Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Fowltus : Un beau jour
 Publié le 31/03/18  -  6 commentaires  -  1270 caractères  -  113 lectures    Autres textes du même auteur


Un beau jour



un beau jour dans la ville
fut décidé de compter
tout ce qui vivait
de loin ou de près

nos petites langues posées sur le rebord des fenêtres
engluèrent les insectes

un registre à la main
trouvant utile pour patienter de dénigrer les portes
nous les condamnions par le fait nouveau
que toutes dévoraient celui qui les poussait

la langueur épargnait
l'inventaire allait bon train

parfois lancés en plein ciel par des enfants oisifs
des boulets de charbon se mêlaient aux hirondelles

les plus frileux d'entre nous
n'y voyaient que du feu

épouvantée à l'idée d'être une croix sur l'un de nos carnets
la pluie se mettait à l'abri dans les cours obscures
avec l'agilité qu'ont les liquides

le remue-ménage permanent de la ville
menaçait cependant la minutie des relevés

même la nuit
mobiles et sonores
d'infatigables lumières transportaient qui voulait

à l'aube il n'était pas rare
échauffé par tout ce tintamarre
qu'un trottoir se rue sur un passant

le dimanche
saisissant les citadins aux pieds
les chemins à la campagne
tentaient désespérément de les retenir


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
14/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un poème à l'humour tendre. Décalé. J'aime cette personnification parfaite des choses. J'aime leur vie, à la fois étrange et simple. Une vie sociale qui n'a rien de paisible, mais qui n'a rien d'agressif. Juste une frénésie.

Toute vie: chemin, pluie, portes, enfants, passants, l'étrange narrateur avec son carnet..sont utilisés pour se mêler en une parfaite fusion.

Vous m'avez donné à voir un beau spectacle.

J'avoue avoir été un peu perturbée par le rythme. Les vers longs comme :

- "trouvant utile pour patienter de dénigrer les portes" - là j'ai dû intégrer des virgules invisibles pour assimiler l'essence de l'expression.

Un poème haut en couleurs, comme j'aime.
Merci pour ce tourbillon de la vie qui ne ressemble à aucun autre.

   Lulu   
17/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'aime beaucoup cette écriture pour sa sensibilité, laquelle me semble provenir d'une belle tonalité liée au rythme maîtrisé des vers libres. Le ton est donné et maintenu d'un bout à l'autre du poème. Si j'ai fait une lecture silencieuse, j'ai tout de même eu le sentiment d'entendre une voix, et cela me semble être, de ce point de vue, une belle réussite.

Ensuite, au-delà du ton, j'ai apprécié les images qui paraissent émerger de la ville et de la campagne, avec leurs originalités, comme la pluie qui était "épouvantée", ou bien "un trottoir se rue sur un passant", ou cette belle figure : "les plus frileux d'entre nous / n'y voyaient que du feu", l'adjectif "frileux s'opposant au nom "feu".

En définitive, comme l'appelle la première strophe, tout semble vivant, "les chemins à la campagne" "saisissant les citadins aux pieds"...

J'ai vraiment aimé la clarté de ce texte, sa fluidité, ainsi que ses images sensibles qui ne peuvent que me toucher.

   David   
31/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Fowltus,

Un drôle de poème, est-ce que cette ville est angélique ou maudite, je ne saurais pas trop dire. Le ton me rappelle un peu celui des romans de Boris Vian, "l'écume des jours" ou d'autres, mais en moins construit forcément, à l'échelle d'un poème. Il reste cette atmosphère entre deux tons, un peu de charme.

   Donaldo75   
4/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fowltus,

Le poème m'a intrigué dès le démarrage.
"un beau jour dans la ville
fut décidé de compter
tout ce qui vivait
de loin ou de près"

Le surréalisme auquel je suis sensible s'est rappelé à mon bon souvenir.
"nos petites langues posées sur le rebord des fenêtres
engluèrent les insectes"

Le côté kafkaien est arrivé, en quelques vers.
"un registre à la main
trouvant utile pour patienter de dénigrer les portes
nous les condamnions par le fait nouveau
que toutes dévoraient celui qui les poussait"

Je pourrais analyser ce poème strophe par strophe. Le fond m'a vraiment plu, la forme est dans l'esprit de tes autres poésies.

Bravo !

Donaldo

   BRH_CORP   
2/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Ce poème m'a beaucoup plu, autant pour l'intrigue qu'il recèle que par l'écriture elle-même.

BRH_CORP

   Eki   
12/4/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Lorsque tout s'impose sans s'imposer.
Mystérieux beau jour, profond comme une respiration, puissant comme une certitude d'enfant, construit tel un décor qui s'anime du petit désordre du monde.
Un chemin, début du voyage où l'infatigable langueur étreint la douceur de vivre.
C'est un vrai goûter de dimanche, ce poème !
Merci pour ce plaisir de lecture !

Eki joyeuse


Oniris Copyright © 2007-2018