Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Patchwork
Visiteur 
Bonjour,

A la lecture d'un commentaire (merci à son auteur) nous éclairant sur la recette de Tzara pour composer un poème dadaïste :

Pour faire un poème dadaïste
Prenez un journal
Prenez des ciseaux
Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.
Découpez l'article.
Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article et mettez-les dans un sac.
Agitez doucement.
Sortez ensuite chaque coupure l'une après l'autre dans l'ordre où elles ont quitté le sac.
Copiez consciencieusement.
Le poème vous ressemblera.
Et vous voici un écrivain infiniment original et d'une sensibilité charmante, encore qu'incomprise du vulgaire.


J'ai eu l'idée d'un exercice d'écriture que j'appellerai Patchwork.
En voici le principe :

Emparez-vous d'un livre dans votre bibliothèque
Feuilletez-le au hasard
Prélevez par-ci par-là, une phrase, des phrases que vous assemblerez pour écrire soit un poème, soit une petite histoire.
Ne rajoutez rien qui ne soit dans le livre.


Y a-t-il des partants ?
Sinon, il n'y aura qu'à supprimer ce fil.

PS : Il ne s'agit pas de prétendre écrire un texte dadaïste, mais juste de s'en tenir aux règles de ce jeu.
Bien-entendu, citer ses sources.

Contribution du : 31/08/2015 10:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Je commence.

Patchwork de phrases du roman : Neiges artificielles de Florian Zeller

Il y a une chose
Vers quoi l'on va
Là-bas
Ou ailleurs

Absence de soif

Samedi
La neige a fondu
La beauté s'use
Fragile
Je sais maintenant

Ce corps

Je tournais
Apparemment
Impression d'être immortelle
Au début

Choses minuscules

Tu compenseras
Il faut souffrir
Étrange devenir du sable
La vie à compenser

Aujourd'hui, rien
Combien de temps

En mer aussi
Des poissons copulent

Ce sourire sournois

La mort ne vient pas
Aux fantômes des amants

Contribution du : 31/08/2015 10:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Bonjour Pivoine... Voilà quelques années je me suis amusé à composer ce poème, intitulé Patchwork poétique, à partir de vers empruntés de-ci, de-là aux auteurs cités ci-après.
Je vous le propose bien que ça ne corresponde pas tout à fait à ce que vous demandez, le hasard n'entrant pas en ligne de compte dans le choix de ces vers...


Pour vous j’ai plagié ces quelques jolis vers,
De Jodelle, Corneille, La Harpe, Baudelaire,
Verlaine et Lamartine et puis encore Arvers,
Sans bien même savoir si cela peut vous plaire…


Mon âme a son secret, ma vie a son mystère !
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé,
Je suis le Ténébreux, le veuf, l’inconsolé,
Ma foi s’il m’en souvient, il ne m’en souvient guère !

On affaiblit toujours tout ce qu’on exagère,
Las ! Puis-je donc rien voir que ma perte assurée ?
Ma nef passe au destroit d’une mer courroucée,
Jamais plus le soleil n’atteindra ma paupière.

J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans
Car le jeune homme est beau mais le vieillard est grand !
Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie,

Pour réparer des ans l’irréparable outrage
Lui fait-on essayer le masque de Thalie ?
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image…

Juin 2007

Contribution du : 31/08/2015 12:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Bonjour Alexandre,
Votre patchwork est très réussi, et c'est un vrai régal de reconnaître les vers cités.
Les prochains participants éventuels peuvent tout à fait suivre votre exemple ! Je les encourage à s'inspirer de cette variante de l'exercice. !

Contribution du : 31/08/2015 14:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Patchwork à partir de Vingt Millions et une sardine. Catherine Arley

- Savez-vous que pour moi le temps est au beau fixe
A défaut d'un bonheur bucolique ?
- Pourquoi me dites-vous cela
Puisque tout n'est que farce ?

Elle était seule désormais
Demain, en début d'après-midi
Elle repasserait une fois encore
Mais elle hésitait.

- Viendrez-vous avec moi ?
Elle discerna une lueur d'étonnement.
Il mourut aux premières heures du matin.
Elle fuma en silence, pendant un long moment.

Puis, avec un petit sourire d'amertume
Elle entra dans la chambre du jeune homme
En s'inclinant pour frôler ses lèvres.
En remerciement, elle songerait à l'aimer.

Contribution du : 03/09/2015 07:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Je suis revenue pour présenter le texte sous forme de prose en alignant les phrases, mais apparemment il est trop tard. Tant pis.

Contribution du : 03/09/2015 08:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Pivoine
Ce jeu très ancien s'appelle le centon
https://fr.wikipedia.org/wiki/Centon
Mais patchwork est une appellation plus parlante.

Tes poésies, surtout la première, sont bluffantes et passeraient sans problème le filtre du CE. Celle d'Alexandre en revanche resterait bloquée en douane.

Dés que j'ai un moment, je joue à ce petit jeu.

Merci Pivoine, je reconnais bien là ton esprit créateur.

Contribution du : 03/09/2015 08:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
d’un grand geste les yeux
comme le rire de l’heure
inerte jusqu’à la yole,

ce Juillet de flamme,
sur l’intervalle vif
floraisons d’eau
dessein de reconnaître

improviser un bonjour avec son reflet en l’onde
miroir intérieur à l’abri de l’indiscrétion éclatante des après-midis

Toute je l’évoquais lustrale.
esclavage instrument de ses sortilèges.

« Aussi bien une quelconque.. »
allais-je terminer.

D'après Mallarmé
http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=mallarme/le-nenufar-blanc
 

Contribution du : 03/09/2015 09:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Superbe !

Contribution du : 03/09/2015 19:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Patchwork
Visiteur 
Normal, Pivoine, c'est du Mallarmé
Un autre, du même

http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=mallarme/la-pipe

Hier, j’ai trouvé ma pipe
dans le passé qu’illuminent les feuilles bleues de soleil,

à peine eus-je tiré la première bouffée,
je respirai l’hiver et tout Londres,
Londres en entier à moi seul,

Mon tabac sentait le maigre chat noir 
et le bruit de ces charbons tombant du seau de tôle
sur le pont du steamer mouillé de bruine
et noirci de fumée

ma pauvre bien aimée en habits de voyageuse,
Autour de son cou s’enroulait le terrible mouchoir
qu’on agite en se disant adieu pour toujours.

Contribution du : 04/09/2015 07:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2018