Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Bastien : Une trace violette et noire
 Publié le 09/10/18  -  14 commentaires  -  287 caractères  -  250 lectures    Autres textes du même auteur

Drôle de chute.


Une trace violette et noire



Petite et prude
Une araignée courait au mur
À bout de souffle
Dans les derniers centimètres de sa course
Elle cracha ses poumons
Laissant une trace violette et noire
Sur le revêtement blanc
Tantôt immaculé
Du mur de la salle à manger


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Je n'ai pas aimé, désolée... Je trouve que ça n'a pas grand intérêt et je ne comprends pas "la trace violette et noire". Il n'y a peut-être rien à comprendre ceci dit. Une araignée qui crache ses poumons, c'est assez bizarre...

   Gemini   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai buté sur deux mots : « prude » v1, dont je n’ai pas compris le rôle ou l’utilité, et « Tantôt » v8, qui, s’il traduit l’après-midi, n’apporte rien non plus au récit.
En dehors de ces remarques, j’ai cherché, en vain, ce que l’exergue promettait. C’est-à-dire une chute (dans les deux sens du mot), et sa drôlerie associée. Même en cherchant une explication au pourquoi de la couleur noire et violette.
J’en ai donc conclu qu’il n’y avait rien à comprendre, et j’ai relu le texte ainsi.
Et pour dire mon ressenti en fin de lecture, en jouant le jeu de l’irrationnel, c’est vrai que je ne vois rien, du blanc, avec une légère tache (peut-être noire et violette) au milieu.

   Mokhtar   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Je pense qu'il doit y avoir, cachés derrière ce court texte, une image, un symbole, une métaphore qui pourraient justifier la relation de cette scène.
Sans doute certains s'ébahiront.
Mais moi, j'ai beau chercher : je ne trouve rien.
Désolé

Mokhtar, en EL

   sympa   
22/9/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Je pensais lire une poésie contemporaine qui me semble plutôt "libre".
Qu'importe votre poésie est trop courte à mon goût et n' a aucun intérêt pour moi.

Une autre fois peut-être.
Sympa en EL.

   PIZZICATO   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
J'ai tenté d'extraire une idée quelconque de ce texte, avec le plus d'indulgence possible. Je n'y suis pas parvenu. Ni même trouvé une image intéressante...

A vous lire une prochaine fois.

   papipoete   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour Bastien
Je ne vous dirai pas que ce texte si court, put se développer, car vous décidâtes que l'aventure de cette araignée serait très brève ! Elle aurait pu rencontrer une congénère, trouver un moucheron pris dans sa toile ... que nenni, elle courait puis rendit l'âme .
NB " elle cracha ses poumons ", pourquoi dire cela alors qu'elle put tout bonnement périr sous la claque d'une tapette ou le revers d'une main ?
Une arachnide " prude " surprend également ; " aux aguets, prudente " furent plus indiqués ?
Votre poème me fit penser à celui que j'écrivis, au sujet d'un " point sur une toile blanche ", accroché à la cimaise d'une galerie, devant lequel des admirateurs béats, ne trouvaient pas leurs mots ...
Ecrire " court " est un art aussi difficile que celui du parfait " alexandrin " ; je dirais qu'il vous faudra persévérer, pour tâcher de faire mieux !
PS mais si votre texte parait ce jour, c'est qu'il plût à certains !

   Robot   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup ce poème qui représente un tableau de couleur contrastée. L'araignée est comme le pinceau sur la toile blanche d'une abstraction où elle laisse les traces de son passage. Où bien écrasée par un hurluberlu moderniste pour lui faire cracher ses poumons, ainsi qu'un tube de peinture comprimé fait sauter son bouchon.

J'aime l'observation surréaliste de ce texte. Mais il faut beaucoup d'imagination pour y trouver un sens. Ce à quoi ma lecture s'est efforcée.

Ce serait sympa que vous nous parliez de votre texte en forum.

   Annick   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un tout petit poème qui retrace les tout derniers instants, (les derniers centimètres) de la courte vie d'une petite araignée.

"À bout de souffle
Dans les derniers centimètres de sa course
Elle cracha ses poumons"

Il y a un non dit, une ellipse : quelqu'un a écrasé la petite araignée, c'est certain.

Un contraste de couleur entre la trace violette et noire et le blanc immaculé. Joli !

La petite araignée est-elle une allégorie ?

Je verrais bien cette poésie dans un recueil ayant pour titre : bestiaire poétique de la fin de vie des animaux rampants.

Plus sérieusement, je suis dans le questionnement. Quel est le sens de ce poème ?

La lecture est plutôt plaisante car elle titille ma curiosité.

   Palrider   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Moi j’y vois un monseigneur coursant une none, quelque part dans la Rome des années 60, j’y vois Vatican II faire avaler sa calotte et sa ceinture violette au catholicisme, ce qui, bien que je désapprouve, dégage une couleur vive sur du blanc immaculé...pas désagréable...
Donc ça ne m’a pas déplu...

   Arsinor   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bastien bonjour, j'aime bien cette petite vidéo que tu proposes. Si tu en fais une strophe d'un plus long poème, chaque strophe consacrée à un insecte de la maison, n'hésite pas à nous en faire part.

   Lulu   
9/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Bastien,

J'ai trouvé votre texte amusant, bien qu'il ne le soit pas. Je l'ai lu comme un clin d'œil, un regard posé sur une petite araignée comme on pourrait tous en voir, avec ou sans appréhension.

La poésie est sans doute juste dans ce regard, plus que dans ces mots brefs qui rendent aussi compte d'une "trace violette et noire", comme si la vie de l'insecte n'avait été que furtive.

Je pense que ce texte est perfectible, mais pas inintéressant. Perfectible, pour moi, car certains aspects me semblent trop terre-à-terre ici, comme l'expression inattendue de "la salle à manger", inattendue et de trop, je crois.

Mais j'ai bien aimé le ton de départ, "Petite et prude" ; le suspens est ménagé…

Mes encouragements.

   BlaseSaintLuc   
10/10/2018
Commentaire modéré

   BlaseSaintLuc   
10/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
confusion des censeurs ,hum je voulais parlait du Pape, en citant François , mais après explication de Bastien , cela n'as rien de cléricale (le violet, le noir, le blanc ... etc) c'est plaisant tout de même .

   hersen   
12/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le temps de lire et l'éclair de couleur sur fond blanc n'est déjà plus habité !

j'a aimé le rythme, le sujet (presque un non-sujet), trois coups de pinceaux pour tracer une histoire sur le carrelage blanc.

bravo.

   Quidonc   
15/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Poèsie pour le moins surréaliste en forme d'excuse pour une araignée écrasée sur un mur blanc. Un geste presque brutal, presu'un regret, et on passe à autre chose. Mais la petite trace sur le mur nous rappelle notre "méfait".
Merci pour ce flash


Oniris Copyright © 2007-2018