Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : J'ai rendez-vous avec moi
 Publié le 02/10/15  -  26 commentaires  -  1918 caractères  -  660 lectures    Autres textes du même auteur

Parfois je me demande qui je suis. Je me pose cette question la tête à l’ombre et les pieds au soleil.


J'ai rendez-vous avec moi



Paroles : Gaston Ligny Leni
Musique, arrangement et chant : Yves Alba PIZZICATO

http://www.aht.li/2959142/Rdv_avec_moi.mp3
https://www.youtube.com/watch?v=n2dSandL1GQ


Connais-toi suggérait Socrate
Connais-toi j’y pense souvent
Je délaisse alors mes pénates
Pour remonter un peu le temps
Je revois ceux dont les empreintes
Ont nuancé en demi-teintes
Ce que je suis ce que je crois
Quand j’ai rendez-vous avec moi

Voici Tribun de la parlotte
Il n’avait rien rien dans sa hotte
Mais il promettait l’âge d’or
D’autres que moi y croient encore
En descendant des barricades
Comme un vieux slogan fatigué
J’ai le cœur à la Dérobade
Cette île que j’ai imaginée

J’attends une belle embellie
Je voudrais vivre en accalmie
Loin de ces vents qui font craquer
Craquer les digues sous nos pieds
À Dérobade loin d’ici
En bleu turquoise en bleu marine
Discrètement je clandestine
J’entends chanter les colibris

Socrate parlons des croyances
Ont-elles tant tant d’importance
Je te confie ma vérité
Je continue à la chercher
Socrate et le mot de la fin
Penses-tu que ce soit le doute
Pas sûr le doute en cours de route
Peut mettre de l’eau dans son vin

J’aime flirter en poésie
Quand elle parle de la vie
Quand elle écrit à cœur battant
Ce mot qui claque à bout portant
Quand elle parle de tristesse
En nous mettant le cœur en perce
Quand elle tarde à s’endormir
Quand elle tarde à s’endormir

À Dérobade loin d’ici
En bleu turquoise en bleu marine
Discrètement je clandestine
J’entends chanter les colibris


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
7/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J’aime flirter en poésie
Quand elle parle de la vie
Quand elle écrit à cœur battant
Ce mot qui claque à bout portant
Quand elle parle de tristesse
En nous mettant le cœur en perce
Quand elle tarde à s’endormir
Quand elle tarde à s’endormir

bonjour

comme vous savez parler au cœur

des poètes que j'espère nous sommes

vous vous parlez à vous même

de cette poésie qui chante si bien à nos oreilles

avec l'accent du nord

à cause d'un problème technique

malheureusement je n'ai pu écouter

j'ai adoré

   Hananke   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Comme d'habitude, un très beau texte porté par une très belle
musique.
Je me pose souvent la même question : comment croire encore
au Tribun de la parlotte et tous ces Pères Noel qui régulièrement
nous promettent un monde meilleur ??
Et toutes ces croyances qui ne font qu'ensanglanter le monde ?

J'adore ce texte désenchanté qui me remémore
mes propres interrogations.

   Vincendix   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je crois que Socrate apprécierait ce texte, peut-être aussi la musique, moi j'aime les deux. C'est limpide, sans chichis et parfaitement construit, tout ce qu'il faut pour me séduire. Se connaitre soi-même, c'est parfois compliqué, Vivre dans le calme, est-ce la solution pour être heureux? Je crois qu'il faut subir des moments difficiles pour apprécier les accalmies.

   Anonyme   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je ne suis pas poète, car je crois que pour être cela il faut savoir mettre en « rimes » riches les pensées qui souvent m’assaillent. Ce que vous faites à merveille.

Est-ce la musique qui accompagne vos mots prégnants en même temps que mon regard divague par la fenêtre sur les ocres de l’automne, une profonde mélancolie m’a saisie à la gorge ce matin.

Donner du « passionnément » alors que la tristesse m’emballe serait en quelque sorte l’encourager à persévérer dans ses frissons. Qu’en pensez-vous ?

Mais vos mots sont beaux et si vivants, alors…

EDIT : le "je clandestine" est magnifique !!!

   Pimpette   
29/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Tribun de la parlote...belle trouvaille qui donne le ton!

