Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Le voile de Chine
 Publié le 29/01/13  -  14 commentaires  -  1736 caractères  -  232 lectures    Autres textes du même auteur

Chanson de cabaret…


Le voile de Chine



http://www.aht.li/2894598/le_voile_de_chine_definitif.mp3
Musique et chant : Pierre CTB


Je suis le voile de Chine pensionnaire du bordel.
De mon p’tit aquarium, je zieute autour de moi.
Il est cuit celui-là cuit à la mirabelle,
Il se prend pour César il en veut aux Gaulois.
Madame propose qu’il monte avec la Cléopâtre
Mais elle prend son temps trop de temps Cléopâtre.
Alors Madame s’énerve elle dit time is money,
Je lui réponds of course dans mon plus bel anglais.

De mon p’tit aquarium, je zieute autour de moi.
Je suis le voile de Chine.

Moi j’aime bien Madame j’aime ses filles aussi,
J’écoute les confidences j’entends des balivernes.
Celui qui vient d’monter avec une belle souris
C’est l’cocu d’la Baronne il a l’passé en berne.
Redescendu sur terre le cocu d’la Baronne
Rajuste son nœud pap il est plus que parfait.
Le bordel va fermer cette rumeur étonne,
Étonne la Baronne et son vieux lord anglais.

De mon p’tit aquarium, je zieute autour de moi.
Je suis le voile de Chine.

Depuis longtemps déjà on a taillé la zone,
La clef est sous la porte Madame a fait son temps.
C’est triste pour le cocu le cocu d’la Baronne.
Madame m’a expliqué : on tapine autrement.
Pensionnaire du bordel j’étais le voile de Chine,
J’avais un excellent un excellent karma.
J’espérais revenir un jour en Marilyn
Au service de Madame mais c’est râpé pour moi.

J’espérais revenir un jour en Marilyn
Au service de Madame mais c’est râpé pour moi.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pimpette   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est tordant et bien écrit!

Je connais très bien ce poisson exotique qui semble, en effet, entouré d'un voile léger qui virevolte autour de lui quand il se déplace (genre Loïs Fuller mais je dois esquinter son nom?)...

L'idée de ce poisson qui fait la chronique du bordel et relate les cancans de la maison est très marrante!!

On n'a pas de musique?

Hélas la maison ferme et comme disait un humoriste de l'époque:
"Comme c'est triste tous ces volets ouverts!'

Belle fin hautement sentimentale:

Pensionnaire du bordel j’étais le voile de Chine,
J’avais un excellent un excellent karma.
J’espérais revenir un jour en Marilyn
Au service de Madame mais c’est râpé pour moi

   brabant   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Léni,


Merci à Pimpette pour le "voile de Chine" dont je ne connaissais pas le nom mais que je visualise assez bien :)

Ben oui Léni, vie et mort d'une maison close à thème. Cette chanson m'a furieusement fait penser au One Two Two, tout juste post Belle Epoque et fermé en raison de la stupidité de Marthe Richard. Je suis allé rechercher le bouquin de Fabienne Jamet (propos recueillis) chez Orban dans le doux enfer de ma bibliothèque. J'ai sous les yeux "Il était un petit navire... pour Cythère" puis "Les Indes galantes". Il y a quelques photos de chambres... Mais oui ! On pouvait faire le tour du monde dans ce lieu d'enchantement ! D'ailleurs il y avait aussi la chambre égyptienne avec Cléopâtre ! 'Hé mon Léni ;-)
Foutue Marthe Richard qui a amené le tapin dans la rue où il fait frisquet et où on attrape des maladies sous les porches !

Délicieuse chanson délicieusement Entre-Deux Guerres ! Reste à la mettre en musique... A diffuser sous le manteau.

Avec le voile de Chine discrétion assurée !

lol ;-))

   Anonyme   
29/1/2013
Commentaire modéré

   fugace   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quoi de plus silencieux qu'un poisson dans un aquarium?
Les confidences de ce voile de chine, qu'on image évoluant lentement, qui voit tout, entend tout, sont pleine d'humour.
Un peu triste puisque le bordel va fermer.
Mais les "filles" ont grand coeur: il y en aura bien une pour adopter ce compagnon silencieux.
J'ai beaucoup aimé les descriptions un peu "distanciées" du monde qui évolue autour de l'aquarium.

   Alexandre   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut leni... Dommage que ça ne soit pas mis en musique mais j'espère que ce n'est que partie remise... car tel que ça se présente ça me semble incomplet...
Tout d'abord j'ai découvert (ou redécouvert, je n'en sais rien) ce voile de Chine dans un environnement ô combien particulier, il fallait y penser...
Ensuite lui donner la parole est une excellente idée quant on sait que le poisson en général, même chinois d'origine, n'est pas très loquace... sauf le tien !
Reste qu'après ses confidences aquatiques il met définitivement les voiles sans qu'on sache vraiment ce qu'il devient.
J'espère pouvoir écouter un jour prochain ce texte interprêté par son créateur car c'est un texte de chanson difficile à évaluer hors musique.
Je lui colle un bien+ en attendant la suite musicale qui devrait valoir bien mieux... Merci leni

   bipol   
29/1/2013
Commentaire modéré

   Anonyme   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Il fallait quand même la trouver cette idée ! Un poisson dans son aquarium; silencieux ( et pour cause..) témoin des évolutions de ces Dames.
Il est vrai que le choix ne leur était pas proposé hihi. Pour exemple un mec complètement paf qui se prend pour César. Manque de pot, il en est une qui se prénomme Cléopâtre, la pauvre !
Et le cocu de la baronne. Il est donc baron! mazette, une clientèle high society. Inhabituel, n'est-il pas ? !...
Mais bon, les temps changent aussi. Des plafonds et murs drapés on est passé au siège de voiture. Ce n'est plus ce que c'était , mon bon monsieur !
Peut être qu'une Marylin réapparâitra un jour . Bravo Leni

