d’obéir. Soudain, les animaux du cloître disparurent derrière la silhouette noire d’un vieux moine qui entra dans la pièce. Il tenait dans ses mains une verge de bois. Une file d’une dizaine d’enfants et d’adolescents le suivait en silence, tête baissée, l’air triste. Le dernier d’entre eux ferma la porte. L’obscurité se fit.


Les moinillons détachèrent les bâches des grandes verrières du scriptorium. Une lumière blanche et uniforme inonda la pièce. Pierre observa les petits oblats, aux gestes précis et mécaniques, qui s’affairaient dans l’immense salle froide et austère. Le vieux moine orchestrait leurs mouvements en faisant tourner sa baguette. Les enfants passaient d’abord un par un prendre des manuscrits, des plumes et des encriers dans une grande armoire située contre le mur du fond, puis allaient jusqu’à leurs pupitres disposés en deux rangées parallèles le long de la salle. Une fois installés, ils s’attelèrent à la tâche dans le plus parfait silence. Certains lisaient, d’autres écrivaient. Le vieux moine passait entre les rangs. De temps à autre, il s’inclinait pour apprécier ce que faisaient ses élèves. Il leur dispensait une caresse affectueuse le long de la joue ou sur la nuque ou bien faisait claquer sa verge sur les cuisses d’un cancre. Les oblats, pleins de crainte et de respect, esquivaient le regard du maître chaque fois qu’il les frôlait. Tout à coup le vieux planta son regard sur l’enfant allongé. Un sourire douceâtre barrait son visage anguleux. Tout en fixant expressément le marmot, il pourléchait ses lèvres minces de sa langue pointue. Puis il se retourna vers ses élèves et désigna l’aîné d’entre eux avec son bâtonnet. Ce dernier se leva aussitôt et sortit du scriptorium.


Le jeune adulte revint un peu plus tard, muni de deux récipients. Il s’accroupit aux pieds de l’enfant et posa par terre une écuelle de bois avec du lait, un quignon de pain, un grand seau d’eau et une couverture. Avant de se relever, il lui adressa un regard empreint de compassion et son visage angélique apaisa quelque peu le petit. Aussitôt après, le vieux moine signala la fin de la classe en frappant trois fois sa verge contre un pupitre. Les oblats replacèrent les bâches sur les verrières et quittèrent la pièce en file ordonnée, comme ils étaient entrés. Le maître, comme s’il s’agissait d’un troupeau de moutons, leur distribuait des coups de trique pour maintenir le rang. Puis il referma la porte, non sans avoir une dernière fois jeté un œil sur le marmot allongé près de la cheminée.


Le vieux moine réapparut bientôt dans la pièce. Il ferma à clef la porte du scriptorium, s’approcha lentement de l’enfant, et s’agenouilla à ses côtés en psalmodiant d’une voix suave. Puis il s’empara de lui à bras-le-corps, le démaillota, et l’assit nu entre ses cuisses. Pierre aperçut horrifié sa couverture maculée de boue. Il vit aussi la main de l’adulte passer un chiffon mouillé contre son sexe et ses fesses, rincer le torchon dans le seau d’eau avant de recommencer à frotter énergiquement son bas-ventre. Mais il ne sentait rien, ni l’odeur fétide de l’haleine du vieux mêlée à celle des déjections dans l’eau terreuse du seau, ni la main du moine qui courait sur sa peau. Cependant, il imaginait parfaitement toutes ces sensations, tant et si bien qu’il semblait les éprouver réellement dans sa chair. Il fut pris d’un violent haut-le-cœur, toutes ces pensées âcres et nauséabondes lui donnaient le vertige. Derrière lui, le chant du vieillard s’estompait et n’était plus qu’un souffle rauque.


Le moine tira brusquement la tête du moutard vers l’arrière, la coinça entre ses genoux, et força l’enfant à ouvrir la bouche. Ensuite, le chantre mordit un morceau de pain, but une gorgée de lait, mâchonna nerveusement le tout, puis il se pencha vers le visage du petit et lui cracha la bouillie dans la gorge, en pressant sur son cou pour lui faire ingurgiter la nourriture. Il recommença plusieurs fois l’opération. Pierre vit la figure ridée du moine aller et venir contre la sienne, plonger pour se presser goulûment contre sa bouche. Le vieux le retourna d’un coup sec, et se mit à masser tout entier son corps dénudé près de la cheminée. Enfin, il l’emmaillota dans une nouvelle couverture, lui baisa la bouche, reposa à terre le petit corps inerte, et sortit de la pièce.


