Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : L'oiseau bleu
 Publié le 03/02/12  -  11 commentaires  -  1306 caractères  -  278 lectures    Autres textes du même auteur

Un regard surréaliste.


L'oiseau bleu



http://www.aht.li/2801256/LOiseau_bleu1.mp3

Il peint des fleurs et des oiseaux
Naïf comme le douanier Rousseau
Sa planque est dans une clairière
De sa forêt imaginaire
Il vient de peindre un colibri
Mais il a forcé sur le bleu
C’est ainsi que ce colibri
A plutôt l’air d’un oiseau bleu

Il vient de peindre un hibiscus
Et une rose de porcelaine
Ça n’a pas l’air d’un hibiscus
Ni d’une rose de porcelaine
Non ce sont des roses trémières
Dit en passant un colibri
Ce peintre n’est rien qu’un faussaire
Mais doit-on croire ce colibri

Il vient de peindre en trompe-l’œil
Une cage sur le tronc d’un palmier
De cette cage en un clin d’œil
Un oiseau vient de s’envoler
C’est l’oiseau bleu c’est l’oiseau bleu
Ce peintre n’est rien qu’un faussaire
Dans sa forêt imaginaire
La cage n’a qu’un barreau sur deux

Le tableau porte un nom : mirage
Il appartient à un émir
C’est un bien joli nom : mirage
Je suis heureux dit cet émir
Il vient d’y peindre les deux faucons
Qu’il emmenait à toutes ses chasses
Le tableau porte une dédicace
Mais on ne peut lire le nom


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   funambule   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La plume est sûre et la structure (ou le "cadre") implacable; la simplicité des octains monolithe, figure cette toile ou ces toiles qui semblent) seulement dédiées aux couleurs; à les faire parler à travrs "d'évoquantes" formes. Oui, le pays des ces mots est "couleurs" peut-être qu'avant de penser au peintre naïf, impressionniste ou surréaliste, on visualise cette part d'enfance restée que nous aurons retrouvés penchés sur l'épaule d'un bambin apprivoisant hardiment les formes. Pourtant... il se passe des choses autour... même si tout revient au tableau; on à l'impression vague d'une histoire contée.

Le sujet est très original en "chanson" et il conserve l'accessibilité du genre tout en emportant complètement le lecteur que je suis au pays de l'imaginaire.

Un joli tour de force littéraire!

   pieralun   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte au combien coloré qui fonctionne comme un conte pour les enfants; adapté à la musique.
Beaucoup d'imagination et de fraîcheur; il y a indéniablement de la poésie.
Quelques petites erreurs de rythme, elles sont minimes mais comptent si l'on imagine le poème en musique: par exemple:

- lisez à haute voix: "Et une rose de porcelaine" dans la strophe en enlevant le "et" , remplacez le "ce" du vers 16 par "un"..... j'ai le sentiment, c'est personnel, que ça tourne mieux.

J'aime beaucoup, mais alors beaucoup la 3eme strophe, et plus particulièrement: "Dans sa forêt imaginaire
La cage n’a qu’un barreau sur deux" ....bravo vraiment: c'est imaginatif et très poétique.

J'ai moins aimé la 4eme strophe.
Merci Léni pour ce texte; il apporte de la couleur et de la bonne humeur dans un contexte ou la grisaille s'impose au sens propre comme au sens figuré.

   Charivari   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour.
Alors évidemment j'ai pensé à Prévert et son "pour faire le portrait d'un oiseau", et puis éventuellement à des peintures de Magritte (et pas beaucoup au Douanier Rousseau à vrai dire). Il y a un côté (faussement) naïf dans ce texte, enfantin, dans le bon sens du terme, qui m'a vraiment plu. J'ai beaucoup aimé la cage qui n'a qu'un barreau sur deux, et puis cette fin un peu énigmatique, avec cette dédicace indéchiffrable.

Par contre je regrette, parfois sur certains vers, des consonnes qui s'agglutinent et empêchent une prononciation claire, aérienne. Par exemple au lieu de "ros'de porcelaine", pourquoi pas "rose en" qui coule beaucoup mieux, ou bien "naïf comme", "une cag'sur", "peindr'les deux faucons"... Le poème aurait gagné, je pense, avec un peu plus de soucis des sonorités.

   garedunord   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup les deux premières strophe. Ca tourne bien, le côté enfantin à la Prévert, il y a une chute (le faux colibri peut-il dire la vérité), c'est concis. La troisième veut nous embrouiller un peu plus, mais c'est moins percuttant, ça se dillue. Mais après je vois plus l'intérêt, peut-être que j'ai pas compris le pourquoi de la fin.

   Anonyme   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
beau texte, des images plein les yeux, une sorte de comptine.
à mon humble avis la dernière strophe est de trop, en particulier l'émir.

   brabant   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Léni,


Cette chanson m'a fait penser aux tableaux de Magritte où les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être de prime abord, où les jeux du trompe l'oeil qui les rendent bien présentes les font cependant glisser dans d'autres mondes.

Cette chanson très poétique renvoie à de merveilleux imaginaires subrepticement maladroits et colorés, elle m'a entraîné dans une sorte de ronde, un tourbillon subtilement enchanté.

Merci pour cette fraîcheur et cette spontanéité !


ps : je reverrais néanmoins : "à toutes ses chasses" qui n'est pas dans la musique générale de ce que j'appellerais plutôt de la poésie libre qu'une chanson proprement dite, mais ce n'est que mon avis. :)

   Nachtzug   
8/2/2012
 a aimé ce texte 
Pas ↑
En fait, les deux dernières strophes sauvent le poème en lui donnant une profondeur, des étincelles, une finesse -en introduisant la polysémie, le clin do'eil, les sous-entendus. Car au fond, le reste demeure joli en étant passablement vide et répétitif.

   Anonyme   
10/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
très bon moment de lecture, juste la chute qui m'ennuie, n'ayant pas eu la clé au premier envol, thx flo

   leni   
23/5/2012
http://www.noomiz.com/gastonligny
chanson à l'écoute sur noomiz

Le denier couplet de l'oiseau leu a été réécrit en tenant compte des critiques c 'est cette version corrigée qui est chantée MERCI de m'avoir autorisé ce bref commentaire leni

   Pimpette   
6/6/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout pour plaire!
Cette simplicité qui donne une fraîcheur de comptine à l'ensemble, un bercement d'une strophe à l'autre, et une mise en musique qui m'a fait penser que Salvador aurait pu l'inscrire dans son répertoire avec ses chansons douces....
Je deviens accro à cette rubrique chansons et slam...à 80 balais...tellement j'y trouve de plaisir et j'espère...mais chut...être des vôtres un de ces jours!
Je m'y essaie en tout cas!

   Marie-Ange   
22/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Texte très très chantant, qui ne manque pas d'une certaine philosophie, tout en simplicité cependant, la musique est très dansante, et entraînante, un bon moment, cela met de la couleur dans le ciel gris, j'aime beaucoup "cette cage qui n'a qu'un barreau sur deux".


Oniris Copyright © 2007-2018