Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sympa : Dites-lui
 Publié le 06/03/19  -  16 commentaires  -  807 caractères  -  233 lectures    Autres textes du même auteur

Correspondance avec un couple d'amis d'enfance.


Dites-lui



Vous qui l'avez croisé par hasard cet automne
Dans ce parc où naguère on aimait roucouler,
Son regard était-il mélancolique, atone,
Un sanglot isolé venait-il de couler ?

Après vingt ans passés loin de notre village,
Quelques filets d'argent ornent-ils ses cheveux ?
Si les rides du temps ont marqué son visage,
Se souvient-il encor de nos jeux amoureux ?

Je n'ai pas oublié notre belle aventure,
Cet amour défendu, censuré, condamnable,
Qui nous a séparés, cruelle dictature,
Châtiment homophobe, abject, impardonnable.

Si vous le revoyez flâner aux alentours,
Si par chance il n'est pas aux bras d'un partenaire,
Dites-lui que j'ai mal, que je l'aime toujours
Comme on aime à vingt ans un jeune militaire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
14/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Classique.
Une troisième strophe qui n'alterne pas les rimes féminines et masculines serait éliminatoire en concours classique. Sur Oniris, la catégorie visée risque de se fermer mais en ouvrant une autre.
Ce Dites-lui m'a fait repenser à ces Parlez-moi de lui d'artistes plus ou moins actuels. Il y a dans ce poème le châtiment homophobe en plus, une injustice qui fait encore mal à ce lointain amour qui brûle encore, d'autant qu'il fut défendu. Il reste sur une question : peut-on partager le même amour après les années ?
Une belle lecture pleine de nostalgie.
Anje en EL

   Miguel   
14/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La troisième strophe, uniquement constituée de rimes féminines, appelle ce poème en section néoclassique. Le vers 12, qui a une valeur explicative, me semble cependant un peu plat, un peu terne ; or c'est là qu'on aurait attendu le plus d'expressivité et de lyrisme. Ce vers n'est pas à la hauteur de la peine et de la révolte qu'il exprime.
Mais l'ensemble est une réussite, un cri du coeur en vers sensibles et mélodieux.
Miguel

   Coeurdeloup   
15/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans ce monde où l'homophobie est encore trop présente j'ai apprécié ce souvenir d'un "amour défendu".


Une pudeur et cette déclaration d'amour "Dites-lui que j'ai mal, que je l'aime toujours" bien servies par des alexandrins et des mots simples mais expressifs.


Merci du partage

   papipoete   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour sympa
Vous qui le connaissiez, vous me dites l'avoir croisé au parc, dans ce lieu que fréquentent ces hommes...oh comme ils disent ; comment l'avez-vous trouvé ? était-il seul ? semblait-il triste ?
Je n'ai rien oublié de lui, tout comme je me souviens du fiel que l'on déversa sur nous, jusqu'à ce que notre amour en meurt .
NB la passion pour l'autre, que des tabous viennent à faire éclater, ne s'éteindra jamais ! Il y eut ces relations " bourgeois/roturier ", " oie blanche/vaurien ", et aussi celles " masculin/masculin " comme nous le conte ici le poète, de fort belle façon !
La dernière strophe est si touchante ! ne vit-on pas des " premiers amours " se retrouver les lustres plus tard ? ( Macha Méril et Michel Legrand )
Des alexandrins au cordeau, se parent d'un parfait néo-classique pour dire vos maux !

   Hananke   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un bon texte sympa comme le pseudo de l'auteur.
Je ne m'étendrai pas sur la strophe 3, d'autres l'ont fait avant moi.
Les choses ont quand même bien évolué dans notre société
même si les préjugés ont la vie dure.

   Corto   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La chanson "Parlez-moi de lui" vient spontanément aux lèvres en lisant ce beau poème.

Quelle que soit leur forme les premières amours ont un côté inoubliable, comme si une lame avait pénétré la carapace qui ne demandait justement qu'à se fendre car arrivée à maturité.

Bravo pour cette tendresse nostalgique bien formulée.

   Davide   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour sympa,

Des vers qui coulent comme les vingt ans de cet amour de jeunesse.
Je trouve le poème très bien écrit, avec quelques belles rimes, notamment celles de la première strophe.
De belles tournures pour éviter le pathos et la mièvrerie : d'abord, l'idée d'une correspondance qui apporte un regard touchant, et de belles images empreintes de tendresse, par exemple "quelques filets d'argent".

D'autre images plus convenues : "rides du temps", rime "village/visage" ou "que je l'aime toujours" mais qui n'enlèvent rien au charme du poème.

Ce qui m'a gêné, c'est la 3e strophe : elle apporte une compréhension, mais (ce n'est que mon avis), je trouve qu'elle casse le charme de cette correspondance.
Je comprends le fait d'exprimer cette rage, car elle insuffle une intensité au poème et rend compte de la douleur du narrateur, comme une rage intériorisée, notamment à l'époque de leur vingt ans.
Mais dans un poème si plein de tendresse, et si joliment écrit, je trouve que ça détonne.
On délaisse le poétique pour un ton véhément, presque politique.
J'aurais préféré que cette relation homosexuelle soit subtilement exprimée, avec intensité oui, mais à demi-mots, susurrée, de manière plus poétique.
Ou par le dernier vers du poème simplement, comme une chute.