Pierre se retrouva de nouveau seul. Mille questions affolées se pressaient dans sa tête. Où était-il, pourquoi était-il là, et surtout qui était-il ? Certes, il avait l’apparence d’un enfant, sa main posée devant ses yeux était bien celle d’un petit garçon, et tout à l’heure, il avait pu entrapercevoir son corps flasque et pâteux entre les mains du vieux moine ; mais les enfants bougent, respirent, frémissent, et lui, il demeurait là, totalement insensible et immobile dans la pénombre. Il ne ressentait rien, ni les flammes de l’âtre censées lécher son dos, ni la laine rêche de la couverture qui devait lui gratter le torse, ni le souffle de l’air frais qu’il devinait par-dessous la porte close du scriptorium. Il essaya de chercher une réponse dans sa courte mémoire, mais les seuls personnages qui apparaissaient confusément dans son esprit étaient tous des statues : le visage de sa mère pétrifié par le froid, qui hurlait en silence, des bas-reliefs tourmentés sur le porche d’une église, des apôtres de pierre et des diables rieurs, et rien de plus. Par contre, il se souvenait parfaitement de la sensation délicieuse de son corps liquide qui coulait entre les pierres d’un mur. Non, aucun doute n’était permis, il n’était pas fait de chair et de peau, mais d’argile ; et le moine qui venait de partir, c’était le sculpteur qui le pétrissait pour lui donner la forme d’un chérubin.


Il regarda de nouveau sa main : elle était fine et gracieuse. En cherchant à l’observer plus attentivement, il se rendit compte qu’il parvenait à remuer très légèrement l’extrémité des doigts. Et il se demanda comment une statue pouvait être capable d’un tel prodige. Une pensée atroce effleura soudain sa conscience : et s’il n’était pas une statue, mais juste un pauvre enfant paralysé, un jouet entre les mains d’un vieux monstre ? Il chassa aussitôt cette idée insupportable et trouva bientôt une réponse beaucoup plus apaisante : non, il en était sûr, son créateur était un magicien capable de donner vie à ses œuvres. Et lui, c’était un adorable angelot d’argile qui bientôt deviendrait chair. Il poursuivit sa réflexion. Avait-il déjà un visage ? Il en conclut qu’il avait au moins déjà des oreilles et des yeux, puisqu’il pouvait voir et entendre. Par contre, sa bouche n’était pas finie, car il ne pouvait pas encore parler. Il s’endormit, le cœur gonflé d’espoir, en imaginant le sourire radieux des anges. Mais au milieu de ses rêves, ressurgit le serpent, triomphal, qui s’entortilla contre son corps. Il le fulmina du regard, balança mollement la tête pour l’hypnotiser, et tomba sur sa victime la gueule grande ouverte pour lui cracher son venin.


Le temps passa. Pierre perdit vite le décompte des jours mais il apprit à discerner très précisément chaque heure du monastère. Le vieux chantre lui prodiguait ses soins quatre fois par jour. D’abord, en pleine nuit, avant que les cloches n’eussent sonné les matines, puis une seconde fois après la classe du matin, une troisième après celle de l’après-midi, et enfin, le soir tombé, après complies. Le rituel était toujours le même, les ablutions, puis la becquée et enfin le massage près de la cheminée. Mais le vieux y incorporait peu à peu des variantes, il pinçait l’enfant ou le mordillait jusqu’au sang, le fouettait ou l’aiguillonnait avec sa verge en bois, à moins qu’il ne décidât de presser son propre torse nu contre le dos du petit. Pierre sentait de plus en plus nettement ce contact contre son épiderme. Il avait beau se persuader que son créateur lui façonnait un corps d’ange, il ne pouvait réprimer une immense sensation de dégoût et de honte lorsque le moine malaxait le bas de son corps. Odilon s’acharnait, tremblant, grimaçant, en proie aux affres de la création. Et puis la session s’achevait enfin, le vieux partait et l’enfant était aussitôt pris d’un indicible soulagement. Il constatait qu’il parvenait à bouger sa main, son cou, à séparer ses lèvres, il sentait son pied qui fourmillait sous son genou, à la fin de chaque séance il gagnait un peu de vie. Alors, il oubliait un temps son angoisse, et rêvait du moment où il serait enfin humain. Cependant, cette sensation de bien-être s’estompait d’heure en heure et lorsque la nouvelle séance approchait, son cœur se racornissait et son corps se pétrifiait de nouveau.


