Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : À l'ombre d'un doute
 Publié le 07/06/14  -  27 commentaires  -  1249 caractères  -  523 lectures    Autres textes du même auteur

Le doute est le fruit de la réflexion.


À l'ombre d'un doute



Paroles : Gaston Ligny
Musique et Chant : Yves Alba

http://www.aht.li/2800069/lombre_dun_doute2.mp3



Je priais sainte Cécile je priais sainte Rita
C’était le temps béni de mes alléluias
Mais j’ai perdu la foi délaissant mon rosaire,
Oubliant mes Ave oubliant mes Pater.

Je crois je crois encore en mon ange gardien,
À la force des choses, au p’tit bonheur la chance,
À la bonne fortune, à des rêves en partance,
À la force de l’âge, aux lignes de la main.

L’au-delà dites-moi c’est au-delà de quoi ?
Je perds la tramontane car à l’ombre d’un doute
Mes vérités d’hier ne tiennent plus la route.
Perdu en cours de route, je suis seul avec moi.

Mon âme est buissonnière, elle marque d’une croix :
Une larme de joie, un sourire du dimanche,
Un bouquet de jonquilles, un regard bleu pervenche,
Un madras des Antilles et un mea culpa.

Demain je mets le cap sur l’île de Prosodie,
J’écrirai des chansons pour les fous de Bassan.
Quand le vent soufflera ma dernière bougie,
Des fous diront peut-être : il avait du talent.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   RB   
19/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour, (je n'ai pas écouté la chanson, je ne commente que le texte)

La première strophe (un peu hennuyère ?) est-elle vraiment nécessaire ?
Bon dieu, oserais-je dire, les poètes se tourmenteront-ils plus que d'autres et encore longtemps avec les dieux, les mythologies, les "Ò" incantatoires ?

Les autres strophes m'emportent littéralement. Constats. Honnêtes. Lucides.
Bien écrits, avec cette sobriété qui touche. Avec cette fluidité "socratique" qui vous conduit où l'auteur vous fait penser que "oui c'est comme cela"... sourires, mea culpa, réussites, chagrins, regrets mais vie encore tant que...

Juste, juste... "il avait du talent", revenir à son propre bilan, oui, mais était-ce, ici, nécessaire ?

   Arielle   
28/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bien joli credo que celui qui s'adresse au p'tit bonheur la chance !
Cette âme buissonnière, sans l'ombre d'un doute, est bourrée de talent et je suis l'un des plus fidèles membres de sa secte.

   bipol   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
j'ai lu et écouté

c'est la moindre des choses pour une chanson (un minimum de respect pour le travail d'un artiste)

et ie trouve le résultat exceptionnel

le texte tourne rond comme du Brassens

et la musique lui va comme un gant

bravo à vous deux

   widjet   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Plutôt bien écrit et musique à l'avenant.
Quelques répétitions certes (route, fous...) et perso, à l'oreille, je préfère les rimes croisées (A,B,A,B), mais ça m'a plutôt plu dans l'ensemble.

W

   Hananke   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est la première fois que je m'aventure en la catégorie et
ma foi, je ne suis pas déçu, c'est bien joli.
J'aime bien la musique et les paroles
mais on ne peut déguster l'une sans l'autre.

Un seul mot : Bravo !

   Anonyme   
7/6/2014
Salut Léni

Brassens avait perdu la tramontane en perdant Margot,
tu la perds de trop te prendre la tête et d'être seul avec toi

Mais nul besoin de savoir où est la polaire pour mettre le cap sur l'île de Prosodie et y chanter pour les fous de Bassan

Je n'attendrai pas que le vent souffle ta dernière bougie
pas fou
c'est tout de suite que je te dis
Gaston
tu as du talent
et pas qu'un peu

Merci Léni et bravo à Yves Alba pour sa mélodie guillerette

   Pimpette   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
A mon avis, il n'y a pas l'ombre d'un doute, c'est du très bon Leni!
C'est affreux d'être le dernier commentateur car les autres disent tout avant soi et souvent mieux!

Je me sens comme Arielle de ta famille...
Comblée par tes mots, ta musique et celle d'Alba...tes sujets tellement humains...
Disons que c'est ici que je me retrouve le mieux moi même:

L’au-delà dites-moi c’est au-delà de quoi ?
Je perds la tramontane car à l’ombre d’un doute
Mes vérités d’hier ne tiennent plus la route.
Perdu en cours de route, je suis seul avec moi.

EXACTEMENT!!!

   Alexandre   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Gaston... Non, ça ne fait pas l'ombre d'un doute, tu as du talent et cette mélodie joliment interprétée par ton complice Yves est là pour le prouver s'il en était encore besoin...
Je remarque que la plupart de tes textes sont écrits en alexandrins, que les rimes sont présentes et je comprends mieux ton départ vers l'île de Prosodie...
Bon vent ami Gaston, encore merci à vous deux et le bonjour aux fous de Bassan !

