Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
solo974 : Le chat et le hérisson
 Publié le 08/10/18  -  9 commentaires  -  1542 caractères  -  155 lectures    Autres textes du même auteur


Le chat et le hérisson



Le Ciel m’en est témoin, un jour il arriva
Qu’un Chat, un saint homme de Chat,
Sur son chemin un Hérisson croisa.
« Dieu de Dieu, se dit notre félin,
Ce n’est pas tous les jours qu’un tel festin
À moi se représentera !
Oui, je suis un glouton
Et m’en vais de ce pas
Faire de ce hérisson
Mon modeste repas.
Adieu mes maudites croquettes
Je la veux cette assiette ! »
Et notre Mistigri
De dire adieu à ses souris
Et d’esquisser de savants entrechats.

De son côté, notre omnivore
Pensait : « Que risqué-je là ?
Je suis un épineux,
Un hérisson teigneux,
Et ce n’est pas ce p’tit morveux de chat
Qui va dévorer l’assiette que je tiens là.
À nous deux mon p’tit gars,
Tu veux la guerre ? Tu l’auras.
Dévorons-nous, si tu le veux,
Et gagne qui pourra. »

Ce fut un long et douloureux combat.
Notre Raminagrobis se battit dur
Et comme un fier à bras.
Mais l’autre, notre omnivore,
Il se prit pour Hector
Et gagna par K.-O.
Contre ce chat quelque peu sot
Qui, sans entrechats,
Ses croquettes humblement regagna.

À ceux dont le plus grand souhait
Serait de profiter de quelconque façon
D’un bien qu’ils ne méritent point,
J’adresse la suivante leçon :
Restez dans votre assiette
Au lieu d’être le ramasse-miettes
Des hommes politiques
Et de claquer sans remords aucun
Le bien de ceux qui ne gagnent que le S.M.I.C.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
20/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est assez drôle, bien raconté et la morale est... comment dire? D'actualité? Tellement vraie? En tout cas, elle mériterait d'être affichée à plusieurs endroits, là où on trouve des groupes de "ramasse-miettes" par exemple.
J'ai bien aimé, un bon moment de lecture, merci

   Gemini   
24/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Encore un chat. Mais pas roux.
Je n’ai pas du tout aimé la forme qui se libère de toutes les règles de la prosodie. La fable est déjà un genre mineur de la poésie et je trouve dommage de l’affaiblir encore par renoncement. Pensée personnelle
Pour l’écrit, j’ai été surpris par l’assiette du v12 que j’ai considérée comme métaphorique, alors qu’elle se révèle être bien réelle au vers 21. J’ai bien aimé ces entrechats (x2 : avec, en arrivée sur le ring, sans, pour la sortie). Mais je n’aime pas l’emploi de « notre », qu’emploie La Fontaine bien sûr, mais pas aussi souvent : notre félin, notre Mistigri, notre omnivore (deux fois), notre Raminagrobis. Ça sent la cheville.
Enfin, même si j’ai compris l’histoire, je trouve que sa morale s’y adapte très mal. La compréhension du verbe « claquer » y joue grandement.
En découpant l’affaire je vois : ne pas convoiter le bien des autres surtout s’ils sont chiches, d’accord : cela est bien traduit par « restez dans votre assiette ». J’ai ensuite supposé qu’être ramasse-miettes d’hommes politiques imageait les bénéficiaires de revenus sociaux, qui sont équivalents au Smic ou pas loin, mais sans rien foutre. Donc, la morale, toujours à mon entendement seulement, tourne autour de « fainéants, laissez en paix les honnêtes travailleurs ».
Avec un chat incarnant la ruse, la paresse et le vol, et un hérisson l’industrie et l’intégrité.
Si j’ai résumé l’affaire comme il se doit, je trouve votre morale pas évidente et surtout mal ficelée.
Avec quoi rime aucun (avant dernier vers ?). N’avez-vous pas oublié un vers ?

