Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Eki : À la lisière de mes silences
 Publié le 07/11/18  -  24 commentaires  -  862 caractères  -  326 lectures    Autres textes du même auteur

J'ouvre ma fenêtre pour l'envol de mes mots.


À la lisière de mes silences



Après que les heures sont tombées
Sans leurre sous les étoiles
Toujours demeure ce qui se dénoue
Dedans où tout va
Là où tout blesse
S’amoncellent
Saisons effeuillées
Longs soupirs
Des jours qui se dérobent

Au train où va le temps
J’emprunte les contre-allées
En écoutant le silence qui déferle
Le vent mauvais me pousse plus loin
Éparpillant l’élan essentiel

L’intime invisible se déleste
Du poids de tout
De l’énigme des oublis
Du bruit des choses
Des inexorables débordements

Que retiendrai-je
De l’éphémère sublime
De l’enivrant battement ?
Lorsque, cape blanche sur les épaules
L’hiver viendra me mordre
De toute sa froideur

Et que je ne serai plus qu’une ombre portée
Sur le rebord de la nuit


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Le genre de poème que j'adore. Et qui me laisse sans mots (sans voix). À la fois fort et sensible. À la fois délicat et débordant. L'émotion vole de vers en vers, et dans sa paume exhale " d'enivrant battement " .
Je n'ai rien à ajouter.

   Fowltus   
20/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sublime!
J'ai trouvé là un composite d'échos de grands poètes que j'aime lire.
Je ne vais pas les citer, ni détailler en quoi votre écriture me rapproche d'eux.
Simplement, bravos!

   izabouille   
21/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Déjà le titre est très beau, il donne envie de lire la suite.
J'aime bien la mélancolie qui se dégage de cette poésie et les images qu'elle donne à voir. Je l'ai relue par plaisir. J'ai particulièrement bien aimé la seconde strophe "au train où va le temps".
Merci pour le partage

   INGOA   
21/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette solitude intérieure qui ronge et détruit sous l'amoncellement des silences ou pire, des mots qui se noient sans écho dans le silence, a trouvé l'équilibre de sa partition dans cet effeuillement poétique.
Je trouve juste incongru l'emploi du point d'interrogation qui est la seule ponctuation du texte.

   Gouelan   
23/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Les mots s'envolent comme des feuilles, la vie aussi.

J'ai aimé la magie de vos mots. Ils nous emportent dans un tourbillon d'émotion. Il s'en dégage une force, une tristesse pour dire la vie qui nous emporte, l’éphémère.


Merci pour cette lecture.

   Provencao   
24/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Que retiendrai-je
De l’éphémère sublime,
De l’enivrant battement ?
Lorsque, cape blanche sur les épaules,
L’hiver viendra me mordre
De toute sa froideur"

J'ai bien aimé ce passage où le temps est bien ainsi la condition du réel lui-même, c’est-à-dire de tous les événements car, sans lui, rien ne peut ni être ni devenir

L’être-temps, la durée-éternité, en sa vérité comme présent de tout ce qui est et devient, ne peut être alors que le mouvement réel du réel "De l’énigme des oublis
Du bruit des choses
Des inexorables débordements"

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   fernand19   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Il n'y pas que la forme qui compte en poésie, en voilà la preuve... une magie entre les vers et de l'alchimie entre les mots.
" l'intime invisible se déleste
Du poids de tout
De l'énigme des oublis
Du bruit des choses
Des inexorables débordements."
j'ai beaucoup apprécié cette strophe.

   Marite   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà, à mon sens, ce qu'est une vraie poésie libre ... Pas de mots mystérieux, pas de rupture de rythme, pas de rime mais un fil conducteur que le lecteur peut saisir dès la première strophe.Ce qui me plaît tout particulièrement ce sont ces vers :
" Au train où va le temps
J’emprunte les contre-allées
En écoutant le silence qui déferle
..."
Mais l'ensemble est tout simplement harmonieux et le reflet d'une belle pensée.
Seul petit détail qui, comme un minuscule grain de sable, m' a arrêtée à la lecture du premier vers que j'ai préféré lire ainsi :
Après que les heures "soient" tombées,
mais ma façon de lire est peut-être incorrecte.

   leni   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
eki C'est fort joliment écrit je relève abord deux perles


Au train où va le temps
J’emprunte les contre-allées
En écoutant le silence qui déferle
Le vent mauvais me pousse plus loin

AU train où va le temps SUPERBE

l'intime se déleste du bruit des choses

et la finale très réussie


Et que je ne serai plus qu’une ombre portée
Sur le rebord de la nuit


Bravo Merci pour ce partage sALUT CORDIAL LENI

   papipoete   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Eki
le temps va, tout s'en va, et les heures pleines se vident à fond de train . Et je m'en vais là où le vent mauvais me pousse, alors que le silence résonne à mes oreilles ...
NB belle écriture, fort poétiquement posée " sur le rebord de la nuit ", et je jalouse l'auteur de si bien parler ... de l'éphémère !
3 vers me ravissent particulièrement ;
" lorsque cape blanche sur les épaules/
l'hiver viendra me mordre/
de toute sa froideur "

   MonsieurF   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte touten lenteur et retenue. J'ai apprécié la lecture des ces silences, ces non dits...Fluidité et rythme, calme et mélancolie.

