Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Vincendix : Adieu l’artiste !
 Publié le 15/05/17  -  10 commentaires  -  809 caractères  -  227 lectures    Autres textes du même auteur

C’est une histoire (presque) vraie…


Adieu l’artiste !



En ce jour de printemps un peintre octogénaire
Est mort d’un accident au milieu des rochers,
Son tableau coloré reproduit l’estuaire,
Quand sombre le soleil à l’heure des couchers.

Il venait d’appliquer une dernière touche,
Reculant de trois pas afin de l’admirer,
Il coinçait un talon dans une grosse souche,
Basculait en arrière avant de s’effondrer.

Son pinceau déjà sec allongé sur le sable
Vient de perdre son âme et son utilité,
Qui va le ramasser et sera-t-il capable
De lui redonner vie au cours d’un proche été ?

En ce jour de printemps quand chantent les rivières
Que l’artiste peignait d’un trait évocateur,
Sa toile s’illumine aux dernières lumières,
Un ultime salut au maître créateur.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
1/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

C'est un hommage sobre, composé dans de propres et sages alexandrins, avec des rimes efficaces et bien assorties. Le premier quatrain est pictural (ce que l'artiste apprécierait, probablement), le second narratif (ce que j'aime moins en poésie, mais là c'est assez court pour ne pas pénaliser l'ensemble), le troisième philosophique (avec une question un peu incongrue posée de la sorte) et le quatrième redevient pictural et esthétique, une forme de point d'orgue dans cet hommage.

J'ai aimé.

Merci pour la lecture,

Donaldo

   PIZZICATO   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Mort en regardant son oeuvre terminée ; une fin peu commune.

" Son pinceau......Qui va le ramasser et sera-t-il capable
De lui redonner vie au cours d’un proche été ? "
C'est à souhaiter pour le souvenir de ce " maître créateur ".

   Alexandre   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Vincent ! Quatre quatrains de belle facture pour illustrer la vie et la mort d'un artiste "inconnu" et sans doute imaginaire si j'en crois les quelques mots mis en exergue.
Une écriture classique sans reproches même si les rimes riches ne sont pas en grand nombre.

J'ai une préférence pour les premier et dernier quatrains, sans doute plus proches de l'œuvre supposée du peintre, mais l'ensemble est de qualité...

Bravo et merci !

   papipoete   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix,
Sans que personne ne veuille à sa vie, le peintre recule, recule pour mieux admirer son oeuvre ; ce sera là son dernier chef-d'oeuvre, oui, le maître à chu sur les rochers et son âme comme son pinceau ne brillera plus !
NB la chute de l'artiste pourrait prêter à rire, si celui-ci était tombé dans une flaque d'eau ; hélas, cette renverse finit en page des faits-divers en plein printemps ! Qui pourrait bien illuminer cette toile éteinte , à moins qu'un solstice du genre Stonehenge de son rai ...
Le portrait de l'artiste est très visuel .
au 2e quatrain, aux 7e et 8e vers, je pense que vous avez conjugué l'imparfait, plutôt que le passé simple pour éviter le hiatus ?( j'aurais préféré " il coinça/son talon " et " bascula/vers l'arrière " ) ; mais ce n'est que mon avis !

   Zorino   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,
Trépasser dans l'exercice de son art, que espérer de plus lorsque l'on a l’âme d'un artiste ?
En vous lisant, j'ai de suite pensé à mon sonnet où j'évoque Claude Monet peignant jusqu'à la mort et que vous avez commenté il y a quelques semaines de cela. Je pense d'ailleurs que vous avez certainement dû y songer également en me lisant.
De beaux vers et une lecture plaisante mais où un peu plus d'images poétiques aurait peut-être donné une dimension plus large à votre poème et m'aurait sans doute permis de m'imaginer ce peintre sous un autre éclairage, avec davantage de nuances. Mais cela n'est bien évidemment que mon humble avis.
Merci pour le partage

   Cristale   
15/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le peintre tout à son art, n'a pas vu le danger de ce geste pourtant si familier : avancer, scruter, reculer, jauger.
Sa toile l'a mené jusqu'aux abysses de l'éternité, celles qu'il ne peindra jamais.

Écriture classique que j'aurais aimée un peu plus...colorée, mais vu le contexte, je comprends que le ton soit plus sombre.

Bravo et merci Vincendix !

   leni   
16/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bel écrit un peu triste pour l'artiste et son oeuvre


Son pinceau déjà sec allongé sur le sable
Vient de perdre son âme et son utilité,
Qui va le ramasser et sera-t-il capable
De lui redonner vie au cours d’un proche été ?
L'espoir demeure Espérons
Merci c'est joliment dit
salut cordial
Leni

   Vincendix   
17/5/2017

   Raoul   
18/5/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
L'exercice d'admiration est toujours délicat et j'aime bien l'idée de cet hommage pudique, mais je trouve dommage que l'écrit pêche par imprécision.
Pourquoi "un" peintre et pas le (celui du titre) ?
Tableau coloré (limite pléonasme), me manque l'évocation.
"Quand sombre le soleil à l’heure des couchers." j'aime bien la vision du soleil sombre alors pourquoi pas un Quand le soleil sombre à l'heure…
Si on recule de trois pas, c'est pour jauger, pas "admirer" (trop emphatique).
La mort du pinceau et son parallèle sont un peu trop appuyé, alors que l'idée est jolie.
"artiste/peignait" pour moi, il manque le sens visuel, là, c'est un peu trop dit, pas assez montré.
Pour moi, il y a pénurie d'images, je "n'ai que" du dit - je ne sais si je suis très clair, m'enfin… -.

P.S. : Ma "critique" est nettement à relativiser car elle se situe avec un ressenti de peintre (vu que je pratique).

   Proseuse   
20/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,

Un bien beau poème sur l' artiste et son oeuvre !
... l' oeuvre survit-elle à son maître ? l' artiste, habite-t-il dans ses oeuvres ? j' aurais tendance à dire : - oui-
mon père artiste peintre-sculpteur au soir de sa mort, m' a fait promettre de veiller et m' occuper de son travail et de sa galerie , ajoutant comme une évidence ... -" je ne peux quand même pas mourir partout" ! .. Je pense qu' à cet instant, lui, il savait !
On pourrait dire un beau poème sur un -tragique- destin, mais sans doute aussi sur la fin la plus concevable pour un artiste !
Merci pour ce partage que j' ai aimé lire


Oniris Copyright © 2007-2017