Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : La rosée à la main
 Publié le 15/12/15  -  19 commentaires  -  1674 caractères  -  284 lectures    Autres textes du même auteur

Il lui offrait des fleurs, maintenant il vit seul en arrière-saison. Des souvenirs planent sur son passé et parfois le taraudent.


La rosée à la main



Paroles : Gaston Ligny Leni
Musique, arrangement et chant : Yves Alba PIZZICATO
http://www.aht.li/2788794/La_rosee_a_la_main.mp3



La rosée à la main il cueillait l’églantine
Il aimait lui offrir par un matin frileux
La rosée à la main il cueillait l’églantine
Pour un sourire tendre et un regard si bleu
Maintenant il vit seul en arrière-saison
À la traîne des jours avec quelques peut-être
Il regarde les gens passer sous sa fenêtre
Il invente leur vie et leur qu’en dira-t-on

En prenant le chemin qui les menait aux cimes
Il est parti revoir revoir le Point Sublime
Et ce chemin qui grimpe est très peu fréquenté
Ils y croisaient parfois quelques vieux sangliers
Ce vent qui vient du nord prend le froid des glaciers
Il gèle à Point Sublime à la Saint-Jean d’été
Il vient de les revoir ces oiseux grands deltas
Ils décollaient d’ici vers Saint Martin d’en bas

Ce sont ces oiseaux-là qu’ils aimaient regarder
Flirter avec le vent descendre et remonter
Contourner la falaise et faire signe aux copains
En caressant l’azur d’un revers de la main
Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent
Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent


La rosée à la main il cueillait l’églantine
Il aimait lui offrir par un matin frileux
La rosée à la main il cueillait l’églantine
Pour un sourire tendre et un regard si bleu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
26/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
comme c'est touchant, et frais à la fois; le héros se souvient maintenant qu'il est seul, de l'églantine qu'il aimait lui offrir, la rosée à la main.
Il est retourné sur le chemin où ils allaient tous-deux, mai au " point sublime ", le froid le glace et les plaisirs d'avec elle, le taraudent maintenant.
Une complainte plus qu'une chanson avec des vers sublimes, tels ceux de la dernière strophe!

   bipol   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
La rosée à la main il cueillait l’églantine
Il aimait lui offrir par un matin frileux
La rosée à la main il cueillait l’églantine
Pour un sourire tendre et un regard si bleu

bonjour

je ne suis pas spécialiste

de la poésie classique

mais je me demande

si votre texte ne pourrait pas être publié dans la rubrique classique

tant votre poésie est bien faite

avec de très belles images

votre texte est très atachant

j'ai adoré

   cervantes   
16/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème nostalgique et touchant qui génère une douce émotion.

J'aime moins le manque de ponctuation qui heureusement ne pénalise pas trop le sens des vers.
Certaines répétitions ne se justifient pas à mon avis, en particulier ces vers :
Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent

Je remplacerais ce vers
Et ce chemin qui grimpe est très peu fréquenté
par
Par ce chemin qui grimpe et très peu fréquenté

Surtout je corrigerais le vers
Contourner la falaise et faire signe aux copains
qui fait 13 pieds et qui dénote dans la musicalité des autres.

De très beaux alexandrins par contre (qui me rappelle un peu le dernier disque de H Salvador)
Maintenant il vit seul en arrière-saison
A la traine des jours avec quelques peut-être

Ce vent qui vient du Nord prend le froid des glaciers

Ce sont ces oiseaux là qu’ils aimaient regarder
Flirter avec le vent descendre et remonter

Oui votre poésie est très belle. Elle pourrait être magnifique.

PS : je retire mon appréciation sur la répétition après écoute de la chanson et modifie en conséquence mon appréciation chaleureuse..évidemment...

   Vincendix   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C’est toujours un plaisir de lire et d’entendre, l’un ne va pas sans l’autre, un texte signé Leni.

Celui-ci est dans la continuité, un sujet touchant où la nostalgie est omniprésente, l’églantine est une fleur fragile et éphémère, un bon choix.

Cet homme vit en arrière-saison, il n’attend plus rien de la vie et seuls ses souvenirs lui tiennent compagnie.