Je n'ai me pas le "cape blanche " pour l'hiver, trop convenu et banal.

Mais le reste est très bon.

   PIZZICATO   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle écriture sans grandiloquence, des images choisies, confèrent à ce texte beaucoup d'élégance et de vérité.
La poésie comme je l'aime.

" Au train où va le temps
J’emprunte les contre-allées " bien en corrélation avec le titre.

" Lorsque, cape blanche sur les épaules
L’hiver viendra me mordre de toute sa froideur "
Pour ne citer que celles-ci.

J'ai beaucoup apprécié.

   Francis   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une mélancolie qui berce le cœur du lecteur ! l'automne et sa lumière qui décline et ses lisières effeuillées et ses silences que les soupirs du vent transpercent... Peu à peu la vie se fige, s'embrume , même les souvenirs. Une belle plume. Merci pour ce partage.

   fried   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'aime cette belle introspection sur le theme de l'hiver qui approche.
J'aime ces quelques mots qui racontent comment un poète appréhende le vieillissement et l'approche de la nuit.

   Absolue   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a du Bashung dans ce texte... Je ne saurai expliquer pourquoi... Une atmosphère particulière... C'est à la fin du poème que j'ai compris de quoi on parlait. Le temps qui passe, la vieillesse et finalement la mort froide et mordante. Alors je l'ai relu et je trouve ces vers fort beaux, le thème bien exprimé, tout en délicatesse et légèreté malgré la gravité du sujet.

"Que retiendrai-je
De l’éphémère sublime
De l’enivrant battement ?
Lorsque, cape blanche sur les épaules
L’hiver viendra me mordre
De toute sa froideur

Et que je ne serai plus qu’une ombre portée
Sur le rebord de la nuit"

Ce passage est mon préféré.

"Éparpillant l’élan essentiel" me plaît moins, je le trouve moins mélodieux à l'oreille.

Merci pour ce moment un peu triste.

   hersen   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Eki,
Ton poème est très beau. Il y a comme une évidence à la lecture, mise en valeur par une forme libre très maîtrisée, il n'y a rien que je trouve à redire.
"...tombées/" sans leurre sous les étoiles..."

ce "sans leurre" est magnifique de projection qu'il implique au niveau du son, plus doux que "sans heurt" mais plus plein.

Enfin, je ne vais pas détailler, il n'y en a aucun besoin.

Bravo et merci !

   bipol   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour,

j’aurais écrit les heures soient tombées

sinon je ne rajouterais rien au concert de louanges

j'aime beaucoup votre texte comme nous tous

   Vincente   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très émouvante évocation, fluide et à la fois dérangeante, mais sans mettre mal à l'aise, juste avec un bienveillant piquant surréaliste de cette inexorable réalité qui nous touche tous. En somme très élégant.
PS : au début, un soient tombées me semblerait plus approprié.

   Donaldo75   
9/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Eki,

Ce soir, je lis des poèmes publiés ces derniers temps ; certains ont déjà été commentés de ma plume en Espace Lecture et j’ai de nouveau commenté ici, comme si je les découvrais encore.

C’est anecdotique, certes. Revenons-en à ta poésie. Il n’y a pas de débat de mon côté ; c'est un beau poème, avec des images fortes. Un seul point, mineur : la fluidité n'est pas toujours au rendez-vous. C’est mon impression de lecture. Est-ce le découpage ? Je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c’est que cette perception s’estompe à la seconde lecture, comme si le cerveau humain ajustait la première.

Bravo !

Donaldo

   HTFelize   
9/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Romantique à souhait dans une écriture contemporaine, on se laisse bercer par cet envoûtant leurre des heures du soir.

On effeuille les souvenirs à la tombée de la nuit, on emprunte des contre-courants de vents stellaires vers des ailleurs enivrants.

   JcJaZz   
12/11/2018
J'arrive tard et déjà beaucoup de commentaires
C'est un poème qui entre totalement en résonance avec la poésie que j'aime et qui me saisit
J'aime à la fois cette profondeur et cette simplicité
J'aime cette force des mots et la douceur, langueur qui se dégage des vers et du poème
Merci

   LEPOETEPOETE   
12/11/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'aime bien la nostalgie sentimentale qui se dégage de cette poésie libre et qu'il faudrait faire lire au monde entier ou publier dans des revues internationales

   Eki   
14/11/2018

   Eki   
18/11/2018


Oniris Copyright © 2007-2018