Le reste du temps il demeurait seul, abandonné dans l’obscurité. Les flammes de l’âtre projetaient des ombres longues dans tout le scriptorium. La pièce était peuplée de monstres qui dansaient, qui tournoyaient, qui se précipitaient sur lui puis s’écartaient au tout dernier moment, et allaient se cacher dans l’armoire au fond de la pièce dès que quelqu’un entrait. Ces séjours, peu fréquents hélas, rompaient un peu la monotonie des journées : ce pouvait être un frère convers, un serviteur qui nettoyait le scriptorium ou déposait des fagots dans la cheminée, ou alors un moine venu consulter un ouvrage. Pierre observait tous ces personnages, sans perdre un seul détail de leurs mouvements. Mais personne ne lui adressait le moindre regard : pourquoi donc aurait-on prêté attention à cet objet inanimé, à cette statue de chair qui gisait là en attendant son dénouement dans l’antichambre de la mort ? Il y en avait un, pourtant, qui daignait le regarder : c’était le plus âgé des élèves, celui qui lui avait apporté des vivres, le premier jour. Le petit avait appris son nom : Bernardin. Sa voix était douce, sa démarche éthérée, son visage angélique. Lorsqu’il pénétrait dans le scriptorium, Bernardin lançait toujours un regard triste vers la pauvre créature, puis il soupirait, et l’enfant lui répondait d’un battement de paupière.


Quand il y avait du soleil, la porte demeurait ouverte entre tierce et sexte le matin, et pendant une bonne partie de l’après-midi. Pierre se distrayait en observant les allées et venues silencieuses des moines dans le cloître, mais surtout, il en profitait pour admirer le perroquet sur son chapiteau. L’éléphant et le rhinocéros cherchaient à le piétiner, mais lui, l’oiseau, il voletait autour d’eux et se moquait de leurs corps balourds et disgracieux. L’enfant laissait divaguer son imagination. Il rêvait qu’il était un ange, qu’il déployait ses ailes et planait avec son ami l’oiseau. Son corps flottait, léger, dans les airs. Tout là-haut, les créatures rampantes ne pouvaient pas l’atteindre.


Il se plaisait aussi à observer les oblats dans le scriptorium. Il avait appris leur langage silencieux, les gestes qu’ils utilisaient pour communiquer entre eux, leurs petits jeux secrets. Ils ânonnaient de longues phrases dans une langue incompréhensible, et quand il était seul, Pierre exerçait sa mémoire en répétant pour lui-même ces formules sibyllines qui lui paraissaient magiques. Mais les élèves passaient le plus clair de leur temps assis à leurs pupitres à gratter avec leurs plumes sur des parchemins : que pouvaient-ils donc bien faire là ? C’était une chose qui l’intriguait au plus haut point. Pendant les classes, il imaginait qu’il devenait un de ces moinillons parmi les autres, qu’il se levait tout à coup, s’asseyait sur un banc et suivait la classe avec eux. Il en oubliait presque sa détresse, mais le regard obscène du chantre qui se posait sur lui à la moindre occasion lui rappelait constamment que l’heure du supplice approchait, que le rituel abject allait bientôt reprendre, juste après la classe.


Un après-midi avant vêpres, alors que le vieux s’installait pour dénuder l’enfant, ce dernier réagit instinctivement en donnant un brusque coup de pied dans le seau d’eau, qui se renversa par terre. Surpris par ce geste, le vieux se releva, et en contemplant le seau vide, il entra dans une colère extrême. Il se mit à rouer le petit de coups. Et Pierre connut enfin la douleur. Les coups pleuvaient sur lui et lui faisaient mal. Il essaya de se débattre, de s’échapper, mais le moine s’enroulait contre lui et l’étranglait. Le vrai visage d’Odilon se révélait à ses yeux : c’était une méduse, une gorgone, une harpie furieuse qui le harcelait. Soudain, il vit le sang gicler de ses pommettes, et il s’évanouit. Quand il reprit conscience, le vieux était en train d’enlacer son corps, et le berçait doucement. Il implorait la clémence du Très-Haut, en ressassant d’une voix plaintive cette oraison : « Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis. » Tout à coup, sans raison apparente, il lâcha sa proie et partit en courant, l’air affolé.