   HELLIAN   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est enlevé, gai avec ce soupçon de nostalgie qui contribue à la profondeur, et cette verve qui donne au poème ce piquant bon enfant qui est ta signature. J'ai aussi apprécié le fond qui sans en avoir l'air (et c'est heureux comme ça) donne un petit parfum de sagesse à l'ensemble : Forgeons notre spiritualité à l'ombre de notre doute, sur l'enclume de l'art et de la poésie.

Le talent, le tien, c'est la sagesse qui rencontre l'humour.

   Lulu   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je n'ai écouté que la musicalité de vos mots, et j'ai adoré ce joli pied de nez au doute, chanté allègrement. C'est vraiment très poétique ; oui, vous avez du talent. Au présent...
Bravo pour la composition. C'est un régal, frais et léger.

   Francis   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Lu avec un réel plaisir provoqué par la musicalité, le zeste d'humour empreint de nostalgie. Je suis admiratif !

   Anonyme   
7/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Leni,

Après mon philosophe pour les nuls, tu deviens mon poète pour les nuls. On savait que tu t’embarrassais assez peu de la régularité des rimes. Ici, l’apprenti poète aura droit à une révision complète des rimes plates, embrassées ou croisées.
Ce qui est extraordinaire avec toi, c’est que ça passe comme une lettre à la poste. Une chose est sûre, je vais plus me creuser le popotin à fréquenter les classiques moribonds. Je vais juste embaucher deux trois musiciens et me faire plaisir à philosopher sous une tonnelle ou à roucouler au grand air comme un fou de bassan. Bien sûr, il faudra que tu me souffles des idées, et puis des mots, parce que les tiens, je les maîtrise pas.

Merci, Leni, je vais pas attendre ta dernière bougie pour te dire que t’as du talent. Je laisse ça aux marbriers. Moi, c’est tout de suite que je veux le dire, pour que tu continues à nous régaler avec ta petite musique et tes petites courbettes à la vie. Parce que tu l’aimes, la vie, hein, dis-moi ?

Salue ton pote Yves Alba (alias Pizzicato) qui donne tant de volume à tes battements de cœur.

Ludi
fou de bassan et de Leni

   fugace   
8/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je vais faire du plagiat de Brassens: "Tout est bon, y'a rien à jeter!".
C'est très bon. Comme toujours, avec légèreté, belle philosophie de vie. "Je crois encore à des rêves en partance": l'espoir, la force de vie ne peuvent pas être mieux exprimées. Et puis, "l'au-delà dites-moi c'est au-delà de quoi?", autant ne pas se poser cette question puisque "perdu en cours de route, je suis seul avec moi".
Dis, Leni, à l'ombre d'un doute, on va à la rencontre des fous de Bassan. Nous sommes pas fous pour voir et ressentir que tu as un vrai talent, un grand talent.
Merci à Yves qui comprend lui aussi à la perfection tes paroles et sait mettre la musique qui colle parfaitement.

   Damy   
9/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bravo !
Je me suis régalé tant au texte qu'à l'accompagnement bien chaloupé.
Juste un petit truc. Il est écrit;
"J’écrirai des chansons pour les fous de Bassan."
Alors qu'il est chanté:
"J'écrirai des poèmes..."
Avec "poèmes" on comprends mieux le terme "Prosodie".
Bien à toi, leni, j'en redemande !

   troupi   
9/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Léni. Qu'est-ce que je pourrais bien rajouter à ce concert d'éloges qui précède mon commentaire ?
J'étais absent depuis trois jours ce qui explique mon passage tardif, je vais quand-même te dire qu'une fois encore je me suis régalé à écouter Yves chanter un de tes textes. Je suis comme tout le monde, j'attends le prochain avec impatience. A bientôt camarade !

   Cat   
10/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour l’Ami,

Je ne suis pas en situation d’écouter (je le ferai plus tard, pour encore plus d’émotions) mais déjà tes mots chantent à mes oreilles les couleurs de la vie.

Je suis une parmi les fous, de Bassan où d’ailleurs, qui se laissent griser par les vers pleins de petits bonheurs, surtout lorsqu'ils sont dits avec des accents si poignants.

Merci Gaston, Merci Yves, pour le partage sans qui nous ne sommes rien.

Cat

   chVlu   
10/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Une boucle suavement orchestrée sur la fonction saine des doutes, voilà ce qui m'est naturellement venu par vos paroles.
J'ai, apprécié d'un clin d’œil admiratif la légèreté du poète qui joue avec la technique et, remarqué l'apogée en rime interne.
Après avoir fondé mon opinion, j'ai lu les autres commentaires et me voilà en proie aux doutes....Deux petites choses me troublent et nul autre ne signale.
- Je suis en peine avec le mea-culpa, lui cherchant, à l'instar de ces camarades, un compagnon, un miroir, ou un faire-valoir..... je ne sais le voir. Il n'est point, point nécessaire, ou est il une figure, de style ?, à mes sens invisibles ?
-j'ai trébuché sur la répétition et me suis noyé dans l'au-delà. Mais ici encore un doute plane. A cet heurt, je suis sans le son, n'ayant pas d’accès au bruit. Alors l'aventure est incomplète, personne soulignant ce nid de poule sur le chemin champêtre et buissonnier, me dis que l'air, de rien, la réponse, surement, est dans la chanson.

