Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Diogene : Soirées tropicales
 Publié le 21/02/19  -  14 commentaires  -  1216 caractères  -  158 lectures    Autres textes du même auteur

Quand la jungle s’éveille
Au coucher du soleil
Douce moiteur amène
Les nuits caribéennes.


Soirées tropicales



D’un voile gris et noir
Déferle en abondance
Et d’anse en anse danse
Le dense grain du soir.

Le halo gribouillé
De points et de traits sombres
Couvre la plage d’ombres
D’un nuage dépouillé.

Vent chaud et brise humide
Soulèvent les palmiers
Qu’un souffle coutumier
Malmène et intimide.

Plus loin, à une table,
Des enfants des Antilles
Ignorent la broutille
D’un sourire immuable.

Ces quatre vieux messieurs,
Sous un rond toit de paille,
Partagent des papayes
En restant silencieux.

Me voyant arriver,
L’un d’eux sort des grands verres,
Un autre, un coffret vert
D’un geste motivé.

Il tire de la boîte
Pièces noires et blanches,
Les met sur une planche
Avec ses mains adroites.

Entourés par les flaques,
On se laisse enivrer
Par les sons enfiévrés
Des dominos qui claquent.

Pour soigner les malheurs
Le meilleur des sérums
C’est l’arum des vieux rhums
Qui calme les douleurs.

Rien ne peut égaler
La chaleur amicale
Des soirées tropicales
Trempées de grains salés.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   INGOA   
4/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ces soirées tropicales me rapprochent de souvenirs pourtant guère éloignés, des punch à gogo et des parties de domino tonitruantes avec de grands claquements sur les tables.
J'aurais volontiers remplacé la chaleur amicale par la chaleur animale dans la dernière strophe.
Beaucoup de sobriété dans ce texte qui sonne juste.

   Corto   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Sauf erreur il y a du vécu dans ce poème tropical.

Les deux premières strophes qui veulent planter le décor auraient pu, je crois, être mieux imagées. Les palmiers et les Antilles qui arrivent ensuite aident un peu plus à se positionner.

Belle image avec "Ces quatre vieux messieurs,
Sous un rond toit de paille," et l'inévitable partie de domino complète bien la scène.

Le recours aux "vieux rhums" fait forcément partie du tableau sinon où serait la cordialité ?

Allez, encore un petit verre de nostalgie. Merci.

   Hananke   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien ce petit poème aux vers courts et dansants
comme une biguine.
Et l'assonance du premier quatrain est jubilatoire.
Tout comme le meilleur des sérums et la suite.
Il décrit bien (le poème) l'insouciance qui règne dans les soirées
des caraïbes.

   Davide   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Diogène,

Pour la forme, les hexasyllabes confèrent une douce et chaude musicalité qui m'a enivré du début à la fin. Je n'ai pas beaucoup de remarques, sinon que je trouve l'écriture maîtrisée, avec deux échos de sonorités très réussis : "...abondance, et d'anse en anse danse, le dense..." et "...sérums (...) l’arum des vieux rhums".
Les vers 8 et 10 sont un peu redondants : "vent chaud", "brise humide et "souffle", mais ce n'est qu'un détail !

Ce bel hommage aux Caraïbes m'a refait vivre les sensations d'un séjour dans un pays équatorial. L'atmosphère est bien dépeinte, les mots sont simples et justes. Merci !

Davide

   Castelmore   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les deux premiers quatrains... à contrepied des cartes postales... superbes ! Et ces assonances qui dansent !
La chaleur est là cependant, dans le vent qui malmène les palmiers, les rires des enfants, le rhum et les manières des hommes.

Et la dernière strophe conclut comme le lecteur :
rien ne peut égaler ces soirées amicales
« Trempées de grains salés « 

Les vers courts se lisant parfois liés aux suivants, claquant parfois en solo permettent d’alterner habilement les ambiances de lecture.

Une belle réussite... qui me donne l’envie impérieuse de retenir un vol pour départ immédiat.

   TheDreamer   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pourquoi se laisse-t-on parfois prendre au charme d'une écriture ? Parce ce que celle-ci entre en résonance avec notre sensibilité.

Un poème tout de douceur. Je connais les caraïbes : la Guadeloupe, la Martinique. Je retrouve dans vos mots la nonchalance, la joie de vivre les choses simples et la douceur que je me souviens avoir perçu là bas.

   senglar   
25/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Diogene,


C'est simple le bonheur, comme une partie de dominos, en mangeant des papayes et en buvant du vieux rhum, là-bas sous les Tropiques qui ont su conserver ce jeu un peu basique.

