Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Horreur/Épouvante
onehotminute : Noël
 Publié le 15/10/18  -  11 commentaires  -  2647 caractères  -  86 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenirs d'un espoir immense et solitaire pendant la période la plus noire de ma vie.


Noël


25 décembre 2013 (?)


Cette si belle ville à Noël. Je suis si heureuse d'y être et de passer la journée avec ma famille. Mes deux grands-mères seront là. J'ai prévu pour l'occasion la belle robe que mes sœurs m'ont offerte la veille au soir.

Concernant « lui », papa et maman m'ont dit qu'il sera là pendant la première moitié de la journée. Ensuite ils le feront partir et papa viendra me chercher. En l'attendant, je suis seule chez mamie pendant qu'ils commencent tous la fête dans l'autre appartement. Je n'ai pas été aussi heureuse depuis longtemps : Noël avait longtemps été pour moi synonyme de cauchemar, jusqu'à aujourd'hui. Aujourd'hui je ne le verrai pas. En attendant que papa vienne me chercher, je me prépare : je mets ma nouvelle robe, noire et parfaitement ajustée à ma taille ; je me coiffe d'un chignon, je me maquille, et je mets mon collier et mes boucles d'oreilles. Je m'admire devant la glace. Je danse. J'observe et je découvre le plissement de mes yeux lorsque je souris sincèrement.


Papa n'est pas encore venu. Je commence à m'impatienter, alors je décide de lire mes cours pour que le temps passe plus vite. Mais la concentration est impossible à trouver : je suis bien trop surexcitée. Je passe plutôt mon temps à envoyer des messages à mes amis, et à leur envoyer des photos de ma tenue très apprêtée du jour.


Papa ne vient pas. Mon bonheur débordant et nouveau ne s'en va pas. Il reste figé, flottant autour de moi. Je sais que papa va venir et que l'effroi que j'essaye de nier va disparaître aussitôt. Le nuage de bonheur se dilue dans l'air. Quelques-unes de ses particules s'éloignent tout à fait, mais je n'y prête pas attention : il est certain que ce matin mon cauchemar s'est terminé. Un cauchemar de trois ans ne peut pas être suivi d'un bonheur aussi court que quelques heures. Je respire profondément en souriant.


Le soir tombe. Beaucoup de vide s'est formé dans ma tête malgré mes efforts. Mes pensées s'arrêtent.



Papa est là ! Évidemment qu'il est là ! Je bondis de joie et cours dans sa voiture. Il démarre, insouciant et souriant. Je vois sur son visage que tout ira bien. Ma vie peut commencer.


Papa entre dans l'appartement et me laisse sur le pas de la porte. Mes deux grand-mères dorment dans leurs fauteuils. L'appartement est silencieux. Je vois disséminées au hasard sur les meubles une dizaine de coupes de champagne vides ou à moitié, ainsi que des assiettes à dessert sales. Maman et mes sœurs en ramassent. Elles ont retiré leurs boucles d'oreilles et leurs chaussures à talon. Aucun de mes cousins n'est là.


Noël est terminé, les restes sont servis pour le dîner.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   SQUEEN   
21/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très "jolie" histoire, en creux. L'horreur est ce qui a eut lieu, mais aussi ce qui a lieu. Pour protéger un enfant on le puni ici, sans doute pour ne pas blesser le cousin (violeur?) qui reste convié à la fête, et c'est la victime qui se trouve éloignée. Beaucoup de pudeur et une grande virtuosité dans l'évocation de cet étouffement, dont on n'ose imaginer les conséquences.
Voilà ce que j'ai compris de ce texte court mais qui raconte beaucoup. Merci, SQUEEN.

   izabouille   
22/9/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
De quoi ou de qui la narratrice a-t-elle peur? On n'en sait rien... Pour ma part, je n'ai rien compris, je ne sais pas où l'auteur a voulu m'emmener. Pourquoi la narratrice ne peut-elle pas faire partie de la fête avec les autres membres de sa famille?
Je suis désolée, c'est flou et à mon avis incomplet. De plus, cette nouvelle est classée dans la catégorie horreur/épouvante, et là non plus je n'ai pas compris pourquoi.

   Sylvaine   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Le texte est bien écrit et le suspens efficacement ménagé. On se demande vraiment qui est "lui" et ce qui va advenir. Mais la chute a été pour moi très frustrante. J'adore en principe les nouvelles qui jouent sur l'implicite, sur le non-dit, où l'explication ne se livre qu'à demi-mot. Il me semble que c'est l'effet que vous avez recherché mais il me semble que cette fois vous n'en dites pas assez. Bref, j'avoue n'avoir pas compris où vous avez voulu en venir et quel sens il faut donner à la dernière phrase. Il semble que les mots "les restes" soient essentiels, mais ils sont trop allusifs pour éclaircir l'énigme.

   PIZZICATO   
15/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien sûr, durant toute la lecture, je me suis demandé qui était ce "Lui " dont on semble vouloir éloigner l'enfant qui ne veut ou ne doit pas le voir. " Ensuite ils le feront partir et papa viendra me chercher ".

" Noël avait longtemps été pour moi synonyme de cauchemar "
" il est certain que ce matin mon cauchemar s'est terminé. Un cauchemar de trois ans ... "

Ce " Lui " est-ce l'un des cousins qui, les 3 derniers Noël, a abusé de la narratrice ?

