Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
eskisse : Liseur invisible
 Publié le 01/03/19  -  10 commentaires  -  644 caractères  -  201 lectures    Autres textes du même auteur


Liseur invisible



Liseur invisible, paisible
impassible meneur de présence
se cache
dans les plis du silence

Délassé de mes mots,
en mes mots délaissés
inscrit son plus haut désir

Liseur invisible, l’indicible
coule par nos encriers
en rhapsodie lente
harmonie violente

Liseur invisible, sensible,
son œil de caresse
frôle le fil dentelé
des lettres follement percutées

Liseur intangible
infrangible lueur d’espérance
effleure à outrance
les grains de nos pages

Et pleure
de chagrins de papier
en aveux mordorés


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   chVlu   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
j'ai apprécié cette monographie du lecteur et j'ai regretté que certains effets ne soient pas tenus tout du long :

le rythme des vers sauf "se cache" qui m'a paru aride

la structure à 4 vers par strophe débutant par liseur. Pourquoi celà n'est pas le cas à la 2éme strophe? Je sais ce que j' y perdu et n'aie pas perçu ce que ça voulait me dire. Pour la strophe finale le changement vient naturellement et ne me chagrine pas.

parfois surgissent des rimes sans que j'ai pu sentir ce qu'elles voulaient souligner.

Le follement percutées ne parait trop sage pour être fou.

J'ai goutté les sensations antipodes qui se mêlent pour une générer d'autres.
" en rhapsodie lente
harmonie violente "
"infrangible lueur d’espérance
effleure à outrance"

J'ai senti une idée qui mérite d'être encore rudoyée pour mieux briller., un fil à étirer pour entrer en résonance.

   Corto   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Si ce poème voulait faire vivre sous nos yeux un lecteur, je ne crois pas que le but soit atteint.

Beaucoup de formules ne reculent pas devant la facilité: "Délassé de mes mots, en mes mots délaissés" ou "Liseur invisible, l’indicible
coule par nos encriers".

Tout cela pour finir "en aveux mordorés".

Non merci.

   Vincente   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le titre m'a séduit, la première strophe m'a semblé intéressante, prometteuse. Les deux vers suivants m'ont caressé dans le sens du poils (j'aime les jeux d’assonances et d'allitérations,...), par contre le suivant "inscrit son plus haut désir " m'a en quelque sorte ramené sur terre par son envolée lyrique. Passant d'une évocation intimiste de la relation entre le lecteur et son auteur, on est passé dans le champ sirupeux de la grandiloquence. D'autres accès, plus ou moins sensiblement décalés, se dévoileront également ("harmonie violente" - "des lettres follement percutées" - "effleure à outrance" - "en aveux mordorés").

Mais j'ai bien aimé ce liseur invisible plutôt que lecteur, ce sous-entendu qui signale la quête et l'appropriation potentielle du texte par le lecteur. Aussi j'ai bien aimé cette qualification "impassible meneur de présence" et puis "l’œil de caresse" - "l'infrangible lueur" - "le fil dentelé des lettres".

En final, un ensemble prometteur avec beaucoup de choses intéressantes mais d'autres plus discutables. Une régulation s'avère pour moi nécessaire pour homogénéiser ce poème, dans le champ émotionnel comme dans le formel pour que la scansion en soit plus aisée.

   papipoete   
1/3/2019
bonjour eskisse
Le liseur, comme on dit au Québec, porte ses yeux sur le papier, et écrit ce que son esprit lui suggère...et sa plume obéit comme sa voix, sans un mot, semblant écouter Pierrot.
NB votre poème, que j'interprète de façon très prosaïque, contient sûrement moult subtilités, dont je ne parviens pas à ouvrir les clés .
" the reader " avec Kate Winslet m'était plus accessible, avec son jeune amant qui lui faisait la lecture !
Désolé, mais vos vers pour moi sont trop subtils !

   senglar   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour eskisse,


Où 'l'écrivant' imagine 'le lisant' le lisant et s'offre une belle tran/se/che de mast... , d'autosatisfaction, de jouissance intime.

"oeil de caresse.../ effleure à outrance.../ aveux mordorés"

Sensuel.

Il n'y a pas de mal à se faire du bien.


senglar Liseur complice.

   Davide   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour eskisse,

Suis-je ce liseur invisible, paisible, impassible, intangible... derrière son écran ? Peut-être bien, si j'ai saisi le propos du poème.
J'aime les images de cette strophe :
"Liseur invisible, sensible,
son œil de caresse
frôle le fil dentelé
des lettres follement percutées"
En effet, ces images sont évocatrices... pour ma part, elles me renvoient à mon passé de lecteur, à une époque où je lisais beaucoup de livres.

Mais, je comprends moins bien le reste du poème. C'est trop confus, trop vague pour moi.
Il y a beaucoup d'images qui n'ont pas réussi à me toucher et à m'emporter dans leur "sillage onirique".
Elles m'ont laissé les regarder de loin devant mon ordinateur.

Et ça m'a frustré, beaucoup.
Parce que l'écriture est soignée, parce que quelque chose de beau, de très beau même, comme un "potentiel expressif", semble prisonnier de ce texte...

Merci pour le partage,

Davide

   hersen   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime assez le narrateur, un écrivain, qui décrit son lecteur lisant.

Une occupation silencieuse, pour entrer dans les mots de l'auteur, qui n'a que les mots pour dire l'indicible. Et le lecteur va se laisser emporter, par sa sensibilité, et peut-être aura une larme, de papier, en refermant le livre sur le mot fin.

Je trouve ce poème fort bien écrit, un peu atone, ce qui convient tout à fait à la place du narrateur, en retrait par rapport au lecteur en action.

Je sens bien que chaque mot a été pesé avant d'être posé, pas de décorum, simplement comme une réalité très poétiquement écrite.

Et du coup, je lis une mise en abyme de ma propre action de lire, en temps réel :) (mais je n'ai pas pleuré... :))

Merci pour cette lecture !

   PIZZICATO   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Je crois comprendre, pour l'idée générale, que le poète, en écrivant, pense au " liseur " qui va se pencher sur son texte ; et il imagine ce qu'il peut ressentir.
" Liseur invisible, paisible
impassible meneur de présence
se cache
dans les plis du silence "

" Liseur invisible, sensible,
son œil de caresse
frôle le fil dentelé
des lettres follement percutées "


" Et pleure
de chagrins de papier
en aveux mordorés " Je n'ai pas su interpréter ces vers.

   VictorO   
1/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié le thème du poème et les images qui s'en dégagent. Le liseur est invisible pour l'auteur et ce dernier ne peut jamais savoir comment on va s'approprier son texte.

   eskisse   
9/3/2019


Oniris Copyright © 2007-2019