Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
fugu : Une place au paradis
 Publié le 21/06/18  -  12 commentaires  -  635 caractères  -  223 lectures    Autres textes du même auteur

À l'origine, il y eut comme une promotion sur le Nutella...


Une place au paradis



Un déferlement humain
une masse
perdue
affolée
grouille et enfle
et prend appui
sur les uns sur les autres
sur l'horizon
prêt à céder
arrache
les derniers pans bleus
d'un ciel vétuste
prêt à craquer.
Les anges crachent
et savatent
à qui mieux mieux.
Tout le monde veut grimper
même si certains ont renoncé
ont préféré se pendre
à un dernier rayon de soleil
plutôt que tendre
vers la nuit.


Et bien loin de tout ça
Dieu se fait un café
la clope au bec
soufflant d'autres nébuleuses...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour,

je sais que vous allez me détester

et d'autre aussi mais votre dernière strophe

fait basculer votre texte dans ce que je déteste

il est de bon ton de dire Dieu est mort ou que sais-je

mais cette prise de position humoristique ne me convient pas

   Palrider   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Pas trop convaincu, ça m’a fait penser à ces gens qui se bousculent pour des pots de Nutella en promo...et Dieu, je ne l’immagine pas fumer et boire un café, je le vois plus jongler avec des baleines euphoriques...
Sinon, e fait de faire des lignes avec 1, 2, 3...ou 6 mots maxi donne un rythme que j’ai bien aimé...oups, je n’avais pas vu la présentation parlant du Nutella...ou alors de manière subliminale...
Avec une seconde lecture je note tout de même pas mal de belles images...

   papipoete   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour fugu
ça se bouscule au portillon du Paradis, comme si Dieu faisait une promotion sur " chambres d'hôte ", et tout le monde veut profiter de l'aubaine ! Et le " Patron " pendant ce temps-là s'en grille une petite ...
NB je souris un peu face à cette historiette ; en effet, on m'apprit au catéchisme qu'il y aurait beaucoup de prétendants, mais peu de reçus en cet Eden éternel ! encore heureux que si cette porte m'est ouverte un beau jour, je ne rencontre pas dans un salon Hitler ou le " peroxydé Donald ! "

   Palrider   
21/6/2018
Modéré : commentaire hors-charte (se référer au paragraphe 6 de la charte).

   Pouet   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

j'aime bien l'ensemble.

Notamment:

L'idée de prendre appui sur l'horizon.
L'idée d'arracher des pans d'un ciel vétuste.
L'idée des anges qui savatent.
L'idée de se pendre à un rayon de soleil.
L'idée d'un Dieu crapotant des nébuleuses.

Voilà. Sûrement un texte sur l'individualisme, l’égoïsme, le cynisme, la vacuité.

Un bon petit texte qui véhicule un propos, qui ne cherche pas à faire du beau pour faire de beau.

   Eccar   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Paradis là haut dans le ciel = gros cliché.
Dieu humanisé qui se fout de nous = autre gros cliché.
Bon, ce qui ressort de tout ça, c'est l'humour, les images sont claires, on dirait presque une caricature de chez Charlie.
Sinon, le message est un rien bof, pour ne pas dire beauf ( autre clin d’œil à la maison Charlie, que l'on est toujours en droit de pleurer, cela dit).
J'ai retenu: " le ciel vétuste prêt à craquer"," les anges savatent à qui mieux mieux".
Mais désolé de ne pas pouvoir adhérer davantage.

   Donaldo75   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour fugu,

J'ai beaucoup aimé ce poème.
Il est très graphique; le lecteur imagine de suite la situation mais aussi saisit l'évocation, les idées derrière les mots.

Un exemple flagrant:

"Tout le monde veut grimper
même si certains ont renoncé
ont préféré se pendre
à un dernier rayon de soleil
plutôt que tendre
vers la nuit."

Et j'aime beaucoup la fin:

"Et bien loin de tout ça
Dieu se fait un café
la clope au bec
soufflant d'autres nébuleuses…"

Dieu ne joue pas aux dés; il préfère se faire un café; l'idée me plait bien.

Bravo

Donaldo

   PIZZICATO   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Ca se bouscule au portillon ; chacun espère sa place. Les anges jouent le service de sécurité.
Les images employées sont très représentatives du tableau imaginé.

Et pendant ce temps là, Dieu reste cool et envisage déjà autre chose...

   Recanatese   
21/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

comme à mon habitude, je fais fi des commentaires précédents et je vous le dis tout net: J'ADORE! Il y a quelque chose de Brautigan dans l'humour grinçant de ce texte. C'est percutant, pertinent, inventif, inattendu, drôle et à la fois flippant.
"Chers êtres humains, votre plus grande erreur est peut-être bien de croire que vous êtes au centre de l'Univers..." c'est ce qui m'est venu à l'esprit en lisant les derniers vers. C'est peut-être idiot, vous me direz (ou pas).

Bravo à vous et merci

Recanatese

   jfmoods   
22/6/2018
I) Une folle convoitise

1) La quête du Graal

Par son prix soudain très modique, la pâte à tartiner devient l'objet d'une énorme rixe ("Un déferlement humain / une masse / perdue / affolée grouille et enfle / et prend appui / sur les uns sur les autres", "arrache", "Tout le monde veut grimper").

2) Un échec riche d'enseignements

Dans cette mêlée générale où les individus se prennent à partie, en viennent aux mains, la folie a parfois laissé place à la raison ("certains ont renoncé / ont préféré se pendre / à un dernier rayon de soleil / plutôt que tendre vers la nuit").

II) Le rire comme exorcisme

1) L'héroï-comique

Le contexte trivial de l'évocation, présenté par l'entête ("promotion sur le Nutella..."), est traité dans un style sublime qui suscite l'hilarité du lecteur ("sur l'horizon prêt à céder", "les derniers pans bleus d'un ciel vétuste prêt à craquer").

2) Le burlesque

Parallèlement, des figures sérieuses sont associées à un comportement vulgaire ("Les anges crachent et savatent à qui mieux mieux", "Et bien loin de tout ça / Dieu se fait un café / la clope au bec / soufflant d'autres nébuleuses...").

Merci pour ce partage !

   Robot   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En première lecture je ne comprenais pas le début du récit. Je n'ai vu l'intro qu'aprés avoir lu le poème. J'avoue que cela m'a permis une autre vision du texte.
J'ai apprécié les images, et le rythme qui a été donné par les vers courts à un récit qui fonctionne encore mieux à l'oral.

   Jocelyn   
26/6/2018
Mdr, super drôle le texte. Perso je l'adore. J'aime surtout les images choisies pour désigner l'état actuel ou plutot, ce qu'il en sera dans un futur proche, des relations entre l'homme et son environnement, lui-même confronté au choix de paniquer ou de prendre les choses telles qu'elles se présentent puisqu'ils n'y peut plus rien (mais est-ce vrai). de l'autre coté il y a la nature en détresse et l'inaction du divin. l'humour intervient quand-même assez bien pour cacher au fait la réelle tragédie qui s'y présente et pour ma part j'aime


Oniris Copyright © 2007-2018