En fin j'ai, lu au vigneron la part des anges, à l'auteur sa part des doutes et, vu un D.S, probable, renvoyant à un segno, éludé, sous le titre.

   funambule   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La vie ne semble être une grande aventure, la seule, unique et vraie aventure... et puis on en revient comme on revient de tout. Fallait pas y aller ais-je envie de dire, sauf que personne n'a rien demandé. J'aime le parfum de ces mots qui racontent tellement de choses non dites à travers le voile poreux de la désillusion; j'aime le (presque) joyeux bras d'honneur à cette vie qui file et finit par détricoter chaque maille, cet espoir intime aussi de laisser une petite trace en arrière, juste parce que sainte Rita et les alléluias on vécus.

Yves s'est saisi du fil pour l'agiter sur la gamme non sans une complice jubilation, et il donne l'impression de jongler avec tout ça pour exorciser la pensée de l'inéluctable, faire de ces mots une ode à l'instant présent... et tant pis si demain existe, amusons-nous de ce demain en chantant le jour. J'aime ce cocktail ! Il me semble (Yves) un peu haut sur le dernier couplet. Salutations aux vieux complices, poursuivez!

   Iloa   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Leni.
J'ai trouvé que votre texte avait une belle musicalité. Celle que je me suis faite est très entraînante, joyeuse. Et pourtant, quand je lis vos mots, je perçois une forme de tristesse.
J'ai adoré lire:
"L'au-delà dites moi c'est au delà de quoi ? "
Et puis, je me suis trouvée un peu déçue car je pensais que vous alliez développer un peu votre questionnement.
Et puis, j'ai réalisé à la fin que le sujet n'était pas là mais bien dans le questionnement sur votre talent.
Bref, il aura fallu que je lise la dernière phrase pour être très touchée .
:-)

   Robot   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un poème de qualité, une superbe musique, une alliance artistique de toute beauté. Au delà des mots, on se laisse porter par cette mélodie qui vient enrichir le voyage porteuse des doutes et des espoirs du poète.

   Ioledane   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le doute après la foi ... Belle errance de cette âme buissonnière, qui commence étriquée dans les prières (la première strophe étant la moins 'riche' à mes yeux) pour s'ouvrir sur une confiance plus incertaine, plus hésitante, mais aussi plus créatrice.
"L’au-delà dites-moi c’est au-delà de quoi ?", un questionnement bien formulé et chantant.
Un petit regret pour la répétition de "route" aux vers 11 et 12, qui ne s'imposait pas.
Pour le reste, c'est très bien tissé comme d'habitude, et j'aime beaucoup le titre.

   leni   
29/6/2014
Nous dédions cette chanson à notre ami virtuel Brabant Senglar
Leni PIzzicato

Merci Mrs les Modérateurs

   Cox   
6/7/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Grosse, grosse impression.
J'ai écouté avant de lire et je ne peux tout à fait apprécier le texte pour lui même en oubliant son côté musical.
Il y avait des accents du vieux tonton georges là-dedans, et vue mon admiration pour le bonhomme, c'est un gros compliment, croyez-moi. Je me désespère que des chansons aussi délicieuses que celles-ci neconnaissent pas la renommée qu'elles mériteraient.

Mes félicitations !

   margueritec   
6/7/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Leni

Merci pour cette belle chanson qui sonne bien aux oreilles et au cœur.
J'aime bien votre façon de jouer avec le registre de la religion au service de la vraie vie.

Bravo aussi pour le dernier couplet.
Encore merci.

   Anonyme   
9/7/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'aime beaucoup ce mélange de style ("Ave", "Alléluias"... vs "au p'tit bonheur la chance"), les expressions se mélangent joliment, la chanson les sublime.

   leni   
30/9/2015
Noomiz a fait faillite et a supprimé cette chanson
Nous avons rétabli un nouveau lie que voici

http://www.aht.li/2741513/Lombre_dn_doute__Ligny_Alba1.mp3

MERCI MERCI MRS LES MODERATEURS
Leni PIZZICATO

   Marie-Ange   
14/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Allez, je fais partie des fous, et je dis bien haut et fort, vous avez du talent, et je n'oublie pas Yves, vous formez un duo créateur, et enchanteur.

J'adore "L’au-delà dites-moi c’est au-delà de quoi ?"


Oniris Copyright © 2007-2018