Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Anje : Clochettes de lune
 Publié le 14/06/18  -  13 commentaires  -  582 caractères  -  271 lectures    Autres textes du même auteur

Traditionnelles et légendaires...


Clochettes de lune



Ce soir, sous la voûte étoilée
De l'univers silencieux,
La lune sobrement voilée
Pleure toutes les eaux des cieux.
Rebondissant de feuille en feuille,
Adroits bateleurs sur l'unguis,
Tombent au bois qui les accueille
Ses sanglots en billes lapis.

Prodigieuses funambules,
Les perles dégouttent au brin
Et puis crèvent comme des bulles.
Charmes de la lune chagrin
À l'arôme subtil et âcre,
Dès l'aube, au lever du daguet,
Les graciles larmes de nacre
Naîtront clochettes de muguet.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
26/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Oui, très astucieux, cette pluie lunaire est magique, d'abord de belles trouvailles.

"La lune sobrement voilée
Pleure toutes les eaux des cieux."

"Tombe au bois qui les accueille
Ses sanglots en billes lapis."

"Prodigieuses funambules,
Les perles dégouttent au brin.
Et puis crèvent comme des bulles."

Etc .

J'ai buté, incrédule sur>"Adroits bateleurs sur l'unguis."

Et sur >"Dès l'aube, au levé du daguet,"



Mais cette nuit pluvieuse, coule de source, et glisse bien dans mes oreilles, et j'espère dans d'autres.

   Provencao   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé le ton de cette poésie classique où le poème du mystère se confond, dans le silence, à l’écoute de l’ailleurs. « La lune sobrement voilée
Pleure toutes les eaux des cieux » Dans l’univers silence résonne la voute.

Les vers purifiés et silencieux ne murmurent plus que la vérité. Belle assise de ce calme donnant hospitalité à la présence.

Plus funambule sera le langage qui nomme subtil le mystère. Sublimes vers où le mot est le charme silencieux qui habite l’intérieur de l’homme:"Dès l'aube, au levé du daguet,
Les graciles larmes de nacre
Naîtront clochettes de muguet."

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Coeurdeloup   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette pluie nocturne est magique… "ses sanglots en billes lapis" - "les graciles larmes de nacre"... Elle sonne à mes oreilles comme une petite musique de nuit… douce et reposante.

Au plaisir de vous lire encore

   Hananke   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est un bien joli petit texte empli de poésie que cette lune
qui s'épanche et dont les pleurs deviennent des clochettes de muguet.
Je comprends moins le vers : les perles dégouttent au brin.

Dommage qu'un petit hiatus empêche une parution classique
mais l'ensemble reste agréable et léger à lire.

   papipoete   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Anje
La lune dans ces vers a le visage du clown triste ; et telles funambules, ses larmes perlent de fils invisibles, et viennent au sol de l'aube orner les graciles tiges vertes, de clochettes de muguet .
NB que poétiquement vous écrivez ce récit, où la lune est d'humeur chagrin ! Je crois que " l'ami Pierrot " ne pourrait pas compter sur elle, pour lui servir de chandelle ...
Un bien joli pastel que votre plume ici nous brosse !
Je vois que Hananke est déjà passé par là, aussi n'est-il pas utile de vérifier le côté technique de votre poème ?

   PIZZICATO   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fort jolie poésie aux images délicates.
Ces " perles funambules ", " graciles larmes de nacre " qui
" naîtront clochettes de muguet".
Ce soir la lune est " chagrin " mais elle a ravi ma lecture.

   Lulu   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Anje,

Pour ma part, la magie n'a pas vraiment opéré. J'ai bien perçu cette lune pleureuse, mais je pense que j'ai été gênée par la forme qui ne m'a pas convaincue.

Ainsi, par exemple, cette inversion sujet/verbe aux derniers vers de la première strophes.
"Rebondissant de feuille en feuille,
Adroits bateleurs sur l'unguis,
Tombent au bois qui les accueille
Ses sanglots en billes lapis."
L'image est belle, mais la forme ne me séduit pas. Lorsqu'ai lu les trois premiers vers cités, je me suis demandée de quoi l'on parlait, comme si le sujet venait trop tard. J'ai eu cette même impression à la seconde lecture.