La nostalgie n'est pas morte en ces lieux sur le sable et puis sous les palmiers alors que chez nous, trop sophistiqué, 'quelqu'une' que j'admire a écrit qu'elle n'est plus ce qu'elle était.

Les Tropiques ne seraient donc pas tristes comme l'affirmait un autre :)

Euh !... Gare aux moustiques tout de même. Sortez les tortillons et puis la nivaquine. Et encore, on a beau être entre amis, gare aussi au portemonnaie quand claquent les dominos !

Quand bien même... Où est le malheur là où je vois la douceur et la simplicité.

Peut-être la pauvreté (d'où l'adresse au portemonnaie)... Est-elle moins dure au soleil ? Peut-on faire confiance au grand Charles Aznavourian...

On est quand même ici dans une sorte de Carpe diem, dans un temps suspendu.

Pas grand-chose à dire finalement sinon se laisser aller.

Ceci posé... C'est vrai que ce moment est magique !


senglar

   papipoete   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonsoir Diogène
Il pleut aussi en Caraïbes, mais pour arroser les palmiers qui ont soif...tout comme les gens d'ici qui le soir, doivent " humecter " leurs gosiers !
Sous les palmiers, point de damiers, mais dominos qui claquent comme belote à Marseille ! Et ça tape blanc et noir ! et ça trinque au vieux rhum et ça rigole en soirées tropicales...
NB une atmosphère à la Pagnol si loin du vieux port, où l'on rêve d'être un invité , où le jaune de Panis perd contre l'arum d'un tipunch .
Les 2 premiers quatrains lèvent le rideau sur ce décor...de vacance !
Le 8e vers avec ses 7 pieds, en prend tout à son aise, et le " néo-classique " s'envole !

   hersen   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime assez bien l'ambiance générale, la première strophe est pour moi la meilleure. car elle reste comme suspendu.

La 2ème strophe me semble un peu une redite, en ce sens qu'elle tente de véhiculer la même atmosphère.

Puis ensuite, c'est une histoire. une soirée conviviale.
Autant je trouve certaines strophes un peu trop inféodées à la rime, autant d'autres coulent toutes seule, celle me parlant le plus pour imager cette saison des pluies (hormis la première) est celle des flaques.

Donc, je trouve un peu inégal ce poème, de strophe en strophe;

détail : je tique un peu au toit de paille (même si cela a donné le mot paillotte) mais que veux-tu, il faut bien tiquer sur quelque chose !

   PIZZICATO   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis laissé conduire en spectateur de cette scène typique de l'endroit.
Trois premières strophes qui installent le décor.
Puis les acteurs qui entrent en scène.

Bien sûr, je ne peux passer sous silence ce passage mélodieux :
" Déferle en abondance
Et d’anse en anse danse
Le dense grain du soir. "

J'ai bien aimé

   wancyrs   
22/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Salut Diogene,

Votre écriture est indéniablement belle : le décor que vous posez, et à tour de rôle la température, la nature, et enfin les hommes apportent beaucoup de charme à l'ensemble. Le tout est très vivant, peut-être à cause du narrateur qui à un moment s'invite dans la scène. Tout serait néanmoins parfait si vous ne parliez que d'une soirée tropicale... Il me semble que généraliser l'ambiance des soirées tropicales à une seule est un risque énorme que vous prenez, car les soirées tropicales c'est aussi beaucoup d'autres choses encore que vous ne citez pas ici...
Si le titre avait été Soirée tropicale, le travail serait parfait à mes yeux.

Merci pour le partage !

Wan

   STEPHANIE90   
22/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Diogene,

Superbe première strophe :
"D’un voile gris et noir
Déferle en abondance
Et d’anse en anse danse
Le dense grain du soir."
On sait tout de suite ou se déroule la scène, aucun doute n'est possible. L'ensemble est vraiment harmonieux.

Il me manque peut-être le côté sensuel des Antilles ou tout est prétexte à la drague surtout pendant ces longues soirées . Bref, il me manque la chaleur tropicale !!!

Merci pour la cordialité et la moiteur de cette lecture, j’attendais la braise...

StéphaNIe

   Diogene   
25/2/2019

   BlaseSaintLuc   
26/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un décor bien planté, une description minutieuse des gestes et habitudes de chacun que ne dérange en rien

"D’un voile gris et noir
Déferle en abondance
Et d’anse en anse danse
Le dense grain du soir."

Le poème ne désouffle pas, des odeurs, des parfums, une chaleur nous viennent, je vais de ce pas me servir un de ces petits rhums arrangé histoire de faire de beaux rêves. Santé.


Oniris Copyright © 2007-2019