Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
parole : Fusion [concours]
 Publié le 03/12/11  -  18 commentaires  -  3381 caractères  -  416 lectures    Autres textes du même auteur

Définition.


Fusion [concours]



Ce texte est une participation au concours n°12 : Chansons (informations sur ce concours).







Par Laurent, du groupe Otis


L'amie, celle qui écoute et sait le faire, sans hypocrisie sans manière, l'amie,
celle qui reste avant plus rien, l'dernier numéro du calepin.
L'amie, celle qui pardonne les erreurs, qui dit mes torts sans avoir peur, l'amie,
celle qui pleure quand moi je pleure, sans honte et sans fausse pudeur.
L'amie, celle qui fait rire mes sourires et qui se baisse à chaque fois
pour ramasser ce qui est moins pire et recoller un peu de moi.

L'amante, celle qui aime et sait le faire, sans hypocrisie sans barrières, l'amante,
celle qui brûle, dans ses reins, l'dernier numéro du calepin.
L'amante, celle qui se donne sans pudeur, qui dit je t'aime sans avoir peur, l'amante,
celle qui fait vivre mes envies, avant de mourir dans son lit.
L'amante, celle dont le corps n'est que désir que je caresse de mes doigts
pour embraser mes souvenirs et les revivre encore une fois.

Ma femme, celle qui sait donner la vie en restant l'amante et l'amie, ma femme,
celle qui reste après plus rien, j'n'ai plus besoin de mon calepin.
Ma femme, celle qui me donne avec pudeur l'envie de vivre encore une heure, ma femme,
celle qui sait pourquoi je pleure, quand je n'dis rien ou quand j'ai peur.
Ma femme, celle qui défait et fait mon lit et qui se baisse à chaque fois
pour cacher l'amante endormie, y a qu'une amie qui peut faire ça...



Licence Creative Commons
Fusion de Paroles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 2.0 France.

Licence Creative Commons
Fusion de Laurent est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pascal31   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Scotché. La chanson est entraînante, rythmée, je ne serais pas surpris, par exemple, de l'entendre passer en radio : le résultat est excellent (à mes oreilles de néophyte en tout cas !).
Maintenant, j'ai deux remarques à faire concernant les paroles, puisque c'est sur elles que je peux le mieux m'exprimer :
Je n'aime pas vraiment le titre "Fusion", même si je comprends que l'auteur ait voulu fusionner cette amie/amante/femme, le titre ne m'emballe pas plus que ça.
Autre chose, j'ai tiqué sur la phrase suivante : "Ma femme, celle qui défait et fait mon lit et qui se baisse à chaque fois", que je trouve un tantinet machiste.
Heureusement, l'ensemble de la chanson est un beau message d'amour, sublimé par l'interprétation impeccable de Laurent.
Une belle réussite. Bravo !

   Anonyme   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un tube en devenir, un texte et une interprétation de qualité.

J'ai fait une première lecture, j'entrevoyais déjà une certaine musicalité assez subtile. Par contre l'étonnement a été dans la musique, je m'attendais à quelque chose de plus classique aussi j'ai été agréablement surprise d'entendre les premières notes de la guitare électrique.

Ce que j'ai particulièrement apprécié c'est le placement des mots amie, amante et femme dans les couplets. Cela dénote une certaine méticulosité de l'auteur, un soin qui s'apprécie. Pour le fond, il y a un petit hic l'amie et ma femme qui se baisse. Je n'y vois pas une dominante, mais je n'en comprends pas très bien le sens surtout pour le dernier couplet.

Le titre, lui, est un mot qui exprime l'amalgame des trois rôles, mais paraît rebutant et trop recherché pour un titre de chanson. Cependant, il est explicite. Un autre intitulé pourrait banaliser la portée du texte.

Bravo.

   misumena   
3/12/2011
Bonjour, Parole et Laurent,

Je me lance.

En premier lieu, je félicite l'auteur : pour moi, c'est un vrai chouette texte de chanson (même réserve que Pascal 31 pour l'histoire du lit, je râle suffisamment après mon mari que ça ne dérange absolument pas de laisser la couette en vrac, non mais oh, eh, hein), un texte bien rythmé, bien balancé, et j'adhère à la suppression des premiers mots "l'amie, l'amante, ma femme" dans la version chantée.

Ensuite, je prends des pincettes, parce que j'aime bien le rock, mais je ne suis pas une grande fan. Ou plutôt, je suis fan quand c'est hyper au top, genre guitar hero qui se braye les dents sur la Strat, ou hululement de Child in Time. Donc, ce n'est pas moi qui vais parler le mieux du style de la chanson (tout de même une remarque : Laurent a la voix qu'il faut, et s'il me lit, j'aimerais bien avoir une conversation technique avec lui, je ferme l'aparté).
La qualité de l'enregistrement (ou de la compression mp3) m'a gênée.
Bref, je vais m'abstenir de critique musicale, quitte à en parler en forum. Cependant, je trouve que le rock va très bien à ce texte. Est-ce que le résultat me plaît ? Non, mais ce n'est la faute ni de l'auteur ni des musiciens.