Je vois bien les images, que je trouve très belles, mais c'est par un effort dans la représentation que ces dernières me parviennent. Je pense que c'est aussi lié à une musicalité que je n'ai pas trouvée dans la forme. C'est comme si je ne vous avais pas entendue ici.

Cependant, je devine, bien que je ne les aie pas sentis, les sentiments qui ont présidé à l'écriture de ce petit poème. La beauté de la nature… et cette idée toute belle exprimée dans le dernier vers.

Enfin, j'aime bien le titre choisi.

   Anonyme   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis allé à la découverte de ces "Clochettes de lune".

C'est bien agréable à lire et à relire, les représentations de la nature sont bien là, tout en délicatesse et fragilité, bel esthétique qui ressort de différents descriptifs.

Et absent un je ne sais quoi qui m'aurait permis de mieux percevoir la magie de "ce soir sous la voûte étoilée", mon ressenti n'a pas éprouvé de palpitations, il est juste un peu intéressé.

   ChatDePallas   
15/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
— Le cerf comme le guépard s'arrêteront sur votre poème : ils lui tourneront autour, comme pour lui chercher des noises. Ils n'hésiteront pas à le faire trembler, douter, tomber. Ils s'acharneront. Mais la force de ce poème n'est aucunement contenue dans son éventuelle intrigue, Anje : le récit des métamorphoses n'est ni habile ni réussi. C'est l'usage d'un substantif, « nacre », qui fera plier le cerf comme le guépard. C'est l'exceptionnelle acrobatie du poème qui leur feront dire que ce poème arrive tout de même à faire voler le cerf comme le guépard dans les airs.

   Cristale   
14/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Douceur, tendresse et poésie.
Voici enfin quelqu'un qui a remarqué que la nature s'abreuvait des larmes de la lune. C'est pour cette raison que les clochettes du muguet sont blanches nacrées...

J'en veux à ce maudit hiatus avec la conjonction "et" dont le "t" ne se lie pas (on ne fait pas la liaison donc hiatus) vous privant de la catégorie "classique", combien de fois me suis-je laissée piéger...

Vous êtes un poète conteur Anje et cela compte à mon âme et mes yeux sensibles.

Bravo et merci pour ce joli moment de lecture.
Cristale

   jfmoods   
14/6/2018
Ce poème est composé de deux huitains en octosyllabes, à rimes croisées, pauvres, suffisantes et riches, alternativement féminines et masculines.

I) La mise en scène d'un spectacle

1) Un cadre enchanteur

Le complément de lieu balise la vaste étendue du décor (vision grandiose : "sous la voûte étoilée"). Les marqueurs de temps ("Ce soir", "Dès l'aube, au lever du daguet") mettent en exergue les deux étapes qui présideront à la vigoureuse éclosion de la fleur.

2) La présence d'une grande comédienne

L'astre de la nuit, en costume de scène, interprète sa composition la plus émouvante (personnification : "La lune sobrement voilée", champ lexical de l'affliction : "Pleure", "l'unguis", "ses sanglots", métaphore : "Les graciles larmes de nacre", constat : "Charmes de la lune chagrin").

II) La représentation

1) Un somptueux ballet

La pluie, qui tombe en quantité importante (hyperbole : "toutes les eaux des cieux"), signe une remarquable chorégraphie ("Rebondissant de feuille en feuille", "Adroits bateleurs", "Prodigieuses funambules", "Les perles dégouttent au brin", "crèvent comme des bulles").

2) Une fête des sens

L'évocation, marquée par la grâce, s'appuie sur une subtile et douce palette de perceptions (ouïe : "l'univers silencieux", toucher : "Tombent au bois qui les accueille", vue : "en billes lapis", odorat : "À l'arôme subtil et âcre", vue et odorat : "clochettes de muguet").

Merci pour ce partage !

   fried   
16/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une délicatesse qui vient se mèler au mystère des sous-bois, les délicates clochettes de muguet. Un vocabulaire que je découvre, Lapis l'unguis et daguet.
Je suis sous le charme.

   INGOA   
5/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voilà pour moi un texte à la sobriété pleine de charme, élégant, compréhensif, à la portée de toute oreille musicale ou non. Bien que je ne sois pas spécialiste, je trouve les vers très équilibrés, ce qui ajoute une touche de bon goût.
C'est le style d'écriture que j'aime. Je reviendrai donc vous lire.


Oniris Copyright © 2007-2018