Ce qui est presqu'aussi révoltant que les faits eux-mêmes, c'est que la victime est éloignée de la fête alors que l'on reçoit le bourreau...

Malgré la chute un peu sybilline, j'ai trouvé ce texte intéressant.

   Brume   
16/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour onehotminute

Je commente rarement les nouvelles, mais la vôtre m'a beaucoup touchée.
Je trouve votre écriture limpide, sans longueur, allant à l'essentiel.
Une nouvelle d'atmosphère, quelque chose plane, mais quoi? Et alors vient cette dernière partie, et la cruauté, insidieuse, saute au visage. Cela contraste terriblement avec le débordement de joie de cette jeune fille que vous nous faites lire tout le long du récit.
Et ce changement brutal d'une émotion à l'autre, tout en pudeur, a été pour moi très fort, et réussi pour ma part.

Seul bémol, le choix de la catégorie. Mais il est vrai que la catégorie "dramatique " n'existe pas. Le choix n'a pas dû être évident.

   Robot   
15/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un secret de famille terrible. on le ressent dans l'atmosphère créée par cette attente qui est en même temps une souffrance entre crainte et espoir.

Et ce Noël se termine par une cruelle déception. Certes "lui" n'est pas là mais la fête est achevée.

"Lui" a eu droit aux festivités et la jeune fille se contentera des restes.

Heureusement le texte est court et celà permet plusieurs lectures pour s'imprégner des mots importants du récit:
"La robe offerte la veille au soir. - Seule - Ils commencent la fête dans l'autre appartement. - Cauchemar…" etc...

Une mise à l'écart qui semble faire de la victime une réprouvée tandis que "LUI" aura passé un bon Noël.

La tragédie est bien soulignée sans tomber dans le mélo.

   Lulu   
16/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Onehotminute,

J'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce texte, bien que je l'ai trouvé à peine trop elliptique. Je trouve très bien l'idée de laisser l'imaginaire du lecteur combler ce qui n'est pas dit, mais peut-être aurais-je, ici, aimé avoir quelques détails de plus qui n'auraient pas été superflus.

L'ambiance, en tout cas, est très belle. On sent une présence chez la narratrice, une volonté de dire qui pourrait être plus généreuse dans ses détails pour que le lecteur - ou la lectrice que je suis - y trouve de quoi s'évader, s'émerveiller d'une vie autre que la sienne.

On peut s'identifier assez facilement au personnage de la narratrice, et en cela, je trouve que ce texte est un très beau point de départ.

Développer un peu plus serait un plus, je crois. Cela ne desservirait en rien la narration.

Mais j'ai aimé le rythme des phrases, le ton d'ensemble.

Mes encouragements.

   plumette   
17/10/2018
ce texte ne m'a pas livré son mystère. J'en ai aimé l'atmosphère qui a su m'accrocher. Mais je suis restée avec trop de question.
Quel âge a cette jeune fille? son cauchemar dont elle ne dit rien sauf qu'il a duré trois ans va s'arrêter ce jour là? Pourquoi et Comment?

ce qui est très fort, c'est ce balancement entre l'espoir et la déception. L'écriture est efficace.

On ressent bien aussi la solitude de la narratrice.

Mais voilà, c'est un peu trop elliptique et un peu court aussi pour nourrir l'attente de la lectrice que je suis.

je suis perplexe alors je ne mets pas d'évaluation.


Plumette

   Thimul   
18/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte bien écrit qui repose avant tout sur le non dit.
J'ai cependant trouvé celà trop court pour me permettre de me plonger dans l'ambiance du récit.
Et il y a surtout ce cauchemar qui prendrait fin juste à cause de cette soirée sans voir le responsable de son traumatisme. J'ai beaucoup de difficulté à adhérer à ce scénario.
Au plaisir de vous relire

   Donaldo75   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Onehotminute,

J'ai relu le texte parce que je le trouvais trop elliptique, qu'il me demandait trop d'effort pour imaginer ce qui n'était pas dit. Pourtant, je suis le premier à déclarer tout haut qu'il faut justement laisser au lecteur le soin d'imaginer ce qu'il y a derrière le rideau. Du coup, j'ai joué le jeu, ayant honte de ma flemme intellectuelle qui me poussait à demander plus d'explications.

Bon, j'ai quelques idées mais je les garde pour moi. D'autres commentateurs donnent une version de l'histoire racontée en creux, et je ne suis pas loin de leur perspective. Je n'en dirai pas plus.

Sinon, une fois mes neurones reposés et soignés avec une bonne dose d'aspirine, je réitère ma remarque sur le côté fermé et elliptique de cette histoire qui frustrera plus d'un lecteur. C'est bien écrit, la progression dramatique est mesurée et juste, mais il manque un peu d'éléments pour ne pas trop ressentir cette frustration. Tel est mon bémol.

Bravo !

Donaldo

   in-flight   
25/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Court, elliptique et mystérieux. Effectivement, ça sent la violence intra-familiale.
En l'état, au delà des clés de lectures manquantes, c'est trop court pour monter en intensité. Trop court et trop vide.

25 décembre 2013 (?) --> Le point d'interrogation peut indiquer une perturbation de la narratrice suite à ce qu'elle a vécu. Ou bien est-ce une date autobiographie dont l'interrogation marquerait la "pudeur"


Oniris Copyright © 2007-2018