Je m'abstiens de noter.

   David   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Parole et Laurent,

Wahou, c'est très rock, à écouter dans des montagnes russes, parce qu'en voiture, ça pourrait couter des points. Les premiers mots m'ont évoqué un passage des "illuminations" de Rimbaud :

"C'est l'ami ni ardent ni faible. L'ami. C'est l'aimée ni tourmentante ni tourmentée. L'aimée..."

La gradation Amie/amante et l'écho de début et fin de vers semblent cousins. La chanson est sans doute moins perchée, y'a un côté manuel du bonheur ou de la rencontre, avec les étapes amie/amante/femme, on peut y voir la même ou plusieurs personnes, sauf à la fin où elle est unique. J'aime bien le jeu du calepin, l'amie et l'amante en dernier numéro, la femme qui fait oublier les appels au secours.

La fin est drôle par là : "Ma femme, celle qui défait et fait mon lit" c'est "son" lit et pas "notre". Je ne comprend pas bien "et qui se baisse à chaque fois/pour cacher l'amante endormie" mais je prends, ça réunit les trois rôles féminins à la fin de la chanson.

"fusion" est un bon titre, qui colle à la musique aussi je trouve.

   Lagomys   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Surprenant paradoxe : cette musique me fait penser à Noir désir quand le texte, lui, magnifie la femme.

Les paroles et les accords ce marient parfaitement au grand bonheur de mes sens.

Le texte est bien conduit pour nous entraîner dans un troisième couplet judicieux et abouti.

J'ai aimé le jeu du calepin.

Je suis bon client du genre cependant je reste sur ma faim, frustré de l'absence d'un refrain.

   wancyrs   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte simple dont l'histoire tourne en boucle. Un rythme égal et une ponctuation maitrisée, y a pas de surprise que le tout se prête bien à la chanson.

La chanson est une belle adaptation du texte, et on peut constater que l’interprète a pris quelque libertés, notamment la reprise de certains vers en fin de couplet, et ignorer certains mots pour harmoniser le tout. Je pense néanmoins que paroles et musique sur le plan décibel ne sont pas égales, la musique est un peu plus forte que les paroles, je ne sais pas si c'est voulu, mais le résultat est assez bon.

   Charivari   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Marrant... Quand j'ai lu le texte seul, je le trouvais un peu mièvre, et l'histoire de la femme qui fait et défait le lit, assez machiste. Et paf, un groupe de rock arrive et change toute la donne. Bien vu ce contre-coup.

Niveau paroles, le texte a tout d'abord une très bonne structure : l'amie, l'amante, la femme, et à la fin, dernier vers, la boucle est bouclée et on retrouve l'amie et l'amante. J'aime bien quand les chansons retombent sur leurs pieds, comme c'est le cas ici. Et là, second truc assz marrant : la mise en musique n'a pas su, à mon avis, montrer ce côté cyclique. C'est le défaut majeur que je fais à la chanson de Laurent : ça démarre très fort, mais on n'a plus de surprise après. Faire une variation sur le second couplet aurait peut-être permis de mettre en valeur la structure du texte. Autre reproche : le choeur (l'amie, l'amante, ma femme), pas assez mis en valeur, et on perd encore une fois ici la structure du texte.

Mais bon, la chanson fonctionne très bien, ça a la grosse pêche et effectivement ça pourrait faire un tube. Et le texte est bien écrit.

   Anonyme   
3/12/2011
Autant le texte m'aurait laissé indifférent en simple lecture, autant habillé de voix et de musique rock, il semble prendre une certaine envergure.
Je regrette juste un manque de refrain car on sent ici que Laurent a été obligé de combler ce manque en reprenant parfois la dernière phrase du couplet.
C'est un peu dommage mais il s'est bien débrouillé avec un texte qui au départ ne facilitait pas forcément la mise en chanson. (que je n'aurais pas imaginé rock, comme quoi )