   BlaseSaintLuc   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les gardiens du temple, n'aiment pas trop cette forme, moi, je trouve divertissant cette façon d'envoyer la leçon.

(en aparté, je dirais que le hérisson est utile au jardin, et que le partage est une qualité qu'il faut avoir, mon chat se débrouille de pouilleux, le hérisson du secteur)

Pour ce qui est de la morale, elle peut-être clivante, je n'en dirais rien

   papipoete   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour solo
Oniris en ce moment, fait la part belle aux animaux et ceux qui les aiment, au point de les faire parler !
J'aime bien ce face à face entre le minet qui se prend pour un caïde, et ne doute pas de terrasser l'épineux !
Et l'autre qui s'arqueboute sur ses petites pattes, prêt à en découdre ! Bien sûr, gagne celui qui ne craignait pas grand-chose, et je gage que le matou devait être un peu égratigné !
La conclusion touche à la politique, mais elle peut s'appliquer au commun des mortels, en matière de train de vie, en matière d'envie de femme etc ... on disait chez nous " faut pas péter plus haut que son " Q " ?
je suis étonné que le chat veuille se faire du hérisson son assiette,et le hérisson lui-même évoque une assiette qu'il aurait comme gamelle ? ( je pense que l'auteur s'est emmêlé la plume à ce sujet ? )
Mais j'ai bien rigolé devant cette prise de bec !

   PIZZICATO   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un chat, même glouton, vouloir manger un hérisson me semble peu réaliste.

L'idée de fond et intéressante mais son traitement ne m'a pas vraiment séduit.

" Restez dans votre assiette
Au lieu d’être le ramasse-miettes
Des hommes politiques
Et de claquer sans remords aucun
Le bien de ceux qui ne gagnent que le S.M.I.C. " je discerne mal le sens que vous souhaitez donner à cette chute (?)

   LenineBosquet   
8/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour et pardon mais je dois dire que je n'accroche pas du tout à votre poème.
La forme déjà avec ces mètres aléatoires et ces rimes pauvres, les nombreuses répétitions aussi comme "assiette", " omnivore" par exemple etc...
Quand au fond, bah j'ai rien compris à la morale de l'histoire, ce qui est fort dommage pour une fable, qui sont donc ces pique-assiettes que vous blâmez ? Les puissants qui volent les smicards par l'impôt, ou les plus pauvres que smicards qui grapillent quelques miettes ?
Ah et pourquoi ce chat est-il un saint homme ?
Une prochaine fois sûrement !

   Brume   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Bonjour Solo974

En tant que lectrice, j'ai l'impression de lire un poème bâclé.
Déjà le cas de cette fameuse assiette, est métaphorique dans la première partie, et dans la seconde le Hérisson doit protéger son assiette donc on est plus dans l'image.

Quand à la morale, j'ai beau lire et relire je ne la comprends pas.
Le ramasse-miettes désigne le Chat.
Des hommes politiques ? Où sont-ils dans le récit ?

Je veux bien que la morale soit implicite mais je trouve alors la formulation assez maladroite. Selon moi elle est à retravailler.

Les mots "chat" et " assiette" sont répétés de trop nombreuses fois.

Je n'ai pas été emballée par le traitement du récit.

   INGOA   
11/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour, je trouve dommage, voire superflue, la dernière strophe de votre poésie, politiquement tendancieuse et nature à polémique. Et c'est bien dommage, car tout ce qui précède est léger, certes, mais divertissant et traduit bien le sens recherché sans pointes de dénonciation ni d'agressivité.

   ladymuse   
24/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qu'importe le réalisme?? C'est un simple entremets :)

J'admire la dynamique de ces bouts rimés, leur gaité libre de toute morale malgré la leçon.

Un petit "hic" pour le dernier vers (trop long) et la répétition d'entrechats.


Oniris Copyright © 2007-2018