Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Sarah_K : Le pont
 Publié le 14/02/19  -  14 commentaires  -  852 caractères  -  190 lectures    Autres textes du même auteur

La vie est un long fleuve tranquille...
La mienne n'est qu'une rivière.


Le pont



Je le ferai solide, en pierre, en fer, en bois,
Ce petit pont jeté par-dessus ma rivière ;
J'y mettrai, s'il le faut, l'art d'une vie entière
Pour te rejoindre un jour : je le veux, c'est mon choix !

Quand il sera construit, nos corps pourront s'étreindre,
Mes oiseaux de tristesse seront alors défunts,
Emportés sur le Styx, même si quelques-uns
Échappant à Charon, continueront à geindre.

Moi, je ne cesserai d'arracher le roncier
Qui veut, de mon Éden, éradiquer la rose ;
Pour que l'arbre d'Amour jamais ne se nécrose,
J'irai prier l'Esprit du grand Lac au Sorcier.

Mon flux ne sera plus qu'un filet d'eau fragile
Dans le lit desséché d'un oued rocailleux,
Mais il fera fleurir un jardin merveilleux,
Dans le havre apaisant d'une oasis tranquille.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lucilius   
27/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Un petit "couac" de prosodie dans la 2ème strophe de cette poésie par ailleurs bien équilibrée.
J'ai surtout apprécié l'apaisante fluidité de la toute dernière strophe.

   domi   
27/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dommage le 6ème vers qui, en classique, compte 13 pieds à cause du "e" de tristesse.
La métaphore est originale, bravo, c'est un bon poème.
"Qui veut, de mon Éden, éradiquer la rose ;" est magnifique !
Au 4ème vers, "je le veux...", j'aurais entendu "si tu veux..." mais c'est votre poème.

   Gemini   
29/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très bien construit ce pont. Belle gradation entre le fleuve de l'exergue, la rivière et le filet d'oued.
Quelques remarques : Il y a une erreur de césure au vers 6, rattrapable en mettant "alors" à la suite de "tristesse". Et j'aurais mis "Emportés par" v7.
Je ne sais pas s'il était nécessaire d'amplifier l'emphase (naturelle pour un texte lyrique) par des majuscules sur "Amour", "Esprit", "Lac" et "Sorcier".
Mais c'est un très bon texte, bien écrit et avec de belles images.

   Corto   
29/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mettre sa volonté et son énergie à construire du solide, voici une belle ambition: "Je le ferai solide, en pierre, en fer, en bois,
Ce petit pont jeté par-dessus ma rivière ;
J'y mettrai, s'il le faut, l'art d'une vie entière
Pour te rejoindre un jour : je le veux, c'est mon choix !"

Définir son horizon comme basé sur un amour durable voilà un bon complément: "Pour que l'arbre d'Amour jamais ne se nécrose".

Une philosophie de vie à encourager.
Bravo.

   PIZZICATO   
14/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il ressort de cette poésie une ferme pugnacité envers la vie, affronter ses écueils " je le veux, c'est mon choix ! " .

" Moi, je ne cesserai d'arracher le roncier
Qui veut, de mon Éden, éradiquer la rose ". Une image intéressante.

Ce " Pont ", métaphore origininale pour illustrer le désir d'atteindre la sérénité à deux.

Un beau quatrain final.

   VictorO   
14/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le fleuve et la vie. A priori, une métaphore classique. Mais il y a le pont, les plantes, l'amour. Belle dernière strophe : de l'humilité avec "un filet d'eau fragile", et de l'espoir comme point d'orgue avec ce jardin merveilleux et cette oasis tranquille.

   papipoete   
14/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Sarah
Du premier coup d'oeil, nous voyons que nous avons affaire à une plume ailée, dont les vers nous incitent à traverser ce pont sans crainte...quand sur l'autre rive attend la récompense d'amour enfin consumé ! Et les oiseaux de mauvais augure auront disparu, et les rares survivants ne feront guère de bruit !
D'avoir tant et tant bataillé, mon sang ne coulera plus que tel un ru, mais il fera fleurir un jardin merveilleux !
NB la Saint Valentin est-elle fortuite au moment où parait cette promesse de félicité, ce voeu que rien ne pourra barrer, de rejoindre l'autre rive de la rivière où éclot cette si délicate rose ? " prenez-moi la main, voulez vous ? et allons voir si la rose..."
le 6e vers mesure 13 pieds
au 14e vers, je ne sais si " oued " se dit en diérèse ?
Avec ce 6e vers, malheureusement, le " néo-classique " vous échappe !