Leni, c'est celle là que je veux en MP3...elle réunit en mots et en notes toutes les qualités de vos créations... et un climat leniesque que je reconnais aisément...MERCI!

Passionnément sans hésitation

   papipoete   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour leni; comme à mon habitude, j'écris mon commentaire, puis j'écoute la chanson.
Les "tribuns de la parlotte" vont, de bord en bord selon l'état de la digue; ils promettent " l'âge d'or alors qu'ils n'ont rien dans leur hotte " et certains, qui ne connaissent pas encore l'air du boniment, les croient et descendent des barricades. Mais les slogans, les banderoles passent de main en main gauche, droite, centre, et vice et versa...Vieux de la vieille, nous nous lassons de ces "sets d'un pauvre ping-pong ".
Et l'on rêve à qui ne ment pas, tel le ciel qui flamboie; une mer qui reste turquoise quoiqu'il advienne, loin de la couleur de veste qu'on retourne au gré des humeurs de la plèbe; les "serinneurs" sont de vrais oiseaux tels colibris qu'on admire, qu'on écoute.
Notre "lédonien" Paul Emile Victor s'enamoura de sa "Dérobade" en arrivant à Bora-Bora; sur l'ile était un "tribun de la parlotte" appelé "hirindo-tahitica", volant à merveille, chantant pour le plaisir et accueillant en sa grotte des mélomanes ailés.
Vous auriez pu co-habiter avec cet explorateur, et évoquant Socrate, parler de poésie, et clandestinement tendre l'oreille aux colibris...

   Francis   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
L'arrière-saison de la vie est un moment propice pour un rendez-vous avec soi-même. C'est le temps des interrogations, le temps des demi teintes. On y est déjà passager clandestin. Quand le cœur reste jeune, on tarde à s'endormir. Texte et musique m'ont emmené sur l'île des colibris. Bravo et merci.

   Alexandre   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut les Artistes Associés ! Excellent... A l'inverse de Socrate qui ne laissa point d'écrits, vous resterez dans les mémoires à travers ces chansons pleines de bon sens et une fois encore parfaitement interprétée... J'ai, entre autre, retenu ce qui suit :

J’aime flirter en poésie
Quand elle parle de la vie
Quand elle écrit à cœur battant
Ce mot qui claque à bout portant
Quand elle parle de tristesse
En nous mettant le cœur en perce...

Mon cher Gaston, nous avons les mêmes goûts !
Merci les copains et à plus...

   Arielle   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
"En descendant des barricades
Comme un vieux slogan fatigué
J’ai le cœur à la Dérobade
Cette île que j’ai imaginée"

Je relève ces 4 vers mais j'aurais pu le faire pour l'ensemble de la chanson. Comme toujours, Gaston et Yves, vous avez touché juste avec tant de grâce que j'ai l'impression d'écouter le meilleur de vous-même et de votre oeuvre à chaque nouvel opus !

   Curwwod   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Cher Léni,
Tu sais ce que j'en pense : c'est sans doute par sa profondeur, sa sincérité et son ton désabusé un de tes tout meilleurs textes. Brillante idée que cette île de la Dérobade dont le nom évoque immanquablement la Désirade. De l'une à l'autre il y a toute une vie qui passe.
J'aime aussi beaucoup le titre qui n'est pas sans rappeler avec un ton plus grave le poème de Brassens "J'ai rendez-vous avec vous."
Ici on n'est pas dans le même registre et au portrait que tu brosses avec tant de talent, beaucoup de lecteurs se reconnaîtront pourvu qu'ils aient le courage de l'introspection.
Un grand bravo aussi au musicien qui a su mettre en relief avec force et poésie ce très beau texte.

   Automnale   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comment ne pas apprécier ce texte, cette mélodie, cette voix !

LE TEXTE
Je viens de l’imprimer, afin de souligner mes passages préférés. Et me voilà bien ennuyée car il y en a tant que je me demande lequel citer.

J’ai adhéré, c’est tellement bien dit, à :
- « Je revois ceux dont les empreintes/Ont nuancé en demi-teintes/Ce que je suis ce que je crois ».
- « Je voudrais vivre en accalmie/Loin de ces vents qui font craquer/Craquer les digues sous nos pieds ».
- « Je te confie ma vérité/Je continue à la chercher ».

