Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
maminova : Le Liseron
 Publié le 21/01/09  -  14 commentaires  -  739 caractères  -  421 lectures    Autres textes du même auteur

Courte fable...


Le Liseron



– Me faut-il envier ton sort de basse plante,
Et me mettre à ramper, car tel est ton destin,
Solidement ancrée à l'image du thym,
Au désert d'une allée ou dans l'herbe grouillante ?

Je préfère et de loin le statut de grimpante
Qui chaque jour plus haut, d'un lacet clandestin,
Se distingue et se hisse arborant au matin,
Les reflets du soleil dans sa gloire naissante !

– S'il est peut-être bon d'avoir quelque soutien,
Sache qu'en son état mon pied vaut bien le tien
Car il sait avancer avec beaucoup d'aisance !

Qu'adviendrait-il de toi, volubile fleuron,
Si ton chemin croisait celui du bûcheron
Et s'il ôtait l'appui de ton outrecuidance ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lotus   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le liseron a envahi mon âme de bon matin.

De très jolis jeux de mots.Quelle finesse!

   Anonyme   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Maminova, je te retrouve avec tes sonnets classiquement parfaits, de ceux que je n'ai jamais, jamais, réussi à pondre.

Le liseron...ce que tu dis est très juste, et cela me rappelle la tirade de "Cyrano" où il se refuse à imiter le "lierre obscur qui circonvient un tronc" pour la dépendance que cela implique. Qu'arrive-t-il quand on brise ou arrache le tuteur?

"Bref dédaignant d'être le lierre parasite,
Lors même qu'on est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, paut-être , mais tout seul!"
Edmond Rostand, "Cyrano de Bergerac", Acte II, scène 8.

   ristretto   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une chanson m'est revenue à l'esprit à la fin de cette belle lecture :
"tiens toi droit, si tu t'arrondis t'auras l'air d'une arche.." d'anne Sylvestre ..
merci

   kullab   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La fable du chêne et du roseau revisitée en sonnet, avec des protagonistes sensiblement différents !
J'ai vraiment apprécié.

   Nongag   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très bon. Ce poème a un peu la saveur d'une fable de Lafontaine.

Très savoureux!

   Ephemere   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour, je n'avais pas compris tout de suite le dialogue entre deux plantes ; j'aurais aimé connaître le nom de la deuxième, pê dans le titre -ça aurait encore plus fait Lafontaine.
J'aurais supprimé la virgule après "plante", avant "et", conjonction de coordination.
La 2°, c'est une plante avec des drageons mais laquelle ?
J'aime beaucoup
FMR

   David   
23/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Maminova,

C'est un dialogue entre deux Liserons ? J'avais un doute sur l'image, j'ai trouvé ça sur Wikipédia :

"Ce sont des plantes rampantes (y compris le grand liseron en l'absence de support) ou grimpantes... "

Sans doute une drôle de plante en tout cas, il manque un quelque chose j'ai trouvé, à qui (à quoi) s'adresse le poème ? La forme est jolie en tout cas, le sens n'est pas touffu non plus.

   FredericBruls   
23/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème de facture classique, tant pour la forme que le fond. Le style est très bon et la prosodie parfaitement respectée, ce qui est rare, même en classique. La construction est également impeccable, avec son opposition entre les deux quatrains sous forme de dialogue.
Quant à la morale... elle n'a pas d'importance, puisque la poésie est bonne, et c'est là l'essentiel.

   Flupke   
26/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Lafontaine flash. Clair et net et agréable à lire.
J’ai bien aimé l’expression « l’appui de ton outrecuidance »

   juloin   
28/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Maminova, on s'est connu dans d'autres mondes...

J' suis "ptit nouveau dans ce celu ci", m'enfin je pense y croiser quelques connaissances...


Le temps de se mettre à la bonne température....

Bien vers toi , j'ai aimé ton texte.
juloin.

   Raoul   
5/5/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un fond connu, retravaillé, au style impeccable, délicat, vivant et fin. Un régal!
Merci pour cette lecture.

   Mona79   
29/3/2011
Commentaire modéré

   socque   
29/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Joli ! C'est frais, je trouve, nettement exprimé ; la forme impose un lyrisme peut-être un peu trop lourd pour le sujet à mon goût (c'est qu'il faut les remplir, ces fiers alexandrins !). J'aime que le vocabulaire reste simple, mais regrette que l'herbe doive être grouillante, le lacet clandestin, que le soleil se reflète dans sa gloire naissante (cf. ma remarque ci-dessus).
Pourquoi la virgule après "matin" ?

   CharlesVerbaud   
31/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Unique poème de cet auteur, quel dommage.
Une bien belle plume, et un sonnet très bien construit.

Rajouter des virgules
Je préfère, et de loin, le statut de grimpante

Déplacer la virgule de fin de vers à la césure
Se distingue et se hisse, arborant au matin
Les reflets du soleil dans sa gloire naissante !

   Anonyme   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ah ! "le liseron", avec sa jolie fleur rose, blanche, veinée de jaune, elle court au jardin, et s'accroche sur tous les supports qui croisent sa route, elle est pratiquement indestructible. Insidieusement elle grimpe à l'occasion saisissant une opportunité.

J'aime beaucoup la teneur de votre propos dans ce poème, j'en ai apprécié la belle justesse, si élégamment présentée. Votre belle plume est plaisante à lire, de talent, qu'il est bien dommage de ne pouvoir lire qu'une seule fois.


Oniris Copyright © 2007-2019