   SaintEmoi   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour
J'aime toutes les vertus de ce pont qui traverse les rivières, le temps, la mort et sur lequel bien des choses magiques circulent, comme la poésie ou l'amour, parfois en même temps.
Je crains que chacun d'entre nous utilise à des fins exclusivement personnelles tous ces ponts qui nous "construisons" et si nous l'ouvrions aux autres, notre humanité n'en serait que plus harmonieuse, mais il s'agit là d'une réflexion toute personnelle où votre poème m'amène.
j'en ai aimé la musicalité et la tragédie qu'il sous-tend.
Merci

   BlaseSaintLuc   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
deux vers dans le poème ce détachent par leurs "splendeurs"

"Mes oiseaux de tristesse seront alors défunts,"

"Qui veut, de mon Éden, éradiquer la rose ;"

ce pont est solide , il nous porte bien , c'est le combat de la vie , de l'amour , belle énergie contre l'adversité , contre le courant du quotidien , et celui des imbéciles , c'est l’intelligence du cœur .

   Hananke   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Il est bien joli ce pont jeté par-dessus ma rivière.

J'aime bien les oiseaux de tristesse seront alors défunts même
si le vers n'est pas très académique.
Oui, un texte court mais qui ne manque pas de charme.

De belles promesses de lecture pour l'avenir.

   Cristale   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est un très joli poème Sarah.

Je vous ai suivie tout au long de la construction de votre pont, j'y ai vu deux corps "s'étreindre", des "oiseaux de tristesse" disparus dans le "Styx", des "roses" éclore d'un "roncier" et la "rivière" aux flots tumultueux devenir le "filet d'eau fragile" abreuvant "un jardin merveilleux".

Quelques petites maladresses ont été relevées, je n'y reviens donc pas.

Une ambiance féerique toute de douceur qui ne peut que me plaire,
avec mes encouragements concernant une meilleur application de la prosodie, donc flèche vers le haut (^-^)

Merci Sarah

Cristale

   senglar   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Sarah_K,


Cette poésie m'a laissé pensif... L'amour par-delà la mort, la fusion amoureuse après la mort - sereine -, l'éternité d'un amour exclusif - simple -.

Mais pourquoi y convoquer ces pontes - je m'interdis poncifs - que sont le Styx et Charon.

Je préfère le quatrain suivant où l'on arrache le roncier - sale bête (lol) - qui éradique la rose. J'aurais écrit dans les sonorités d' 'étouffe' à qui il manque un pied. Vos mots sont trop forts à ripe et à râpe, rocailleux, de nécrose. J'aurais vu quelque chose de plus doux avec moins de R et de RR. Je préfère l'apaisement de la quatrième strophe au filet fragile, au havre apaisant, à l'oasis tranquille (bien sûr il y a effet de contraste entre la douleur et la quiétude retrouvée mais c'est quasiment du 3/4 contre 1/4. Le temps d'être quiet avec ça). Vous voilà comme l'eau, enfin, comme l'eau de Béart.

Bravo pour les "oiseaux de tristesse" :)


senglar

   Robot   
16/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle vision métaphorique. Ce pont enjambe le cours d'une vie avec poésie.

Le premier quatrain nous présente la construction de cet édifice qui structurera le destin souhaité.
J'ai moins accroché au second mais beaucoup apprécié les deux suivants, surtout le quatrain de conclusion.

   Sarah_K   
21/2/2019


Oniris Copyright © 2007-2019