Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Lirian : Le point oublié [Sélection GL]
 Publié le 31/08/20  -  17 commentaires  -  642 caractères  -  247 lectures    Autres textes du même auteur


Le point oublié [Sélection GL]



ce chemin blessé
tombé dans un fossé
ne figure sur aucune carte
pas plus que les nuages paraissant végéter
à l'aplomb d'un point ridiculement petit

et pourtant
c'est là que nous vivons
dans cette maison qui tremble
parmi les arbres
poussée loin de la ville rassurante

ici nos yeux ont trouvé de la fraîcheur
les mousses sans appel
nous ont conduit vers les livres

nous avons appris un soir
que la lune pouvait sortir d'un panier tressé
oublié sur un muret
que les fleurs sont en fait
et seulement
le sourire décalé de la pluie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
31/8/2020
que les fleurs sont en fait
et seulement
le sourire décalé de la pluie
Ce sont ces vers qui m'ont décidée à commenter, parce que je les trouve d'une grande justesse et très poétiques en ce qu'ils expriment par un raccourci saisissant, décalé, une vérité universelle : la pluie aide à faire pousser les plantes.

Malheureusement, le reste du poème ne m'a pas du tout touchée ; je crois comprendre qu'il s'agit de l'installation à la campagne de citadins heureux de renouer avec la nature. Soit, tant mieux pour eux ; c'est bien dit, avec douceur, mais m'indiffère.
Comme on me demande d'évaluer selon ce que je ressens, pas grand-chose, et comme je ne voudrais pas dévaluer, justement, ces trois précieux vers que j'aime tant, si le poème est publié j'ôterai mon appréciation obligatoire en Espace Lecture.

   sauvage   
20/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Dans ce poème, j'aime cette simplicité, cette humilité, d'un couple, je suppose, plutôt contemplatif.

Cependant, en poésie, j'aime les rythmes, les assonances, les allitérations, etc. Or, ici, cela ressemble davantage à de l'écriture en prose avec des belles images.

Pour résumer, j'aime l'ambiance mais beaucoup moins le style.

Bonne continuation.

sauvage en E.L.

   Angieblue   
22/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Et si la réalité était tout autre?
Le verbe créateur du poète invente un autre monde, un ailleurs où:

"la lune pouvait sortir d'un panier tressé
oublié sur un muret
que les fleurs sont en fait
et seulement
le sourire décalé de la pluie"

C'est tout simplement magnifique et magique!

Sublimes aussi les 3 premiers vers:

"ce chemin blessé
tombé dans un fossé
ne figure sur aucune carte"

ça invite au voyage dans ces contrées inconnues où nous emmène la poésie. Ces 3 vers pourraient même en être une définition.

Et en plus, il y a l'émotion comme une fêlure, et c'est musical avec toutes ces sonorités en é.

Bravo! un pur moment de poésie!

   papipoete   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Lirian
Vous auriez peur de venir chez moi ! c'est loin de tout, même Google Earth n'en connait le chemin ! Et pourtant, c'est là qu'avec les grands arbres je pousse, et vois des choses que le citadin ne verrait pas !
NB certaines langues bien vilaines diraient " t'habite au trou du c... du monde !" alors je répondrais " hé oui, et même que la " Lune peut, sur un muret, sortir d'un panier tressé ! "
La dernière strophe est craquante sur cette jolie carte postale ; mais dans la seconde " la maison qui tremble parmi les arbres " pourrait effrayer un " petit chaperon rouge "
L'ensemble est tout-à fait charmant, mais j'aurais préféré que ce furent les arbres qui tremblèrent !

   apierre   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De très ,très jolies trouvailles poétiques dans ce texte !
toute la dernière strophe ,"le sourire décalé de la pluie ",c'est ravissant !, "ce chemin blessé ,tombé dans un fossé ," on a envie d' y tomber aussi ...
Moins apprécié l'expression des nuages "paraissant végéter à l' aplomb d'un point ridiculement petit "

   Corto   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup la démarche de ce poème. Les images sont belles et simples, très évocatrices.
Je suis moins convaincu par le rythme que j'espère toujours trouver en poésie.
Notamment dans la dernière strophe j'aurais préféré que l'auteur scinde son texte en deux parties. Ce qui pourrait donner (par exemple):

nous avons appris un soir
que la lune pouvait sortir d'un panier tressé
oublié sur un muret,

nous avons compris que les fleurs
sont en fait et seulement
le sourire décalé de la pluie.


Quoi qu'il en soit le paysage ici dressé est bien joli.
Merci.

   Vincente   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Étonnant comme ce poème m'est apparu plus "sage" que les précédents de l'auteur ; une sagesse qui m'a plu dans sa démarche poétique, là où les divagations sémantiques des premiers m'avaient un peu troublé, n'ayant pu les raccorder à un ressenti assez signifiant. Il me semble que le lecteur a ici un "chemin" qui, bien que "blessé" de ces douleurs anciennes ou sensibilités à fleur de peau, l'accompagne mieux.