La mélodie et la voix de Pizziicato conviennent parfaitement au texte, bravo à tous les deux.

   Pimpette   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
"Il vient de les revoir ces oiseux grands deltas
Ils décollaient d’ici vers Saint Martin d’en bas

Ce sont ces oiseaux-là qu’ils aimaient regarder
Flirter avec le vent descendre et remonter
Contourner la falaise et faire signe aux copains"

Un vrai choc en te lisant
e car le moindre de ces mots là conviennent à nos oiseaux ici!
ET à nos falaises!

le tout à lire et écouter avec bonheur malgré la nostalgie qui est toujours la même
je t'embrasse

   Francis   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une mélancolie teintée de bleu, aux senteurs d'églantine. Des souvenirs qui planent dans la mémoire comme ces oiseaux qui caressent l'azur. Le temps n'a pas effacé ces jours heureux gardés précieusement au fond du cœur. Un texte qui me charme par sa douceur, sa nostalgie, son écriture.

   Hananke   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Une ballade musicale, ce matin, qui nous replonge dans l'ère
fleur bleue des années 70.
Un très beau vers me semble ressortir de l'ensemble :

En caressant l’azur d’un revers de la main

Cette fois je préfère peut-être plus le texte que la musique
et l'interprétation.
Mais un ensemble qui tient la route et la partition comme d'habitude.

   Arielle   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vivre en arrière-saison avec ses souvenirs et beaucoup de tendresse, tout un art qu'il est difficile de pratiquer sans aigreurs !
Leni, tu es un sage dont toutes les leçons sont bonnes à prendre. La rosée à la main, celle-ci est délectable, Yves y ajoutant une grande douceur, merci à vous deux.

   Anonyme   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Gaston, salut Yves ! Une très belle mélodie emplie de nostalgie, un texte qui ne m'a pas laissé insensible et dont j'ai relevé, entres autres, ces deux vers ...

Maintenant il vit seul en arrière-saison
À la traîne des jours avec quelques peut-être...

L'interprétation d'Yves est à la hauteur des paroles de son complice, j'ai cité le célèbre Gaston Ligny qui, mine de rien, maitrise parfaitement l'alexandrin pour notre plus grand plaisir !
Bravo à tous les deux...

   wancyrs   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tout en finesse frangin !
Un autre de tes textes qui est majestueusement mis en musique par Pizzicato ; vous formez un excellent duo. L'émotion est bien véhiculé ici, par ces vers qui chacun créé une image distincte, pour que mises ensemble le film du souvenir se dessine. Mes deux vers préférés sont :

Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent

C'est une question que je me suis souvent posé, sans réponse ; peut-être est-ce mieux ainsi, pour que le souvenir garde toujours sa beauté

Merci pour le texte et l'interprétation !

Wan.

   Anonyme   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai d'abord voulu isoler ce qui me paraît le plus poétiquement chouette, et finalement j'en gardais tant que l'exercice n'a aucun intérêt...mention spéciale toutefois pour les vers suivants :
"La rosée à la main il cueillait l’églantine"
et
"Ce vent qui vient du nord prend le froid des glaciers
Il gèle à Point Sublime à la Saint-Jean d’été
Il vient de les revoir ces oiseux grands deltas
Ils décollaient d’ici vers Saint Martin d’en bas"

Bravo les artistes.
c.

   Robot   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très beau texte poétique allié à une musique emplie d'émotion. De très beaux vers cités par d'autres com. Encore une belle réussite de votre travail commun.

   Anonyme   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tout est harmonieux, laissant après écoute, de bien belles sensations très touchantes, d'une vie de tendresse, peuplées d'images magnifiques, très beau partage que vous nous offrez.

   madawaza   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour LENI
Au fur et à mesure de vos écrits, je découvre la poésie. Et je découvre aussi que je peux aimer la poésie avec du rythme et du fond.
Je ne vous demanderai pas mon chemin mais j'essaierai de vous suivre de loin, la rosée à la main...
Merci Gaston.

PS Vous pouvez entendre la musique de Eric vers la fin des commentaires de "vache de conquête"
A+

   Automnale   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comme c’est beau ! Ah, ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais médire des textes de Léni et de la mise en musique de Pizzicato ! Il faudra encore attendre un peu !

