Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
placebo : Fine d'ammoniac [concours]
 Publié le 01/12/11  -  19 commentaires  -  2149 caractères  -  608 lectures    Autres textes du même auteur


Fine d'ammoniac [concours]



Ce texte est une participation au concours n°12 : Chansons (informations sur ce concours).






Par Éric le noir




Pour trois étoiles
À l’ammoniac
J'ai longtemps bu
de l'armagnac

Elles savaient faire
De jolis gestes
Pieds souples amers
comme le zeste

Du souvenir…

Je tremble dans le puits
Touche la manivelle
Étire-moi la nuit
Badigeonnons le ciel


Mes fées à moi
Sont reparties
L'été suivant
Seul dans mon lit

J'allais cueillir
Les brins bleu pâle
Aphrodisiaque
Langueur vénale

Sous les zéphyrs…

Je tremble dans le puits
Touche la manivelle
Étire-moi la nuit
Badigeonnons le ciel


La cataracte
m'a rejeté
Le long du fleuve
blanc aveuglé

Pour ma dernière
heure, exsudant
Laisse-moi seul
Et frissonnant

Je dois partir…




Licence Creative Commons
Fine d'ammoniac de placebo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 2.0 France.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour.

Comme toujours pour une chanson, il s'agit d'analyser le résultat final, cependant, étant donné l'exercice, je vais essayer de commenter d'abord le texte, puis la mise en musique.

Ce texte, seul, non "musiqué", m'aurait personnellement paru trop "hermétique", trop nébuleux quant au sens. Cependant, il avait plusieurs grosses qualités en vue d'une interprétation chanson :

-Un titre très évocateur et une très bonne prosodie, qui permettait très clairement au musicien de créer plusieurs parties harmoniques (je pense non seulement au refrain, mais aussi à cette phrase isolée à la fin des couplets, un caramel pour un musicien)

-Des images qui sonnent très bien, avec ce qu'il faut de vague pour laisser une interprétation libre.

Eric, dont je connais assez bien le talent, encore une fois ici a bien vu ce qu'il fallait voir : un rythme bossa (ça c'est original, par rapport au texte, mais ça fonctionne, moi j'aurais plutôt vu une chanson type "le pressoir" des têtes raides) entraînant, mais une voix mélancolique, très expressive, un peu à la Ferrat.

Le résultat, doux-amer, est très concluant. Je l'écouterais volontiers pour le plaisir.

Pour mettre une note à ce concours, c'est assez difficile, puisque... Que vais-je noter ? Le texte, la mise en musique ? Disons que je fais un mix des deux (ici, je dois avouer que je préfère le résultat musiqué au texte même)

   wancyrs   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avoue aimer plus le texte que la la chanson. Je trouve que le rythme ne rend pas assez l'hermétisme du texte, son mystère. Pour moi c'est une interprétation qui ne magnifie pas le texte et je ne suis pas sûr que j’achèterai une telle mélodie, mais le poème si. Ma note va donc au poète.

   David   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour et bravo pour votre collaboration au concours, Eric et Placebo,

La chanson ressemble à un adieu à des années alcoolisées, c'est comme cela que j'ai compris le "elles" débutant la seconde strophe, en l'associant à des bouteilles de "fines... d'Armagnac" plutôt que d'ammoniac comme dans le titre :) C'est plutôt un alcool fort pour flamber des plats, qu'un alcool d'apéritif ou de comptoir, je ne connais pas trop en fait le produit lui-même, j'en ai entendu parler.

Les "fées" m'ont fait penser à l’absinthe, la "fée verte" toujours dans le même contexte, associant ivresse et féminité, sobriété et séparation sentimentale.

   Lagomys   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime le texte, j'aime l'accompagnement, mais comme Wancyrs je pense qu'ils ne collent pas ensemble. J'aurais préféré une mélodie plus {saoule}.

De même je n'apprécierai que l'écrit.

Fans de jeux de mots sont ici servis :"Pour trois étoiles à l'ammoniac", "Comme le zeste", "La cataracte m'a rejeté le long du fleuve blanc aveuglé".

Les amateurs d'images équivoques le seront aussi : "Les brins bleu pâle", "Mes fées à moi".

Beau et approprié refrain mais dernière strophe un peu plus faible.