   Meleagre   
3/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Belle réussite !
Le texte seul ne m'aurait peut-être pas accroché, avec une vague impression de déjà-lu. Pourtant, il est bien construit, avec ces deux couplets sur l'amie et sur l'amante qui se rejoignent dans la femme. J'aime assez les effets d'écho entre les couplets, qui relient entre elles ces trois femmes tout en les différenciant :
- "L'amie, celle qui écoute et sait le faire, sans hypocrisie sans manière" / "L'amante, celle qui aime et sait le faire, sans hypocrisie sans barrière"
- "celle qui reste avant plus rien, l'dernier numéro du calepin" / "celle qui reste après plus rien, j'n'ai plus besoin de mon calepin." (par contre, je trouve vraiment de mauvais goût la phrase : "celle qui brûle, dans ses reins, l'dernier numéro du calepin.").
- "celle qui pleure quand moi je pleure" / "celle qui sait pourquoi je pleure"
- "L'amante, celle qui se donne sans pudeur," / "celle qui me donne avec pudeur l'envie de vivre"
- "qui dit mes torts sans avoir peur" / "qui dit je t'aime sans avoir peur"
Quelques expressions assez heureuses, comme "qui se baisse à chaque fois / pour ramasser ce qui est moins pire et recoller un peu de moi" : belle adaptation des expressions "ramasser à la petite cuillère" et "recoller les morceaux" (mais je suis moins convaincu par la reprise "celle qui défait et fait mon lit et qui se baisse à chaque fois / pour cacher l'amante endormie").
Le rythme est assez régulier. Si on ne compte pas les mots répétés (l'amie, l'amante, ma femme), chaque vers peut se scander 8/8. Il y a des rimes, finales ou internes, qui reviennent d'une strophe à l'autre : faire / manière / barrière, erreur / peur / pudeur / pleure / heure, fois / moi / doigts / ça...
Donc un texte finalement assez riche, qui se prête bien à la mise en chanson, avec un rythme régulier, des échos entre les strophes, une construction bien pensée.

Mais je n'aurais sans doute pas pensé à une mise en rock... Je ne suis pas spécialement un fan de rock, d'ailleurs. Mais j'avoue que le résultat m'a assez entraîné. Le chanteur tire bien parti des paroles, et leur donne une réelle consistance. Cette voix un peu éraillé campe un personnage de gros dur au cœur tendre, de rockeur à fleur de peau, qui colle bien avec le texte. L'accompagnement et les ponts à la guitare sont entraînantes. Je regrette juste, dans cette version une certaine saturation du son ; je ne sais pas si ça vient de l'enregistrement, de l'arrangement ou de mon haut-parleur, mais dans les passages où le volume est au plus fort, la guitare chuinte un peu, crachotte, et ça prend par moment le dessus sur la voix.
En tout cas, la mise en musique a donné aux paroles un relief particulier aux paroles, et une coloration spécifique. J'aimerais bien savoir si l'auteur avait pensé que ses paroles pourraient être adaptées en version rock.

   bulle   
4/12/2011
Honnêtement, et pourtant je suis une éternelle romantique, le texte seul ne m’aurait pas attirée plus que ça.
Mais après plusieurs approches, je me suis amusée à lui trouver une version. Certaines formules ‘fait rire mes sourires’ ou ‘moins pire’, qui m’avaient accrochée, se sont fondues dans la masse.

La construction m’a parue ‘violente’, dans le sens où les lignes essoufflent, en contraste avec le fond ‘tendre’. J’ai eu la sensation d’aveux ‘forcés’, d’une prise de conscience soudaine, d’une urgence, peut-être.
C’est sans doute aussi pour ça que je trouve que la musique ‘rock’ colle plus que bien à cette construction.

Chaque partie est sur le même schéma, en reprises de sons et en réponses. La ligne mélodique paraît se tracer là-dessus. J’ai trouvé, à l’écrit, que les anaphores surchargeaient. Laurent a su les déjouer.

J’aurais vu une petite cassure entre les parties, pour moduler, et lâcher un peu le retour du tourbillon.

Ça fait beaucoup de ‘mais’… voici le dernier : mais… j’ai beaucoup aimé, vraiment.
L’ensemble reste bien en tête, la conviction aussi, grâce à l’interprétation.

Côté technique, oui, y a une saturation et des petits déséquilibres.
C’était un risque à prendre, dans le peu de temps que Laurent a eu pour enregistrer.

Et pour finir : y a que Laurent qui pouvait faire ça^^ (merci)
et merci à parole pour sa participation.

   macaron   
4/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pas mal du tout. En lisant le texte, j'entendais une musique plus douce, intimiste. Le rock colle parfaitement et la voix de Laurent impose la sensibilité de cette"fusion". Les paroles me ramène à la mémoire une vieille chanson de Henri Tachan" Ma femme". Beau travail!

   monlokiana   
4/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
oui, cette chanson, elle déchire. Je n'ai pas aimé cependant ce stop à chaque phrase pour enchainer avec la suivante. Je ne sais pas trop comment l'exppliquer clairement mais ça donne l'impression que le musicien il lit le texte. Je ne suis pas très rock mais j'ai beaucoup aimé (bon ça fait un peu danser) :D J'avais du mal à l'écouter à cause de ma connexion mais j'y suis arrivée

Par rapport au texte, j'ai bien aimé le premier vers
"L'amie, celle qui écoute et sait le faire, sans hypocrisie sans manière, l'amie" c'est très fort comme image, j'ai bien aimé.

