Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
BernardG : Sahara
 Publié le 09/10/19  -  9 commentaires  -  754 caractères  -  128 lectures    Autres textes du même auteur

Une randonnée de quinze jours au Maroc en partant de Zagora vers les grandes dunes de Merzouga.


Sahara



La méharée progressait laissant la gravière,
Il nous restait encore tant de regs et ergs
Pour trouver les Sahraouis et bleus Touaregs,
Rois d'un monde lunaire noyé de lumière,

L'âme fascinée devenait aventurière,
En longues files nous parcourions les talwegs,
Les vénérables anciens savaient par le legs
Le secret sillon de la piste chamelière,

Au soir venu sous d'étranges cieux étoilés,
Pauvres tout petits grains de quartz éparpillés
C'est au son du rabab que venait notre songe ;

J'ai pris ta force brute, dorée Merzouga,
L'erg Chebbi escaladé comme un beau combat
Puis la khaïma quand le corps lassé s'allonge.

Hamadas et dunes, la Nostalgie me ronge…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
26/9/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Désolé mais ce sonnet? ne peut en aucune façon entrer dans la catégorie classique ni même neo-classique ( peut être en contemporain).
On y relève des problèmes systématiques de césure, de nombreux hiatus qui accrochent vraiment à la lecture, quelques vers bancales ( v1, v3 ......) faute de syntaxe dans le premier tercet, ponctuation approximative .......

L’idée était bonne. Pourquoi ne pas décrire un petit trek touristique dans le désert marocain, mais aussi pourquoi avoir voulu placer tous les mots arabes entendus pendant le séjour?
À mon avis, peut être sévère , ce sujet intéressant aurait mérité plus d’application pour être recevable.
Je regrette.
En EL
Lebarde

   bipol   
9/10/2019
Bonjour

je suis désolé vraiment

trop de mots ont brisé ma lecture

je ne ressens pas la poésie comme cela

mais je ne note pas car vous la ressentez

sûrement ainsi aucune porte s'est ouverte à mes yeux

   PIZZICATO   
9/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Beaucoup de termes, certes, spécifiques à cet endroit - Sahara- mais qui à mon sens nuisent à la poésie et encombrent quelque peu la relation de cette randonnée.

Mon avis reste assez mitigé.

   papipoete   
9/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour BernardG
Le désert immense se refermait derrière nous, alors que la méharée semblait suivre une route toute tracée ! Pas le moindre repaire, que du sable et le caillou des regs immaculé...
NB un poème initiatique où " le secret sillon de la piste chamelière " est bien là, comme tracé par une charrue invisible...
Une page d'encyclopédie que nous ouvrons là, tant bien des mots illustrent ce moment saharien !
Des hiatus et " e " sonores parsèment votre poème comme " grains de quartz éparpillés "...

   Corto   
9/10/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
La démarche de ce poème n'est guère convaincante. On nous montre le désert vu par un touriste de passage.

J'aurais aimé tout au contraire, trouver une découverte vraie des peuples et des ambiances de ces lieux.

D'ailleurs un autre auteur a su faire il y a peu un bijou de poésie de cette manière.

On reste donc ici particulièrement extérieur à l'essentiel.

Le final est significatif "la Nostalgie me ronge…"...

   ANIMAL   
9/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
On sent dans ce poème quelque chose de grandiose, la respiration du désert, sa chaleur oppressante et ses secrets, mais ce n’est pas exprimé de manière harmonieuse. Toute cette beauté, ce respect que ressent le voyageur pour ce pays de sables sont comme anesthésiés par un vocabulaire local trop présent, qui semble un parcours imposé et dont les consonances dures cassent l’ambiance et le rythme.

C’est dommage car il y a de très beaux vers comme :

« Le secret sillon de la piste chamelière »
« Au soir venu sous d’étranges cieux étoilés
Pauvres tout petits grains de quartz éparpillés »

A l’auteur de voir s’il a envie de revisiter son poème en le rendant plus fluide pour emporter le lecteur dans son Sahara.

   troupi   
10/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Le désert m'est toujours apparu comme minimaliste, néanmoins fascinant.
Votre poème est beaucoup trop bavard et habité pour être envoûtant.
Vous avez appris des mots que vous nous restituez et je peux comprendre votre envie de partager mais ce faisant vous êtes passé à coté du message délivré par le désert et vous nous adressez un message des hommes qui traversent un désert.
Je ne pense pas que ce soit la meilleure façon de parler du désert.
Ceci dit il y a dans votre texte de très belles images et tous ceux qui ont eu la chance de faire une incursion dans ces lieux peuvent comprendre les sentiments que vous avez éprouvés.

   Donaldo75   
10/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour BernardG,

J'ai bien aimé le rythme de ce poème qui convient à l'idée que je me fais du désert et particulièrement de celui-ci que je n'ai jamais vu autrement que dans des reportages. Les termes locaux rendent la visite encore plus authentique et ne sonnent pas comme un catalogue de l'office du tourisme. Et ça, c'est également une réussite.

Merci pour le voyage et surtout le dépaysement.

Donaldo

   krish   
11/10/2019
Le Sahara est tellement vaste et abrite tellement de peuples et de paysages divers ! Trop de repères spatiaux ne réduisent-ils pas l'infini des paysages qui se passent de frontières ? Au fond, les noms ont-ils vraiment autant d'importance, si ce n'est pour entretenir une "nostalgie" ? J'ai lu ce poème comme qui visionnerait des photos de vacances d'un copain. Je serais content pour lui, et..? Néanmoins, je comprends parfaitement que le désert donne envie d'écrire.


Oniris Copyright © 2007-2019