LE TEXTE

Il convient de le lire plusieurs fois pour dénicher les petits trésors éparpillés ici et là…

J’ai aimé et retenu :
- Il vit seul en arrière-saison/A la traîne des jours avec quelques peut-être (joli)
- Il regarde les gens passer sous sa fenêtre/Il invente leur vie et leur qu’en dira-t-on (touchant).
- Il gèle à Point-Sublime à la Saint-Jean d’été (poétique).
- Il vient de les revoir ces oiseaux grands deltas/Ils décollaient d’ici vers Saint-Martin d’en bas (musical).
- Ce sont ces oiseaux-là qu’ils aimaient regarder/Flirter avec le vent, descendre et remonter (très visuel).
- Des plaisirs enfantins planent sur le passé/Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent (mélancolique à souhait).

Ce texte magnifique fleure la simplicité, l’authenticité, la sensibilité, la poésie, l'originalité de l'auteur... Léni, à n’en pas douter, est un grand parolier. Il sait toucher le cœur des femmes… (et des hommes sans aucun doute).


MUSIQUE ET INTERPRETATION

J’ai bien écouté… Et c’est délicieux… Je m’attache de plus en plus à ce timbre de voix ô combien particulier… Je détecte, dans l’interprétation remarquable de Pizzicato, de la gentillesse, de la douceur, de la tendresse… La voix est juste, la mélodie, que l’on retient, est très agréable, recherchée. C’est tout simplement du grand Art. Et, comme d’habitude, je reste admirative, sous le charme.


En lisant, en écoutant, Gaston et Yves, j’ai l’impression de les connaître depuis toujours, de faire partie de leur famille. Bien sûr, en écrivant ceci, j’ai bien conscience que je me flatte… Mais bon ! Ils me pardonneront…

Je voudrais ajouter que ma grande amie Barbara aurait pu s’octroyer cette sublime chanson. Evoquant la belle dame brune, je ne puis trouver meilleur compliment... Mais je pense aussi à Maurice Fanon...

   Cristale   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Léni,

Je crois vous avoir dit récemment, et même il y a très peu de temps, qu'il devait être difficile de mettre en musique un texte en dodécasyllabes mais que, connaissant vos talents, à vous et ceux de Pizzicato, j'imaginais que rien ne vous était impossible...et bien en voici la preuve encore une fois !

J'ai écouté la voix, la musique en lisant le texte et je suis enchantée.
C'est doux, ça coule, c'est beau, on les voit voler ces oiseaux.

Des vers superbes, entre autres :
"Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent"

Bravo et merci à vous deux pour ce plaisir partagé !

Cristale

   funambule   
16/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Les tiroirs sont pleins de nostalgies et la commode à Leni a mille tiroirs ! Ou comment décliner sans jamais emprunter le même sentier cet étrange sentiment, si puissant et si doux à la fois. Comme souvent j'ai l'impression d'entrer à pas feutrés dans un livre, riche et délicat, tant de choses dites et plus encore suggérées. Un régal ! Et qui d'autre, qui sait mieux que Yves découper une délicate dentelle sur la portée, y poser sa voix complice et nous tenir la main. Une réussite absolue !

   Anonyme   
16/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
...

   Curwwod   
22/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Léni,
Je viens bien tardivement de lire l'évocation de ce pélerinage du vieil homme en jeunesse et en amour. J'y ai retrouvé des thèmes qui te sont chers et que je partage. Cette grande douceur, cette grande fraîcheur avec laquelle tu fais voyager ton personnage dans son passé et à travers les paysages familiers que tu connais si bien, cachent avec pudeur une blessure dont on ne guérit pas : cet ulcère du temps qui passe et qui grignote les chairs et le coeur. Que reste-t-il ? l"amer plaisir de revivre en pensée les émois, les tendresses révolues. C'est un texte très doux et très mélancolique soutenu par une mélodie harmonieuse et parfaitement adaptée au propos.
"Des plaisirs enfantins planent sur le passé
Allez savoir pourquoi un jour ils vous taraudent..."

Encore de la bien belle ouvrage! Bravo à vous deux.


Oniris Copyright © 2007-2018