Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Mauron

« 1 2 (3) 4 5 6 7 »
Beaucoup boudune : C'est comme un rêve
Rêve de pierre et végétal. Rêve immobile et de départ. Paradoxes des images qui semblent se contredire. Les "anges" sont-ils ceux des voûtes ou bien les graines ailées de pissenlit? J'ai pensé à une Illumination de Rimbaud: Mystique. Parce que la transcendance se fait immanence ici, l'au-delà n'est plus qu'un rêve. Un monde de rêve. Tout tourne ... (1/6/2015)
Beaucoup Hananke : Le Papillon
Aérien et lumineux, léger et fragile comme ce dont il parle, ce poème a presque le dessin d'un papillon, avec deux ailes et un corps. Texte charmant. (9/6/2015)
Beaucoup Meaban : La soie des mobylettes [Sélection GL]
Mais où sont les usines d'antan! Merci pour ce voyage dans le temps. J'ai connu (j'étais petit à l'époque) ces wagons trémie, ces bruits et ces fureurs de machines outils dans des pays silencieux et vides à jamais aujourd'hui, comme Laval-Pradel, La Grand-Combe, voire Alès... Merci pour la soie des mobylettes, cette soie qu'on n'entend plus aujo... (28/8/2015)
Beaucoup Lulu : Ta liberté je l'aime
Poème adressé à un vieil ami, certes, mais c'est celui qui parle qui semble sage, tellement il donne de conseils, de judicieuses raisons d'aimer ce monde du "désastre" dans ses aphorismes. Reste l'énigme. L'ensemble est serein. (3/9/2015)
Beaucoup ↓ Cristale : Le grand dîner de la Saint-Valentin [concours]
Texte réjouissant qui me semble tout à fait satisfaisant du point de vue de la forme choisie. (16/2/2016)
Beaucoup ↓ brunototi : Ils ne s'aiment plus
Le sujet est bien vu, et il est curieux que vos vers soient si faux alors qu'il serait facile de les rendre justes... (...) Additionnant leurs avenirs Un plus un n'égale plus rien. Ils n'habitent plus leur mémoire (...) Présent dévorant leur passé Leurs vies sont remplies de regrets (...) Ils ne s'aiment plus en silence Leur chambre n'... (12/10/2015)
Beaucoup ↓ troupi : Nouveaux explorateurs
Beau texte qui me fait penser à la fois à la pièce de théâtre: "L'Hôtel des deux mondes" de Eric Emmanuel Schmitt et au poème: "La Rivière de cassis" de Rimbaud. Votre versification est régulière et fluide, le propos est à la fois énigmatique et clair. Voici le texte du second: "La Rivière de Cassis roule ignorée En des vaux étranges : La vo... (3/3/2016)
Bien ↑ OiseauLyre : Au commencement
Quelle fougue! Vous avez bien fait, très bien fait de "mythifier" ce d'où vient votre poésie. Dommage que ces deux "frères ennemis" qui vous habitent et que vous décrivez si magnifiquement, ne dialoguent ou ne se rencontrent pas davantage, du moins pour s'affronter... Je vous conseille d'aller lire ou relire Michaux qui sait si bien "mythifier" ... (13/2/2016)
Bien ↑ Lylah : Requiescat
la mouette en son envol avait plus d'assurance J'aurais supprimé ces vers. Le reste est sobre et beau. Je pense au texte de José Maria de Hérédia: "Le Naufragé" Avec la brise en poupe et par un ciel serein, Voyant le Phare fuir à travers la mâture, Il est parti d'Égypte au lever de l'Arcture, Fier de sa nef rapide aux flancs doublés d'ai... (4/1/2016)
Bien ↑ Hananke : Les fesses
Juste un sourire à propos de votre astérisque, qui me semble tout de même des plus coquines!... Vous avez bien fait de préciser "in fine", qu'il ne s'agissait que de nuit et non de l'origine du monde. Certains, moins regardants, auraient pu lire "prune"... (18/2/2016)
« 1 2 (3) 4 5 6 7 »

Oniris Copyright © 2007-2019