Pourtant il est évident que le premier degré n'est qu'un prétexte assez discret pour parler d'un lieu de vie et de pensée propre au couple (ou aux proches) du narrateur. Car les vers très imagés parlent au travers du "sourire décalé de la pluie", plaisirs et nécessités au filtre des contingences de l'endroit où il a été choisi de vivre (endroit physique et espace mental). Là se retrouve cette sagesse qui sourd de cette narration délicate, attentive, "décalée" mais oh combien évocatrice. J'y ai vu la conjonction d'un réel implanté ("chemin – fossé – maison – arbres – mousses – muret – fleurs", tous ces termes de terrain) et d'un imaginaire évadé, iconoclaste, idéalisé, et sûrement un "peu" idéaliste ("ne figure sur aucune carte – maison qui tremble / parmi les arbres – que la lune pouvait sortir d'un panier tressé – que les fleurs sont en fait / et seulement / le sourire décalé de la pluie").
Un parcours bien sympathique s'y est dessiné, j'ai aimé.

   Hananke   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Même s'il y a bien quelques tournures ou expressions que je ne comprends pas, ce petit poème en forme libérée m'apparaît assez
joli dans son ensemble.
Comme ce chemin blessé tombé dans un fossé, cette maison qui tremble par mi les arbres et les fleurs finales.
Par contre, quid des mousses sans appel ( mousses, oui mais le sans appel m'échappe).
Une très belle dernière strophe.

   Anonyme   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Lirian,

On nous emmène dans un lieu isolé où le regard semble neuf, il a "trouvé de la fraîcheur" puisqu'il décèle cette beauté qui s'offre avec humilité, au détour d'un "panier tressé" ou d'une fleur. Le lieu est rendu attachant grâce aux légères personnifications.
La dernière strophe est magnifique avec sa métaphore finale.

   solo974   
31/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Lirian,
J'aime bien votre poème.
Avec un vocabulaire simple, vous nous donnez envie d'aller voir "cette maison qui tremble
parmi les arbres
poussée loin de la ville rassurante".
Les trois derniers vers m'ont également plu :
"que les fleurs sont en fait
et seulement
le sourire décalé de la pluie"
La personnification rend en effet l'image très parlante.
Bien à vous et à vous relire !

   Provencao   
1/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" ici nos yeux ont trouvé de la fraîcheur
les mousses sans appel
nous ont conduit vers les livres "

J'ai particulièrement aimé cette approche d'écriture qui dépasse le narcissisme. La sagesse et le vrai nous apprennent quelque chose de nous-mêmes et de la nature si forte, si réelle.

Belle composition du vrai, de la beauté, du simple et de l'émotion par le langage.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Pouet   
1/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

on retrouve toujours un peu de ce style, décalé et nostalgique.

J'adhère bien à ce poème qui nous parle de nous, de nos vies, de nos évasions, de nos précipices...

Il y a certainement une part de "vérité" là-dedans, dissimulée derrière les images- simplicité surréaliste- Quand le point oublié fait survivre l'histoire

   Myo   
1/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un point qui semble ridiculement petit, invisible aux yeux du monde, sans aucune prétention.
Mais pourtant, un endroit unique, qui a permis le voyage intérieur qui est celui de l'auteur, un regard sur ce qui fait son essentiel.

La nature réserve ses merveilles à ceux qui prennent la peine de s'y attarder, dans la simplicité et l'humilité de la fragilité.

Un texte porteur de cet état d'esprit, en dehors des chemins habituels imposés par notre monde.

Merci pour ce sourire décalé de la lune.

   Stephane   
2/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lirian,

"Le point oublié" est un poème très délicat et très subtil dont je n'ai pas entièrement saisi le sens mais qui m'a énormément plu, notamment grâce à des images poétiques de toute beauté.

J'ai d'ailleurs l'impression qu'il y a beaucoup plus de choses à découvrir dans cet écrit que je relirai très certainement plusieurs fois afin d'essayer d'en comprendre le sens.

Bravo et merci.

Stéphane

   Lariviere   
4/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

" nous avons appris un soir
que la lune pouvait sortir d'un panier tressé
oublié sur un muret
que les fleurs sont en fait
et seulement
le sourire décalé de la pluie"

J'ai trouvé cette strophe de fin très poétique, très bonne pour ponctué ce poème.

Sur la forme, je ne suis pas entièrement convaincu du choix de la découpe lu à haute voix (légèrement trop hachée) mais j'avoue que sur le papier ca fonctionne plutôt bien.

Merci pour cette lecture et bonne continuation !

   RuedeC   
18/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une très belle dernière strophe !!

   Eclaircie   
6/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lirian,

(j'ai gardé le meilleur pour la fin)
Venant de commenté "friches", j'avoue être bien plus enthousiasmée par ce "Point oublié".
Le champ des images induites est encore plus vaste.
J'aime la transition "et pourtant", invitant le lecteur à ne pas s'en tenir à cette "blessure initiale", de s'approcher pour voir au-delà.
Je me réjouis de ce que "vous avez appris un soir".

Merci du partage,
Éclaircie


Oniris Copyright © 2007-2020