Pierre était terrorisé. Il devait fuir, coûte que coûte. Le moine avait laissé la porte du scriptorium grande ouverte derrière lui. Il devait profiter de l’occasion. Derrière la porte, il aperçut le perroquet perché sur son chapiteau, qui le regardait avec insistance. « Allez, déploie tes ailes et envole-toi », piaillait-il du haut de sa colonne. Mais le petit n’avait pas d’ailes. Ce n’était donc pas un ange. Il tenta de se redresser, de tenir debout, mais il n’y parvint pas. Ce n’était pas un enfant non plus, pensa-t-il alors, désespéré ; les enfants savent marcher, courir, sauter, et lui, il arrivait à peine à se traîner. L’espace d’un instant, il sentit le serpent de ses cauchemars frissonner dans son ventre et se nouer à ses viscères. Effrayé par cette sensation, il regroupa son courage et décida de faire une nouvelle tentative pour se relever. Il glissa jusqu’à l’armoire, prit appui sur la première étagère pour hisser son corps, mais en cherchant à poser son pied droit par terre il tomba à la renverse. Dans sa chute, il fit aussi tomber l’étagère, qui se fracassa au sol en projetant grimoires, plumes et flacons. Il aperçut alors, pour la première fois, sa jambe : à son extrémité, il n’y avait pas de pied, juste un moignon et puis rien, absolument rien d’autre. Il se mit à hurler, et un petit cri strident s’échappa de sa bouche. Son créateur n’avait pas encore fini de le modeler… Que devait-il faire ? Attendre sagement le retour du chantre, pour qu’il achevât sa besogne ? Et si au lieu de pieds, le moine avait décidé d’emprisonner ses jambes dans un socle, pour l’empêcher à tout jamais de s’enfuir ? À cette pensée, l’enfant décida de renoncer à son pied et de partir au plus vite du scriptorium. Il arracha une planche de l’étagère tombée par terre, s’en servit comme d’un levier pour soulever son corps, et put enfin tenir debout. Puis il sautilla jusqu’à la sortie grâce à cette béquille de fortune, descendit prudemment les quelques marches qui menaient à la porte, et se retrouva dans le cloître. L’air vif piquait ses joues et lui faisait tourner la tête. Dans le ciel, des nuages blancs effilochés traversaient le crépuscule, et leurs reflets animaient les colonnes noires des allées.


Il se retrouva nez à nez avec son ami le perroquet. L’oiseau semblait se réjouir de voir le garçon rétabli et lui souhaita bonne chance dans sa fuite. Sur le revers du chapiteau, se tenait un autre oiseau, très étrange, un pélican qui ouvrait grand son bec pour donner son cœur à manger à des enfants aux visages de vieillards agenouillés devant lui. Pierre, troublé par l’écœurant volatile, poursuivit son chemin. Soudain réapparut le serpent de ses cauchemars. C’était un dragon qui se tordait, à l’étroit sur son chapiteau, les griffes acérées plantées sur son socle, prêt à bondir. Il crachait du feu et deux ailes de chauve-souris épousaient le contour de son dos garni d’épines. Le petit était déconcerté : les serpents savaient voler, eux aussi. Il n’y avait donc plus d’échappatoire possible, ni sur terre, ni dans les cieux. Pris de panique, il accéléra le pas en remuant la tête en tous sens pour chercher une issue. Mais toutes les portes étaient fermées à clef.


