Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Robot : Slam du macho repentant
 Publié le 22/11/16  -  20 commentaires  -  1501 caractères  -  230 lectures    Autres textes du même auteur

« J’en demande pardon par avance à Juju
Si nombre de ces mots déposés l’ont déçue. » *

Mais Juju connaît bien ma ferveur féministe !
En plus elle a gardé un vrai sens de l'humour :-)

*Ci-dessus j’ai plagié Brassens, que ses admirateurs me pardonnent !


Slam du macho repentant



Comportement infâme,
j’aurais dû dire « madame » !
Je ne le savais pas
j’ai commis un faux pas.
J’vous ai cherché querelle,
ce grossier « mad’moiselle »
obscène et vilain mot
est un terme macho !

J’vous ai tenu la porte
avec ce que comporte
cette action de mépris,
ça je l’ai bien compris.
Donc, une fois prochaine,
évitant ce sans-gêne
j’vous la lâch’rai dans l’dos.
J’veux plus être macho.

Sans penser au blasphème
j’ai susurré « je t’aime ».
Ce n’est pas l’tutoiement
qui vous parut choquant :
non c’était la disgrâce
de prendre en pleine face
ce genre de propos
déplacés et machos.

Faut-il que je comprenne
que vous prétendre chienne
– de garde évidemment ! –
ce n’est pas insultant ?
Respect au nom choisi
par votre compagnie
pour combattre les maux
portés par les machos.

J’comprends mon descendant !
Il hésite, bienséant,
du jour au lendemain
à vous tendre la main.
Pour éviter l’insulte
lorsque l’amour exulte
il bénit d’être homo.
Ça le rend « moins » macho.

Mâle antédiluvien
et rustre, j’en conviens,
je souhait’rais vous complaire ;
et pour être exemplaire
j’laisserais de bonne grâce
les trois quarts de ma place.

J’accepterais mêm’ mieux…
… de vous app’ler « monsieur » !



23/05/2106


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bjr,

Vraiment pas convaincu par le propos. Un macho n'est pas à mon sens ce qu'en dit le texte. J'ai trouvé l'ensemble assez dérangeant, je n'adhère absolument pas au fond.

J'ai trouvé la forme assez plate et sans grand intérêt, bref je n'ai vraiment pas aimé. Ce n'est que mon humble avis.

Pouet

Edit: je reviens compléter un peu mon commentaire un peu sec en l'état je l'avoue.

Ma pensée est celle-ci: Je ne suis pas persuadé que beaucoup de femmes, même des "chiennes de garde" pensent qu'un "macho" est un type qui "tient les portes", dit "mademoiselle" ou "je t'aime". Je pense que, comme moi, elles considèrent qu'un "macho" est plus un type qui met les pieds sous la table le soir en rentrant (de son travail harassant de mâle dominant), qui est persuadé que les femmes doivent rester à la maison pour s'occuper des courses, du ménage et des gosses, qu'elles ne doivent pas trop parler (pas c'est mieux) et que le plus intéressant chez elles se trouvent plutôt entre leurs cuisses qu'entre leurs oreilles...

Ici la description me fait plus penser à un romantique un peu désuet qu'à un macho.

Après peut-être que certaines femmes (au point de vue "extrême") pensent comme décrit ici, je ne le nie pas. Cela me semble tout de même être à la marge et pour tout dire moins "grave" (pour moi) que l'état d'esprit et le comportement de "vrais" machos.

Voilà à peu près ce que je voulais dire.

Bien à toi.

   bipol   
7/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mâle antédiluvien
et rustre, j’en conviens,
je souhait’rais vous complaire ;
et pour être exemplaire
j’laisserais de bonne grâce
les trois quarts de ma place.

J’accepterais mêm’ mieux ...
... de vous app’ler « Monsieur » !

bonjour,

je salue ici la prouesse

l'écriture je ne sais pas car je n'y connais pas grand chose

je trouve votre texte amusant

et bien facile à mettre en musique je pense

donc j'ai beaucoup aimé

   Arielle   
9/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis allée voir sur Wiki qui étaient ces "chiennes de garde" auxquelles il est fait allusion dans la chansonnette. Elle m'ont éclairée sur le second degré avec lequel il fallait aborder ma lecture !
C'est que l'auteur joue ici avec le feu et risque bien de prendre un coup de crocs dans les mollets avec de tels propos ...
Moi j'aime bien qu'on me tienne la porte et qu'on me cède sa place dans le métro. J'ai été un peu triste quand on ne m'a plus abordée avec un "mademoiselle" malicieux mais je suis d'un autre âge que toutes ces donzelles qui se réclament d'une égalité qu'elles n'obtiendront jamais. Non, monsieur !
Sourire ...

   PIZZICATO   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A mon avis, il faut prendre ce propos à contre sens de ce qu'il semble signifier.
Tenir la porte à une personne, céder sa place dans un bus, une salle d'attente etc.., et beaucoup d'autres situations qui semblent n'avoir plus ou peu cours à notre époque et peuvent paraître ringardes, ou du siècle dernier, dès qu'il s'agit de morale ou politesse...
C'est ainsi que je perçois l'idée voulue par l'auteur.

