Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ristretto : Clair-obscur
 Publié le 09/11/11  -  10 commentaires  -  530 caractères  -  352 lectures    Autres textes du même auteur

Virage.


Clair-obscur



Lorsque, sans prévenir, se floute l'horizon,
Lorsque l'ombre s'étend et embrume demain,
Lorsque le clair-obscur envahit le chemin,
Lorsque le vif argent a fait son balluchon,

Tremble

Tremble ma main qui veut encore
Encore écrire
Le désir des jeux
Le rire de tes yeux

Tremble

Tremble ma main qui veut encore

Encore

Sentir
La peau douce matin

Et

Le feu satin de ta main

Qui tremble.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
22/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Subtilité & finesse…
J'aime le délitement progressif de la voix, la réflexion qui fait une révolution (dans les deux sens du termes), qui se perd… Muette d'une émotion qui passe bien. Il y a une certaine musicalité malgré quelque incongruité -"balluchon"- et quelques lourdeurs.
L'inversion "se floute l'horizon" est pour moi trop précise, elle attire l'attention alors que, justement, ce serait bien qu'elle reste fluide, impressionniste."Flouter" n'étant pas non plus d'une élégance…
J'aime beaucoup des vers 5 à 15 que je trouve parfaitement équilibrés dans leurs jeux, progressions et glissades internes, à côté de cela, la toute fin avec son "qui tremble" devient trop fabriquée à mon goût, il lui manque un peu de candeur.
J'ai du mal avec l'association feu/satin que je ne parviens pas à concevoir.
… Peut être aussi un "lorsque" (très présent à l'oreille) de trop.
C'est tout de même assez réussi je trouve…
Et sur un poème aussi court, ce n'est si évident.

   wancyrs   
24/10/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
j'ai trouvé la première strophe, celle des "lorsque", un peut surfaite et pas utile à générer l'émotion dont le texte à besoin. D'aucun penserait que c'est une façon de poser le décor pour ce qui va suivre, mais c'est floue, c'est une généralité, une formule passe-partout qui n'était pas nécessaire ici. C'est à partir de "tremble..." qu'on sent la vrai poésie et les vrais émotions...

Je n'ai aimé qu'à moitié

   Anonyme   
4/11/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Lorsque, sans prévenir, se floute l'horizon
J'ai accroché à ce vers, probablement que c'est le verbe flouter: rendre volontairement floue ( flouter un visage à l'écran exemple) mais l'horizon qui se floute m'apparaît bizarre. enfin!

5 fois tremble, c'est répétitif à souhait. Je n'aurais pas mis les tremble(2 fois) , encore,(3 fois) et, en évidence. Cela me semble briser le rythme de la poésie.
J'aime bien l'image de : l'ombre qui s'étend et embrume demain.

Pas de ressenti précis sur cette poésie qui je pense mériterait d'être retravaillée.

   melancolique   
9/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour ristretto,

J'ai aimé certains vers, une belle musicalité et un rythme agréable, mais certaines images me paressent un peu moins bonnes.

J'ai beaucoup aimé:
"Lorsque l'ombre s'étend et embrume demain"

Au plaisir de te relire.

   Charivari   
9/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour.

C'est assez fin, et j'aime bien l'idée de la structure, qui peu à peu s'évanouit, c'est en parfaite adéquation avec le texte.

Mais, je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas tant adhéré que ça : peut-être que le sujet est un peu convenu et que le texte n'a pas une grande originalité dans le traitement, peut-être est-ce trop court pour plonger réellement dans le poème.

Sinon, le début m'a paru un peu lourd avec toutes ces répétitions de "lorsque", et trop maniéré par rapport au reste, beaucoup plus simple. Ceci dit j'ai beaucoup aimé l'ombre qui embrume demain.

"la peau douce matin", ça m'a surpris aussi : pas trop aimé cette forme archaïque, un peu précieuse.

Mais je répète : c'est un texte bien écrit, et il y a vaiment quelque chose.

   brabant   
9/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ristretto,
Puis-je tout d’abord te dire quelle joie ce fut pour moi lorsque j’ai constaté que nous serions publiés de concert ; ma modeste prose paraîtrait en accord avec les vers d’une princesse !...

‘’Clair-obscur ‘’ Il est un ‘’Virage’’ dont on ne sait qu’il est là que lorsque l’on l’a négocié (lonla ! :) ). Et ce ‘’tremble’’ qui est verbe semble l’arbre qui nous a regardés passer, s’ouvrant sur une forêt nouvelle.
‘’Tremble’’ est la main au regret du « désir des yeux », du ‘’rire des jeux’’, du ‘’sentir’’ de la ‘’peau douce matin’’, ‘’feu satin’’ que l’on voudrait sentir brûler encore,
mais
‘’Qui tremble.’’
Tout est dit !
Intolérable nostalgie…

Au plaisir de… peut-être… nouvelles accordailles !

Bien à toi

brabant

   Anonyme   
9/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime bien, c'est gracieux, léger, presque hypnotique dans le rythme lancinant des répétitions.
Pas grand chose d'autre à dire pour ce poème court mais qui suggère beaucoup. Je regrette peut-être le dernier "qui tremble" qui m'apparait superflu. Inutile d'appuyer davantage le propos, de plus "Le feu satin de ta main" cloturait très joliment ce poème.

   Marite   
10/11/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien aimé ces mots qui "parlent" au coeur et à l'âme. Bien des choses y sont dites de très belle façon : rythme, images ... "Clair-obscur' ce titre est parfaitement adapté au contenu. Un très beau et très délicat poème Ristretto. Merci !

   pieralun   
11/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Après plusieurs lectures, je suis rentré dans le rythme de ce poème.
Excepté le premier vers où je ne vois pas ce que vient faire "floute" dans l'harmonie de cet ensemble, je l'ai aimé. En revanche j'ai trouvé le 4eme magnifique: tant par l'image qu'il véhicule que par sa sonorité. J'ai également apprécie la répétition de " tremble" qui à lui seul marque la chute du texte avec bonheur.

   Anonyme   
13/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien
un poème pleine de répétition, mais là ça ne m'agace pas car elle exprime et met l'accent sur le frémissement, le désir. c'est simple mais subtile.


Oniris Copyright © 2007-2019