Tout à coup, il entrevit une ombre furtive entre les colonnes de l’allée opposée. Instinctivement, il plongea à terre pour se réfugier sous le muret qui supportait les voûtes. Il resta là caché un temps, avant de risquer un coup d’œil sur le cloître. Entre deux piliers peuplés de monstres grimaçants surgit le visage d’Odilon. Il venait d’entrer dans le scriptorium pour achever sa besogne, et il n’y avait pas trouvé l’enfant. À présent, il humait l’air et scrutait l’obscurité de ses yeux perçants, à l’affût de sa proie. Pierre baissa aussitôt la tête, et demeura prostré là. Son cœur battait la chamade et bourdonnait entre ses tempes. Il se sentait acculé et l’effroi le pétrifiait. Un halo blanchâtre éclairait l’allée où il se trouvait, puis, au-delà, il y avait de nouveau de l’ombre dans l’angle du cloître. Il ne savait que faire : s’il s’aventurait en rampant jusque là-bas, dans l’espoir d’y trouver une issue, il courait le risque d’être repéré, mais s’il demeurait caché sans bouger, le chantre finirait bien par le trouver, rien n’était plus certain… Il décida donc de partir, mais il n’y parvint pas. La peur le clouait au sol. Il leva alors les yeux en l’air, sans bien savoir pourquoi, peut-être pour chercher une réponse dans le ciel épais. Tout à coup, les cloches sonnèrent à la volée l’office des vêpres. Surpris, il lâcha son bâton qui tomba à terre. Il s’en ressaisit en vitesse, mais c’était trop tard, Odilon avait senti la vibration contre le sol et s’élança à sa poursuite.


Pierre se releva et entama une course désespérée. Sa béquille frappait contre les dalles à une allure frénétique. Le tintamarre des cloches l’abasourdissait. Les colonnes du cloître se succédaient, saccadées, sous son pas cahotant. Mille créatures innommables l’observaient et menaçaient de s’abattre sur lui. Il sentait que tous ces monstres se détachaient de leurs socles, au fur et à mesure de son passage, pour venir former une horde infernale qui grouillait en vociférant à ses trousses. Le pélican caracolait en tête. Il piaillait à qui mieux mieux et réclamait le droit d’arracher le cœur de l’enfant pour l’offrir à ses répugnants rejetons. L’éléphant et le rhinocéros le suivaient, en faisant trembler le sol sous leurs pas, tandis qu’une multitude de serpents accompagnait le cortège. Ils rampaient au sol, s’engouffraient sous la terre, parcouraient les océans ou tournaient dans les airs, et les cloches célébraient à grand fracas leur victoire imminente.


Pierre sentait leur souffle pestilentiel qui lui brûlait la nuque. Une main crochue lui frôla le dos. Devant lui, dans l’angle de l’allée, Lucifer devisait avec l’archange saint Michel autour d’une balance. Le diable désigna du doigt une ouverture dans le coin d’un mur. Des escaliers sordides descendaient Dieu sait où, peut-être s’agissait-il des premières marches qui menaient à l’enfer. Mais l’enfant n’eut pas le temps d’y songer, il s’y rua la tête la première et dégringola. Dans sa chute, il entendit un bruit sourd derrière lui, et juste à l’instant suivant, il reçut le corps du chantre qui s’écroula sur lui. L’enfant gesticula, effrayé, pour se dégager de l’étreinte, mais le moine ne bronchait pas. Il était mort.


Pierre remonta péniblement à la surface. Les cloches avaient cessé de sonner et les créatures de pierre avaient rejoint leurs colonnes. La tranquillité régnait de nouveau sur le cloître. Hagard, il découvrit qu’il était couvert de poussière. Le sang coulait à flots sur son front. Il s’en étonna, car il ne ressentait pourtant aucune blessure. Mais en tournant la tête, il comprit ce qui venait de se passer : le chantre dans sa course avait oublié de se baisser pour pénétrer dans les escaliers et sa tête s’était fracassée contre le saillant du bloc de pierre au-dessus de l’entrée. Le choc avait dû être d’une violence inouïe, car un bout de pierre s’était détaché sous l’impact. La roche suintait encore du sang de sa victime. Pierre fronça les sourcils, stupéfait : la pierre, pour la seconde fois dans sa courte vie, venait de lui sauver la vie.


Une troupe de moines sortit du bout de l’allée et accourut vers lui. Sans trop savoir pourquoi, il se mit alors à genoux, ouvrit les bras en croix, et à sa grande surprise s’entendit crier d’une voix suraiguë : « Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis. » Puis il tomba, terrassé par la fatigue.