Par contre l'appellation "macho" me semble inappropriée.

J'apprécie l'humour cinglant de la chute.

   Vincendix   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot,
Ce n’est pourtant pas la journée de la Femme aujourd’hui, coïncidence, nos deux textes ont des points communs, c’est évident.

Sur un ton humoristique et même un peu « grinçant », ce slam vient conforter mes réflexions sur LA femme et en particulier ce vers « quand je suis ton valet, tu me veux comme un roi ».

   leni   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bjr robot
l'appellation macho me gène et ne me semble pas appropriée SAns cette référence à macho le texte passe très très bien Merci et mon salut amical LENI

   funambule   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
+++ suivons gaiement le funèbre cortège du romantisme; souvenons-nous de son dernier râle. Bon, humoristiquement (et indépendamment du titre racoleur), j'y vois plutôt une ode "slamesque" à la difficulté d'être homme aujourd'hui, de se situer au bout de tant de siècles d'abus... qui sont peut-être au fond la régression lente de notre animalité; certes, le coup d'accélérateur final (et ce n'est pas le dernier) fût un peu rude... mais s'en amuser est déjà le début de la guérison. Sinon, en vrai, le célébrissime machisme cache en sous-main une flopée de femmes qui ne s'en sont pas laissé compter. Un bon moment de détente non dénué de sens... mais sans chercher inutilement trop loin non plus.

   Alexandre   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Robot... Antédiluvien comme toi, et peut-être même un peu "vieille France", si je comprends bien il n'est plus de bon ton de tenir la porte, de céder sa place ou d'adresser un compliment bien tourné à une dame sans risquer de se faire traiter de macho.
Dommage car si je suis pour l'égalité des sexes, à mes yeux une femme mérite tout de même certains égards dus à ce qu'on appelait il n'y a pas si longtemps la galanterie... qu'il ne faut pas confondre avec le machisme.
Et bien tant pis, je prends le risque de me faire insulter mais je tiendrai demain encore la porte pour laisser passer, tous âges confondus, la gent féminine à qui nous le devons bien !
Un texte un peu surprenant par l'emploi du terme macho mais bien tourné malgré tout...

   placebo   
22/11/2016
Considérer une femme comme une femme, une jeune femme comme une jeune femme, c'est de la discrimination et c'est macho, voilà ce qu'une (petite) partie de la population (soi-disant) exprime et ce qui est critiqué de manière ironique - du moins, c'est ma lecture du texte - à travers cette fausse repentance.

C'est un sujet très sociétal qui revient souvent, les parties faisant parfois dans la caricature, c'est pas facile pour instaurer un dialogue sain...

J'ai bien aimé le texte, plaisant à lire, je peux l'imaginer slamé sur une scène :)

   Ramana   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sous prétexte d'une pseudo égalité entre les sexes, on commence par ne plus pouvoir appeler une jeune fille "mademoiselle", et si ça continue, nous les hommes, on aura un jour même plus le droit d'uriner debout parce que certaines et certains auront décidé que ça fait dominateur (et je crois qu'il en est déjà question en Suède) ! L'homme et la femme sont différents, voilà tout, et néanmoins égaux. Les différences corporelles, c'est évidemment la nature qui en est la cause, et les différences psychiques ne sont pas toutes dues à l'apprentissage, mais beaucoup découlent des dites spécificités corporelles.
Veut-on déviriliser le genre masculin en amalgament machisme et virilité ? Veut-on aplanir la différence homme - femme en présentant cela comme un progrès de société ? Ou bien veut-on créer encore un foyer de division interne sur des questions sociétales, afin de détourner l'attention du bon peuple des problèmes sociaux autrement plus cruciaux (chômage, politique étrangère, qualité de vie...) ?
J'apprécie votre rébellion contre ce "politiquement correct", qui ne sévit d'ailleurs pas que dans le domaine du genre, mais dont il convient de se méfier, puisque les mots sont puissants et ne sortent pas toujours de bouches aussi bien intentionnées qu'on le croit !

   papipoete   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Robot,
Permettez-moi madame ; après vous je vous en prie ; attendez, je vais vous aider ; toutes ces politesses seraient forcées avec une idée derrière la tête, alors que je faisais de mon mieux pour ne point paraitre ... macho !
Je comprend mieux que mon neveu, mon jeune voisin n'en prenne pas de la graine, et désormais dans le bus, je vous laisserai bien ma place, mais que les 3 quarts !
NB voici un texte " glissant " où le second degré règne en maître ; j'ai appris à mes dépens dernièrement, qu'un thème à double sens pouvait déclencher la foudre ! A première vue, ce n'est pas le cas ici, mais gare aux " chiennes de garde " par exemple !