Bravo à parole et Laurent (la chanson est trop bien)

   placebo   
4/12/2011
Je trouve la musique simplement géniale.

Quelques défauts dans la qualité de l'enregistrement mais j'imagine bien que laurent en est le plus conscient de nous tous ^^ ça n'altère pas la chanson.

Au niveau son, j'aime bien l'arrivée progressive des instruments ; la guitare arrive elle-même après quelques secondes. J'aime beaucoup l'espèce de sirène très coulante qui fait tout-tout tou-ou-out à partir du deuxième couplet.

J'aime bien la voix aussi :)


J'avais lu dans les commentaires "manque de refrain" et me disais "mais non". Et puis, sous la douche (mon deuxième lieu préféré ^^) je fredonnais "celle qui nanananana[…] nanana, l'amie / l'amante / ma femme". Donc : il manque un truc qui revienne, sois simple à retenir. Ça ne m'avait même jamais frappé sous cet aspect-là à ce point : le refrain doit être simple à retenir ; je ne l'oublierai pas.

Le texte, j'aime bien la progression, l'entrelacement peut-être plus que la fusion pour moi mais je comprends le point de vue développé ici :)

Bonne continuation à vous,
placebo

   funambule   
5/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je me débarrasserais directement de la musique et de l'interprétation en avouant... que j'adore tout simplement!

L'idée du texte est très bonne et aussi bien menée à son terme, sans trébucher... si ce n'est sur le bord du lit; ce qui permettra d'y mieux basculer. Peut-être qu'un petit quelque chose manque qui transcenderait mais je note aussi quelques excellents passages qui définissent les "parties". Je m'attendais un peu au final (peut-être au vu du titre?) mais nous sommes dans du texte de chanson et le texte de chanson aime bien se laisser deviner et préparer l'auditeur à s'identifier aux mots. Un peu idéaliste tout pesé mais pas irréaliste. Une vraie chanson dans l'écrit relayée de façon brillante par la mise en musique. J'aime beaucoup!

   Pat   
6/12/2011
Le texte ne m'inspirait pas tellement quand je l'ai lu en centrale. Je pense qu'il pêche, entre autres, par une mauvaise mise en page. Le fond me semblait assez banal et l'expression peu fluide. Néanmoins, la mise en musique l'a particulièrement amélioré, même si les problèmes de matériel ont un peu gâché le son. Quoique, pour du rock, ça peut passer comme du live... J'aime beaucoup la musique, l'interprétation et la voix (!).

   Raoul   
7/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
[lecture puis écoute puis écoute puis écoute…]
J'aime le direct au fois du texte (je préfère, comme dans l'interprétation la suppression du premier "L'amie/L'amante/Ma femme") il ne se perd pas en cours de route. J'aime bien les fils de l'évolution qui se tissent sans être trop démonstratifs ni répétitifs entre les différents couplets.
Chapeau pour l'interprétation, sa conviction, la musique son nerf et l'osmose entre les deux (texte/chant). Ça résiste sans aucun problème à plusieurs écoutes, c'est vraiment prenant !
Bravo à vous deux.

   fouzh   
9/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
un aragement asser rock
dommage que l'interpretation fasse un peu trop varieté
je trouve l'ensemble du coup un peu desequilibré

voila pour la chanson

maintenant pour le texte je trouve qui colle bien a l interpretation
justement grace a sont coté vu et deja vu

il ne ma pas embarqué a cause nottament a cause d'un petit manque d emotion
et des deux premiers couplet un peu trop plat a mon sens
le troisiemme est un peu mieu

donc pour resumé un p'tit moment de varietoche qui ne revolutioneras rien et qui aurait du fait bien sa place en radio

   toc-art   
9/12/2011
bonjour,

je vais être franc, je n'aime pas du tout le texte. je le trouve très adolescent, très premier-degré, avec des constructions particulièrement disgracieuses (notamment le dernier vers de la première strophe, ouh la la). Pour autant, même à la lecture seule, je lui trouvais du rythme.

Mais vraiment, là, on voit tout ce qu'une musique et une voix peuvent apporter et comment elles permettent de transcender un texte un peu en-deçà pour moi.

L'ensemble fait une chanson hyper pêchue et très agréable à écouter. Bien joué !


Oniris Copyright © 2007-2017