L'ensemble m'a plu.

   monlokiana   
5/12/2011
c'est moi, mon ordi ou ma connexion? Impossible d'écouter la chanson sans qu'il y ait une interruption à chaque fois.

Bon, j'avais déjà lu le texte et je trouve que la chanson est vraiment ratée par rapport au texte lui même. Je pense que la chanson dégage de loin (mais de très loin) les images même du texte: ce n'est pas le bon rythme, ce n'est pas le bon son (d'ailleurs, je n'aime pas du tout la voix). Pour moi, un texte qui dégage beaucoup d'images, de belles choses (je mets un +) mais une chanson vraiment inécoutable (pour moi hein)

edit: bon, rectifiçation de commentaires, je crois que j'ai dit des bétises là, bon je reprends:
J'ai aimé le texte,
J'aimé aimé la structure pas trop long comme texte
le "je dois partir à la fin" est très touchant
Quant à la chanson, elle ne me plait pas, un point c'est tout. Comme on dit: "gout et couleurs ne se discutent pas" .
Et j'enlève la note parce que "faible", c'est quand rien ne me plait alors que j'ai aimé le texte

   widjet   
2/12/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Ca doit être moi, mais je trouve que sur Oniris, la plupart des chansons se ressemblent un peu toutes, les voix, les musiques et les dictions me semblent identiques, monocordes (entrecoupés de silences qui personnellement me gonflent à la longue), terriblement neutres (rien ne vibre), fades en somme.

Mais c'est un avis personnel.

Non pas que j'espère entendre de grandes envolées lyriques, et je conçois qu'il ne faut pas non plus s'attendre à des compositions musicales de folie (même doués, nous restons des amateurs), mais bon, j'ai l'impression d'écouter un texte récité trop solennellement par quelqu'un qui s'ennuie. Je ne sais pas mais y'a des termes qui a mes yeux n'ont rien a faire dans une chanson ("exsudant")

Pour ma part, je trouve ça peu innovant et franchement plombant.

Sur le texte, je n'arrive pas à me prononcer sur le "badigeonnons le ciel", pas sur d'aimer (badigeonner est un peu disgracieux comme verbe) mais sans détester non plus. Enfin mon esprit tordu et lubrique a sourit sur le "touche la manivelle".

En revanche, le "étire moi la nuit" est très poétique, j'aime bien.

W

EDIT : la voix fait penser à celle de Serge Lama...non ?

   Douve   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Je dois être exceptionnellement bon public pour une fois, ou alors c'est le manque cruel de sommeil, mais j'ai trouvé le résultat très sympathique.

Le monsieur qui chante a une belle voix chaude et modulée, les paroles s'accordent bien avec, j'ai beaucoup aimé le début surtout,

"Pour trois étoiles
À l’ammoniac
J'ai longtemps bu
de l'armagnac"

Il y a quelque chose qui me plait là-dedans.

Placebo, tu devrais creuser de ce côté là. Ça me donnerait presque envie de m'y remettre... Merci.

   Meleagre   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Au début, j'ai lu et écouté en même temps, j'ai réécouté sans lire. Puis j'ai relu sans écouter, et enfin j'ai refait les deux à la fois. Et je dois dire qu'après toutes ces étapes, j'accroche de moins en moins, avec le texte comme avec la mélodie.

Sur le texte :
Je n'arrive pas à comprendre de quoi ça parle. Il y a bien un semblant de fil conducteur dans la récurrence de divers alcools (l'armagnac, la fée), mais le reste me laisse plus perplexe. Nous montre-t-on les hallucinations d'un alcoolique ? Le refrain ne m'offre pas plus de clés : quel est ce puits, cette manivelle (si on ne retient pas l'explication de widjet) ?
Dans les questions que je me pose : qui est le "elles" du vers 5 : les "trois étoiles", "mes fées à moi", ou des femmes inconnues ? Enfin, qui est le "tu" dans "laisse-moi seul / et frissonnant" ?
L'absence de ponctuation, certes permise dans les chansons, ne facilite pas la compréhension du texte. "Seul dans mon lit" : est-ce une apposition au je de "j'allais cueillir" (le changement de strophe rend cette solution difficile à comprendre), ou à "l'été suivant" (peu plausible) ? Quelle est la fonction grammaticale de "Aphrodisiaque / Langueur vénale" ? A quoi se rattache "blanc aveuglé" ?
Tant qu'on est dans la forme écrite, je ne comprends pas la disposition en vers courts (ni l'absence de majuscule au début de certains vers pairs), alors que les vers pairs riment entre eux. Pourquoi ne pas écrire :
"Pour trois étoiles a l’ammoniac
J'ai longtemps bu de l'armagnac
Elles savaient faire de jolis gestes
Pieds souples amers comme le zeste
Du souvenir…" ?
Cela donnerait plus de liant aux paroles (et il me semble que la mélodie, à raison, réunit deux vers courts en une seule ligne musicale).
Par contre, j'aime bien les vers isolés, qui riment entre eux (souvenir / zéphyrs / partir) avant les refrains.

