Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Atom : De papier
 Publié le 22/09/20  -  8 commentaires  -  443 caractères  -  149 lectures    Autres textes du même auteur

Juste un formulaire d'envoi.


De papier



À l'étroit
dans mon A4
entre deux feuilles
je jette l'encre
de Chine et d'ailleurs
esquissant parfois
les rayures terribles
d'un tigre de papier.

Une page blanche
en guise de cœur
qu'il me plaît à raturer.

Je me dessine parfois
un sourire au fusain
quand je repense à toi
et moi
plutôt bien calqués
désormais
mâchés

et remâchés.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
22/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Atom
votre texte tombe on ne peut mieux, car il évoque ce que je rêverais de faire de ma main...écrire de jolis pleins et déliés, et même dessiner une illustration sur une feuille de papier ! Mais pour moi, il y a longtemps que je dus me résoudre à y renoncer !
j'écrivis même un recueil que je prêtai... que l'on me rendit, tout contrit " je suis désolé, mais je n'ai pas pu te déchiffrer... "
Depuis, mon ordinateur a pris le relai, à mon plus grand regret ! ( voir " du manuscrit au tapuscrit " )
NB la dernière strophe dit votre grande joie, quand vous dessinez un sourire de Vous, à l'attention de celle pour qui votre coeur bat !

   Davide   
22/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Atom,

Dans cette histoire d'amour trop tôt terminée, avant la fin du livre, le narrateur embourbé dans ses peines tente d'arrimer sa souffrance aux pages encore vierges et de faire revenir son amour perdu. Mais en vain, il sait cette histoire mâchée et remâchée, le papier se froisse et s'imbibe d'eau.

L'exergue n'est pas très aguicheur, et le titre à peine plus. Mais une fois passés les premiers vers, nous entrons à l'intérieur, dans le sanctuaire du poète : dans ce lieu, la feuille blanche n'a pas de syndrome, elle est tantôt encrée, tantôt raturée, tantôt fusinée, elle devient un vide-peines ("tigre de papier", "cœur (...) à raturer"), un vide-sentiments, un confident, mais aussi, le support et l'estampille du souvenir amoureux, celui que l'on grave d'ordinaire sur la pierre pour le rendre immortel ("Je me dessine (...) / un sourire au fusain / quand je repense à toi / et moi"). Mais si l'encre de Chine est indélébile, ce n'est pas le cas du fusain...

J'ai bien aimé la métaphore "papetière" ainsi que les quelques jeux de mots qui parsèment le poème et qui donnent un recul humoristique, ou une certaine légèreté, à cette confidence, le narrateur se jouant de sa perte de repères en pleine mer ; par exemple :

"À l'étroit (--> "les trois")
dans mon A4
entre deux feuilles"

   Stephane   
22/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
En voilà un surprenant poème, avec ce voyage imaginaire dans un étroit A4, où le narrateur jette l'encre de Chine jusqu'à prendre plaisir à raturer une page blanche en guise de coeur.

Se dessine alors - parfois - un sourire au fusain, vite mâché et remâché par un amour désormais perdu (je le vois ainsi).

Concis mais efficace.

Bravo pour l'écriture et l'originalité.

   Hananke   
22/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

J'aime bien le début de cette poésie libérée avec ses jeux de mots
, notamment son A4 et son encre de Chine.
La page blanche en guise de coeur.
Par contre j'ai plus de mal à appréhender le final
et ses mâchés et remâchés.
Petit texte sympathique dont il ne manque pas grand chose
pour lui faire passer une autre dimension.

   Ascar   
23/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
des regrets en filigrane. Noircir le papier pour s'exorciser. Tout cela est dit ou rendu simplement sans bavage. En Amour, on tombe et on se relève, jusqu'à l'élévation ou la tombe ou les deux...

   Zeste   
23/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Mâchés et remâchés, les écrits restent, le "reste", tout le reste s'en va!
Un poème qui en même temps met en relief un certain désarroi n'en souligne pas moins le ridicule d'une situation ( d'une certaine mise à nu sans retour dans le partage des sentiments). D'où l'impression d'une certaine ambiguïté , d'ambivalence. A la source une forme d'égo mis à mal...
Une blessure bien contée!

   Ioledane   
25/9/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le premier paragraphe m'a beaucoup plu, je trouve que le jeu des mots autour du papier est bien amené et se déroule joliment, avec "les rayures terribles d'un tigre de papier".
Le petit tercet qui suit, nettement moins imagé, m'a déjà moins convaincue.
Le sourire au fusain, d'accord ... Mais ensuite, les mots "calqués", "mâchés", "remâchés" m'ont paru beaucoup moins poétiques.
Je reste donc un peu sur ma faim après un début très prometteur.

   Absolue   
17/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Est-ce qu'il s'agit d'une histoire d'amour désormais terminée?
J'aime surtout "Je jette l'encre de Chine et d'ailleurs" et aussi la fin: mâchés et remâchés.
Le rythme aussi me plaît et le mystère qui se dégage de vos mots, où colère et nostalgie s'entremêlent.


Oniris Copyright © 2007-2020