Les moines l’emmenèrent séance tenante jusqu’aux appartements de l’abbé. Ce dernier s’y rendit après complies. Le petit était là, qui dormait à poings fermés. Rambert le regarda, intrigué. S’agissait-il d’un sot, d’un insolent ? Pourquoi l’avait-on abandonné : portait-il les stigmates d’un péché mortel, d’une faute inavouable ? Était-il bâtard, juif, cagot, à moins que ce ne fût le fils d’une sorcière engendré lors d’un sabbat ? Qu’allait-t-il faire à présent du marmot ? L’abbé n’éprouvait, en contemplant l’enfant allongé devant lui, aucun remords quant à la décision qu’il avait prise quelques semaines auparavant. En offrant un jouet inanimé à Odilon, Rambert pensait qu’ainsi le vieux chantre pervers pouvait rassasier son vice et laisser tranquille le reste des oblats. Le père supérieur avait agi comme le berger qui laisse l’agneau le plus faible à la merci du loup pour préserver son troupeau. C’était la seule solution : il ne pouvait pas destituer Odilon, qui était le cadet des Roquebrune, la famille qui avait fondé ce monastère. À présent, le chantre était mort, et l’abbé était plutôt satisfait d’un pareil dénouement. Il avait payé pour ses péchés abjects. Il s’agissait désormais d’organiser des funérailles qui siéraient à son rang, et peut-être inventer un pieux mensonge au sujet de son décès accidentel. Et trouver un autre chantre. Mais il arrêta là ses réflexions, car Pierre se réveilla.


Le moutard écarquilla les yeux. Rambert lui parla sèchement. L’enfant écouta à demi-mots ce sermon qui se voulait sévère. Il comprit que l’abbé l’accusait d’avoir détruit la bibliothèque, d’avoir désobéi à son maître Odilon et d’avoir troublé le silence de mise dans la maison de Dieu. Néanmoins il parvint à discerner derrière toutes ces paroles que le père supérieur n’était pas vraiment en colère.


Rambert le punit de dix coups de fouet. Des moines l’emmenèrent jusqu’au cloître, l’attachèrent à un pilier, et le père abbé en personne le flagella sous l’œil de tous. Le petit se mit à rire à gorge déployée sous les coups qu’il encaissait. Car désormais, il ressentait la douleur, il n’était plus une statue, ni le jouet de personne, c’était un enfant de chair et d’os capable de souffrir et de saigner. Et il avait un nom, il s’appelait Pierre, Pierre Toussaint, criait-il aux oblats qui ricanaient en contemplant la scène. Le rire de Pierre résonna dans tout le froid monastère, rebondit contre les pierres et lui revint aux oreilles. Mais l’enfant ignorait qu’il s’agissait là de l’écho, pour lui, c’était le perroquet qui volait gaiement dans les allées du cloître et qui répétait son fou rire.


 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Charivari

Alors là c'est violent. J'avoue que l'arrivée du moine pédophile m'a vraiment déçue et dégoûtée. Heureusement le côté fantastique où les statues prennent vie allègent ce chapitre très sombre.
Il faut dire que le petit Pierre est tenace pour un gamin de 6 ans. Après la mutilation, victime d'un viol, le voilà punit de 10 coups de fouet, on ne lui épargne rien dit donc! apparemment son grain de folie le "sauve", son imaginaire parfois terrifiant le protège.
en tout cas la sévérité et le manque de remord de l'abbé Rambert se précise encore dans ce second chapitre.

"un rayon de soleil alluma le visage de l’enfant..."- illumina le visage de l'enfant, serait mieux non?

   Robot   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ayant eu déjà l'occasion de m'exprimer sur ce chapitre, je ne parlerai ici que de sa conclusion. L'enfant heureux de ressentir la douleur, qui pour moi n'a rien de masochiste puisqu'il s'agit pour lui d'un retour à la vie, à une reprise de possession de son corps, comme le choc qui permet à un aveugle de recouvrer la vue.
J'aime aussi cette illusion du Perroquet qui répercuterait le rire. C'est très poétique.
Encore bravo pour les illustrations.

   Proseuse   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Charivari

Ho,la,la! vous ne nous épargnez pas cette fois-ci !
bon, moi vous savez, j' ai un p'tit côté "bisousnours" alors, je vais pas prendre ce chapitre aux pieds de la lettre, et en attendant la suite, je vais penser que le moine est un simple sculpteur de pierre et Pierre une sculpture en devenir au sens "propre" du terme ! et je mets entre parenthèses le côté angoissant de l' affaire ! .. le récit tout à fait bien mené, j' attends la suite mais avec un peu plus d' appréhension qu' hier !!

