Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Quidam sur le divan du psy
 Publié le 09/04/19  -  13 commentaires  -  1495 caractères  -  180 lectures    Autres textes du même auteur

Quidam, un comédien laissé tombé par sa groupie, consulte un psy car il cafarde. Vont-ils se rabibocher ?


Quidam sur le divan du psy



https://www.aht.li/3360848/Quidam-2.mp3
Paroles : Gaston Ligny leni
Musique et Chant : Yves Alba PIZZICATTO


Quidam sur le divan du psy
Dit ma vie cafarde aujourd’hui
Je viens de perdre ma groupie
Une jolie fleur d’Eurasie
Elle venait venait me voir
Sur scène presque tous les soirs
J’aimais ses yeux ses yeux bridés
Sans un mot elle m’a quitté


Monsieur le psy pour oublier
Cette groupie qui m’a plaqué
Connaissez-vous une recette
Qui vaut mieux que cette anisette
Maintenant que j’en suis accro
Mon ardoise attend au bistrot
Ma pièce est quasi terminée
Son titre : elle a les yeux bridés

Dans une chambre mansardée
Sur une scène improvisée
Quidam joue devant son miroir
L’Eurasienne est venue le voir
Elle est côté côté jardin
Le psy la salue de la main
Tous deux s’écrient bravo l’artiste
Quel comédien quel scénariste

Ce soir ce soir c’est la première
J’entre en scène avec un trac fou
Mon cœur bat chamade en galère
Et je ne vois ne vois que vous

Écoutez le quidam vous dire
La tendresse et le désamour
Écoutez ses éclats de rire
En chantant baisse l’abat-jour
Entendez bien le grand silence
De ceux qui sont rabibochés
Rien n’est jamais perdu d’avance
Laissons du temps au sablier


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
21/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Pourquoi est-il si difficile de se laisser prendre à cette histoire ?

On peut dire que le thème manque d'originalité: allez voir un psy parce qu'une jolie fille vous a largué... D'autant que le ton est badin "Connaissez- vous une recette Qui vaut mieux que cette anisette".

Sur la forme on remarque sans comprendre des répétitions peu évocatrices "Et je ne vois ne vois que vous".

Le final semble s'adresser autant au lecteur qu'à l'auteur: "Rien n’est jamais perdu d’avance Laissons du temps au sablier".

A vous relire ?

   bipol   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour les compères

je garde tout, voilà c'est ça une chanson

un petit film et hop tout y est

les décors, l'histoire, la mise en scène

et surtout surtout la musique

c'est beau comme du Renoir

un de mes films préférés Un dimanche à la campagne

merci mes amis

   Hananke   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est une belle complainte que ce rendez-vous chez le psy.
Bonne mélodie et musique qui me rappellent la valse chinoise de je
ne sais plus qui.
Rien n'est perdu d'avance, effectivement.

Bonne écoute d'un après-midi.

   senglar   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Salut leni,
Beaucoup d'humour dans ta chanson, de dérision, de rigolade, et beaucoup de malice dans l'interprétation de Pizzicato sur une musique vivifiante qui donne envie de se trémousser en frétillant des hanches sur un pas de deux.

Je me suis dit : "Té ! Revoilà le sablier !" à la fin de la chanson, un sablier qui rabiboche alors que généralement il indique que c'est cuit ;) c'est chouette !
L'anisette pour suppléer à l'abandon d'une Eurasienne, t'étais pas prête de l'oublier dis-donc :D

Euh ! Tu m' feras connaître ton psy, moi c'est pour une Africaine que je désespère, elle veut que je tatoue mes cuisses de poulet qu'elle dit en rigolant sinon elle repart dans son Eden. J'ai peur, je suis douillet. M'en vais chercher un sablier.


Bravo à toi, à vous ! Merci pour cette chanson à deux !
(l'adresse de ton psy si te plaît leni...) lol


senglar

   papipoete   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour leni
" qu'est-ce qui vous amène mon brave ?
- mon coeur est fendu, lézardé
- dites-m'en plus !
- mon eurasienne, elle est partie ! ma seule groupie !
- allons, allons, nous allons arranger ça ! "
Et le jour de la première, comme devant son miroir, il joue mais sa Belle est là... voyez comme il joue, il éblouit la salle ; elle est revenue, le temps de quelques grains au sablier .
NB une chanson aigre-douce où l'acteur noie sa peine dans l'anisette, et va même se confier au psy ( je les déteste ! ) qui sympa celui-là semble avoir une baguette magique et fait réapparaître la Belle évaporée, alors que son amant était en plein tourment !
Mais le dernier couplet montre un si grand bonheur...le héros rit jaune et entendez-vous ce grand silence ?
Je suis un peu perplexe face à cette ritournelle, où l'on voudrait rire, surtout que Pizzi met de l'entrain à ces refrains !
Un " psy " reconverti en cheffe de service très zélée, m'envoya sur les " terres " du " psy es Lexomyl " aussi, ce terme est pour moi honni ;
Mais comme à son habitude, Monsieur de Charleroi nous montre avec celui d'Yves, tout son talent !