Je n’ai pas résisté - mais qui le pourrait ? - au charme de :
- « J’ai le cœur à la Dérobade/Cette île que j’ai imaginée ».
- « J’aime flirter en poésie/Quand elle parle de la vie/Quand elle écrit à cœur battant…/Quand elle parle de tristesse/En nous mettant le cœur en perce ».
- « A Dérobade loin d’ici…/Discrètement je clandestine/J’entends chanter les colibris ».

J’en conviens, cela ne se fait pas de tout citer, ou presque… Mais c’est tellement beau, tellement bien écrit, que je ne puis m’empêcher.

LA PARTIE MUSICALE
J’ai bien écouté le grain de voix, très particulier. En vérité, je l’ai savouré.
J’ai pensé que Léo Ferré - en s’appropriant texte et musique - n’aurait pas mieux fait. C’est tellement magnifiquement chanté, avec tant de cœur, de justesse, de chaleur...
Et en tapotant actuellement sur le clavier de mon ordinateur, la mélodie trotte encore dans ma tête. Je me crois à La Dérobade… Comme c’est agréable !

Je réfléchis… Ces deux êtres aussi sympathiques que sont Leni et Pizzicato influencent peut-être mon appréciation… Pourrais-je me contenter d’aimer « Beaucoup, avec une flèche vers le haut » ? Mais non, ce serait injuste.

Gaston, Yves, lorsque vous partirez sur l’île des colibris, s’il vous plaît, emmenez-moi avec vous...

   Cristale   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Que pourrai-je ajouter à tout ce qui a été dit ? Et quand tout est bon, qu'il n'y a rien à jeter, à part s'extasier, se régaler, se délecter de vos paroles et de vos musiques, que dire de plus ?
Ce "je clandestine" est à tomber par terre !
Votre talent, à tous les deux, Leni et Pizzicato, est reconnu et indéniable.
C'est à moi de vous dire "chapeau" ! Mais d'un chapeau arc-en-ciel comme le sont vos textes et mélodies.
Maintenant j'ai rendez-vous avec moi :) alors je vous dis merci
et à bientôt.
Cristale

   Pieds-enVERS   
2/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir Leni

Faut croire que ce soir j'avais " rendez-vous avec vous " et cela m'aurait bien ennuyée de manquer CA !
Une première lecture en transversale ....car j'avais surtout envie d'écouter la vidéo ! Et là ,les yeux fermés j'ai écouté ...une jubilation ! j'étais en communion parfaite avec la musique , votre voix et le texte ....j'ai tout aimé , je vais manquer d'originalité en citant particulièrement

"J’aime flirter en poésie
Quand elle parle de la vie
Quand elle écrit à cœur battant
Ce mot qui claque à bout portant
Quand elle parle de tristesse
En nous mettant le cœur en perce
Quand elle tarde à s’endormir
Quand elle tarde à s’endormir" !!

Un plaisir ! bravo à vous deux ....j'en redemande

   funambule   
3/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Dès les premières lignes le décor (façon de dire) est planté ! C'est ce que j'aime dans un texte de chanson, y compris de ce calibre. Après ? on peut développer tranquillement, le lecteur/auditeur est capté. Une chanson, genre oblige, c'est l'art du raccourci, savoir donner à "l'autre pensée" pour qu'elle poursuive, extrapole, finisse d'embarquer. Les images sont fines, belles... et précises, d'une incontestable essence poétique tout en étant indéniablement (et toujours) une vraie chanson. Un objet rare mis en musique avec pertinence et humilité par Yves qui s'efface juste ce qu'il faut pour nous glisser les mots entre les oreilles, les porter à bout de voix. Ajoutons une belle musique, ni envahissante ni franchement effacée et quelque chose d'envoutant se dégage de cette franche réussite de nos deux complices... que je salue et félicite.

   madawaza   
3/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Leni
Que dire ?
Rien ! Tout a été écrit. Mais à présent, je me repais et j'écoute, en boucle, que vous avez eu un très beau rendez-vous, avec vous bien sûr, mais aussi avec PIZZICATO.
Il est des rencontres magnifiques.
J'aimerais beaucoup flirter en poésie.
Merci à tous les 2
A+

   Damy   
3/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Clandestiner à Dérobade sous le gazouillis des colibris... une poésie d'utopique évasion rendue vivante et concrète par la voix et la musique.
J'ai vraiment voyagé à vos côtés et dès que je me sentirai figé, je réécouterai.
Merci beaucoup, Gaston. Merci à Yves.

