Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MoktarElAmraoui : Mon amour
 Publié le 13/05/18  -  7 commentaires  -  974 caractères  -  140 lectures    Autres textes du même auteur

Poème d'amour.


Mon amour



La vérité, pour se dire,
Embrasse tes lèvres.
Le soleil, pour briller,
Doit, chaque jour, se lever,
Des rayons de ton ombre.
Les étoiles, en colliers, se bousculent sans nombre,
Pour venir, assoiffées, boire, à ton cou, les coupes de lumière
Sans lesquelles elles ne seraient que constellations sombres.
Quand leurs ailes se déploient,
Les oiseaux imitent ta voix,
Pour chanter mon amour pour toi,
Ses peines et ses joies.
Les dunes, en courbes, s’échinent dans tous les sens,
Pour imiter tes hanches qui, à chaque pas, dansent.
Jalouses de toi, toutes les mers, en colère, divaguent
Et des fléaux de leurs vagues,
Fouettent rageusement les cieux
Qui ont caché, dans l’écrin de tes yeux,
Les diamants les plus précieux.
Et moi, mon amour,
Depuis toujours,
De tous les joyaux de la terre,
C’est ton cœur que je préfère !

© Mokhtar El Amraoui


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
13/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Là, je ne sais pas trop, ça parle d'amour, du coup mal en dire serait gênant, mais je trouve que cela saccade un peu,je ne comprends pas bien le début.

"La vérité, pour se dire,
Embrasse tes lèvres.
Le soleil, pour briller,
Doit, chaque jour, se lever,
Des rayons de ton ombre."

Alors que ce passage est magnifique

"Les étoiles, en colliers, se bousculent sans nombre.
Pour venir, assoiffées, boire, à ton cou, les coupes de lumière
Sans lesquelles elles ne seraient que constellations sombres."

La suite aussi est très bien, finalement, c'est l'entame qui ne m'accroche pas.

   papipoete   
14/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Moktar
Dans ces temps où les missiles volent par dessus les frontières, bien davantage que les colombes de paix, qu'il est doux de lire une déclaration d'amour, à sa mie !
Dans votre billet, même les oiseaux imitent votre voix, pour lui seriner des trilles galantes ...
Et malgré les diamants de ses yeux, c'est de son coeur que vous êtes le plus chaviré .
Comme vous l'aimez ... ! à travers ces beaux vers
edit ; je relis votre poème ce jour, et reviens sur mon vers préféré, lequel semble contenir une petite anomalie ; ne vouliez-vous pas dire " ma/voix " ?

   Marie-Ange   
13/5/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
"Mon Amour", des mots pour le clamer, mais qui ne m'ont pas ému outre mesure.

Les mots parfois se montrent maladroits, c'est un peu ici le cas. au sein de votre discours simple et sincère.

Pas d'envolée lyrique, juste un écrit qui révèle cet attachement sans égal. Il apportera sûrement son lot d'émotion à sa destinataire, mais personnellement j'y suis un peu moins sensible, je le trouve un peu brouillon.

Mais l'Amour fait fi de toutes ces considérations et n'a que faire de l'avis d'autrui.

L'important étant :

" Et moi, mon amour,
Depuis toujours,
De tous les joyaux de la terre,
C’est ton cœur que je préfère ! "

   Lulu   
13/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Moktar,

J'ai bien aimé ce poème lyrique relatif à un amour...

Il m'a juste fallu lire et relire les cinq premiers vers qui manquaient de clarté, si je puis dire, alors qu'ils évoquent, en partie, la lumière du soleil et de l'amour en question... Ces vers, pour l'entame, m'ont semblé peu clairs d'emblée, et provoqué une réticence à lire la suite.

Mais je suis enchantée d'avoir poursuivi cette lecture, et d'y avoir trouvé une voix, celle du locuteur, en plus de celle des oiseaux qui font écho à celle de l'aimée. J'ai trouvé cela très beau, au même titre que certaines images, comme cette comparaison : "Les dunes, en courbes, s'échinent dans tous les sens, / Pour imiter tes hanches, qui, à chaque pas, dansent."

L'aimée se fond dans la nature, laquelle inspire autant le poète. Ce mélange des deux entraînent de belles images, mais aussi une belle expression lyrique via une musicalité sensible au long du poème.

De fait, en revenant en arrière, j'ai repris les premiers vers qui m'avaient semblé complexes à appréhender en première approche, et les trouve plus simples qu'ils ne paraissaient. Peut-être auraient-ils paru plus simples d'emblée, si vous aviez constitué des strophes, plutôt que de tout mettre ensemble, car la continuité est sensible, mais pas évidente, tant pour le souffle, que pour l'idée exprimée.

Mes encouragements pour la suite.

   PIZZICATO   
13/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Chacun a sa manière de déclarer sa flamme. ici, je l'ai trouvée un peu grandiloquente mais toutefois des images intéressantes.
" Les dunes, en courbes, s’échinent dans tous les sens,
Pour imiter tes hanches..."

" toutes les mers, en colère, divaguent
Et des fléaux de leurs vagues,
Fouettent rageusement les cieux "

Celle-ci, par contre, m'a étonné :" Les oiseaux imitent ta voix,
Pour chanter mon amour pour toi ". TA voix pour chanter MON amour (?)

   Gabrielle   
14/5/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Un poème qui ne m'a pas trop emportée.
J'en suis désolée...

Cependant, je note un passage magnifique :
"Les étoiles, en colliers, se bousculent sans nombre,
Pour venir, assoiffées, boire, à ton cou, les coupes de lumière
Sans lesquelles elles ne seraient que constellations sombres."

Bonne continuation à vous.

Cordialement.


G Michel

   Eclaircie   
15/5/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour MoktarElAmraoui,

Vous nous présentez un poème sur un thème universel, mais aussi tellement abordé depuis si longtemps. Il est alors difficile de se démarquer.
Le choix de la catégorie : "Libre" plus récente aurait pu vous amener à être plus audacieux, plus inventif.
J'ai apprécié les quatre premiers vers, mais ensuite j'avoue ne pas avoir ressenti cet amour que le narrateur éprouve si fort, sans doute.
Le choix de terminer les phrases par des rimes assez souvent n'est pas forcément un atout pour le poème. Le rythme n'est pas régulier, mais les sons entraînent le lecteur à en chercher un.
Le vocabulaire est aussi traditionnellement celui de l'amour :
"cieux, yeux", "diamant, joyau", "amour, toujours";
Une sensualité qui ne parvient pas vraiment à s'élever au-dessus du convenu.


Oniris Copyright © 2007-2018