Bravo Leni

   Anonyme   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je connaissais la « Danse des sept voiles » de Salomé, mais là j’avoue que la danse du Voile de Chine, sinistrement absent de mon répertoire des poissons rouges, n’est pas mal non plus. D’ailleurs, une petite musique orientale par-dessus l’aurait fait tortiller des écailles fessières avec une sensualité bordélique.
Ce qui me plaît moins Leni, c’est que tu racontes ma vie… :)

Bon, je te laisse, j’ai deux trotteuses sur le macadam.
Ludi

   bipol   
17/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est une bien belle idée ce poisson en bocal

On aurai pu imaginer un perroquet...

Mais ce regard silencieux un peu comme une caméra de surveillance

De ces lupanars d’antan nous permet par son oeil objectif de remonter le temps

avec la musique c'est extra

Le froid du trottoir a remplacé malheureusement la chaleur du texte de Leni

   funambule   
29/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La diagonale improbable (et parfaite) entre le tableau et la chanson ou toute l'originalité d'un style prenant soin de doser les "argos", les scénar's et une certaine idée du visuel sans grand souci des conventions mais dans une vraie démarche littéraire. Le détail incongru, inattendu brode toute la poésie de ce qui sans doute se défendrait d'en être. J'adorerais entendre ce texte "interprété", "gouaillé" sans aucun souci autre que le plaisir d'habiter la richesse des tournures, loin même de la finesse sous-jacent (et sans message réel) véhiculée. QUI?

Merci!

   Cristale   
1/2/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Après cette lecture, je vais me méfier de mon poisson rouge...

J'aime ce texte bien construit d'une écriture dense et fluide à la fois, et beaucoup d'élégance dans l'évocation de ces Dames.

Le travail sur les rimes est soigné, la cadence est soutenue jusqu'à la fin.

C'est aussi élégant que ce voile de chine, poisson très sympathique.

Je le vois bien en Marilyn effectivement, c'est une jolie comparaison.

A chanter, succès assuré!

   David   
3/2/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Leni,

C'est le nom d'un poisson, le "voile de Chine", j'ai dû faire quelques lectures en l'imaginant comme une tentures d’alcôves... J'ai trouvé la chanson fluide, les propos assez entrainant par eux-mêmes, par des effets de répétitions autour de la césure comme "cuit celui-là cuit", "son temps trop de temps", et quelques autres qu'on remarque par l'absence de ponctuation. Elle n'est pas très cohérente je trouve, au-delà de ces cas de répétitions musicales, comme par exemple en comparant ces deux vers :

"De mon p’tit aquarium, je zieute autour de moi."
"Alors Madame s’énerve elle dit time is money,"

Une fois, la virgule est logiquement en place, l'autre elle n'apparait pas sans que ce soit un cas comparable à ce vers par exemple :

"C’est triste pour le cocu le cocu d’la Baronne."

Où je peux imaginer que la virgule disparait pour faire ressortir la répétition.

J'aime bien ce personnage en tout cas, ce "témoin muet" qui en dit long sur ce qu'il se passe autour de lui, ça rebondit peut-être sur les rêves d'être une "petite souris" pour surprendre tous les secrets du monde.

   Mona79   
7/2/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mignon comme tout ce petit poisson si élégant, fureteur et curieux mais... chut ! il sait garder les secrets, plus silencieux il n'y a pas ! Le cocu de la baronne n'a pas à s'en faire ce n'est pas le poisson qui dira à la dame où va se consoler son cher baron ! lol !

J'aime bien la fin : la transformation du petit poisson ondulant de la croupe en Marilyn, c'est une image très parlante.

Pour faire chanter les mots, il ne reste plus qu'à trouver des notes légères comme... un voile de Chine.

   Anonyme   
26/5/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un régal ! Des trouvailles en chapelet, comme ce « passé en berne » et le « plus que parfait »… qui mériterait d’être proposé à l’Académie (ou à l’Office québécois de la langue française), comme alternative à l’anglicisme « has been ».

   Marie-Ange   
17/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Tiens, tiens je suis passée à côté, bien m'en a pris.

Écrit savoureux, génial, mais quelle bien belle idée, très subtilen us voilà à partager les états d'âme de "Voile de Chine," comme il le voit le monde qui l'entoure, il y a toujours dans vos textes, ce que j'apprécie tout particulièrement, vos mots parlent avec le cœur, vous êtes attentifs à votre prochain, et sans jugement pour lui.

Comme je n'ai plus trop de superlatifs pour parler de vos écrits, je me tais, je retourne réécouter cette composition de qualité.

Mille BRAVOS à tous les deux. Vous nous comblez toujours par des écoutes de très bonnes factures.

   PIZZICATO   
17/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte débordant de subtilité avec cette façon particulière à Gaston Ligny de dire les choses sans les dire.

Pierre a su trouver une musique et interprétation qui épousent parfaitement le texte et laissent couler les mots.

Belle réalisation mes amis.


Oniris Copyright © 2007-2018