   Anonyme   
3/10/2015
Salut Gaston

A chaque opus tu nous fait le coup. Ou presque.
Il est encore meilleur que les précédents.

Celui-ci me semble le plus profond dans la réflexion sur soi-même. En général, ce type d'exercice est passablement ingrat. Mais sous ta plume il devient lumineux.
Et diablement poétique. On sent la patte du bon faiseur. Les formules jaillissent comme autant de fleurs au mois d'avril.

S'il ne fallait garder qu'un quatrain, pour moi, ce serait celui-ci
"À Dérobade loin d’ici
En bleu turquoise en bleu marine
Discrètement je clandestine
J’entends chanter les colibris"
tant il résume le personnage.

Merci Gaston
Et bravo à Yves qui a composé une mélodie à la mesure de ces paroles inspirées.
Respect les gars.

   ameliamo   
3/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quand mon âme est fatiguée, je vienne ici pour charger mes batteries, encore et encore. Quand je dis cela je dis tout. Les beaux mots, déjà, ils ont été dits par les autres. Un grand merci.

   emilia   
4/10/2015
Une très jolie composition qui marie avec élégance texte et musique en s’appuyant sur la profondeur d’une réflexion qui remonte à l’un des plus illustres penseurs de la philosophie, dans un cheminement de pensée très juste et qui parle à chacun, en s’impliquant personnellement avec simplicité (« Ce que je suis ce que je crois/Quand j’ai rendez-vous avec moi… » ), en quête de cette vérité que je continue à chercher, dans l’attente d’une embellie qui n’exclue pas cette pointe d’autodérision ( sur le doute pas sûr…), tout en nous transportant en poésie à travers ce refrain brillant qui donne au lecteur l’envie de partager avec le narrateur le chant des colibris sur son île clandestine, un petit nuage de bonheur en ces temps si tourmentés qui rappellent à la poésie toutes ses lettres de noblesse quand il s’agit « d’écrire à cœur battant ce mot qui claque à bout portant… » ; merci à tous les deux pour ce partage intense en force et en émotion…

   Anonyme   
4/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau texte. Dommage que mon ordi ne soit pas configuré pour écouter la musique qui va avec, mais ce n'est pas grave. Le texte est très recherché - comme je le disais -, les rimes sonnent bien et le tout "sonne" bien.

Socrate, sort de ce corps...

Bien à vous,

Wall-E

   cervantes   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'arrive après la bataille dans cette douce île de la Dérobade.
Comme tous, je suis conquis, musique et parole, magnifique.
Les commentaires ne servent plus de rien, le mien encore moins, écoutons vos paroles...

   Siana   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comment dans un texte aussi parfait pourrais-je prétendre relever quelques vers qui m'ont plu plus que d'autres? Au fur et à mesure de ma lecture je suis de plus en plus séduite.
Quant à la musique... un smoking n'habillerait pas mieux ces mots !
Toutes mes félicitations pour cette belle coopération.

   Anonyme   
29/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Merci pour ce poème dont le chant est gracieux à mes oreilles et dont les images parlent aux gens qui aiment la poésie..

   leni   
10/11/2015
mmrs les Modérateurs MERCI Ce lien permet de joindre la chanson dont Yves Alba a modifié le Mix

http://www.aht.li/2769698/Rdv_avec_moi_-_2.mp3

   corbivan   
11/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

je me rends compte que j’avais oublié de commenter cette belle chanson à la fois enjouée et profonde. Une vraie réussite.
Voilà c'est court mais c'est fait.

Bravo à vous deux.

Et à vous réécouter ensemble ou séparément.

C.

   Marie-Ange   
12/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je flâne enfin dans les couloirs d'Oniris, mais quel bonheur, je ne boude pas mon plaisir, je vais de merveilles en merveilles, et je m'attarde à des écoutes qui me font vibrer de la tête aux pieds. J'adresse mes mille bravos de "satisfaction" à cette œuvre géniale, un véritable plaisir à écouter, et réécouter.


Oniris Copyright © 2007-2017