   BlaseSaintLuc   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le thème n'est pas "triporteur" , un quidam perdant sa dame ... De Coeur, ça coule un peu à pic au cercle des gigolos.
La pièce coté cours ne récolte pas tant d'amours et coté jardin ça par en friche (mais c'est souvent avec la mauvaise herbe un peu sèche et jaunie )
Il faut tout le talent ,voir tout le léni sortis de sa lampe pour que cette histoire plaise un peu .

   Cristale   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est trop joli comme disent les petits, encore une voix que j'adore et un auteur que je n'apprécie pas moins. Et voilà nos deux compères complices qui s'amusent à nous charmer en nous contant la belle Eurasienne envolée et le pauvre comédien (ou chanteur ?) alcoolisé pour cause de désespoir sur le divan d'un psy....mais l'histoire finit bien :) Ouf !
Merci à vous les artistes, vous êtes l'un de mes bouquets chantants préféré.

Cristale

   Vincente   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sujet grave s'il en est, ce détestable cafard qui nous mange le plaisir à même le cœur !

Mais l'auteur ne s'en laisse pas conter, il l'annihile par un délicieux assortiment de légèreté, de dérision, et d'optimisme. Légèreté très appropriée du ton de la chanson, une danse décidée, sautillante comme une bourrée, et des paroles toutes simples avec des images amusantes et sans prétentions. Dérision qui affiche une consultation improbable chez un psy pour résoudre un cas de figure bien singulier. Et optimisme, car il faut être bien positif pour avoir imaginée une telle histoire pour signifier une morale somme toute assez banale "Rien n’est jamais perdu d’avance / Laissons du temps au sablier". Ce temps qu'on laisse au sablier qui justement avance inexorablement, voilà qui est tout à la fois logique et intriguant...

L'ensemble narre une saynète insolite de façon amusante. C'est vrai que cette troisième strophe jette un trouble qui aurait pu être contre-productif, car y naît un doute : est-ce un fantasme qui se joue au miroir ou est-ce ce côté jardin où la groupie est déjà en chemin ? En fait, ce doute est bénéfique, comme s'il catalysait l'advenue sympathique du "rabibochage" attendu. Le brin de surréalisme qui domine le poème donne une résultante aussi étonnante que réjouissante.

   Davide   
10/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'adore ! Ce texte plein de fantaisie regorge d'humour tendre.
Quel régal que cette petite valse printanière où semblent tourner, tourner et tourner encore Quidam et sa jolie fleur d'Eurasie...
Belle idée que ces accents asiatiques sur les deux derniers vers des 2e et 5e couplets et sur le pont musical (4e couplet) !

Quel superbe duo !
Merci leni ! Merci PIZZICATO !
Continuez à nous enchanter !

Davide,
qui en est à sa 8e écoute, au moins

   Hiraeth   
10/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que cette chanson est agréable à écouter ! De l'humour, de la simplicité, de la tendresse, une situation cocasse où s'inverse le rapport entre artiste et groupie, le tout délivré par un rythme maîtrisé. Le genre de la chanson populaire excuse facilement le cliché qui caractérise la groupie ("une jolie fleur d'Eurasie") et fait d'elle un prétexte plus que le centre de l'attention.

Merci pour ce texte.

   emilia   
11/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une chansonnette entraînante pour oublier que « la vie cafarde aujourd’hui » et que le meilleur remède sera de retrouver sa « groupie « préférée : « Une jolie fleur d’Eurasie » pour laisser voguer l’imaginaire et son parfum exotique… ; encore un sympathique duo pour des amis fidèles au rendez-vous…

   STEPHANIE90   
11/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Leni et Pizzicato,

encore une belle balade mais japonisante. J'avais l'impression de voir leurs danseurs sur scène sous les cerisiers en fleurs. C'est de saison, les jardins sont en fleurs et il s'y cache peut-être une belle fleur d'Eurasie.

Merci à vous 2 pour ce beau moment,
StéphaNIe

   Donaldo75   
14/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Leni,

Rien à dire, tu sais raconter une histoire et la mettre en chanson. La musique aux accents japonais va bien avec l'ensemble. Cependant, c'est surtout le texte que je retiens, il coule tout seul, tranquillement, et peut se lire sans la musique - ce que j'ai fait dans les premières lectures - tout en sachant que c'est une chanson.

Merci pour le partage,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2019