   Annick   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La dame du poème est drôlement susceptible et pointilleuse. Appeler machisme ce qui ressort de la galanterie me paraît excessif de sa part. Du moins, ce sont les pensées que lui prête le narrateur.
Un "compliment" mouillé d'acide, fort plaisant et bien tourné !
J'ai aimé !

   arigo   
22/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est sûr, il faut s'y prendre à deux fois pour lire le texte et le comprendre dans son entièreté, en tout cas dans tous ses degrés.

J'admire particulièrement ces textes où les auteurs parviennent à manier l'humour, si difficile en poésie et dans l'écriture en général.

Sur le fond, je ne suis pas d'accord avec tout le poème, ou en tout cas je l'imagine mal, au premier ou au second degré, dans la vie réelle.
En effet, je comprends que le fameux "mademoiselle" puisse amener son lot de confusions et de polémiques, autant le fait de tenir une porte ou de dire "je t'aime"...

Merci pour le partage,

Arigo

   corbivan   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai apprécié l’humour ce slam, mais aussi que sous une apparence légère le texte pose une vraie question.
En effet, l’évolution des rapports entre les hommes et les femmes peuvent laisser les uns et les autres dans l’expectative d’une explication…de ce qui est correct ou incorrect, d’un nouveau guide des bonnes manières...et plus encore de la répartition des tâches ou fonctions .
L’homme se sentant peut-être instinctivement le grand perdant de cette évolution, car le progrès va souvent dans le sens de la femme, en affirmant déjà un droit à l’égalité… comme rien ne se perd ni ne se gagne mais se transforme, c’est forcément un peu au détriment de la supériorité de l’homme qui doit baisser de quelques tons ses prétentions.
Malheureusement nous n’avons pas encore compris ce que nous y gagnerions vraiment, nous les hommes, comme les femmes n’ont pas toujours compris ce qu’elles y perdraient.
L’avenir nous le dira peut-être.
À vous relire.

   Robot   
23/11/2016

   Marite   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Pauvre "macho" ... mais ce n'en est pas un vrai car il se repent :-) je ne m'étais pas arrêtée sur ce slam car l'affaire de "macho" là m'en détournait et me lassait. Je viens de le lire et il m'a amusée. Ironique bien sûr mais ne souligne-t-il pas un malaise latent dans la société actuelle au niveau des relations entre hommes et femmes ? J'aimerais beaucoup l'entendre car les nuances de la voix rendrait certainement plus savoureuse cette complainte ...

   MissNeko   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonsoir

Je n ai pas compris pourquoi parler de machisme pour un homme qui tient la porte, dit mademoiselle et dit je t'aime?
Je pense être passée à côté de ce que l auteur à voulu dire.
Fallait il prendre le contre pied des propos ?
Cela m a gênée pour la comprehension globale.
Ceci mis à part, J ai trouvé la forme intéressante et j ai aimé la pointe d humour.
Merci pour ce partage.

   Anonyme   
23/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonsoir Robot,

Je n'ai pas foncièrement aimé ce texte, même si je reconnais un certain travail.

Je n'ai pas vu, au cours des différentes strophes, des comportements ou des propos véritablement propres à un profil machiste, mais plus de l'impolitesse et un manque criant de savoir vivre. L'attitude de cet homme n'est pas gentleman et le phrasé plutôt mal élevé, ou quelque chose comme ça, mais pas nécessairement dû à un macho.

Dans l'attente d'un autre texte,

Bien à vous,

Wall-E

   Cristale   
24/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Robot,

Tout ceci est plutôt "bon-enfant" et je plains ce pauv'gars maladroit qui use de galanterie pour plaire à une fille mais qui se prend veste après veste. Bon, il faut dire que la nana a plus le tempérament d'une catcheuse que d'une douce barbie. Oui, elle mériterait qu'il lui lâche la porte sur le nez ! Elle le prend pour un macho alors qu'il n'est qu'un gentleman. C'est un comble !

Je lui conseillerais d'attendre de rencontrer la femme qui appréciera ses manières élégantes sans excès, je les crois plus nombreuses que ce que l'on voudrait nous faire croire, moi la première :)
De plus, le vouvoiement, pour un slam, est encore une preuve du respect du "chanteur" pour la gente dame peu sympathique.

La cerise sur le slam qui m'a beaucoup amusée est la clôture de ce chant de désespoir ;
... à la date du 23 mai 2106 !
Comme quoi, rien ne change vraiment malgré le temps qui passe...

Avec le sourire, et sans évoquer la forme car je suis nulle en slam.
Cristale

   Soruf   
29/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je n'arrive pas à m'enlever un sentiment de "maladresse" à la lecture de ce texte. Je suis sûr que tout part d'une bonne intention pourtant, j'ai l'impression qu'on caricature les féministes en fait.
Cependant il y a des trouvailles sympathiques tout le long, des rebondissements, le tout est bien mené du début au terme. J'aurai probablement du plaisir à vous relire sur une autre chanson !
Merci pour le partage
Bonne continuation


Oniris Copyright © 2007-2017