En tout cas, j'ai bien aimé ce poème, je le trouve très touchant.

Merci du partage,

Davide

   senglar   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour sympa,


Au "couple d'amis d'enfance" vous demandez en quelque sorte un service ; mais le poème ne lui est pas consacré. Le couple d'amis est chargé de... au cas où... . Je vous aurais plutôt vu lui demander ça de vive voix - fût-ce au téléphone (portable ou non) et non par "Correspondance".

Ce couple d'amis semble d'ailleurs bien informé ; c'est un couple d'amis intime.

En fait c'est votre amour que vous déroulez tout au long de ce poème.

C'est curieux je lui ai trouvé une allure, un rythme, un ton, une démarche un peu "militaire" ; il y a de la peine et même de l'espoir mais c'est un peu rigide, un peu trop carré me semble-t-il.


senglar brabantois

   PIZZICATO   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Après vingt ans passés loin de notre village ".
Certes , un premier amour - comme cela semble être le cas - ne s'oublie jamais ; mais est-il certain que ce sentiment soit partagé après vingt ans ? " Son regard était-il mélancolique, atone,
Un sanglot isolé venait-il de couler ? ".

Heureusement, les sacro-saints principes sur le couple ont évolué. Tant d'êtres jusqu'ici en ont souffert ...

" Châtiment homophobe, abject, impardonnable." La raison de cet amour défait aurait pu être plus suggérée, moins prosaïque.
C'est un avis très subjectif bien sûr.

Une lecture intéressante.

   Vincente   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai beaucoup aimé l'idée de placer dans un poème une telle missive. Ainsi que cette façon détournée, timide, de tenter de reprendre contact, avec l'amour de jeunesse passager. C'est à la fois original et tout à fait réaliste, à la fois le fruit d'un esprit rêveur et d'un sentiment charnel.

Le style agréable, délibérément épistolaire, ne manque pas de poésie. Des questions, la révolte étouffée face au joug de la société rigide et homophobe, et l'espérance déçue qui garde un dernier espoir improbable. L'histoire est touchante, crédible, mais la troisième strophe m'est apparue par trop prosaïque avec sept adjectifs secs et durs. Et les trois derniers vers sont d'une réussite un peu en deçà, surtout le derniers vers où je n'ai pas été acquis à l'idée qui se veut consensuelle ; un jeune militaire serait dans un statu préférentiel pour être aimé ?

   VictorO   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Poème émouvant. Simple dans sa forme et ses mots. Mais à saluer pour son message de tolérance.

   BlaseSaintLuc   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mais oui que c'est beau, belle déclaration d'amour après vingt ans, plein de tendre nostalgie et d'espoirs incertains.

Ah la morale bourgeoise était passée par là pour séparer ceux qui s'aiment, il n'y a pas plus stupide.

On a envie de répondre que si (par hasard) l'on revoie cette ombre solitaire, mais pas si glacée, glisser dans ce parc ou jadis vous la laissiez, nous dirions au bel homme dont vous vous souveniez, qu'il a dans votre cœur toujours une place ou passer.

   Cristale   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sympa,

Un poème agréable qui dit les choses des amours et de la vie tout simplement. La parole se libère, enfin, il était temps.
Si je le vois je lui dirai combien son amoureux d'il y a vingt ans - c'était hier - est toujours épris de lui aujourd'hui.

Bon, la forme laisse un peu à désirer mais je ne voudrais pas gâcher cet hymne à l'amour par quelques détails techniques.

Merci pour la tendresse exprimée.
Cristale

   Raoul   
9/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
J'aime beaucoup ce poème. Bien balancé, élégant et grave, belle écriture classique. Bien construit aussi. Thème abordé fort humainement et traité de façon presque dansante (joli pour un amour de jeunesse).
Presque un "Parce que c'était lui et parce que c'était moi"...
Beaucoup de choses suggérées, du coup, le très direct "Homophobie" ne me paraît pas naturel, pas dans le même registre, pas dans le ton même s'il dit justement colère regrets rancœur.
Votre poème me rappelle (ceci est un coq à l'âne !) un roman d'Anne Garetta dont le tour de force d'écriture était qu'il était impossible de connaître le sexe du/de la narrateur ou trice.
C'est un beau texte touchant en tous cas. Merci pour cette lecture.

   Quidonc   
11/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Nostalgie d'un amour de jeunesse qui n'a pas pu se révéler au grand jour. J'ai pour ma part pris ce texte sans tenir compte des raisons de cet amour avorté. Car tout amour que l'on guestapote laisse un vide cruel chez les victimes.
Il devrait être interdit d'interdire d'aimer. Rien ne justifie ces interdictions, ni la religion, ni la classe sociale, ni la couleur de peau et certainement pas l'homophobie.
Merci pour ce partage

   Absolue   
13/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème touchant et mélodieux...
Le thème est abordé avec délicatesse.
J'aime la nostalgie qui s'en dégage.
Je lui dirai, si je le croise;-)


Oniris Copyright © 2007-2019