   MissNeko   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mon dieu comme il est ignoble ce moine pervers. Bien contente qu il est soit plus.
La plume est toujours aussi belle et poétique.
J aime les réflexions de Pierre : qui est il, une statue non terminée ?
Vite la suite !!!

   Anonyme   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Re,

Le symbole de pétrir dans la boue l'homme est bien vu, mais de lire, ''il l'assit nu entre ses cuisses'' m'a beaucoup dérangé. Le pire c'est qu'il m'a fallut longtemps avant de m'apercevoir qu'il était un pédéraste, en fait jusqu'à ce que le supérieur le confirme.
Bon, en même temps je suis très naïf. Mais justement pour les étourdis de mon genre, il serait préférable d'annoncer la couleur avant, pour qu'une bonne fois pour toute l'on se dise ; -Quel enfoiré ce gros dégueulasse.
Sinon le serpent, le pélican, le perroquet, le dragon... Je vous lis avec gourmandise.

   Marite   
3/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Dans ce second chapitre, indépendamment de l'écriture non seulement agréable et fluide, mais aussi riche en vocabulaire spécifique adapté au contexte, deux phrases ont perturbé le rythme de ma lecture:
" Au milieu de ses rêves, ressurgit le serpent, triomphal, qui s'entortilla autour de son corps. Il le fulmina du regard, balança mollement la tête ... venin "
avec une hésitation sur le "IL" commençant la seconde phrase car, dans un premier temps, j'ai pensé que ce pronom désignait l'enfant.
En regroupant ces deux phrases : " Au milieu de ses rêves, ressurgit le serpent, triomphal, qui s'entortilla autour de son corps, le fulmina du regard, balança mollement la tête ... venin " tout s'éclaircit (enfin pour moi).

En ce qui concerne le fond :
Quand un être humain a subi les méfaits du froid au point d'en rester inconscient très longtemps, la première chose à faire, en dehors de la chaleur à lui apporter, est de le frictionner et le masser énergiquement pour rétablir la circulation sanguine dans toutes les parties du corps, les dénudant même pour plus d'efficacité, sans que cela n'ait une connotation de perversité. L'énergie vitale de la victime est axée, en priorité, sur la récupération des sensations de base : audition, vision, contraction des muscles, perception des battements du coeur, de la respiration ... etc.
Il me semble que ce jeune enfant, ayant grandi avec sa mère et son père ( de ce que je retiens du troisième chapitre), ne devrait pas éprouver si rapidement les sentiments qui lui sont prêtés tels : " sensation de dégoût et de honte ...heure du supplice ... rituel abject ..." et qui m'apparaissent peu vraisemblables à moins qu'il n'ait déjà subi ce genre de contact malsain avec un adulte. Peut-être d'ailleurs en aurons-nous l'explication dans la suite du roman.
De ce que j'ai pu retenir de plusieurs lectures faites sur cette époque moyenâgeuse, l'emprise de la religion catholique, jetant l'oprobe sur l'aspect "physique et naturel" de la nature humaine, n'avait pas totalement annihilé le bon sens des populations à ce sujet mais très certainement provoqué des "déséquilibres" chez certains religieux, ce qui peut expliquer, sans excuser, le comportement du vieux moine Odilon.
Aussi, je pense que cet aspect de perversité aurait pu être seulement suggéré par des "incursions" dans l'esprit du vieux moine et non exposé dans les pensées de l'enfant à peine conscient. Tel que présenté dans le récit, cela me semble s'apparenter à une mise en exergue des dérives de certaines communautés religieuses, essentiellement masculines d'ailleurs, en liaison avec des actualités qui ont ébranlé et déshonoré leur sérieux et leur crédibilité.

Tout ceci bien entendu, ne sont que les réflexions qui me sont venues après la lecture ... j'espère Chavirari que vous ne m'en voudrez pas, j'en serais sincèrement désolée.

   Marguerite   
4/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Rebonjour Charivari,

D’emblée l’écriture du chapitre 2 m’accroche moins.

Sinon j’ai un peu tiqué à la lecture de ce passage qui parle d'un sermon qui se voulait sévère, d'un père supérieur qui n’était pas vraiment en colère et pourtant, l’enfant prend quand même 10 coups de fouet !

L’idée des animaux « imaginaires » n’est pas mal du tout. Ça met un peu de vie là où il n’en restait plus beaucoup pour Pierre…

M.


Oniris Copyright © 2007-2017