La musique ne me touche pas vraiment non plus. Elle introduit une sorte de légèreté, d'exotisme (notamment avec les maracasses et les percus), que je ne vois pas dans le texte. Il y a trop de silences (et un mmm-mmm-mm que je ne trouve pas très harmonieux) avant les vers isolés et avant les refrains. Un silence qui se voudrait évocateur et expressif, alors que ça ne m'évoque rien, que je ne saisis pas ce que ça exprime.

Dommage, l'auteur et le compositeur ont pris des risques en participant à ce concours, mais je ne trouve pas le résultat très heureux.

   Raoul   
1/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
[Lecture d'abord, puis écoute]
Le texte est mince. Les deux premiers couplets me font dresser l'oreille pour leur approche, le refrain me tire un sourire avec cette historiette de manivelle ;-) mais après, je m'ennuie sérieusement.
Les "fées" ne m'ont pas touchées, ni le badigeon du ciel, encore moins le verbe exsuder que je trouve très lourd et inchantable.
Je trouve le tout très monocorde et monotone.
La brièveté du texte impose certainement (?) de nombreux ponts pour donner un peu consistance, et comme je n'accroche pas à la mélodie très feu de camp désabusé sur la plage…
Pas convaincu, désolé.

   Pat   
2/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo Placebo, je crois que tu entames une carrière de parolier qui s'annonce sous de bons auspices ! (il n'est pas interdit d'avoir deux métiers...).

Quand j'écoute une chanson, j'ai tendance à faire davantage attention à la musique qu'aux paroles. Même pour les chansons à texte, le contenu, le choix des mots et la musique me semblent indissociables. Même si certains poèmes ont donné lieu à des chansons, ce n'est pas la même chose. Je n'ai pas cherché à décortiquer les paroles, je me suis juste laissée bercer par les sonorités et le rythme. Donc, je ne m'amuserais pas à faire une analyse savante du contenu. Ce qui compte, là, c'est que si le texte a pu être mis en musique sans changement de la part du musicien, c'est que le rythme était parfait. Faut dire qu'avec un pro de la trempe d'Eric, ce n'est pas étonnant qu'il ait réussi à donner sa dimension musicale au texte. L'accompagnement est très bien, même si ce n'est pas ce que j'écoute et préfère, quant à la voix... j'avoue, je craque. Bravo donc aussi à lui pour cet arrangement musical de grande qualité.

   Anonyme   
2/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien
A croire que je me ramollis, j'ai apprécié plus le texte que la chanson. Le rythme ensoleillé de la mélodie ne colle pas avec le fond du texte. Trop sirupeux à mon goût !

Et cette chanson n'est pas à mon avis douce, pleine de bons sentiments en atteste la dernière strophe. Le refrain a de belles rimes, mais n'a pas de sens pour moi.

Cependant je salue le brillant effort de musicalité, ces quelques strophes sonnent en harmonie. Un bémol pour le refrain et le dernier couplet. Bravo tout de même !

   misumena   
4/12/2011
Bonjour, Placebo et peut-être Eric, s'il a accès aux commentaires.

J'ai lu, puis écouté, puis oublié le texte et réécouté.
Et si le texte m'avait paru abscons à la lecture, je dois reconnaître qu'il passe mieux en musique.
Je vais tenter de m'expliquer, même si c'est à mon avis encore plus difficile d'être objectif par rapport à une chanson : la musique (pour moi en tout cas) est une émotion avant tout. Je l'intellectualise si et seulement si elle ne m'a pas emportée à la première écoute (et là, je nuance : j'aime bien, moyen, pas du tout). Et une chanson, pour moi, c'est une histoire ou un tableau, une histoire de préférence.

