Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Amandine-L : Insouciante
 Publié le 31/05/18  -  10 commentaires  -  933 caractères  -  129 lectures    Autres textes du même auteur

Flâner, jouer, sourire...


Insouciante



Loin, tout à côté,
en haut, en bas,
être là ou pas.
Pas sur le velours.

Pour la coquine, les farces de la vie, de douces folies.

En cadence, elle se balance et danse.
Sautiller, bondir, s’allonger, courir dans la courette depuis belle lurette.

Elle va trottinant un air dans la tête
« pas là là, pas pas là là, pas là lam… »
Lame de fond le long de la rive,
livre d’ivresse, un brin de paresse.

Elle trace sa vie, sème des confettis.
Le vent ennemi la surprend à s’en méprendre, il éparpille le semis.
Étonnement, regard. Elle rit de tant d’égards.

Elle improvise, apprivoise à l’envie.
Contourne les flaques,
passe les ponts à reculons,
casse les noix en un frisson
et ding et dong
les minutes s’étiolent sur le chemin sinueux.

Pas pressée, elle prend l’air, légère.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lulu   
17/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé cette évocation insouciante d'un esprit léger qui va et profite de la vie. Le plaisir est largement partagé avec le lecteur, et ce dès la première strophe, qui instaure une belle dynamique rythmique.

On entendrait presque, avec les pas, "I'm singing in the rain...". Ce plaisir de chanter et de danser dans toutes les circonstances... Cela fait aussi penser à Jeanne Moreau avec Le tourbillon de la vie.

J'ai beaucoup aimé ce passage :
"Elle improvise, apprivoise à l’envi. / Contourne les flaques, / passe / les ponts à reculons, / casse les noix en un frisson / et ding et dong / les minutes s’étiolent sur le chemin sinueux."
Je l'ai trouvé vivant, notamment du fait de l'emploi du présent "Elle improvise, apprivoise à l'envi. / Contourne les flaques... " etc.

Je l'ai largement préféré à cette énumération : "Sautiller, bondir, s’allonger, courir dans la courette depuis belle lurette." Les verbes à l'infinitif perturbent la logique du poème, et rendent moins vivant ce qui est énoncé. Pourquoi ces verbes n'ont-ils pas été conjugué ? Je ne le vois pas...

J'ai été un peu déçue, par ailleurs, par le dernier vers. Je trouve qu'il n'est pas à la hauteur des tous premiers, plus suggestifs. J'ai l'impression qu'il a été rédigé pour faire "conclusion", et c'est dommage, me disant qu'il n'était peut-être pas nécessaire ou peut-être qu'une formulation plus concise aurait été plus percutante... ?

Mais pour l'essentiel, j'ai vraiment beaucoup aimé ce rythme, et ces pas entraînants de bonne humeur.

Bonne continuation.

   kreivi   
17/5/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
EL
Bonjour
voilà une poème léger, aéré, qui ne prend pas les choses au sérieux (insouciante bien nommé)
Bref, c'est agréable et gentil, mais quand même cela ne va pas en profondeur de rien du tout, poème surfeur, par mer calme.
Rajouttez de la tension, de l'intention, du vent, et de la surprise
dans les mots dans les idées
désarçonnez le lecteur

   BlaseSaintLuc   
21/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Peut-être une petite fille, c'est assez doux, bien dans le ton de l'insouciance, le poème vous apprivoise, j'aurais aimé un peu plus de folie poétique et moins descriptive, mais je pinaille.

   PIZZICATO   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Voilà une façon de prendre la vie du bon côté.
"Sautiller, bondir, s’allonger, courir dans la courette depuis belle lurette." garder l'âme de l'enfance.

" Pas pressée, elle prend l’air, légère. " Pas de questions existentielles.
Une poésie emplie de fraîcheur et " insouciance ".

   Gabrielle   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un joli portrait de l'insousciance...

"les farces de la vie, de douces folies."

Quelle jolie façon de percevoir la vie....

Bien à vous.



G. Michel

   papipoete   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Amandine
Les joies de l'enfance avec ses jeux, ses facéties ( je suis en haut ! et là je suis en bas ! où je suis maintenant ? )
Et chantonnant un air rengaine, ou le nouveau tube à la mode !
Pas pressée, elle prend l'air, légère ...
Je pourrais en rajouter à la liste des amusements en culotte courte ( les flaques d'eau, on ne les évitait pas ! on sautait dedans à pieds joints ! ) mais je n'aurais pas assez d'encre à ma plume, pour les conter !
Aujourd'hui, les enfants prennent leur temps, et commandent à leurs doigts experts de jouer ... sur un clavier ( non pas tous, j'exagère ! ) mais le cap des 11 ans est pour moi fatidique ! adieu arcs, adieu pèche, adieu vélo, adieu tyrolienne, adieu naïfs dessins !
Votre comptine est vive et pleine de fraîcheur ... profitez bien !

   Anonyme   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Cette "Insouciante", j'entrevois l’instantané de sa personnalité, un tantinet "farfelu", mais je ne l'ai pas perçu en profondeur.

J'aurais voulu davantage que soit mis à jour tout le charme attractif et attirant d'une "Insouciante", avec originalité.

Votre texte est cependant frais, léger, agréable à lire et relire.
J'ai aimé particulièrement :

" Elle trace sa vie, sème des confettis. "
" Elle improvise, apprivoise à l’envie. "

J'aime un peu moins :

" casse les noix en un frisson "
" Étonnement, regard "

Mais dans l'ensemble le sujet ne manque d'amorcer de la sympathie pour cette "Insouciante".

   Eclaircie   
1/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Amandine-L,

Un poème léger où le jeu des sons et des sens est très présent.

le vocabulaire est du registre de "la joie", de cette légèreté, seul dénote à mon avis le verbe "s'étioler" plus négatif.
Le chute du poème me semble un peu plus fade, moins riant-rieur et devrait pouvoir être plus dans le ton.

L'ensemble est cependant bien agréable à découvrir.
Merci du partage.

   Amandine-L   
6/6/2018

   Robot   
9/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Légèreté et joie discrète, des petits rien qui font le bonheur. Reflets d'enfance.
C'est plein de tendresse et dit sans mièvrerie.


Une petite réserve pour s'étiole qui casse l'ambiance. Était-ce voulu pour marquer la fin d'une belle période, la fin de l'enfance insouciante ?


Oniris Copyright © 2007-2018