Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Gerwal : La mouette et le hibou
 Publié le 06/09/11  -  9 commentaires  -  3485 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Impressions de Bretagne.


La mouette et le hibou



La mouette et le hibou



Sur les rochers gris des côtes sauvages
Où l’océan fou se brise en écume,
Sans jamais se soucier de ses ravages
En blancs tourbillons d’ailes et de plumes,
J’entends le bruit des tempêtes,
Et les pas des gabelous,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.

Dans le lent reflux qui berce les plages
Où flottent parfois des rubans de brume,
Le vent porte tantôt dans son bagage
Des arcs-en-ciel que l’horizon allume,
J’entends le bruit des tempêtes,
Et les pas des gabelous,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.

Dans l’ombre creuse des chemins de terre
Où résonne encore le cri des chouans
Et dont le sol toujours se désaltère
De leurs larmes de rage et de leur sang…
J’entends les prières muettes,
La morne voix de l’Ankou,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.

Dans les pleurs des marins perdus en mer
Sous le regard vide des cormorans,
En vue de Molène ou Belle-Île en mer,
De Terre-Neuve, ou au large d’Ouessant
J’entends les prières muettes,
La morne voix de l’Ankou,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.

Sous le chêne sacré des anciens sages
Et tout au long des allées de menhirs,
Sous le secret perdu de leurs messages,
Près de la source où les fées viennent rire,
J’entends le chant des épinettes,
Des bombardes, des binious,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.

Dans les Pardons et les Pèlerinages
Au nom de tous les saints et des martyrs,
Sur les ex-voto, les pieuses images,
Dans la lueur des cierges qu’on va bénir…
J’entends le chant des épinettes,
Des bombardes, des binious,
Le rire de la mouette,
La plainte du hibou.





J’entends le rire de la mouette,
J’entends la plainte du hibou…

J’entends le chant de l’alouette,
Et j’entends le chant du coucou,
J’entends le cri de la belette,
Celui du renard et du loup,
Je vois les traces de la charrette,
Je vois le sillon de la houe,
Je vois les mats des goélettes,
J’entends les rames du youyou,
Je vois toutes ces nuits de fête,
J’entends le son des bagadous…

J’entends le rire de la mouette,
J’entends la plainte du hibou…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pascal31   
15/8/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Comment ne pas penser à la chanson "Le loup, le renard et la belette" en lisant ce poème dans lequel ces trois animaux sont également présents.
Une chanson qui n'est donc pas d'une très grande originalité et qui m'a semblé un poil répétitive. Bien sûr, comme souvent, il manque la mise en musique pour se faire une réelle idée du résultat.
Mais comme je dois mette un avis uniquement sur ces paroles, il faut bien avouer que je n'ai pas été très emballé. Si l'auteur propose un lien sur la chanson en musique après publication, je réviserai probablement mon jugement. Pour l'instant, c'est un avis très mitigé.

   Charivari   
27/8/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Dommage de ne pas avoir de fichier son, mais on reconnait bien la forme des chansons bretonnes. Je trouve l'association entre la mouette (le vent, la mer) et le hibou (la nuit, la forêt) assez intéressante.

La forme est très bonne, j'ai spécialement apprécié la reprise sur deux strophes des mêmes rimes, cela donne un effet de répétition très sympa. Hélas, je trouve cela trop stéréotypé, et aussi, un peu trop traditionnaliste à mon goût (les chouans, les saints, les "pieuses images"), mais bon, ça c'est une question de credo. Les images sont un peu convenues et manquent d'audace, à mon avis, mais c'est un texte honnête.

   LeopoldPartisan   
31/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Séduit, tout simplement séduit par la grande fluidité de ce très beau texte où l'on est immédiatement plongé dans l'ambiance et dans des images à la Burgeon (passagers du vent)

La musicalité m'a quant à elle évoqué Alan Stivell dont je suis frand amateur.

vraiment il fonctionne parfaitement, merci pour ce voyage dans le temps.

   Anonyme   
6/9/2011
Salut Gerwal ! Comment ne pas songer à Nolwenn Leroy, chantant "Le loup, le renard et la belette", en lisant ce texte ? Même si ça sent le goémon entre les lignes, il y a un air de "déjà vu" qui gâte un tantinet le plaisir de découverte. Nous sommes tous, inconsciemment ou pas, plus ou moins inspirés par nos prédécesseurs proches ou lointains...
Ici, compte tenu du succès récent de Nolwenn, ça saute vraiment aux yeux ! Au plaisir de te lire...

   brabant   
12/9/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour GERWAL,

C'est beau, très beau. Envoûtant.

J'achète...

Au son du biniou et puis de l'épinette !


Vous mettez en parallèle le jour et la nuit, l'arc-en-ciel et la tempête, la tristesse et l'horizon, les sages et les fées, les saints et l'espoir. L'homme enfin et le bestiaire breton. Pour conclure, le rire et les larmes. La vie, la mort, le rêve, l'aventure. Le labeur et la fête.

Il y a tout dans ce texte très complet. Microcosme.

J'aimerais bien entendre la version chantée si elle existe.

Au diapason de Nolwenn.


Magique !


Edition : Je viens d'écouter la version chantée. Fabuleux ! Nolwenn peut aller se rhabiller !

   Anonyme   
6/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Un florilège d'images et de sensations. L'ensemble servi par une plume chantante et mélodieuse. Peut-être un peu trop d'oiseaux dans ce tableau comme si le regard ne pouvait se détacher du ciel, comme si l'oreille percevait une cacophonie. C'est mon seul reproche. La lecture est agréable, on voit, on entend, j'aime particulièrement ce sol qui se désaltère.

   Raoul   
11/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Charmantes ces cartes postales mâtinées d'un "J'entends le loup, le renard et la belette" pour hiboux, mouettes !..
C'est assez complet sans être complaisant ou mélodramatique, j'aime bien les jeux avec les différences de rythmes, on passe de l'image au refrain mélodique vaillamment, c'est entraînant.
J'aurais juste une petite chose à "reprocher", c'est la construction du début de la strophe trois (quatre premiers vers) que je trouve un peu château branlant, sinon j'ai vraiment été charmé à la "rondeur" du tout.
Bien aimé.

   Gerwal   
15/9/2011
Certains ayant souhaité un lien vers une version mise en musique... voila:
"La mouette et le hibou"



(j'y reviendrai...)

   Gerwal   
12/9/2011
Commentaire modéré

   Anonyme   
17/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
La Bretagne est là, son enchantement aussi, ce n'est pas moi qui m'en plaindrait, toute la magie de ce pays est dans ce texte, au fur et à mesure de l'écoute, les images me viennent plaisamment, impossible de se lasser, je suis revenu vers cette écoute, ici l'atmosphère se respire à pleine voix, fasciante.


Oniris Copyright © 2007-2019