L'arrangement d'abord : j'aime bien l'association guitare/maracas. J'aime la voix qui me rappelle Reggiani. Je ne connais pas les influences d'Eric, mais cette proximité avec Reggiani me saute aux oreilles.
J'aime bien les couplets (surtout le dernier), mais beaucoup moins le refrain. Les couplets me racontent une histoire d'amour et d'alcool, de plaisirs et bonheurs passés et de détresse présente. Le narrateur a la dignité de certains alcooliques assumés que je n'ai jamais vus que dans des films. Le refrain, en revanche, m'emmène vers une toute autre ambiance, et là, ça coince avec la musique. C'est un peu comme si Reggiani chantait du Bashung. La narration présente dans les couplets est bien mise à mal par le refrain, ce qui m'embête pour une chanson.
Donc, il y a un petit côté bancal à l'affaire, qui à mon avis est dû au texte. Dommage, dommage, il y a de belles choses dans cette association Placebo/Eric !

Un dernier point : j'ai écouté au casque, et ça m'a paru bien enregistré. Je suis sensible aux sons comme à la voix : bravo et merci à Eric.

   bulle   
3/12/2011

   Anonyme   
3/12/2011
Si le texte m'a séduit, la mise en musique et en voix en revanche, non. Mais là il s'agit de mes goûts musicaux.
Je respecte cela dit le travail de Éric le noir.
Je m'abstiendrais donc d'évaluer cet ensemble car je ne peux faire la moyenne entre un texte que j'estime plutôt bon et une mise en chanson qui ne me plait pas. Cela serait injuste vis à vis des deux parties.

   funambule   
5/12/2011
Je n'entre pas dans le texte tout en lui trouvant de bonnes qualités de construction pour le genre. Difficile dès lors de retirer quelque émotion de l'interprétation du sieur Eric Le Noir dont je suis redevable et qui me fait régulièrement l’honneur, un exceptionnel "saisiseur de mots". Là, même si je ne rejette pas les texte dont la compréhension n'est pas immédiate, je dirais que j'attends d'eux en compensation un certain charisme et plus de percutions.

Je m’abstiendrais de tout jugement réel n'ayant pas la clé pour entrer... bien écrit et bien chanté... bien à vous.

   Anonyme   
5/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La lecture du texte seul ne m'a pas inspiré. Je trouve par contre la mise en musique très réussi. Ça coule bien. Il apparait une mélodie des mots que je n'avais pas relevé à la lecture seule.
Je trouve que cela illustre parfaitement le pouvoir d'une mise en chanson d'un texte qui en ressort grandi.

   toc-art   
9/12/2011
bonjour,

dans une chanson, je fais d'abord confiance à la musique et à la voix, le texte vient en second chez moi (ce qui, de la part d'un auteur, peut sembler paradoxal, mais c'est vrai).

Et là, j'ai beaucoup aimé le rythme et la voix qui m'ont bercé et ont su conserver, voire accentuer, la musicalité que j'avais trouvée à la lecture du texte seul. C'est d'ailleurs cette musicalité, plus que le sens que je n'ai pas cherché à trouver, qui m'avait plu. Le résultat me semble donc tout à fait réussi.

bravo à vous deux.

   Mourmansk   
25/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
placebo,

J'ai préféré la chanson au texte écrit.
J'ai été sensible au rythme, à la mélodie (agréable).
Quant au fond, j'ai apprécié les deux premières strophes mais les autres m'ont paru nébuleuses ou parfois sans originalité (notamment le passage relatif aux fées).

Je salue cependant l'effort.

   Marie-Ange   
2/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai d'abord écouté l'ensemble, sans m'attacher aux paroles, puis seconde écoute j'ai été plus attentive, le vécu qui dit sans dire, les mots effleurent l'émotion, ne se livrent pas totalement, ils s'expriment à demi-mots, cela me convient, tout comprendre n'est pour moi pas une fin en soi, il me suffit parfois de ce petit quelque chose qui me touche, une sensibilité fragile, et là je la retrouve au travers de l'interprétation, alors il faut se laisser guider par l'instant musical, se livrant sans retenue dans l'écoute approfondie.


Oniris Copyright © 2007-2017